Game of Thrones – Les storyboards

Game of Thrones les storyboardsPlongez dans l’univers magnifique de Game of Thrones !
Découvrez les coulisses et les storyboards des épisodes iconiques de la série la plus primée de tous les temps. Accompagnés d’archives et de commentaires du directeur artistique de la série, William Simpson, plongez-vous dans l’univers flamboyant et foisonnant de Game of Thrones ! Un beau livre officiel et unique, rempli d’inédits et d’infos, des saisons 1 à 7, pour tous les fans de Game of Thrones !

La première chose qui nous vient en tête quand on tient ce livre entre nos mains, c’est à quel point l’objet est magnifique. L’ouvrage se présente dans un coffret cartonné. En le sortant de sa boîte, l’image en couleur d’un marcheur blanc est reproduite sur la couverture. Le format est intéressant, la couverture est solide et les pages sont en papier épais. C’est un ouvrage magnifique parfait pour les fans de l’univers qui souhaitent un très beau livre de type collectionneur. Parfait aussi pour offrir en cadeau à quelqu’un qui a adoré la série et s’intéresse au cinéma par exemple.

Les storyboards sont de William Simpson. Il s’agit de tout le travail graphique en amont, avant le tournage de la série. C’est un travail essentiel avant de savoir ce qui sera filmé, comment seront perçues les scènes de la série et de quoi auront l’air les différents plans ainsi que les séquences de l’histoire.

J’ai eu beaucoup de plaisir avec ce livre puisque les planches me rappellent mes cours de cinéma. Le travail de William Simpson est fascinant. Il est le premier illustrateur de la série, sans même savoir (au début du moins) qu’il travaillait sur Game of Thrones. Et ce n’est sans doute pas une surprise si je dis que mes croquis préférés sont les scènes enneigées, celles du Mur, les scènes d’hiver bien glaciales et celles avec les Marcheurs blancs. Bref, toutes les scènes où tout le monde gèle sous de gros manteaux de fourrure! William Simpson a beaucoup de talent pour mettre sur papier l’idée générale que se font les réalisateurs des séquences qui seront filmées. C’est vraiment intéressant que son travail soit accessible aux fans et que l’on puisse en profiter.

Game of Thrones – Les storyboards présente le travail de Simpson à travers les sept premières saisons. On peut peut-être reprocher au livre d’avoir été publié un peu trop tôt et de ne pas contenir les dessins de la huitième et dernière saison, toutefois le plaisir est tout de même bien présent. On découvre un peu cet ouvrage comme un cadeau. Chaque saison est préalablement résumée, puis suivent les storyboards. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce procédé, les storyboards se présentent comme des cases de bandes dessinées, démontrant ce que l’on verra à l’écran. Il n’y a pas de dialogue, tout est centré sur l’image et sur quelques indications pour la caméra.

Les planches sont divisées par épisodes. De courts textes ont été ajoutés par l’auteur Michael Kogge, expliquant de façon très brève l’atmosphère et les grands événements représentés dans les dessins. On peut regretter peut-être que le texte dans cet ouvrage soit très concis, cependant l’expérience de lecture est surtout visuelle. Le texte s’en tient toutefois à l’essentiel et on peut en apprendre un peu plus sur le travail de William Simpson et sur les choix qui ont été faits pour telle ou telle scène, ou alors pour un épisode précis. Par exemple, Kogge nous informe lorsque des changements sont survenus entre la création du storyboard et ce que l’on voit à l’écran. Il peut s’agir de scènes qui n’ont pas été tournées, ont été replacées ailleurs ou alors d’angles de vue qui ont été modifiés.

