Locke & Key t.4: Les clés du royaume

Locke and Key 4Le manoir Keyhouse s’est transformé en champ de bataille. Les enfants Locke découvrent toujours plus de clés magiques dissimulées dans leur ancienne demeure, attisant sans relâche la convoitise du sinistre Lucas Caravaggio. Et si la vie semble continuer malgré tout à Lovecraft, un fantôme du passé ne va pas tarder à faire resurggir de vieux souvenirs familiaux. Le mystère qui entoure leur père pourrait bien être enfin dévoilé. A condition que les forces démoniaques ne s’y opposent pas.

Ce quatrième tome s’ouvre sur un hommage à Bill Watterson, l’auteur de Calvin et Hobbes. On y retrouve donc un style de dessin s’y approchant, avant de basculer dans le style familier de l’univers de Locke & Key. Toujours étrange, toujours un peu sanglant, toujours plein de mystères.

Ce tome nous amène à rencontrer Erin Voss, une amie d’enfance du père des enfants Locke. On y découvre sa triste condition, ce qu’elle subit et ce que Dodge lui fait subir. Internée, traitée de folle, sa vie est réduite à néant. Ce tome aborde également le racisme que les enfants expérimentent pour pouvoir enquêter et ce, à l’aide de la clé miroir. Ils en sont ébranlés et c’est l’occasion de réaliser pour eux certaines choses. Ce qui est le plus terrifiant n’est pas toujours surnaturel…

Une partie du quatrième tome déboule un peu comme un calendrier. On sent, comme lecteur, que les journées défilent très vite. Les jours passent et les jeunes Locke doivent combattre toutes sortes de monstres et de dangers auxquels ils sont confrontés à cause des clés. Leur quotidien devient en quelque sorte une lutte contre les forces du mal.

C’est aussi une période dans la vie des Locke remplie de changements avec tout ce que comporte l’adolescence, les hauts, les bas, les déceptions et ce besoin de faire partie d’un groupe, d’être apprécié. C’est le cas du moins pour Kinsey et Tyler. De son côté Bode passe du temps avec Rufus et on constate que ce petit bonhomme handicapé pour qui la vie n’est pas facile, a aussi une forme de « sensibilité » à ce qui l’entoure que les autres ne peuvent pas forcément voir. Grâce à lui, le lecteur comprend mieux l’intrigue.

Ce tome apporte beaucoup de choses intéressantes à l’histoire. Il nous montre à quel point les clés prennent de la place dans la vie des Locke. Tout tourne autour de ces fameuses clés et des dangers qui les accompagnent. J’ai apprécié la présence d’Erin Voss et les revirement de situations vers la fin du livre.

Les clés du royaume se termine sur une scène qui donne le frisson et qui naturellement, conduit le lecteur vers le cinquième tome. On ne peut pas finir de cette façon et on veut connaître la suite. Il vaut mieux avoir le tome suivant sous la main!

Comme toujours l’album est complété par l’inventaire des clés connues. Cette fois, en plus des textes issus du journal de Benjamin Pierce Locke, nous avons des ajouts d’un autre ancêtre, Harland Locke, ainsi que des extraits de la correspondance de Jean Locke. Une galerie d’illustrations des différents personnages de la série complète l’album.

Un tome que j’ai grandement apprécié, qui va plus vite que les autres tant ce qui s’y passe est prenant et perturbant. La scène finale nous garde bien accroché!

Mon avis sur les autres tomes de la série (tomes 5 et 6 à venir):

Locke & Key t.4: Les clés du royaume, Joe Hill & Gabriel Rodriguez, éditions Hi Comics, 168 pages, 2018

 

 

Locke & Key t.3: La couronne des ombres

Locke and Key 3Les ténèbres se referment sur Keyhouse, le manoir de la famille Locke. Dodge poursuit son insatiable quête des mystérieuses clés de pouvoir et est prêt à tout pour les obtenir. Y compris à torturer ses anciens alliés et à assassiner ses ennemis. Bode, Tyler et Kinsey vont devoir mener seuls un combat désespéré pour leur survie.

