Le Sumo qui ne pouvait pas grossir

sumo qui ne pouvait pas grossirSauvage, révolté, Jun promène ses quinze ans dans les rues de Tokyo, loin d’une famille dont il refuse de parler.Sa rencontre avec un maître du sumo, qui décèle un « gros » en lui malgré son physique efflanqué, l’entraîne dans la pratique du plus mystérieux des arts martiaux.Avec lui, Jun découvre le monde insoupçonné de la force, de l’intelligence et de l’acceptation de soi. Mais comment atteindre le zen lorsque l’on n’est que douleur et violence ? Comment devenir sumo quand on ne peut pas grossir ?

J’aime beaucoup Éric-Emmanuel Schmitt et je découvre peu à peu ses premiers textes. Le sumo qui ne pouvait pas grossir raconte l’histoire d’un jeune homme qui a quitté sa famille très tôt avec le sentiment de ne pas être aimé. Un jour alors qu’il vend de la camelote au bord de la rue, un homme, Shomintsu, maître de sumo, l’invite à un combat de sumos en lui disant « qu’il voit un gros en lui ». Jun refuse, ne voulant pas s’abaisser à aller assister à des combats de sumos.

De ce moment, jusqu’à ce que le jeune Jun accepte de suivre Shomintsu, le livre est teinté d’humour. Les répliques sont amusantes. L’histoire se déroule dans les rues de Tokyo où Jun est sauvage et révolté. Il tente de survivre comme il peut, en étouffant tout ce qui est bon en lui. En agissant comme il le fait, il cache à lui-même et aux autres, la personne qu’il est réellement.

« Car il faut préciser qu’à l’époque, je souffrais d’allergie. J’étais devenu intolérant à la terre entière. Y compris à moi. »

Le roman montre comment le manque d’estime de soi, et le fait de retrouver peu à peu cette confiance, peut transformer littéralement une personne. Les circonstances permettront à Jun d’apprendre à se connaître. Sa rencontre avec Shomintsu lui offre l’occasion d’apprendre à savoir qui il est et à cheminer dans sa vie en ayant un but et en sachant d’où il vient.

« Pourquoi étais-je né d’une mère pareille, une mère que je ne comprenais pas, une mère qui ne me comprenait pas? »

Le livre apporte une belle leçon de vie. On reconnaître les thèmes chers à Éric-Emmanuel Schmitt. On y retrouve son intention de démontrer que les gens peuvent changer et évoluer. Le roman est un bel exemple de ce que l’auteur a l’habitude de partager dans ses livres, ainsi que sa griffe, unique, qu’on reconnaît aisément.

Un roman qui se lit comme un conte tellement la plume est fluide. L’histoire est assez courte, le livre se lit rapidement, mais on le termine avec un petit sourire aux lèvres, satisfait. C’est une lecture fort plaisante, le texte est agréable.

Une lecture adaptée tant pour les adolescents que pour les adultes, qui trouvera sans doute un bel écho chez tous ceux qui ont envie de faire une place à celui ou celle qu’ils sont réellement. Une bien belle lecture!

Le Sumo qui ne pouvait pas grossir, Éric-Emmanuel Schmitt, éditions Albin Michel, 112 pages, 2009

Hunter

HunterPlus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le sang-mêlé indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son œuvre ?

Hunter est le premier tome de la trilogie américaine écrite par Roy Braverman, un des pseudonymes utilisés par Patrick Manoukian, qui écrit aussi sous le nom de Ian Manook. J’ai bien apprécié la préface du roman car l’auteur raconte sa façon de travailler avec l’usage de pseudonymes qui correspondent à des styles d’écriture ou d’atmosphère, et parfois même, servent à rendre hommage à une personne que l’auteur a rencontré. Les explications et les anecdotes racontées par l’auteur sont intéressantes.

L’histoire quant à elle est très prenante. Dès le début du livre on entre en plein dans l’action. Le suspense est présent tout au long du livre. J’avais beaucoup de mal à lâcher ce roman même s’il est très sombre, tellement l’enquête et la chasse à l’homme sont palpitantes.