J’ai apprécié les commentaires de Simpson disséminés ici et là à travers l’ouvrage. Il nous parle entre autres – toujours brièvement – de la scène d’ouverture où nous rencontrons les marcheurs blancs. Cette scène reste parmi mes préférées et est aussi celle qui a mit la machine en branle pour la grande saga Game of Thrones. L’auteur nous parle également un peu de logistique, du fait qu’un storyboard demeure un plan de départ et que des choix doivent parfois être faits tout au long du tournage, par exemple à cause de lieux de tournage ou de contraintes budgétaires. Plus les saisons avancent, plus les défis sont nombreux.

Même s’il y a peu de texte (j’aurais aimé avoir encore plus de détails), ce livre a été un grand bonheur de lecture. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les premières scènes de Game of Thrones, la vision de Simpson et de ce que l’équipe souhaitait retrouver à l’écran. Si ce genre d’ouvrage vous intéresse, si la saga a été l’une de vos séries préférée et si le travail dans le domaine du cinéma vous parle, c’est un livre qui vous plaira assurément!

Game of Thrones – Les storyboards, Michael Kogge & William Simpson, 404 éditions, 320 pages, 2019

Bushcraft: la survie relax

Bushcraft la survie relaxDigne héritier de nos coureurs des bois, l’auteur donne des conseils et des techniques qui pourraient certainement s’avérer utiles aux lecteurs et lectrices qui se perdraient un jour en forêt. Mais ce livre n’est pas un guide de survie conventionnel. Les activités qu’il propose sont toutes accessibles : faire des noeuds de base, construire un abri fiable pour y passer la nuit, bâtir et entretenir un feu, cueillir des comestibles pour cuisiner de savoureuses recettes… Avec Billy Rioux, on voyage léger et on en apprend sur tout, toujours en s’amusant. Grand connaisseur de la faune et de la flore du Québec et historien de formation, il raconte aussi certains épisodes fameux de l’aventure humaine de la forêt nord-américaine – et quelques unes des péripéties qu’il a lui-même traversées dans la nature sauvage.

Je suis le travail de Billy Rioux depuis un petit bout de temps, depuis la série La ruée vers l’or en 2009. Il y a ensuite eu le livre paru en 2012, puis sa présence sur les réseaux sociaux. Je l’avoue, j’étais très contente de voir la sortie d’un livre documentaire sur le Bushcraft, un phénomène dans le domaine du plein air qui consiste à utiliser les ressources de la nature pour s’abriter, se nourrir et améliorer son confort en toute saison, avec le moins de matériel possible. Le sous-titre du livre porte d’ailleurs bien son nom: c’est la survie relax. On ne se met pas en danger, mais on expérimente de nouvelles façons de faire, on aiguise notre sens de l’observation et notre débrouillardise.

L’ouvrage contient une préface, cinq chapitres abordant différents aspects du bushcraft, une bibliographie sélectives et des notes et index. L’auteur aborde donc les techniques de survie à travers ces différents points:

Tout le monde dehors!
L’auteur donne des idées d’endroits où pratiquer le bushcraft, les informations de base à connaître, les arbres incontournables, la façon de s’orienter, les dangers de la nature ainsi que les insectes et les animaux.

L’équipement
Ici est abordé tout ce qui est essentiel d’avoir sur soi lorsqu’on pratique le buscraft sans se mettre en danger. On parle aussi de l’entretien des vêtements, de l’art de faire des nœuds, de la façon de faire des coupes avec un couteau ou une hache, de couper du bois.

S’abriter
Dans cette portion du livre l’auteur aborde le choix d’un abri, les techniques de construction des abris de survie et de faire ses besoins de la nature.

Le feu
Comment choisir son site et préparer l’emplacement, quels combustibles choisir. J’ai d’ailleurs trouvé très intéressant les paragraphes consacrés à l’amadouvier, un champignon combustible qu’on retrouve aisément dans la nature. L’auteur parle aussi de la structure du feu si on veut l’utiliser pour se réchauffer ou cuisiner, de l’allumage et de l’essentiel: de la façon d’éteindre un feu en toute sûreté.