La couronne des ombres est le troisième tome de la série Locke & Key et sans doute le tome où la famille Locke se déchire et va de plus en plus mal. La mère des enfants souffre de ce qui est arrivé à son mari et la bouteille est sa meilleure amie. Elle n’arrive pas à reprendre le cours de sa vie. Une découverte particulière dans la maison la mène à placer tous ses espoirs en quelque chose de vain, ce qui n’améliore pas du tout la relation qu’elle entretient avec ses enfants.

Les enfants Locke subissent sans le savoir les contrecoups de la présence de Dodge qui prend beaucoup de place et utilise à mauvais escient les pouvoirs de Keyhouse. On apprend encore plus de choses dans ce troisième tome sur la façon dont fonctionne les clés, les pouvoirs qu’elles peuvent offrir et les dangers auxquels doivent faire face les jeunes. Bode, comme à son habitude, continue de trouver toutes sortes de clés et d’en tester les limites… à l’exaspération de son grand frère.

Peu à peu, la maison nous livre ses secrets et nous apprend un peu plus ce qui se cache derrière ses murs. Kinsey de son côté entraîne ses amis sur les traces de son père dans la grotte où beaucoup de choses se sont jadis passées. À vouloir comprendre les secrets de Keyhouse, les jeunes risquent leurs vies…

J’ai l’impression que ce troisième tome est un tome charnière entre le début de l’histoire – la description des personnages et la mise en place des lieux – et de ce qui se passera par la suite: les forces du mal, les pouvoirs mal utilisés et les combats. J’ai beaucoup aimé, il se passe énormément d’action, de combats, de menaces et de danger. Il y a aussi de belles trouvailles quant aux pouvoirs des objets et des clés. C’est toujours un grand plaisir de découvrir le monde créé par Joe Hill et Gabriel Rodriguez!

Cette fois, l’introduction est signée par Brian K. Vaughan, un scénariste de comics. L’album est complété par un extrait du journal de Benjamin Pierce Locke (1757-1799) recensant les clefs connues dans le monde de Locke & Key, ainsi qu’une galerie d’illustrations par Gabriel Rodriguez.

Mon avis sur les deux premiers tomes:

Locke & Key t.3: La couronne des ombres, Joe Hill & Gabriel Rodriguez, éditions Hi Comics, 168 pages, 2018

Locke & Key t.2: Casse Tête

Locke and Key 2Et si surmonter ses peurs était aussi simple que de tourner une clé dans une serrure ? Après le drame qui a frappé leur famille, Kinsey et Tyler Locke cherchent du réconfort auprès de Dodge, leur nouvel ami. Mais ils sont loin d’imaginer les noirs secrets de son coeur. Pendant ce temps, leur petit frère Bode met la main sur une clé au pouvoir insoupçonnable. Un pouvoir qui pourrait bien leur coûter la vie.

Ce second tome nous présente un nouveau personnage, qui agira comme déclencheur dans la suite des choses. Joe est professeur au lycée fréquenté par les enfants Locke, ainsi que Zack le petit nouveau, qui passe beaucoup de temps avec eux. Le professeur a une drôle de « vision » en apercevant Zack. Cette rencontre causera sa perte et sera le début de la fin pour les personnages qui vivent à Keyhouse. La façon dont les auteurs nous présentent l’histoire et la face cachée des personnages est vraiment intéressante. Ils s’attardent sur la dynamique entre eux et la façon dont leur comportement aura des répercussions sur la suite. C’est une histoire qui parle d’adolescence, mais toujours avec un côté obscure et malfaisant. Une grande part d’ombre…

Par l’entremise des souvenirs du professeur, le lecteur découvre plusieurs secrets issus du passé. On apprend aussi ce que sont devenus certains amis du père des jeunes Locke et c’est là que l’on rencontre Rufus, un jeune garçon handicapé. Ce personnage est intéressant car il apporte une dimension vraiment particulière au récit. Tout le monde fait semblant qu’il ne comprend rien alors qu’il comprend beaucoup plus de choses qu’on veut bien l’admettre… Les auteurs nous font réaliser la misère dans laquelle il a été élevé et les répercussions sur sa vie et celle de sa mère.

