Johanna, un destin ébranlé par le nazisme

Johanna un destin ébranlé par le nazisme photoDans ce récit intimiste, Francine Ouellette raconte l’enfance de sa mère, Johanna, en Allemagne. Elle décrit la montée de la popularité d’Hitler ; les affiches placardées sur les murs, avec leur croix gammée noire sur fond rouge ; les chemises brunes qui brutalisent ou arrêtent Juifs et intellectuels. À dix-neuf ans, Johanna traverse seule l’Atlantique à bord d’un navire pour échapper au spectre de la guerre et débarque à Québec, en souliers dans la neige. L’auteure relate l’intégration de sa mère en terre d’accueil à travers le prisme de ses propres souvenirs d’enfance.

Ce nouvel ouvrage de Francine Ouellette, raconté sous forme de biographie, se veut un vibrant hommage à la femme qu’a été sa mère, Johanna, ainsi que sa famille qui est très présente tout au cours de ce récit. L’auteure s’attarde à raconter les souvenirs de Johanna, une enfance douce, baignée par la joie et le bonheur d’aller au lac, de profiter de la nature. Une douceur interrompue rapidement, puisque Johanna devra vivre les deux guerres mondiales, même si elle était très jeune à la première guerre. Son père est alors déclaré disparu par l’armée. Le récit parle des difficultés familiales à devoir vivre avec cette nouvelle. La guerre a déchiré une partie de sa famille. Une guerre vécue par son père et ses oncles, en se demandant constamment: « reviendront-ils? »

Johanna est une dame très attachante. Ce livre, c’est le parcours de toute une vie et pas uniquement un récit sur la guerre. Il y a beaucoup d’anecdotes intéressantes sur le parcours d’une famille qui choisi de refaire sa vie ailleurs. On voit les difficultés encourus par les immigrants, surtout à l’époque où la guerre donnait une mauvaise image des Allemands, de la façon dont ils étaient perçus à cause du nazisme.

On retrouve des moments de l’histoire de l’Allemagne de l’époque, la façon dont les gens vivaient au quotidien, célébraient les Fêtes ainsi que la vie de famille. Celle de Johanna est d’ailleurs très unie. Les membres de sa famille sont très proches, ils s’entraident et sont présents pour tous. Le récit montre une belle famille tissée serrée, malgré les difficultés auxquelles elle doit faire face au fil des ans.

Le livre est enrichissant car on apprend beaucoup de choses sur l’immigration, sur l’intégration de nouveaux arrivants, des sujets en plus très actuels en ce moment. Il y a des passages très amusants sur la langue, des anecdotes sur la façon d’aborder un univers qui nous est totalement inconnu, dans un nouveau pays.

Il y a également des moments émouvants dans le récit, qui viennent nous chercher. Une grande tendresse et beaucoup d’émotions enrobent plusieurs passages.

« De lui, elle conservait précieusement une lettre dans un coffre de bois verni muni d’un petit cadenas doré. Telle une caresse, sa main en avait effleuré le couvercle avant de tourner la minuscule clé qui, pour moi, était la clé du mystère de son coeur. »

Johanna était native de Bexbach, il en est régulièrement question tout au long du récit. L’auteur offre beaucoup de références à ce lieu marquant pour sa mère. Le quotidien avant et pendant la guerre y est raconté, la façon d’utiliser ce qui était disponible en période de guerre. On entre au coeur d’une famille et au coeur de l’histoire.

J’étais persuadé que ce récit me plairait bien, puisque les ouvrages et documentaires qui parlent de la guerre m’intéressent. On voit beaucoup les dommages familliaux de la guerre du côté des juifs, mais on oublie souvent l’envers de la médaille, ceux qu’on a forcé à aller se battre contre leur gré, pour une guerre dont ils ne voulaient pas.

