Halloween: Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines

Halloween Sorcières lutins fantomes et autres croquemitaines (1)« Des moyens très simples créent la terreur: une porte qui s’ouvre, un jardin sous la lune… On ne voit pas le diable mais son oeuvre… » – Auguste Villiers de l’Isle-Adam

L’ouvrage n’a pas de quatrième de couverture, J’ai choisi de partager plutôt la citation de Villiers de l’Isle-Adam qui ouvre le livre. Elle est plutôt bien choisie vu le contenu de ce beau-livre aux magnifiques illustrations.

J’avais lu ce livre il y a au moins dix ans et j’en conservais le souvenir d’illustrations vraiment très belles. J’avais donc envie de le relire cette année en cette période d’Halloween.

Halloween: Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines est un collectif d’auteurs et d’illustrateurs qui offre un tour d’horizon des personnages que l’on retrouve autour de la fête d’Halloween ou dans les légendes effrayantes racontées autour du monde.

« Dans les pays celtiques, la nuit du trente-et-un octobre, lutins, fantômes, sorcières et autres croquemitaines surgissent de leur repaire pour fêter l’Halloween. En cette veille de la Toussaint, tous les esprits surnaturels et démoniaques parcourent la surface de la terre en toute liberté, profitant de l’obscurité pour se mêler aux vivants. »

L’ouvrage est divisé en différentes parties regroupant les personnages effrayants que nous allons découvrir: les lutins, les fantômes, l’Halloween, les sorcières, les démons, les orges. Le tout est complété par une bibliographie. Comme le livre date déjà de plusieurs années, si un livre de la liste vous intéresse, il vaut mieux effectuer une recherche en bibliothèque pour le trouver.

Les illustrations sont vraiment très belles, comme en témoigne ces quelques extraits:

Il y a quelque chose de captivant et d’effrayant dans les illustrations des personnages qui nous sont présentés, qui cadre très bien avec l’atmosphère recherchée pour l’Halloween.

Le livre est surtout un patchwork de toutes sortes de textes autour des créatures de l’ombre. Extraits, légendes, chansons, bouts d’histoires, etc. Ce n’est ni un dictionnaire, ni une encyclopédie. Le livre est plutôt conçu comme un bel ouvrage à feuilleter pour s’imprégner de l’atmosphère de cette fin octobre. Il comprend aussi la petite histoire de Jack O’Lantern.

Si vous avez envie de découvrir un beau livre un peu inquiétant et mystérieux sur les personnages qui sortent la nuit de l’Halloween, jetez un coup d’œil à celui-ci. Il en vaut la peine, principalement à cause de ses illustrations qui sont magnifiques!

Halloween: Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines, Collectif, éditions Avis de tempête, 160 pages, 1997

Publicités

Québec: un parcours photographique au cœur de cette province unique au Canada

Quebec - mathieu dupuisUne aventure visuelle à travers les paysages étonnants du Québec! Merveilles naturelles à couper le souffle, villages aux histoires intemporelles et exubérance québécoise empreinte de chaleur font de cette série de Mathieu Dupuis, photographe primé, un voyage exceptionnel. Des falaises accidentées qui longent le Saint-Laurent, aux rues de Québec sous le clair de lune, en passant par le cercle polaire et ses aurores boréales, ces incroyables images et ces histoires fascinantes décrivent la richesse de cette magnifique province du Canada. L’aventure québécoise n’attend que vous!

Je suis le travail de Mathieu Dupuis depuis un bon moment. Sur les réseaux sociaux, déjà, où le photographe est très accessible. Son compte Instagram est à découvrir. Il raconte beaucoup d’anecdotes intéressantes liées à son travail comme photographe. Ses publications sont toujours passionnantes. Il a publié quelques livres magnifiques, sur l’Abitibi-Témiscamingue entre autres.

Et voici qu’arrive dans sa carrière la possibilité d’une publication avec National Geographic, ce qui est un événement en soi! Et quelle publication fabuleuse! Cet ouvrage sur le Québec est tout simplement magnifique! On y retrouve la touche naturelle et généreuse du photographe, son ton que j’aime tant.

Le livre nous amène faire le tour du Québec, ses particularités et ses beautés, une région à la fois. C’est tellement beau! J’y ai retrouvé des choses que je connaissais, mais avec un point de vue auquel on ne pense pas forcément. C’est ce qui fait la beauté de cet ouvrage. Des pages « Voyager au Québec » complètent la portion « photos » et donne des idées afin de découvrir chaque bout de la province.

