Le réseau secret de la nature

Réseau secret de la natureTout est lié: végétaux, insectes et animaux vivent en parfaite symbiose. C’est ainsi qu’un loup peut modifier le cours d’une rivière, que certains petits arbres produisent des substances répulsives pour dissuader les cerfs de les manger ou qu’une forêt fabrique des nuages. Toutefois, comme dans les subtils rouages d’une horloge, une vétille peut dérégler les mécanismes mis en place dans la nature. C’est pourquoi la disparition d’une seule espèce vivante est susceptible d’avoir des conséquences lourdes et pas toujours prévisibles sur l’environnement. 

Le réseau secret de la nature fait partie d’une sorte de trilogie, incluant le livre sur les arbres et celui sur les animaux. Chaque livre peut se lire séparément, chaque livre se suffit à lui-même. Pour en savoir plus cependant, c’est très intéressant de découvrir les autres ouvrages. Il en existe aussi un autre, d’un auteur différent, sur les champignons. Tous les livres ont été chroniqués sur le blogue et les liens sont au bas de cet article.

J’ai tant aimé ma lecture des autres titres de Wohlleben que c’était un vrai plaisir de découvrir celui-ci qui s’intéresse plus spécifiquement aux liens qui existent entre les différents êtres vivants et la nature. Les arbres en font partie, les animaux aussi, le climat, de même que toute branche de l’écologie, l’évolution et même, l’homme. Ce réseau secret de la nature est à la fois immense, complexe et étourdissant, si l’on part du principe que tout est relié. Que notre vie dépend aussi de celle des autres organismes vivants, qu’ils soient visibles ou non. Que notre empreinte et celle des animaux est réelle. Que ce qui nous lie est aussi ce qui peut nous diviser. Que l’évolution se fait en fonction de toute une liste d’éléments.

« Pour autant, plus nous reconnaîtrons que d’infimes perturbations suffisent à engendrer d’incommensurables transformations, mieux nous serons armés pour défendre la protection de vastes régions. »

Les chapitres du livre abordent souvent avec humour, différents aspects de la nature. Que ce soit le lien du loup avec son environnement; les bestioles que l’on retrouve dans notre tasse de café; le saumon qui atterri dans les bois; les feux de forêts; le lien entre la production de jambon et le déplacement des grues cendrées (oui oui!), l’auteur réussit à nous faire sourire et réfléchir tout à la fois. On apprend énormément de choses.

L’auteur aborde quantité de liens entre l’homme, les animaux et la végétation. Il nous parle de la gestion des forêts et de la pousse des arbres (Wohlleben est garde-forestier quand il n’écrit pas de livres), ainsi que du réseau sous-terrain qui présente un écosystème complexe avec lequel nous sommes peu en contact, sauf quand vient le temps d’y puiser de l’eau. Il nous parle des tempêtes et des changements climatiques; de la façon dont la nature gère la mort des individus qui y vivent; des espèces disparues ou en danger; s’il vaut mieux nourrir ou non les oiseaux en hiver; des mythes et réalités entourant la biodiversité; des craquements des arbres comme des coups de fusil qu’on entend en forêt lors de grands froids; de la migration très lente des forêts; et de l’évolution de l’homme.

Les passages les plus frappants sont sans doute quand l’auteur aborde la puissance des liens entre la nature et les animaux par exemple. Comment la présence ou l’absence des loups peut modifier les cours d’eau ou alors de quelle façon les arbres peuvent identifier un animal d’un autre.

« Nous ne comprenons pas encore bien le mécanisme d’horlogerie de la nature. Et tant qu’il en sera ainsi, nous devrions nous abstenir d’essayer de le réparer. »

L’auteur nous parle également d’écologie et de la façon dont la nature est perçue par le public en général. Avec l’impression que chaque animal « fragile » est en danger de mort, que chaque rencontre avec un animal sauvage est forcément une menace, l’idée générale de la nature, vue de tours en béton, est assez faussée. Cette vision globale des choses joue beaucoup sur la façon dont l’humain tente de protéger ses villes et villages au détriment des animaux et de la nature. Avec une vision tronquée des choses, l’humain nuit beaucoup plus à la nature qu’il ne la protège. Sa vision se rapproche beaucoup de la mienne.

« La nature la mieux protégée est celle dont l’homme peut faire l’expérience. »

Les différents chapitres de ce livre sont passionnants! L’auteur nous fait réaliser l’ampleur des liens qui se tissent dans la nature et nous démontre à quel point tout est fragile et puissant à la fois. Il nous permet de voir ce qui nous entoure d’un œil nouveau, avec une vision différente des choses. En cette période où l’écologie et la nature sont au centre de nombreux discours politiques et écologistes, ce livre est un incontournable à découvrir. Wohlleben est un vulgarisateur de talent qui permet de rendre accessible à tous une vue d’ensemble du réseau qui relie la nature, les animaux, les arbres, les champignons et l’homme entre eux. Une très belle lecture.

Voici d’autres livres passionnants à découvrir dans la même collection:

Le réseau secret de la nature, Peter Wohlleben, éditions Multimondes, 248 pages, 2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s