« Des patrouilles étaient affectées à la chasse aux déserteurs, fouillant hameaux et villages à la recherche de ceux qui avaient quitté les rangs. Or, l’une d’elles se pointa inopinément à Bexbach. »

Le livre est rempli d’émotion, ce qui rend le livre très agréable à lire et très captivant. C’est une lecture que j’ai beaucoup apprécié, qui se lit bien. Je m’attendais à aimer ce récit, mais peut-être pas autant. J’ai été agréablement surpris et ce fut une bien bonne lecture.

Si vous aimez les histoires de famille et les récits historiques, c’est un livre que vous devriez grandement apprécier!

Johanna un destin ébranlé par le nazisme, Francine Ouellette, éditions Libre expression, 202 pages, 2018

Publicités

Anna et l’homme-hirondelle

Anna et l'homme hirondelle - photoCracovie, 1939. Que sait-on de la guerre, quand on n’a pas encore 8 ans ? Quelle langue peut dire à une petite fille que son père ne reviendra pas, sinon celle des oiseaux ? Anna erre dans les rues de la ville lorsque l’Homme-Hirondelle la prend sous son aile. Cet étrange personnage, longiligne, sombre et mystérieux, sait parler aux oiseaux, éviter les soldats, connaît le secret des routes et les dangers des hommes. Un long voyage va commencer pour eux, à travers champs et forêts, pour échapper à la guerre. Dans un monde qui a perdu la raison, seuls les fous savent les chemins qu’emprunte encore la vie…

J’ai beaucoup aimé ce roman. J’ai vécu avec les personnages pendant quelques jours et c’était une lecture vraiment intéressante. C’est un livre dont l’écriture est agréable. Le roman se développe autour de deux personnages principaux: Anna, une petite fille et l’homme-hirondelle, un homme mystérieux qui se dévoile assez peu en fin de compte.

Le livre se déroule essentiellement dans la nature. On assiste par exemple aux changements des saisons. Le côté « survie » du roman est captivant. Il y a la description des lieux, les méthodes de survie, l’homme-hirondelle a énormément de connaissances de la nature. Pendant les années où il s’enfuira avec Anna à travers différents pays, le duo traversera des frontières et devra survivre au quotidien. L’homme-hirondelle trouve toujours de quoi se nourrir. Il sait lire les pistes, il parle avec les oiseaux (d’où son surnom), il sait reconnaître les plantes comestibles, trouver les fruits. Il sait aussi comment aborder les gens en temps de guerre et faire face aux épreuves. C’est un personnage d’une très grande force. On peut voir la sagesse de l’homme-hirondelle à travers les pages, une sagesse qu’il va transmettre en partie à la jeune Anna.

 » S’il était d’humeur éducative dans les forêts, et songeur dans les collines et les plaines, monsieur Hirondelle ne se sentait jamais aussi bien que dans les terres marécageuses. »

Dans le monde d’Anna et de l’homme-hirondelle, le silence est essentiel pour survivre. Les choses se compliquent quand ils se retrouvent avec un troisième comparse, beaucoup plus exubérant…

Le livre nous donne une idée de ce que pouvait vivre au quotidien les gens qui fuyaient la guerre. Le père d’Anna parle sept langues avec aisance et il les a apprises à sa fille. Il y a de belles choses autour des langues parlées dans le livre, qu’Anna associe à différents types de personnes. Le père de la fillette étant professeur et lettré, il est réquisitionné par le gouvernement. Une façon de mettre hors d’état de « nuire » les gens du peuple ayant des connaissances qui pourraient contrecarrer les plans de la guerre.

Le côté dur et froid que la guerre pourrait apporter au roman est adoucit par la relation entre les deux personnages. Le livre est centré sur eux, du moment où ils vont se rencontrer jusqu’à la fin du livre. À travers eux, le lecteur vit l’émotion et l’attachement qui les unit et ça rend le livre plus léger, sans doute plus abordable aussi.