Hunter est un roman aussi prenant que dur et sanglant, au suspense très noir, qui demeure cependant captivant d’un chapitre à l’autre. La peur et la mort rôdent dans les bois et on se sent toute de suite intrigué. C’est aussi un roman d’enquête, car le FBI, le Shérif et Freeman, l’ancien policier à qui les autres personnages ne veulent pas faire de place dans l’enquête, sont tous à traquer le coupable et à tenter d’éclaircir les meurtres. Au début, on suit l’enquête du Shérif, qui est ensuite mis de côté par le FBI, afin d’élucider ce qui se passe et découvrir si Hunter est bel et bien à la tête du nombre de cadavres qui ne cesse de s’accumuler. Comme les cas recommencent à sa sortie de prison, tout porte à croire qu’un criminel est en cavale, et qu’il est bel et bien celui que tout le monde croit coupable.

Le roman compte plusieurs personnages importants, mais les principaux sont Hunter, perçu comme un tueur en série soupçonné de plusieurs crimes; Freeman qui est un ex-policier à la retraite et père d’une fille disparue; et Crow le partenaire de cellule de Hunter. Ce qui est intéressant c’est que l’auteur consacre un tome de sa trilogie par personnage. Le premier est intitulé Hunter, le second Crow et le troisième Freeman.

« Dès qu’il a vu Hunter se diriger vers Nortchbridge, il a compris qu’il retournait à Pilgrim’s Rest. Et ça tombait bien, parce que c’est là que Freeman voulait le ramener et le tabasser pour lui faire avouer ce qu’il avait fait de Louise. » 

Les lieux et les décors sont importants dans l’histoire et amènent une atmosphère inquiétante particulièrement intéressante. Pilgrim’s Rest est un trou paumé, qui compte un bowling fermé, des routes enneigées difficilement praticables et entourées de forêt. La température est glaciale, le roman se déroule en hiver, en plein tempête de neige. Les recherches dans le bois se font en motoneige et les éléments semblent se liguer contre les hommes qui travaillent fort pour réussir à résoudre l’enquête.

« La tempête est revenue sur Pilgrim’s Rest. Des vents violents et continus courent les combes sur des centaines de kilomètres pour engouffrer dans la cluse de la neige en rafales. Malgré la colère qui le brûle et la bise qui cingle son visage, Hackman reste insensible aux bourrasques qui poncent ses joues. »

L’histoire se déroule véritablement en pleine nature et en plein cœur des Appalaches. C’est un lieu isolé, propice aux meurtres et au crime. Hunter y est d’ailleurs pourchassé de toutes parts. Le roman est en quelque sorte une véritable chasse à l’homme qui se déroule en continu. Le personnage de Hunter est intéressant puisqu’il nous pousse à se questionner et à tergiverser. Il est à moitié amérindien et les autres personnages, ainsi que la société, éprouvent une sorte de mépris pour ce « sang-mêlé ».

Pendant la lecture, beaucoup de questions font surface tout au long du roman, car les fausses pistes sont nombreuses et l’enquête piétine. Cette construction du roman donne naturellement envie d’en savoir plus et nous pousse à tourner les pages. La fin du roman annonce une suite peut-être un peu plus troublante et sanglante à venir. C’est du moins mon impression en terminant ce livre. J’ai donc très envie de découvrir la suite.

Pour être honnête, je ne suis pas un habitué de ce genre de roman-là. J’ai d’abord été attiré par Crow, dont la couverture m’interpellait, puis j’ai vu qu’il s’agissait du tome deux, alors je trouvais important de lire le premier tome d’abord. La couverture de Hunter m’attirait bien aussi. De manière générale, je lis très peu de thrillers et ici, je suis sorti de ma zone de confort. Le suspense est un élément qui m’intéresse toujours beaucoup dans un roman, et j’ai été largement servi avec Hunter. Le livre nous amène à vivre de nombreuses émotions et le roman se dévore. J’ai adoré cette lecture qui m’a étonnamment happé. J’avais beaucoup de mal à lâcher cette histoire très prenante.