Manger
Ce dernier chapitre aborde tout ce qui concerne l’eau et la nourriture. De la façon sécuritaire de s’abreuver jusqu’au garde-manger du bushcrafteur. On apprend quelles plantes et arbres sont incontournables et avec quoi il est possible de survivre. L’ouvrage contient aussi quelques recettes inusitées: de la farine d’écorce d’arbre pour faire des galettes, aux quenouilles cuites dans la poêle jusqu’à la tripe de roche, une nourriture de survie assez intéressante (même si je ne suis pas certaine d’avoir envie d’en manger pour souper!) L’auteur parle aussi des champignons, de la trappe, des ustensiles de cuisine et d’autres recettes plus traditionnelles.

Le livre est rempli de photographies et de techniques présentées étapes par étapes. C’est un très bel objet en plus d’avoir un ton facilement accessible. J’ai aimé la façon dont l’auteur se livre également à travers ses propres expériences et différentes anecdotes. Un petit plus: les encadrés racontant des événements historiques en lien avec la survie: des histoires de naufrages en passant par l’arbre qui a sauvé Jacques Cartier. C’est vraiment intéressant!

En plus d’être ludiques et passionnantes, on ne sait jamais quand toutes ces techniques de bushcraft pourront nous être utiles, surtout quand on est adepte de plein air. Un beau livre de « survie » passionnant à consulter et agréable à mettre en pratique. Je vous le conseille si le sujet vous intéresse. Billy Rioux a de l’expérience derrière la cravate (ou plutôt, derrière la chemise à carreaux!) et il nous en parle avec passion et humilité, ce qui fait de ce livre une excellente lecture!

Bushcraft: la survie relax, Billy Rioux, VLB éditeur, 224 pages, 2019

Stranger Things : Dans l’envers du décor

Stranger Things dans l'envers du décorLorsque la première saison de Stranger Things a débuté sur Netflix en plein cœur de l’été 2016, la série reçut un accueil triomphal à travers le monde et fut également saluée par la critique. Elle remporta par la suite cinq Emmy Awards, mais son succès a surtout été le résultat d’un bouche-à-oreille sans précédent, transcendant les générations. Les spectateurs se sont intimement identifiés aux personnages ; aujourd’hui, les fans peuvent plus que jamais plonger au cœur du monde – ou des mondes – de Hawkins, Indiana. Rassemblant des clichés inédits en couleurs et d’incroyables illustrations, le guide officiel Stranger Things : Les mondes sens dessus dessous vous emmènera au cœur des coulisses des deux premières saisons de la série, et même au-delà. Riche d’éléments inédits, ce livre est un indispensable pour toutes celles et tous ceux qui ont adoré Stranger Things !

Gros coup de cœur pour ce livre fabuleux qui est un vrai plaisir à découvrir! Dès le livre en main, on tombe sous le charme, d’abord de l’objet puis du contenu. Parlons un peu de l’objet-livre. L’ouvrage est tout simplement magnifique. Sous emballage, la jaquette reproduit l’effet d’un vieux livre abîmé par les manipulations. C’est un livre qui donne l’impression d’être d’occasion, avec son étiquette « état correct » du Magasin général Melvald, le magasin situé à Hawkins où travaille Joyce, la mère de Will. En ouvrant le livre à la couverture cartonnée, on peut retirer la jaquette pour découvrir un dessin. L’ouvrage donne l’impression d’être passé entre plusieurs mains: il est taché et usé. L’effet est superbe! Le livre contient une carte annotée et également un carton de code morse international. Visuellement, le livre est une réussite. C’est un plaisir de le manipuler et de découvrir tous les petits détails. C’est un ouvrage au visuel soigné.