De son côté Bode trouve toujours des clés. Il erre dans la maison alors que personne ne s’occupe de lui. Les clés livrent peu à peu leurs étranges pouvoirs au jeune garçon qui tente d’intéresser son frère et sa sœur à leurs particularités. Et c’est là que ça devient complètement fou! Ces clés sont fascinantes et l’histoire inventée par Joe Hill et Gabriel Rodriguez est totalement réjouissante pour tous ceux qui adorent les mondes mystérieux et inquiétants. Keyhouse a beaucoup de choses à livrer et nous commençons tout juste à les effleurer avec ce second tome, qui porte d’ailleurs très bien son titre: Casse-tête.

Certaines scènes sont dures et violentes, car il y a des personnages qui sont prêts à tout pour arriver à leurs fins. Ils sont persuasifs, abusifs et manipulateurs. C’est dans ce contexte que l’on découvre un peu plus de choses sur l’enfance de Duncan, l’oncle des enfants Locke et sur sa vie personnelle aujourd’hui. Ce personnage est vraiment attachant et gentil. Il amène son lot de questionnements et permet aux auteurs de dénoncer l’homophobie et la haine.

Ce second tome entre vraiment dans le vif du sujet en nous montrant ce que peuvent les clés et leurs pouvoirs lorsqu’elles sont entre de mauvaises mains. Il y a d’excellentes trouvailles d’ailleurs en ce qui concerne les effets des clés et tout l’aspect fantastique de leurs capacités. C’est fascinant! (Et totalement effrayant également!)

Un second tome qui aborde d’une certaine façon la violation de l’intimité et du jardin secret des autres. C’est aussi dans ce livre que l’on retrouve pour la première fois un extrait du journal de Benjamin Pierce Locke débutant en 1757 et qui entreprend de faire une description détaillée des clés connues à ce jour. Les auteurs nous donneraient presque l’envie d’en découvrir quelques unes!

L’introduction de ce second tome est signée par Warren Ellis et elle est plutôt drôle et mordante. Le livre est complété par une petite galerie d’illustrations et par un article de l’illustrateur, Gabriel Rodriguez, dévoilant sa façon de travailler sur une planche. C’est un petit plus bien intéressant!

Mon avis sur le tome 1 de la série:

Locke & Key t.2 Casse Tête, Joe Hill & Gabriel Rodriguez, éditions Hi Comics, 168 pages, 2018

Locke & Key t.1: Bienvenue à Lovecraft

Locke and Key 1Keyhouse : un étrange manoir de la Nouvelle-Angleterre. Un manoir hanté, dont les portes peuvent transformer ceux qui osent les franchir… Après le meurtre brutal de leur père, Tyler, Bode et Kinsey découvrent leur nouvelle demeure, croyant y trouver le refuge dont ils ont besoin pour panser leurs plaies. Mais une ténébreuse créature les y attend pour ouvrir la plus terrifiante de toutes les portes… 

Locke & Key est sans doute la série de comics la plus fascinante et la mieux écrite que j’ai pu lire. Elle a d’ailleurs remporté plusieurs prix. Le scénario est original et il flotte dans l’ambiance de cette série quelque chose d’un peu effrayant. Une histoire de maison étrange et de clés encore plus étranges, c’est fascinant! C’est une histoire prenante dont on veut forcément connaître le dénouement. Les six tomes seront chroniqués ici au cours des prochaines semaines. À noter également qu’une adaptation en série sera diffusée sur Netflix début 2020. J’ai très hâte de voir comment ce sera à l’écran. Il y a certainement matière à faire une série vraiment intéressante!

Alors, qu’est-ce qui se cache derrière les portes de Keyhouse? Tyler, Bode et Kinsey débarquent dans la vieille demeure après le décès tragique de leur père. Leur mère a survécu au massacre, mais elle n’est que l’ombre d’elle-même. Tyler et Kinsey quant à eux, essaient de survivre à l’adolescence et de gérer leurs peurs et leur peine. Bode est encore un enfant. Un enfant curieux, qui trouve d’étranges clés dans la maison. Beaucoup de clés…

Ce premier tome met en place les personnages et nous montre la dynamique entre les membres de la famille. On rencontre Duncan, l’oncle qui tente de reprendre en main la famille du mieux qu’il peut depuis la mort de son frère. On apprend également ce qui s’est passé réellement le jour du massacre et comment ce terrible événement a affecté tous les membres de la famille.