Outre les photographies, mes pages préférées sont celles intitulées « Carnet de voyage ». J’y ai retrouvé le ton de Mathieu Dupuis, ses anecdotes qui me plaisent tant sur les réseaux sociaux et des petites histoires pour ces grands moments de photographie.

Que vous soyez québécois ou simple touriste, ce livre est pour vous! Pourquoi? Parce qu’en le refermant on réalise la grandeur et la richesse de notre Québec. On réalise à quel point c’est beau. À quel point la nature y est époustouflante. À quel point nos gens sont innovateurs et créateurs, uniques et magnifiques!

« Entre mer et montagnes, de la forêt laurentienne à la toundra, de la canicule estivale au froid de l’hiver, le Québec est une destination caractérisée par de grands contrastes. »

Mathieu Dupuis est un photographe que j’admire, dont le travail me plaît. Son approche de la photo est intéressante. J’ai envie que les gens puissent découvrir ce livre parce qu’il en vaut la peine. Les images sont à couper le souffle.

En voici d’ailleurs un aperçu dans cette vidéo:

J’ai refermé l’ouvrage avec un sourire, heureuse de vivre ici. Parce que, quand même, c’est si beau chez nous!

Québec: un parcours photographique au cœur de cette province unique au Canada, Mathieu Dupuis, éditions National Geographic, 272 pages, 2018

Shinrin Yoku – L’art et la science du bain de forêt

IMG_0652Le bain de forêt est une pratique médicale qui existe au Japon depuis longtemps sous le nom de shinrin-yoku. Les recherches du Dr Qing Li, expert en sylvothérapie, ont prouvé que passer du temps au contact de la nature, que ce soit en marchant dans les bois, en faisant une pause dans un parc, en aménageant sa maison avec des plantes d’intérieur ou en vaporisant des huiles essentielles, avait d’innombrables bienfaits sur notre santé. Ces habitudes provoquent réduction du stress, stimulation de l’énergie, amélioration de la concentration et de la mémoire, réduction de la tension artérielle et même perte de poids. Vous trouverez dans cet ouvrage tous les conseils pour mettre en pratique le shinrin-yoku et bénéficier du pouvoir des arbres. Recentrez-vous sur vos cinq sens pour apprécier les cadeaux de la nature et profiter pleinement de l’instant présent.

Je ne connaissais pas le Shinrin Yoku avant d’avoir en main cet ouvrage. Je connaissais toutefois le principe sans le savoir: les bienfaits qu’apportent le plaisir de se faufiler dans la forêt et de vivre pleinement ce moment avec les cinq sens. Le Shinrin Yoku c’est un peu tout ça, mais relié à la médecine, à la science et à la santé.

« L’art des bains de forêt consiste à se connecter à la nature par l’intermédiaire de nos sens. »

Tout d’abord, le livre en tant qu’objet est très beau. L’arbre de la couverture est en relief, les pages sont épaisses, abondamment illustrées.

Shinrin Yoku montage

Dès les premières pages, on découvre ce qu’est le Shinrin Yoku: la science qui a voulu étudier le sentiment de bonheur et de calme qui nous enveloppe quand on entre dans une forêt et qu’on y passe un moment. Il s’agit donc de sylvothérapie ou bain de forêt. Au Japon, c’est une pratique bien ancrée qui semble assez nouvelle ici. Là-bas, des forêts sont consacrées à cette science et on peut même se faire accompagner d’un médecin pour améliorer sa santé! Plusieurs prescrivent d’ailleurs des « bains de forêt » aux gens stressés. On en aurait bien besoin par ici!

L’auteur, médecin, rapporte les nombreux bienfaits de la forêt dans la vie quotidienne. Il y a tout un chapitre sur l’importance des espaces verts, des parcs, des forêts et les efforts qui doivent être faits afin de conserver ces lieux qui nous apportent tellement. Cette lecture m’amène d’ailleurs à déplorer tous ces arbres constamment coupés pour construire des quartiers résidentiels, parfois sans égard pour tout ce que peuvent les arbres pour nous. Le défi de notre époque est lié en grande partie à la gestion du stress, de plus en plus difficile et qui affecte tout le monde. Mon idée à ce sujet rejoint beaucoup celle du livre: la forêt et par extension la nature, peuvent grandement nous aider à vivre plus sereinement. Encore faut-il se donner les moyens d’aller se perdre dans la nature et sortir jouer dehors ou tout simplement prendre le temps de contempler la nature qui nous entoure.