Lorsqu’on l’ouvre enfin pour découvrir le texte, le plaisir est tout aussi grand. Ce que j’ai pu adorer ma lecture de ce livre! Je suis une grande fan de la série, une de mes préférées à ce jour, tant pour le thème particulier que pour l’hommage que les auteurs rendent à la culture des années 80. On y retrouve tellement de choses de mon enfance! Cette série est un vrai plaisir et ce livre est une pépite. Je m’assoyais dans mon lit avec une petite lampe et je ne pouvais lâcher le livre. J’avais l’impression de retomber en enfance. En plus d’être un objet magnifique, ce livre est l’ouvrage officiel des coulisses de la série. On y retrouve une introduction des frères Duffer, de l’information sur leurs débuts au cinéma, leurs influences (on pense à Jaws, Jurassic Park, L’Exorciste, Shining, Ghostbusters, Halloween, Stand by me, etc.), une sélection de vieux films en VHS (toute mon enfance), des pépites de librairie avec les livres de Stephen King ayant influencés l’univers de Stranger Things.

Si vous êtes fans de Stranger Things et si vous aimez le cinéma ce livre devrait vous plaire. Il me rappelle le bonheur que j’avais à lire pendant les vacances d’été des livres parlant de réalisateurs et de leur travail, et du plaisir fou dans mes cours de cinéma à découvrir des œuvres et leurs influences. Ici, avec les années 80-90 c’est une manne de souvenirs qui reviennent. J’adore!

Il y a beaucoup à dire sur ce livre. Outre l’introduction des frères Duffer et la postface de Shawn Levy, il est divisé en six grandes sections:

  • Avant Stranger Things
  • Les choses s’assemblent
  • Bienvenue à Hawkins, Indiana
  • Le phénomène
  • Monstres et labyrinthes
  • L’avenir de Stranger Things

On y découvre ce qui a inspiré les frères Duffer et leur façon de travailler. Par la suite, apprendre comment Stranger Things a débuté est un grand plaisir. Saviez-vous que la série devait s’appeler Montauk et que c’est une base de l’Air Force qui a servit d’inspiration au laboratoire de Hawkins? La série a connue des moments difficiles au départ, son ambiance années 80 et ses personnages d’enfants jouaient contre elle. Le plus drôle c’est qu’aujourd’hui, c’est ce qui fait sa popularité! Comme quoi il ne faut jamais abandonner l’idée d’un bon projet!

Stranger Things : Dans l’envers du décor ne se contente pas juste de nous parler de la série. Le livre élabore autour de l’histoire de différents produits et des choix qui ont été faits pour replacer l’histoire dans son contexte. On y parle de l’historique de Donjons et Dragons par exemple, des différents costumes, des décors et de tout ce que ça implique comme recherches.

« Une fois terminée, la cabane en dit beaucoup sur le personnage de Hopper. D’une certaine manière, elle est un reflet de son propriétaire: elle est cabossée et usée, mais toujours debout. »

Le travail en amont est saisissant! Il fallait trouver des vélos d’époque (en plusieurs exemplaires), des boîtes de jeux, des objets utilisés dans les années 80. Les frères Duffer voulaient coller au réalisme des films produits à cette époque et le travail d’ajout par ordinateur, quoique présent, est limité. Tout ce qui a été créé pour le Demogorgon et le Flagelleur mental est vraiment époustouflant. Toutes ces explications sont passionnantes et si vous êtes un fan de la série, lisez le livre pour en apprendre plus, c’est vraiment intéressant!

L’originalité de la présentation des différents personnages est aussi à signaler. Chacun a une fiche bien à lui, tantôt ressemblant à un dossier « top secret » de laboratoire ou à une fiche de jeux de rôle. Visuellement, c’est drôlement bien fait et très sympathique à découvrir. Le livre est aussi rempli de photographies, d’entretiens avec les acteurs, avec les artistes qui ont collaborés à la série, des extraits de dialogues ainsi que tout ce qui a trait au succès de la série. Que l’on pense au viral hashtag #justiceforbarb, aux costumes d’Halloween créés par les fans, aux artistes qui se sont appropriés l’univers, à la musique présente dans la série (dont on retrouve une compilation vintage dans le livre) ou à la création du visuel de l’histoire, le contenu de la série est très riche et source d’une grande inspiration.