« Elle s’était appliquée à suivre à la lettre toutes les règles, tous les principes, tous les systèmes que Monsieur Hirondelle avait institués; mais l’organisation et la logique ne peuvent pas vous protéger de tous les dangers. »

Plus on arrive à la fin du livre, plus on a hâte de voir la fin. On s’imagine voir l’après-guerre et le dénouement de la relation entre Anna et l’homme-hirondelle. La fin cependant nous laisse sur notre appétit. Elle m’a déçu alors que c’était tellement bien comme roman. L’attente de la fin qui n’en est pas vraiment une est décevante. C’est une fin très ouverte, qui laisse le soin au lecteur de s’imaginer le dénouement, mais c’est trop vaste. La fin ne me semble pas logique, si je me fie aux propos sur la confiance et la méfiance face aux inconnus qui est véhiculée tout au long du roman.

J’ai vraiment adoré le livre et c’est d’autant plus décevant que la fin m’a semblée inexistante. J’aurais aimé une fin, peu importe qu’elle soit positive ou négative, car en temps de guerre tout peut arriver. On s’en doute. Les personnages étant tellement liés, qu’on a le sentiment que quelque chose de fort va se poursuivre, mais les dernières pages ne vont pas dans ce sens. J’aurais préféré ne pas avoir l’impression d’être laissé en plan.

Par contre, je relirais assurément cet auteur. Parce que l’écriture est maîtrisée et que c’est un roman surprenant pour un premier livre. On sent qu’il connaît bien son sujet. Il sait rendre captif son lecteur. Le problème étant vraiment la fin. Je suppose que ma déception doit être aussi celle d’autres lecteurs.

Il n’y a pas juste l’histoire qui se termine un peu dans le brouillard, mais beaucoup de choses concernant les personnages restent dans le flou. On a beaucoup de questions qui ne trouvent pas de réponse malheureusement.

Un livre malgré tout qui m’a embarqué et dont j’ai adoré l’histoire. J’aurais juste aimé que ça se termine différemment…

Anna et l’homme-hirondelle, Gavriel Savit, éditions Pocket, 224 pages, 2018

L’Âge des ténèbres tome 2: Mage de sang

mage de sangLe Protecteur de la Paix Byrne enquête sur une série de meurtres dont les victimes ont été littéralement vidées de toute substance. Fray, expert en magie, serait d’une aide précieuse… si son père n’était pas mort des années plus tôt, justement au service des Protecteurs. Choss, ancien lutteur, devra apprendre à oeuvrer pour la paix s’il veut éviter que les bas-fonds du royaume ne se muent en rivières de sang. Katja, insaisissable espionne, doit faire appel à toutes ses compétences pour empêcher un massacre qui renverserait deux dynasties et condamnerait Perizzi à une fin irrémédiable…

Mage de sang est le second tome de la trilogie L’âge des ténèbres de Stephen Aryan. J’avais lu et chroniqué le tome 1 il y a quelques temps, tome que j’avais bien aimé, mais qui comportait des points positifs et négatifs. J’avais toujours en tête la fin prenante du premier tome lorsque j’ai débuté la lecture de celui-ci.

Mage de sang se déroule à Perrizzi un an après la guerre présentée dans le premier livre. Au départ, dans les premiers chapitres l’auteur parle vaguement de trois personnages du premier tome, Balfruss le mage de guerre, Vargus le guerrier et puis la Reine de Seveldrone. Très rapidement dans le roman, on peut voir que des complots se trament pour faire tomber la royauté. C’est en quelque sorte un acte de vengeance en lien avec le premier chapitre. Le second tome est plus axé sur l’espionnage entre groupes, dans le but de découvrir et d’empêcher les complots qui se trament dans le dos des deux reines.

En commençant ma lecture, le second livre me rappelait énormément la construction du premier livre. Stephen Aryan prend beaucoup de chapitres pour raconter ses personnages, qui ils sont, avant d’enclencher le début de son histoire. Dans ce second livre, à l’inverse du premier tome où la magie et la guerre sont très présents, la magie doit restée cachée car les gens ont peur de tout ce qui tourne autour d’elle. La magie a fait énormément de dégâts dans le passé et les gens ne veulent plus en entendre parler. Tout se joue donc en secret.