Parfois, certains lecteurs peuvent être rebutés par certains types de livres, craignant que ce soit trop dur, trop sanglant ou trop noir. Quand l’écriture est belle, l’auteur réussit à nous faire voyager dans son monde imaginaire et à nous le faire apprécier, peu importe le type de livre. J’ai découvert cet auteur avec ce roman et s’il écrit à nouveau un genre de livre semblable, je le relirais avec plaisir. L’écriture nous prend et nous happe. C’est une lecture qu’on peut faire rapidement, tellement l’histoire captive et nous porte. Les chapitres courts accentuent cette impression d’action.

Je ne suis pas un grand lecteur de thrillers ou d’horreur. Toutefois, ce roman m’a peut-être donné envie de découvrir d’autres livres dans le même genre. Comme quoi, sortir de sa zone de confort a parfois du bon: ça nous permet de faire des découvertes qu’on apprécie et qui nous surprennent, des lectures qu’on n’aurait peut-être pas faites normalement. Si vous aimez les suspense et les thrillers, c’est un livre que je recommande naturellement.

J’ai donc très hâte de lire la suite, que je me garde pour dans quelques semaines. Je compte aussi me procurer le tome trois qui devrait être disponible bientôt ici, sa parution ayant été retardée chez nous à cause du confinement.

Hunter, Roy Braverman, éditions Pocket, 400 pages, 2019

Le Tigre

TigreAu tout début du XXe siècle, un fait divers singulier défraye la chronique de Saint-Pétersbourg, la capitale de l’Empire russe: un tigre monstrueux fait régner la terreur dans la lointaine Sibérie. Il décime les troupeaux et massacre les villageois. Rares sont les voyageurs qui échappent à ses assauts. Le Tsar promet alors à qui osera l’affronter et parviendra à l’abattre une récompense fabuleuse: le poids du monstre en pièces d’or. Les chasseurs de prime se lèvent en masse mais sans grand succès. Le Tigre semble doué de prescience. Il évente leurs pièges et de gibier mis à prix se fait chasseur impitoyable, puis s’évanouit à nouveau dans la steppe. C’est alors qu’un jeune Pétersbourgois, Ivan, décide de se lancer à son tour dans l’aventure.

Le Tigre est l’un des premiers textes de Joël Dicker, écrit pour un concours littéraire. Je n’ai pas lu les autres romans de l’auteur, mais ce livre-ci m’attirait beaucoup à cause de son format et de l’objet-livre en lui-même. L’ouvrage a une belle couverture rigide colorée avec une jaquette. La qualité de l’ouvrage est agréable avec un signet intégré. L’histoire est magnifiquement illustrée par David de las Heras.

Le conte commence alors que deux moines qui traversaient le pays, font halte à Tibié, espérant être bien accueillis. Le village est plongé dans un calme inquiétant et les deux moines découvrent un véritable carnage. C’est aussi là qu’ils tombent nez à nez avec le tigre. C’est à partir de ce moment que l’histoire commence.

« Mais au détour d’une maison, leurs deux montures se cabrèrent soudain, apeurées. Les moines venaient de tomber nez à nez avec le responsable du massacre, le pelage encore taché de sang frais: un énorme tigre. »

Des chasseurs sont mis à profit pour trouver l’animal, qui se déplace de village en village. Le Tsar finira par mettre la tête du tigre à prix, attirant quiconque souhaite s’enrichir. Les volontaires ne sont pas nombreux, mais la récompense attire un jeune homme, Ivan, qui tentera sa chance. Vif, intelligent, il ne manque pas d’idées pour aller au bout de sa quête.

Le conte amène un très bon suspense, qui monte au fil des pages et de la traque du tigre. Comme bien souvent dans les contes, il y a une belle leçon à retenir. On voit également plusieurs facettes de l’homme. Il y a la bonté des gens qui veulent aider, mais aussi un portrait de l’homme gagné par la fièvre de l’or, aux actions pas toujours honnêtes ni justes. À ne penser qu’à soi, on fini par se faire prendre à son propre jeu. La témérité peut payer, jusqu’à un certain point.