« Notre série est un hymne aux marginaux et aux imparfaits, précisément parce que les frères Duffer savent d’expérience que la voie la plus populaire est rarement la plus intéressante, et que le caractère, le cran, les liens et l’âme se forgent dans les moments les plus difficiles. »

Stranger Things : Dans l’envers du décor est un fabuleux panorama de tout ce qui a trait à la série Stranger Things. Le livre se concentre sur les deux premières saisons, mais on aborde aussi la troisième saison en parlant du fameux centre commercial et des changements qui y ont lieu. Je ne peux qu’espérer qu’un second livre paraisse éventuellement pour couvrir les saison 3 et 4. Ce serait un superbe cadeau pour les fans.

Si vous aimez Stranger Things, ce livre est un incontournable. Il est vraiment bien conçu et c’est un plaisir que de le découvrir. Je vous le conseille. Ce livre est un très gros coup de cœur! À lire!

(Maintenant, j’ai envie de revoir encore et encore toute la série…)

Stranger Things : Dans l’envers du décor, Collectif, éditions Mana Books, 224 pages, 2019

Le grand livre des dinosaures

grand livre des dinosauresDisparus d’une manière aussi soudaine que fracassante, les dinosaures comptent parmi les animaux les plus incroyables ayant jamais existé. Découvrez tout sur les dinosaures à travers les âges: leurs différents habitats, leurs régimes alimentaires, leurs moyens de défense et tant d’autres choses, depuis les premières créatures préhistoriques jusqu’à l’essor des mammifères. Réunissant des centaines de données fascinantes et plus de 1000 images d’un réalisme époustouflant, Le grand livre des dinosaures propose un voyage unique et captivant dans l’environnement des débuts de la vie sur Terre.

J’ai toujours été une grande fan de dinosaures. Lorsque j’étais petite, je prenais plaisir à dessiner et reproduire les différents dinosaures à partir des livres que je pouvais trouver à la bibliothèque. En 1993 il y a eu la sortie du Parc Jurassique au cinéma et ce fut une révélation. Ma passion des dinosaures ne s’est jamais démentie et aujourd’hui encore je prend plaisir à lire et découvrir ce qui se publie sur le sujet.

Le grand livre des dinosaures m’a accompagnée pendant plusieurs semaines. Je lisais un chapitre de temps en temps et j’y retournais régulièrement. Le livre est ainsi divisé qu’il peut permettre une lecture sur le long terme tout autant qu’une lecture plus soutenue. Pour ma part, je découvrais un chapitre de temps en temps et j’ai aimé que ce livre m’accompagne pendant un petit moment.

Le livre est très complet et offre un large survol de toutes les espèces de dinosaures au fil des découvertes et des différentes périodes de l’histoire. Les premières pages se consacrent à l’explication de la chronologie de la vie, son origine, la découverte des fossiles, l’évolution et les grandes périodes d’extinction, ainsi que le dinosaure, son squelette, sa constitution et ce qu’il est réellement.

L’ouvrage est ensuite séparé par périodes, puis par genres de dinosaures. Ce qu’il y avait avant l’arrivée des dinosaures, jusqu’à leur apparition sur Terre. Le livre consacre une large portion à l’âge des dinosaures avec de nombreux chapitres consacrés aux différentes espèces ainsi qu’à leurs particularités: leurs crêtes colorées, les empreintes, les queues, les piquants, les bras, etc. Viennent ensuite les chapitres abordant l’évolution des dinosaure et l’essor de nouveaux animaux: l’envol des dinosaures, les ptérosaures, le monde marin, l’essor des mammifères. Un glossaire complète l’ouvrage ainsi qu’un index.