Ici, les clans ennemis sont infiltrés et l’histoire de ce second tome amène l’apparition d’un Mage de chair. Certains usent de la force, d’autres de la magie, pour réussir à parvenir à leurs fins. Un personnage qui lui, a hérité de la magie, mais n’a pas vraiment apprit à l’utiliser, jouera un rôle important. En avançant dans le roman, on réalise que l’auteur procède toujours de la même façon pour ses romans: un début très long, un milieu de roman un peu plus actif et une fin qui donne envie de lire la suite.

Dans la première partie du livre il y a de nombreux combats dans des arènes. Choss est un lutteur. Ce personnage est l’un de mes préférés. Dévoué, courageux et malgré ses blessures, il continue à foncer. J’ai aimé que ce personnage soit une sorte d’emblème de cette société où la lutte dans les arènes est un divertissement apprécié. C’est intéressant de le suivre, on le voit surtout dans la première moitié des chapitres comme lutteur, puis dans la seconde où il aura un rôle très important dans la guerre des familles. Dans les espions, ma préférée reste Katja qui est une espionne de Seveldrone.

Ce second tome comporte pratiquement que de nouveaux personnages et par le fait même, de nouveaux ennemis. J’ai plutôt aimé ce roman, mais la construction du roman est semblable au premier tome, très longue et très descriptive au début. Comme il y a de nombreux personnages dans chaque tome et que chaque livre donne sa place à de nouveaux héros, il est difficile de reprendre le roman en étant dans le feu de l’action. La mise en place prend donc toujours une grande partie de chaque livre. Du moins, c’est le cas avec le premier et le deuxième tome. J’imagine que ce sera la même chose pour le dernier de la trilogie.

J’ai lu plusieurs avis sur ce livre et les gens apprécient généralement plus le second tome que le premier. J’ai l’impression que c’est parce qu’après avoir lu le premier, on est en quelque sorte « habitué » à la façon de faire de l’auteur, qui débute toujours ses romans très longuement, en s’attardant énormément sur les personnages. J’ai l’impression qu’en lisant ce second livre, le lecteur a moins d’attentes qu’au début de la trilogie. Il sait en fait à quoi s’en tenir. Comme le premier livre, l’histoire de celui-ci devient plus active vers la fin. Le récit est plus captivant, plus prenant et le dernier tiers du livre garde beaucoup plus l’intérêt du lecteur.

Fidèle à lui-même, la fin nous apprend certaines choses surprenantes sur les personnages et nous laisse un peu en attente. Comme la finale est prenante, elle donne envie de lire la suite. Je crois que c’est à cause des fins de ses livres qu’on poursuit l’aventure. Pas que ce soit de mauvais livres, l’histoire est intéressante mais traîne toujours un peu.

Je crois que les deux points les plus forts de ce roman sont principalement l’écriture, qui est agréable à lire, et les personnages, qui sont complexes et attrayants. C’est ce qui fait de cette série sans doute les raisons pour lesquelles elle reste captivante malgré ses points faibles.

« Il se souvint de son enfance, quand il s’asseyait au fond de l’église du Créateur. À l’époque, il écoutait les sermons sans jamais regarder les fidèles ou leur parler. Les yeux baissés, il s’intéressait au bois des chaises, suivant du bout d’un doigt les veines plus claires ou plus sombres qui le faisaient penser à des fleuves, sur une fabuleuse carte au trésor. »

Jusqu’à maintenant, cette série me plaît assez bien. Cependant c’est un livre qui met du temps à se placer. Ceux qui ont l’habitude de laisser tomber une lecture qui commence lentement, ne trouveront sans doute pas ces livres à leur goût. Toutefois, comme Aryan excelle dans l’art d’écrire des fins qui nous gardent en haleine, je suis tout de même impatient de connaître le dénouement du troisième tome.

Mon avis sur le tome 1: L’Âge des ténèbres tome 1: Mage de guerre

L’âge des ténèbres t.2: Mage de sang, Stephen Aryan, éditions Milady, 566 pages, 2016.