L’histoire m’a beaucoup plu. J’ai adoré ce livre. Les images sont vraiment très belles et accompagnent parfaitement l’histoire. Les paysages enneigés et la traque dans la nature sont aussi bien rendus par le texte que par les illustrations. Ce livre se prête également très bien à une lecture à haute voix, ce que nous avons fait à la maison pour ce conte. Ce fut un très beau moment.

Un conte que j’ai adoré découvrir et que je vous conseille. C’est une belle lecture.

Le Tigre, Joël Dicker, illustrations de David de las Heras, éditions de Fallois, 64 pages, 2019

«Les Ennemis français de la race anglaise»

ennemis français de la race anglaiseAdam Thom est, dans les années 1830, l’un des porte-parole les plus influents de la communauté anglophone du Bas-Canada. Sous le pseudonyme de Camillus, il publie dans le Montreal Herald des lettres vitrioliques adressées au nouveau gouverneur en poste, lord Gosford, dans lesquelles il exprime les opinions d’un groupe de marchands, de banquiers, de magistrats et de miliciens ultraconservateurs. Il s’oppose aux meneurs du Parti patriote et à leurs partisans, des «habitants illettrés» qui ignorent leurs véritables intérêts, tout en dénonçant la collaboration des autorités impériales conciliantes de Westminster. De manière prophétique, Adam Thom envisage une intervention armée pour assimiler ou annihiler les «ennemis français de la race anglaise».

«Les Ennemis français de la race anglaise». Un titre qui a vivement attiré mon attention et mon intérêt tant il est puissant et dérangeant. Je n’avais jamais entendu parler d’Adam Thom avant de lire ce livre. Sans doute que son nom vous est aussi inconnu. Il a été occulté de l’histoire et en lisant ses lettres, on comprend pourquoi. Adam Thom nourrissait une haine contre les français. C’était pour lui un petit peuple qui ne méritait pas qu’on lui accorde quoique ce soit. S’il est très mielleux et enjôleur dans ses lettres au gouverneur, son ton change peu à peu. Il devient cassant, voire parfois insultant. Il déteste autant les français que quiconque leur offre quoique ce soit. La gestion du Haut-Canada et du Bas-Canada de l’époque l’exaspère. Il passe même par les États-Unis pour contourner les français afin de ne pas être en contact avec eux.

« La méthode visant à répartir les recettes douanières en fonction de la population est presque trop absurde pour faire l’objet d’une discussion. Si une seule et unique race habitait les deux provinces, la méthode en question serait logique, bien qu’imparfaite; toutefois, prétendre qu’un Canadien français contribue autant qu’un Anglais à l’alimentation du trésor public, c’est confondre l’indolence et l’énergie, la barbarie et la civilisation, l’ignorance satisfaite et l’intelligence ambitieuse. »

Dès la lecture de ce recueil de lettres, on déteste rapidement le personnage d’Adam Thom. Il crachait et calomniait la nation francophone qu’il qualifiait régulièrement de démagogues illettrés, de traîtres, de petit peuple et d’opportunistes rampants… L’histoire n’a donc pas réellement perpétué son nom dans les livres même si son passage chez nous aura duré vingt ans.

Même si l’on déteste le personnage qu’était Adam Thom, que ses idées sont grotesques et que la lecture de ce livre peut être choquante par moments, ces lettres sont très intéressantes à lire. Elles nous font comprendre un point de vue différent. Elles jettent également un éclairage nouveau sur la politique et la situation particulière du Québec.