Tout au long du livre, on retrouve des encadrés explicatifs mettant en relief par exemple, une échelle de grandeur du dinosaure à l’humain. Même chose pour des détails entourant les squelettes ou les comparaisons entre deux espèces. Ces encadrés permettent de mieux visualiser les informations et de replacer dans le contexte les différentes espèces et leurs caractéristiques. Des échelles chronologiques explicatives ainsi que des cartes et des graphiques donnant des détails image par image (par exemple sur la formation des fossiles) aident à mieux comprendre le contexte de l’évolution des espèces et leurs trouvailles archéologiques.

Si le livre s’adresse d’abord aux jeunes, les adultes y trouverons leur compte. L’ouvrage est complet, coloré et invitant. Les illustrations sont magnifiques. Le livre nous explique avec simplicité l’évolution du monde jusqu’à nous et la grande place des dinosaures dans l’histoire de la terre. Le monde était alors aussi riche et varié qu’il l’est aujourd’hui, quoique totalement différent et c’est ce qui est intéressant de découvrir.

De mon côté j’ai appris énormément d’informations dont j’ignorais l’existence. Par exemple, plusieurs des premiers oiseaux avaient des dents, ainsi que des griffes en haut des plumes. Les oiseaux ont d’ailleurs été les seuls à survivre à l’extinction massive et ils ont évolué pour devenir les oiseaux d’aujourd’hui. Saviez-vous que l’Hadrosaurus est le premier dinosaure à avoir été trouvé en Amérique du Nord? Que l’Edmontosaurus avait plus de 1000 dents? Que le Patagogitan avait un poids équivalent à celui de douze éléphants? Que le panache du Megaloceros, un cerf géant, faisait deux fois la taille de celui d’un orignal? Et que les plus vieux animaux connus piégés dans de l’ambre sont morts il y a 230 millions d’années!

Le grand livre des dinosaures est un vrai plaisir de lecture, puisqu’on y découvre une quantité d’informations inconnues sur ceux qui ont vécu sur terre avant nous et qui sont les ancêtres dans l’évolution, de la faune qui vit aujourd’hui. C’est un beau livre passionnant, que je ne peux que vous conseillez, tant son contenu aussi intéressant que visuellement très attrayant!

Le grand livre des dinosaures, John Woodward, éditions Hurtubise, 208 pages, 2019

Le site archéologique du palais de l’intendant à Québec

Site archéologique du palais de l'intendant à QuébecL’îlot des Palais est un site archéologique complexe qui a connu de nombreuses occupations contemporaines et successives. Il est considéré comme un haut lieu de l’histoire de la Nouvelle-France, plus particulièrement à cause de la présence des vestiges de la brasserie de l’intendant Jean Talon et du palais de l’intendant. Entre 1982 et 2016, l’Université Laval a tenu 25 chantiers-écoles à l’îlot des Palais, et la Ville de Québec y a réalisé deux campagnes de fouilles intensives. Ce livre s’appuie sur un ensemble inestimable de données et une vaste collection archéologique, parmi les plus riches en Amérique du Nord pour l’histoire de la Nouvelle-France. Il fait revivre le lieu par l’entremise de vestiges, d’objets, et de restes animaux et végétaux, à la lumière des contextes archéologiques et historiques. Il dévoile ainsi le vaste réseau de relations que ses occupants entretenaient avec l’environnement naturel, la ville et le reste du monde.

Quel ouvrage magnifique! Ce très beau livre regorge de photos qui parlent d’elles-mêmes et racontent notre histoire au même titre que le texte qui accompagne les images. C’est un vrai plaisir pour le lecteur que de visiter le site archéologique, de comprendre l’évolution du mode de vie des gens, de l’aspect économique et social, de la géographie des lieux. Passionné par l’histoire du Québec, cet ouvrage m’a fortement plu puisqu’il nous plonge dans le quotidien des gens qui ont vécu avant nous.

