L’Âge des ténèbres tome 1: Mage de guerre

Age des tenebres 1 mage de guerreBalfruss est un Mage de Guerre, qui a juré de se battre jusqu’à la mort pour Seveldrom, un royaume qui redoute pourtant ceux de sa race. Vargus est un simple soldat qui, lorsque les mages exercent leurs pouvoirs depuis les remparts de sa ville, se bat en première ligne sans craindre de souiller sa lame. Réunis par le souverain de Seveldrom, ils devront repousser les hordes sauvages du Roi Fou et affronter le terrifiant Nécromancien, le plus féroce des alliés de l’ennemi…

Mage de guerre est le premier tome de la trilogie L’âge des ténèbres, qui comprend aussi les tomes Mage de sang (tome 2) et Mage du chaos (tome 3).

Très tôt dans le livre, on sent une grande tension, on sent qu’une guerre va éclater et elle arrive très rapidement dans le roman. On s’attend donc à ce qu’un bon suspense se crée assez tôt dans l’histoire. Cependant, j’ai eu beaucoup de difficulté à m’accrocher au départ. Tous les éléments sont là, mais l’histoire stagne beaucoup. L’auteur ne nous emporte pas au tout début, c’est donc un roman qu’on n’a pas forcément envie de lire d’une traite, parce que l’histoire devient vite monotone. J’ai eu un peu de mal à suivre au commencement parce que l’auteur fait apparaître de très nombreux personnages à chaque chapitre et on ne sait pas où il nous amène.

Certains personnages sont toutefois bien attachants, comme Gunder, un marchand d’épices qui est aussi un espion, et que j’ai vraiment apprécié dans le livre. Il faut atteindre le vingtième chapitre avant que l’histoire démarre réellement.  Par la suite, on suit les personnages principaux et l’histoire prend une forme beaucoup plus intéressante. Le mage de guerre Balfruss est un personnage intéressant puisqu’il doute de ses pouvoirs et devra apprendre à se faire confiance. Il y a aussi Vargus qui redonne espoir aux troupes et agit comme motivateur. C’est un guerrier attachant et aguerri, qui revient chez lui pour aider son peuple.

Pour moi, dans ce livre qui était au départ plus ou moins accrocheur, l’auteur réussit à nous captiver un peu plus et la dernière partie est très satisfaisante pour le lecteur. Il assure une belle fin à son livre, qui pourrait se terminer là, mais qui aura toutefois une suite puisque L’âge des ténèbres comporte deux autres tomes.

Stephen Aryan crée un monde fantaisiste peuplé de mages, de guerriers, de rois, de combats, d’espions et de royaumes en guerre. La traduction du livre est très bonne, ça se lit très bien et l’auteur réussit à mettre en image facilement l’univers du roman.

« Fins et denses, des flocons se déversaient du ciel grisâtre. Alors que l’hiver aurait dû être fini, la glace crissait sous les semelles et la terre, dessous, était dure comme du marbre. Le givre recouvrait tout et une nappe de brouillard glacial s’accrochait au sol. Pour voyager dans de telles conditions, il fallait être désespéré ou rongé par la cupidité. »

Le roman reste toutefois un livre bien intéressant, même si le premier tiers du livre est très long. L’auteur se rattrape bien par la suite, suffisamment pour nous donner le goût de poursuivre la trilogie. L’intrigue est beaucoup plus soutenue par la suite et j’avais très envie de connaître la fin. Je lirai la suite, qui m’attend d’ailleurs dans ma pile, surtout si le deuxième tome est à l’image du dernier tiers du roman, ce que j’espère vraiment!

J’ai découvert Stephen Aryan avec ce roman et malgré ma déception du départ, il a su m’embarquer dans un univers qui m’a beaucoup plu. J’aurais donc tendance à suivre ses prochaines parutions, comme par exemple Mageborn qui est paru il y a quelques mois en anglais, mais qui n’a pas été traduit. On y parle de la Tour rouge, le lieu de formation des mages, qu’on retrouve aussi dans L’âge des ténèbres. Ce pourrait être une lecture intéressante (si un jour il est traduit!).