L’ouvrage débute par un avant propos riche en informations qui nous apprennent qui était ce cher Adam Thom. D’où il venait, ce qu’il faisait, avant qu’on puisse entamer la lecture de ses lettres adressées à Lord Gosford. Adam Thom, cet immigrant écossais qui au moment de l’envoi de ses lettres, agissait à titre de rédacteur en chef du Montréal Herald. Il s’opposait ouvertement à la politique du gouverneur Gosford. Il écrira entre 1835 et 1836 des lettres à saveur « anti-gauloises » (où il se plaît à faire une comparaison primitive avec la Rome et la Gaule) adressées au gouverneur. Il écrivait sous le pseudonyme de Camillus, accusant alors Gosford de manquer de fermeté avec la faction française et de lui donner beaucoup trop de pouvoirs.

Thom se montre très critique dans ses lettres au gouverneur, qu’il tente de raisonner car il le trouve trop généreux à l’encontre de la colonie Française. Il décortique les propos du Gouverneur en lui laissant entendre qu’il voulait sûrement dire autre chose que ce qu’on lit réellement. Il tente de l’inciter à penser comme lui. Ce qui ne semble pas avoir porté ses fruits car au fil des lettres, il se montrera de plus en plus critique sur le choix des commissionnaires mis en place, mettant en doute leurs qualifications. Il remet même en question le choix du gouverneur en place, suggérant qu’il n’a pas les compétences pour un tel mandat…

Adam Thom était un fin manipulateur. Il tente de faire croire au gouverneur que les français reçoivent bien plus que ce qu’ils ne devraient. De son point de vue, les anglais travaillent davantage et ce sont les français qui en profitent le plus. Il se plaint du manque de loyauté des français vis à vis la royauté britannique. Il déplore que les français se plaignent du joug anglais, qu’ils sont des traîtres et que ce petit peuple pourrait se mutiner si le gouverneur ne les assimile pas rapidement par la force et le sang. Il est, par exemple, totalement contre l’idée de faire du Bas-Canada, une province francophone, ce qui serait assurément une injure pour les anglophones. Idem pour l’idée d’intégrer un francophone dans l’administration, ce qui serait impensable pour lui.

« Ainsi parle, Monseigneur, un homme qui n’a jamais sacrifié sa cohérence politique, ni dévié dans son parcours, convaincu qu’un jour la persévérance opiniâtre de ses compatriotes loyaux fera trembler de terreur et d’effroi les factions françaises et les Cabinets francisés. »

Beaucoup d’éléments dans ces lettres font écarquiller les yeux aujourd’hui. Adam Thom manipule allègrement les faits afin d’augmenter les revenus du Haut-Canada et de diminuer les profits du Bas-Canada. Il donne facilement ses « conseils » (qui sont beaucoup plus des directives qu’il souhaite voir être appliquées) au gouverneur pour avantager le peuple anglais.

« La conclusion qui me vient à l’esprit, c’est que vous êtes, Monseigneur, ainsi hostile ou faible, aveugle et inconséquent. Je vous laisse le soin de choisir entre le crime moral ou la malchance intellectuelle. »

Très enjôleur, rusé, intelligent et manipulateur, Adam Thom n’apparaît certainement pas comme un homme droit et intègre quand on le lit aujourd’hui. Il manie la plume à la perfection pour tenter d’amener les gens à adopter son point de vue. C’était un excellent stratagème.

Les lettres d’Adam Thom nous permettent de voir les tensions qu’il pouvait y avoir à ce moment entre la nation Française et la nation Britannique, les patriotes anglais et français, en présentant le point de vue d’un extrémiste anglo-saxon. Adam Thom s’opposait constamment aux patriotes français. Un point de vue parfois choquant à lire pour nous, francophones, mais qui jette un éclairage différent sur nos racines et le fondement des idéologies qui ont agitées le Bas-Canada et le Haut-Canada.

« Les Ennemis français de la race anglaise » a été une lecture hyper intéressante et instructive, qui offre une image très claire des tensions que les deux colonies de l’époque ont dû affronter. De nombreuses notes accompagnent chaque page afin de permettre au lecteur de mieux saisir le contexte historique, les différents hommes qui ont marqué cette période et leur façon d’agir. C’est donc passionnant, puisqu’on apprend énormément de choses sur cette période de l’histoire, tant du point de vue social que politique.