Ces fouilles ont permis à l’équipe d’archéologues de découvrir plein de choses sur la vie quotidienne, de reculer dans l’histoire et de comprendre la façon dont les gens vivaient au palais de l’intendant et dans la région. L’ouvrage raconte le détail des fouilles archéologiques réalisées, la découvertes des objets et les recherches autour de cette époque qui permettent également de comprendre les matériaux utilisés et de reconstruire la vie autour du Palais de l’Intendant. On comprend beaucoup mieux l’évolution de cette région jusqu’à nos jours.

L’ouvrage nous parle également du passage des différents intendants qui ont habité au Palais. Par exemple, l’un d’entre eux avait un faible pour tout ce qui venait d’Égypte. Des recherches archéologiques démontrent son goût pour ces amulettes. On y aborde, en plus des trouvailles et de l’aspect historique, de nombreux détails entourant le travail archéologique, les chantiers, la préservation et la gestion des artéfacts.

C’est un livre qui ne s’arrête pas qu’aux découvertes archéologiques. Les auteurs construisent autour de ces découvertes, l’histoire entourant les gens, les lieux, les objets.  On revit entre autres, la dualité entre les anglais et les français de l’époque. On voit l’évolution des objets, par exemple des pipes en argile ou des dominos creusés dans l’os, les boutons, la monnaie, l’armement, la vaisselle. À partir de ces objets, on peut découvrir leur lieu de fabrication et en comprendre plus sur les échanges commerciaux de l’époque. Des squelettes d’animaux et d’insectes ont également été découverts, ainsi que les fosses à déchets qui permettent de mieux saisir le quotidien des gens, leur nourriture et leur mode de vie.

« Le botaniste finlandais Pehr Kalm écrit dans on journal de voyage datant de 1749 que l’on nettoie les maisons avec des balais de fabrication autochtone faits de rameaux de thuya ou de cèdre blanc, à l’exclusion de tout autre arbre. Il ajoute qu’on lave le plancher en y jetant un peu d’eau, mais qu’il n’a jamais assisté à un vrai lavage du sol. Il remarque de plus l’abondance des punaises de lit, tant en ville qu’à la campagne. »

Le livre présente aussi beaucoup de croquis d’époque, de plans dessinés qui permettent de visualiser cette période de l’histoire et de mieux appréhender les lieux. Il y a également des reproductions d’artistes qui représentent les événements marquants. Une liste de dates concernant les événements majeurs des lieux nous apprennent une foule de choses sur les changements importants pour la communauté.

La fin du volume s’attarde sur les vestiges de l’industrie de la bière à Québec, la brasserie Boswell étant présente sur le terrain de l’îlot des Palais. Elle connaissait à l’époque une forte prospérité. Les avantages sociaux et les activités organisées pour les employés étaient enviables, même si l’ouvrage était très dur. Le contexte social était difficile à l’époque, tant au niveau des soins de santé que des loisirs. La pauvreté et la mortalité infantiles étaient monnaie courante. La brasserie offrait des avantages que l’on ne retrouvait pas ailleurs. Des images et des objets retrouvés sur le site démontrent que même les enfants étaient aussi employés dans certaines usines, comme celles de chaussures par exemple. Ces découvertes sont importantes et vraiment passionnantes.

Revisiter notre histoire à travers ce bel ouvrage permet de mieux comprendre le mode de vie de nos ancêtres. Connaître son histoire permet de mieux appréhender le futur. Tout l’aspect archéologique de ce livre est vraiment fascinant et passionnant. En couleurs, avec de nombreuses photos et reproductions, le livre est un fabuleux cadeau à offrir ou à s’offrir, pour les passionnés d’histoire ou d’archéologie.

Une fabuleuse lecture!

Le site archéologique du palais de l’intendant à Québec, Camille Lapointe, Allison Bain et Réginald Auger, éditions du Septentrion, 186 pages, 2019