L’Âge des ténèbres tome 1: Mage de guerre

Age des tenebres 1 mage de guerreBalfruss est un Mage de Guerre, qui a juré de se battre jusqu’à la mort pour Seveldrom, un royaume qui redoute pourtant ceux de sa race. Vargus est un simple soldat qui, lorsque les mages exercent leurs pouvoirs depuis les remparts de sa ville, se bat en première ligne sans craindre de souiller sa lame. Réunis par le souverain de Seveldrom, ils devront repousser les hordes sauvages du Roi Fou et affronter le terrifiant Nécromancien, le plus féroce des alliés de l’ennemi…

Mage de guerre est le premier tome de la trilogie L’âge des ténèbres, qui comprend aussi les tomes Mage de sang (tome 2) et Mage du chaos (tome 3).

Très tôt dans le livre, on sent une grande tension, on sent qu’une guerre va éclater et elle arrive très rapidement dans le roman. On s’attend donc à ce qu’un bon suspense se crée assez tôt dans l’histoire. Cependant, j’ai eu beaucoup de difficulté à m’accrocher au départ. Tous les éléments sont là, mais l’histoire stagne beaucoup. L’auteur ne nous emporte pas au tout début, c’est donc un roman qu’on n’a pas forcément envie de lire d’une traite, parce que l’histoire devient vite monotone. J’ai eu un peu de mal à suivre au commencement parce que l’auteur fait apparaître de très nombreux personnages à chaque chapitre et on ne sait pas où il nous amène.

Certains personnages sont toutefois bien attachants, comme Gunder, un marchand d’épices qui est aussi un espion, et que j’ai vraiment apprécié dans le livre. Il faut atteindre le vingtième chapitre avant que l’histoire démarre réellement.  Par la suite, on suit les personnages principaux et l’histoire prend une forme beaucoup plus intéressante. Le mage de guerre Balfruss est un personnage intéressant puisqu’il doute de ses pouvoirs et devra apprendre à se faire confiance. Il y a aussi Vargus qui redonne espoir aux troupes et agit comme motivateur. C’est un guerrier attachant et aguerri, qui revient chez lui pour aider son peuple.

Pour moi, dans ce livre qui était au départ plus ou moins accrocheur, l’auteur réussit à nous captiver un peu plus et la dernière partie est très satisfaisante pour le lecteur. Il assure une belle fin à son livre, qui pourrait se terminer là, mais qui aura toutefois une suite puisque L’âge des ténèbres comporte deux autres tomes.

Stephen Aryan crée un monde fantaisiste peuplé de mages, de guerriers, de rois, de combats, d’espions et de royaumes en guerre. La traduction du livre est très bonne, ça se lit très bien et l’auteur réussit à mettre en image facilement l’univers du roman.

« Fins et denses, des flocons se déversaient du ciel grisâtre. Alors que l’hiver aurait dû être fini, la glace crissait sous les semelles et la terre, dessous, était dure comme du marbre. Le givre recouvrait tout et une nappe de brouillard glacial s’accrochait au sol. Pour voyager dans de telles conditions, il fallait être désespéré ou rongé par la cupidité. »

Le roman reste toutefois un livre bien intéressant, même si le premier tiers du livre est très long. L’auteur se rattrape bien par la suite, suffisamment pour nous donner le goût de poursuivre la trilogie. L’intrigue est beaucoup plus soutenue par la suite et j’avais très envie de connaître la fin. Je lirai la suite, qui m’attend d’ailleurs dans ma pile, surtout si le deuxième tome est à l’image du dernier tiers du roman, ce que j’espère vraiment!

J’ai découvert Stephen Aryan avec ce roman et malgré ma déception du départ, il a su m’embarquer dans un univers qui m’a beaucoup plu. J’aurais donc tendance à suivre ses prochaines parutions, comme par exemple Mageborn qui est paru il y a quelques mois en anglais, mais qui n’a pas été traduit. On y parle de la Tour rouge, le lieu de formation des mages, qu’on retrouve aussi dans L’âge des ténèbres. Ce pourrait être une lecture intéressante (si un jour il est traduit!).