« Regarde un peu ce que Bode a ramené de l’école. Il a dû illustrer ses vacances d’été. Ça commence par le meurtre de son père. Génial, non? Mon passage préféré, c’est la fin où il s’imagine qu’une porte magique lui permet de se transformer en fantôme et de se rapprocher de son père. »

Keyhouse quant à elle, fait partie prenante de l’histoire. Elle devient littéralement un personnage de l’histoire et un témoin du passé comme du présent. C’est un refuge, mais aussi le lieu de choses effrayantes. La demeure familiale a vu également le père de Tyler, Kinsey et Bode y vivre et venir y passer du temps avec ses amis à l’époque. La maison a été témoin de beaucoup d’événements. Bode, souvent laissé à lui-même et encore petit, passe beaucoup de temps à explorer les lieux. Il se retrouve seul face à des forces qu’il n’appréhende pas, des événements tragiques dont il ne mesure pas encore la portée et des êtres dangereux…

Le dessin de Gabriel Rodriguez est tout simplement fabuleux. En duo avec Joe Hill, ils maîtrisent parfaitement cette histoire fascinante et intrigante. Il s’en passe des choses à Keyhouse et les illustrations collent parfaitement à l’atmosphère des lieux. Sincèrement, leur collaboration est tout simplement parfaite!  On éprouve un grand plaisir à plonger dans cette histoire, à y découvrir les clés aux côtés de Bode et les monstres qui se cachent là où on ne s’y attend pas. On suit les bons comme les méchants en découvrant peu à peu la façon dont Keyhouse fonctionne et ce qu’elle peut éventuellement cacher ou offrir, selon le point de vue.

Ce premier tome est fascinant. C’est une super lecture qui m’a énormément enthousiasmée et je ne peux que la conseiller si vous aimez les lieux étranges et intrigants. Avec Keyhouse, vous serez servis!

La préface de ce premier tome est signé par l’auteur Robert Crais. Le volume se termine par une galerie d’illustrations signées Gabriel Rodriguez. C’est un ajout intéressant à l’album qui lui donne un aspect « collectionneur » bien agréable.

Osez-vous pousser les portes de Keyhouse? À découvrir, avant la sortie de la série!

Locke & Key t.1: Bienvenue à Lovecraft, Joe Hill & Gabriel Rodriguez, éditions Hi Comics, 168 pages, 2018

La voix des ombres

voix des ombresLa jeune Makepeace avait pourtant appris à se défendre contre les fantômes. Mais aujourd’hui, un esprit habite en elle. Il est sauvage, fort, en colère… et il est aussi son seul rempart contre la cruelle dynastie de son père. Dans un pays déchiré par la guerre, Makepeace va devoir faire un choix difficile: la liberté ou la vie.

La voix des ombres est un gros roman atypique, particulier et vraiment intéressant. Il y avait longtemps que je n’avais pas lu un roman qui nous permet de s’immerger autant dans la tête d’une héroïne et qui est aussi prenant. C’est un plaisir de lecture d’un bout à l’autre. C’est un roman jeunesse qui surprend et qui détonne, tant par son sujet que par le monde dans lequel il nous plonge. Et que dire de son héroïne, Makepeace, une jeune fille particulièrement attachante, humaine et très courageuse!

Le roman se déroule principalement dans les années 1640, au moment où la tension monte entre le Parlement d’Angleterre et le roi Charles. C’est la Première révolution anglaise (ou Grande Rébellion). Makepeace a perdu sa mère et est récupérée par la famille de son père qu’elle n’a jamais connu. Elle devient alors fille de cuisine dans un grand château, fait la connaissance de son demi-frère James qu’elle n’avait jamais rencontré auparavant. Avec lui, elle fait le pacte de se sauver, un de ces jours. Les deux jeunes préparent leur évasion au fil du temps. Mais ce qui se passe entre les murs de pierres est terrifiant et quand Makepeace comprend le secret que cache sa famille, elle est rapidement prise au piège.

« Les humains sont des animaux étranges, qui s’adaptent toujours et finissent par s’habituer à n’importe quoi, même à l’impossible ou à l’insupportable. Avec le temps, ce qui était impensable devient normal. »

Je me suis demandé comment je parlerais de ce livre sans dévoiler certains faits de l’intrigue… C’est à peu près impossible. La quatrième de couverture résume très légèrement un aspect important de l’histoire, soit la possession et la présence de fantômes, mais l’auteure va beaucoup plus loin et c’est vraiment ce qui rend le roman intéressant.