L’Âge des ténèbres tome 1: Mage de guerre, Stephen Aryan, éditions Milady, 576 pages, 2017

Publicités

Pax et le petit soldat

paxLa guerre est imminente. Lorsque le père de Peter s’engage dans l’armée, il oblige son fils à abandonner Pax, le renard qu’il a élevé depuis le plus jeune âge et envoie le garçon vivre chez son grand-père à cinq cent kilomètres de là. Mais Peter s’enfuit à la recherche de son renard. Pendant ce temps, Pax affronte seul les dangers d’une nature sauvage et se trouve confronté à ceux de son espèce.

Quel beau roman! Je l’ai récupéré rapidement à la biblio avant qu’il soit en circulation et je l’ai lu pratiquement d’un coup. L’histoire est à la fois belle et touchante, humaine et remplie de beaucoup de belles réflexions.

Peter est un jeune garçon qui a élevé un renard. Quand il est forcé de l’abandonner, il ne confronte pas son père à ce sujet et il s’en veut terriblement. Il décidera d’aller retrouver son renard et il s’enfuit de chez son grand-père. Sauf que sa route, tout comme celle de Pax, est parsemée de rencontres et d’embûches.

Le roman est construit en alternance, un chapitre nous parle de l’histoire de Peter, le suivant c’est celle de Pax. L’auteure décrit le parcours du renard en mettant en évidence la façon de communiquer de cet animal et c’est très intéressant à lire. Peter de son côté est en mode fuite, mais il n’ira pas bien loin puisqu’il lui arrive un accident regrettable. Cet incident lui permettra cependant de rencontrer Vola, un personnage qui deviendra très important dans la vie de Peter. Il passera un certain temps avec elle dans sa cabane. Elle agit avec lui comme une sorte de mentor et par la suite, comme une amie. C’est un personnage en marge de la société comme je les aime, qui va apprendre beaucoup à Peter, mais à qui le jeune garçon va aussi beaucoup apporter.

Ce roman est une belle fable sur la vie, sur les choix que l’on fait (ou ceux que l’on ne fait pas), sur notre façon de choisir notre vie, notre fardeau, ceux qui nous accompagnerons ou pas. C’est aussi une histoire qui démontre également que rien ne nous oblige à suivre les traces de nos parents ou à être comme eux. Je trouve toujours que c’est très intéressant de retrouver ce genre de propos dans un roman jeunesse. Les adultes ne détiennent pas la vérité. Ils peuvent se tromper ou ne pas agir correctement.

J’ai lu beaucoup de livres qui parlent de la guerre, car c’est aussi un des sujets principaux du roman, mais c’est la première fois que je lis un roman qui aborde la guerre du point de vue animal et des conséquences d’une guerre sur la nature par exemple. Car Pax et le petit soldat est aussi et avant tout un livre sur la beauté et la cruauté de la nature, sur la vie, sur les hommes aussi et leurs agissements qui ne sont pas toujours en phase avec l’environnement, alors qu’ils le devraient.

Un coup de cœur que je conseille à tous, enfant ou adulte. Très émouvant!

La couverture de ce roman est magnifique. Nous la devons au travail de l’excellent Jon Klassen que j’aime beaucoup! Le roman comporte également quelques illustrations, du même artiste.

Je vous laisse sur un extrait qui m’a particulièrement touchée et qui sonne si juste:

« -J’ai même plus que ce dont j’ai besoin. J’ai trouvé la paix ici.
-Parce que c’est si tranquille?
-Non. Parce que je suis exactement là où je dois être, et que je fais exactement ce que je dois faire. C’est ça, la paix. »

Ce livre est lauréat du Prix des libraires du Québec 2018, en littérature jeunesse. Un prix amplement mérité! (il en a d’ailleurs remporté pleins d’autres, ici et ailleurs.)