L’Âge des ténèbres tome 1: Mage de guerre, Stephen Aryan, éditions Milady, 576 pages, 2017

Pax et le petit soldat

paxLa guerre est imminente. Lorsque le père de Peter s’engage dans l’armée, il oblige son fils à abandonner Pax, le renard qu’il a élevé depuis le plus jeune âge et envoie le garçon vivre chez son grand-père à cinq cent kilomètres de là. Mais Peter s’enfuit à la recherche de son renard. Pendant ce temps, Pax affronte seul les dangers d’une nature sauvage et se trouve confronté à ceux de son espèce.

Quel beau roman! Je l’ai récupéré rapidement à la biblio avant qu’il soit en circulation et je l’ai lu pratiquement d’un coup. L’histoire est à la fois belle et touchante, humaine et remplie de beaucoup de belles réflexions.

Peter est un jeune garçon qui a élevé un renard. Quand il est forcé de l’abandonner, il ne confronte pas son père à ce sujet et il s’en veut terriblement. Il décidera d’aller retrouver son renard et il s’enfuit de chez son grand-père. Sauf que sa route, tout comme celle de Pax, est parsemée de rencontres et d’embûches.

Le roman est construit en alternance, un chapitre nous parle de l’histoire de Peter, le suivant c’est celle de Pax. L’auteure décrit le parcours du renard en mettant en évidence la façon de communiquer de cet animal et c’est très intéressant à lire. Peter de son côté est en mode fuite, mais il n’ira pas bien loin puisqu’il lui arrive un accident regrettable. Cet incident lui permettra cependant de rencontrer Vola, un personnage qui deviendra très important dans la vie de Peter. Il passera un certain temps avec elle dans sa cabane. Elle agit avec lui comme une sorte de mentor et par la suite, comme une amie. C’est un personnage en marge de la société comme je les aime, qui va apprendre beaucoup à Peter, mais à qui le jeune garçon va aussi beaucoup apporter.

Ce roman est une belle fable sur la vie, sur les choix que l’on fait (ou ceux que l’on ne fait pas), sur notre façon de choisir notre vie, notre fardeau, ceux qui nous accompagnerons ou pas. C’est aussi une histoire qui démontre également que rien ne nous oblige à suivre les traces de nos parents ou à être comme eux. Je trouve toujours que c’est très intéressant de retrouver ce genre de propos dans un roman jeunesse. Les adultes ne détiennent pas la vérité. Ils peuvent se tromper ou ne pas agir correctement.

J’ai lu beaucoup de livres qui parlent de la guerre, car c’est aussi un des sujets principaux du roman, mais c’est la première fois que je lis un roman qui aborde la guerre du point de vue animal et des conséquences d’une guerre sur la nature par exemple. Car Pax et le petit soldat est aussi et avant tout un livre sur la beauté et la cruauté de la nature, sur la vie, sur les hommes aussi et leurs agissements qui ne sont pas toujours en phase avec l’environnement, alors qu’ils le devraient.

Un coup de cœur que je conseille à tous, enfant ou adulte. Très émouvant!

La couverture de ce roman est magnifique. Nous la devons au travail de l’excellent Jon Klassen que j’aime beaucoup! Le roman comporte également quelques illustrations, du même artiste.

Je vous laisse sur un extrait qui m’a particulièrement touchée et qui sonne si juste:

« -J’ai même plus que ce dont j’ai besoin. J’ai trouvé la paix ici.
-Parce que c’est si tranquille?
-Non. Parce que je suis exactement là où je dois être, et que je fais exactement ce que je dois faire. C’est ça, la paix. »

Ce livre est lauréat du Prix des libraires du Québec 2018, en littérature jeunesse. Un prix amplement mérité! (il en a d’ailleurs remporté pleins d’autres, ici et ailleurs.)

Pax et le petit soldat, Sara Pennypacker, éditions Gallimard Jeunesse, 320 pages, 2017