Les lettres d’Adam Thom viennent nous chercher, naturellement, surtout lorsqu’on est francophone. Elles provoquent beaucoup d’émotions. Elles nous donnent à réfléchir sur ce qui a marqué les moments forts de notre histoire et des batailles livrées par les francophones. La lecture de ces lettres éveillent en nous un côté patriotique qui refuse encore aujourd’hui de se laisser assimiler et qui poursuit sa défense de notre langue, de notre identité. Un ouvrage à lire pour comprendre beaucoup de choses!

« Les Ennemis français de la race anglaise », Les lettres d’Adam Thom au gouverneur en chef des Canadas, 1836, Adam Thom, présentation, notes et annexes de François Deschamps, traduction de Marie Caron, éditions du Septentrion, 318 pages, 2019

Haïkus: La voix des animaux

Haikus la voix des animauxCe nouveau volume des « Classiques en images » propose de renouer avec la tradition du poème court japonais à travers une sélection de 60 haïkus de Genshi, Kikaku, Bashô, Issa, Shôha, Buson, Yorie, Shiki, Jôsô, Hashimoto… exclusivement consacrés au monde animal. Ce recueil célèbre avec poésie, fantaisie et respect autant les animaux qui accompagnent le quotidien (chien, chat, poule…) que les bêtes sauvages surprises dans un coin de nature (libellule, sauterelle, grenouille…).

Haïkus: La voix des animaux est un recueil de poèmes courts japonais. Il met en lumière plusieurs haïkus qui illustrent chaque animal représenté dans les poèmes. L’ouvrage fait partie de la collection Classiques en images. Je découvre d’ailleurs cette collection avec ce livre et il m’a donné très envie d’en lire d’autres, tant les poèmes et les illustrations sont sublimes.

Quelques mots sur l’objet en lui-même. Ce livre m’a tout de suite attiré à cause de sa mises en page, de son format. Le volume est magnifique. La couverture est rigide, le dos est relié et le titre est en relief. L’intérieur de l’ouvrage est aussi beau que l’extérieur. Chaque poème est accompagné d’une image, une estampe, qui représente l’animal dont il est question et illustre le court poème.

Je suis une tortue et je suis belle
il ne me manque que des ailes

pour imiter les hirondelles

Issa

La poésie est celle des grands maîtres du haïkus et poème court japonais. On retrouve donc Buson, Tôta, Kikaku, Issa, Bashô, Shôa, Genshi, Sôseki, Yorie, Shiki, Jôsô, Hekigodô, Kyorai, Kyoshi, Otsuyu, Hashimoto, Seisensui, Hasegawa, Gyôdai, Kyûhachi, Shirao, Onitsura, Saiô, Chora, Chinshi, Hokushi et Tairo. Certains auteurs sont représentés plusieurs fois alors que d’autres n’ont qu’un seul poème.

Les haïkus parlent du faisan, de l’oie, du sanglier, de l’ours, du chien, du cheval, du loup, du martin-pêcheur, du papillon, du faucon et bien d’autres. Les poèmes abordent autant les caractéristiques des animaux que le lien entre l’animal et la mythologie. Il y a également, à travers les haïkus, de petites anecdotes en lien avec les animaux. La nature est omniprésente, qu’on aborde les animaux, la flore, les insectes ou même les saisons.

Le faucon revenu dans ma main
dans son œil
le soleil

Tairo

J’ai adoré cette lecture. Le livre est magnifique, la poésie est pleine de douceur et de simplicité. C’est un bonheur de prendre le temps de les découvrir, tant pour le plaisir des yeux que pour celui des mots. Les images sont, de plus, vraiment magnifiques. Chaque double page présente un haïku et une estampe.

Un ouvrage parfait pour ceux qui aiment l’art, la poésie, la nature et les animaux, ou tout simplement les beaux-livres qu’on a envie de conserver et relire pour le plaisir. Un très bel ouvrage qui sait transmettre la beauté du monde animal.

Haïkus: La voix des animaux, Collectif, éditions du Seuil, 128 pages, 2019