Le livre se divise en différentes sections, certaines plus axées sur la science et la médecine, d’autre se penchent plus vers le bonheur d’être dans la nature et la réceptivité de nos cinq sens face à ce qui nous entoure quand nous sommes en forêt. On parle du sport en plein air (c’est tellement merveilleux d’aller bouger dehors!), de la façon d’optimiser les bains de forêt en recréant à la maison ou au bureau des îlots « naturels » faits de plantes, d’odeurs, d’images. Le concept est intéressant et je l’appliquais déjà sans le savoir dans mon quotidien. La nature m’est vitale et l’auteur abonde dans le même sens, même pour les gens vivant en ville, même pour ceux « qui n’ont pas le temps ».

J’ai adoré le passage qui parle de l’odorat en forêt et qui décortique les différentes odeurs que l’on peut respirer lorsqu’on se retrouve en pleine nature. Ces passages mettent des mots sur mes observations lorsque je me promène en forêt. L’odeur du bois, des feuilles, de la terre, fait partie du plus grand des bonheur d’être en forêt. J’aurais aimé que ce soit encore plus détaillé. Le livre aborde d’ailleurs les huiles essentielles, en lien avec ce chapitre, pour les moments où nous ne sommes pas en forêt. Il y est expliqué aussi comment confectionner un diffuseur. Dans l’ouvrage, les cinq sens sont abordés, même le goût, mais c’est surtout l’odorat qui a retenu mon attention.

On retrouve également plusieurs outils à consulter et sites web dans le livre afin de comprendre le couvert forestier mondial et ses retombées sur l’humain, principalement pour sa santé. Il y a tout un travail d’éducation à faire, en urbanisme dans les villes et auprès des générations à venir.

« Dans « Last Child in the Woods », Richard Louv propose un terme pour décrire le fossé existant entre les enfants et la nature. Il appelle cela le « trouble déficitaire de la nature. » Il a relié le manque de la nature dans la vie des jeunes à l’augmentation de troubles du comportement, des cas de dépression, de l’obésité, ainsi qu’aux carences en vitamine D et à un accroissement de la myopie. »

Un autre extrait que je trouve tellement pertinent dans le monde ultra-connecté où nous vivons:

« Mais surtout, si les enfants jouent dehors, ils grandiront en souhaitant prendre soin de l’environnement. Des preuves de plus en plus nombreuses montrent qu’être au contact de la nature dès la jeunesse crée un sentiment de connexion au monde naturel qui perdure à l’âge adulte. Les enfants qui s’amusent dans la nature deviendront des adultes qui en prennent soin, la protègent et cernent bien son importance. »

C’est un livre vers lequel il fait bon revenir, puisque c’est une lecture très zen. Le genre de livre à conserver sur la table de chevet.

Le livre se termine sur une carte de 40 forêts magnifiques à travers le monde et sur le questionnaire POMS, une série de questions visant à calculer et comprendre les retombées psychologiques des moments passés en forêt.

Le livre est écrit par un japonais et donc, très axé sur les forêts japonaises, sur la flore qu’on retrouve au Japon et sur le mode de vie de ses habitants. Ça m’a un peu déstabilisée au début puisque j’avais l’impression que certains passages ne s’adressaient pas directement à moi. Sauf que l’on peut aussi percevoir ces chapitres comme étant le reflet de ce qui se passe au Japon et une autre vision que la nôtre. J’aurais aussi aimé qu’on retrouve des recettes un peu moins floues sur la façon d’utiliser la nature dans nos tisanes et notre pharmacie. Ça m’aurait bien intéressée comme complément au livre.

Même si j’ai le bonheur et la chance d’aller me perdre en forêt tous les jours, j’ai trouvé l’ouvrage fort intéressant. Il aborde beaucoup de points essentiels, de la santé au bonheur, en passant par la sauvegarde des espaces verts, l’aspect scientifique des odeurs lors d’une balade en forêt et l’importance de la nature dans l’éducation des enfants. De quoi y trouver largement son compte… et beaucoup de plaisir!

Shinrin Yoku – L’art et a science du bain de forêt, Dr Qing Li, First éditions, 320 pages, 2018