Makepeace se retrouve au cœur d’un secret de famille, qui permet aux Fellmotte de garder pratiquement intact le savoir acquis au fil des siècles par les membres les plus éminents de la famille.

« Imaginez la grandeur que pourrait acquérir une famille si aucune expérience, aucun talent, aucun souvenir ne s’y perdait jamais. Imaginez qu’on puisse préserver toutes les personnes qui comptent. Le trésor représenté par des siècles de sagesse accumulée… »

Les Fellmotte sont une puissance dans un monde qui s’écroule. Même si la guerre fait rage, ils ont encore beaucoup de pouvoir. Le lecteur réalise rapidement que Makepeace, tout comme James ou d’autres rejetons de la famille, servent en fait la cause des Fellmotte. Pas forcément par choix, puisqu’ils ne sont pas de haut rang et ne sont que des bâtards, mais plutôt par dépit, quand la famille n’a pas d’autres réceptacles à portée de main.

« Les Felmotte ne s’occupent pas des fruits de leurs amourettes, à moins qu’ils ne se mettent à faire ces rêves, comme nous. Dans ce cas, ils nous cherchent pour nous cueillir et nous ramener ici. »

Après des années à préparer une fuite hypothétique, Makepeace se retrouve à devoir faire des choix. Elle doit sauver sa peau si elle ne veut pas être possédée. Elle utilisera son don pour faire avancer les choses, s’associera avec des gens dont les capacités l’aideront à s’en sortir et fera tout pour sauver son frère de l’emprise familiale. Elle aura dans son camp l’aide d’un ours, d’un médecin, d’un soldat déserteur et d’une ombre… Les temps sont durs, des complots se trament dans les recoins des châteaux, la guerre fait rage, les soldats sont partout sur les routes et Makepeace sera enrôlée malgré elle dans une affaire d’espionnage plutôt exaltante.

Le roman de Frances Hardinge est à la fois un roman fantastique, une vaste épopée en temps de guerre, une histoire de fantômes, une chasse aux sorcières, une fresque familiale et un portrait de l’absurdité humaine et des différentes classes sociales.

« C’était bien le monde dans toute sa sottise. Les armées pouvaient s’affronter et les hommes périr en masse, mais les deux partis s’accordaient pour estimer que le roi devait pouvoir faire laver ses bas. »

Le contexte social et historique du livre est captivant. Il n’y a pas à dire: ce roman aborde le sujet de la possession de façon peu commune en plus d’être plein de rebondissements et d’aventure. Si le début est un peu lent, il sert principalement à la mise en place du contexte, des personnages et de ce qui suivra. Le destin de Makepeace est fascinant. Cette héroïne n’a pas froid aux yeux et c’est avec un plaisir immense que nous suivons son histoire.

« Des choses importantes vous ont échappé, à force de ne pas faire attention aux gens. Et maintenant, c’est trop tard pour vous tous. Cette guerre n’est pas comme les autres que vous avez livrées. Ce qui arrive est sans précédent. C’est la fin du monde… »

En page couverture, l’auteur Patrick Ness dit: « Tout le monde doit lire Frances Hardinge. » Et je lui donne totalement raison! J’ai eu un beau coup de cœur pour La voix des ombres. L’écriture de Frances Hardinge est très visuelle. Je me dis aussi que ce livre ferait un film vraiment intéressant tant le contenu est imagé et original.

Une des belles forces de ce roman c’est d’aller au-delà du livre jeunesse classique. L’histoire est suffisamment complexe et prenante pour que les adultes y trouvent beaucoup de plaisir. L’originalité du traitement d’un sujet vieux comme le monde dans les livres, soit celui de la possession, est inattendu.

En terminant La voix des ombres, j’étais totalement conquise. Je veux maintenant lire l’autre roman de l’auteure, qui a remporté le prix Costa 2017, L’île aux mensonges. Une auteure à surveiller, définitivement!

La voix des ombres, Frances Hardinge, éditions Gallimard Jeunesse, 497 pages, 2019