Pax et le petit soldat, Sara Pennypacker, éditions Gallimard Jeunesse, 320 pages, 2017

Hiver rouge

30856176_1681443315282315_5162423425616052224_n1920, Russie centrale. La terreur s’est abattue sur le pays. À la mort de son frère, Nikolaï Levitski a déserté l’Armée rouge pour aller l’enterrer dans son village. Mais lorsqu’il arrive dans la petite communauté, perdue en pleine nature, c’est la stupéfaction. Les rues sont vides et silencieuses. Les hommes ont été massacrés dans la forêt alentour, les femmes et les enfants ont disparu. Nikolaï se met alors sur la piste des siens. C’est le début d’une quête aussi désespérée que périlleuse dans une nature hostile, au cœur d’un pays ravagé par la guerre civile.

Hiver Rouge est un roman à couper le souffle. L’histoire se passse en Russie dont le personnage principal Kolia (Nikolaï Levitski) est un déserteur de l’armée rouge poursuivit par des soldats. En désertant, Kolia ne souhaite qu’une chose: retrouver sa famille. Lorsqu’il rentre chez lui, il fait une macabre découverte. Par la suite, en quittant son village, Kolia a le désir de se venger et de quérir des informations sur ce qui s’est passé.

À travers son périple, l’auteur nous montre toutes les atrocités de la guerre et ses répercussions sur les gens. Les personnages que Kolia rencontrera au fil des pages seront méfiants, cacheront certains secrets et hésiteront à faire confiance aux autres.

Hiver rouge est un excellent suspense, du début à la fin. Il y a énormément d’action et le rythme de l’histoire donne envie de le lire d’une traite. L’auteur a une façon d’accrocher le lecteur qui m’a beaucoup plu. Il n’y a pas de temps mort.

Ce roman est le premier livre de Dan Smith que je lis. Sa façon d’écrire et la façon qu’il a de garder en haleine le lecteur me donne envie de découvrir ses autres romans. Je le recommande chaudement!

Hiver rouge, Dan Smith, éditions 10/18, 550 pages, 2015

Ulysse from Bagdad

Ulysse from BagdadJe m’appelle Saad Saad, ce qui signifie en arabe Espoir Espoir et en anglais Triste Triste. » Saad veut quitter Bagdad et son chaos, pour gagner l’Europe, la liberté, un avenir. Mais comment franchir les frontières sans un dinar en poche ? Tel Ulysse, il affronte les tempêtes, survit aux naufrages, échappe aux trafiquants d’opium, ignore le chant des sirènes, et doit s’arracher aux enchantements amoureux. Tour à tour absurde, bouffon, dramatique, le voyage sans retour de Saad commence…

Ulysse from Bagdad est un roman captivant du début à la fin. L’auteur Éric-Emmanuel Schmitt de sa plume magique réussit à nous ensorceler au cours de cette histoire, nous faisant vivre toutes sortes péripéties à travers le personnage Saad Saad. Cherchant à fuire le désorde et l’insécurité que subit son pays fasse à la guerre, Saad entreprenda un long voyage parsemé d’embuches dans un seul but: rejoindre le paradis que Londres pourrait lui offrir.

C’est un livre qui nous pousse à le lire d’un bout à l’autre car c’est très prenant et le récit vient nous chercher. Il parle beaucoup des préjugés vis-à-vis des migrants et la réaction que les gens du pays d’accueil ont par rapport à eux. Il nous amène dans la peau de son personnage pour nous faire comprendre ce que ces gens vivent changeant ainsi notre perpection des migrants.

En plus de l’histoire, le livre se termine sur une leçon de vie et comprend aussi le journal d’écriture de ce roman. L’auteur raconte la genèse du livre, sa façon de se documenter pour l’écrire et c’est hyper intéressant puisqu’on comprend ses motivations. Ce livre est un vrai coup de coeur pour moi! L’histoire du personnage est très captivante. La façon dont l’auteur nous la raconte nous amène à s’introduire dans la peau de Saad.

Ulysse from Bagdad, Éric-Emmanuel Schmitt, éditions Le livre de poche, 310 pages, 2010