L’insaisissable logique de ma vie

l'insaisissable logique de ma vieSal mène une vie paisible et sans histoires, dans une famille moitié mexicaine, moitié américaine. Mais tout bascule le jour de sa rentrée en terminale. Pour défendre l’honneur de son père adoptif, il sort les poings et frappe. Surprise, colère, satisfaction, culpabilité se bousculent dans la tête du jeune homme, qui se met à douter de tout, même de sa propre identité. Alors, avec l’aide de Sam, sa meilleure amie, et de son père, Sal va tenter de comprendre l’insaisissable logique de sa vie.

Ce que j’ai pu aimer ce roman! Il m’a fait vivre toute une gamme d’émotions. J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai été émue, j’ai souri et le livre m’a fait réfléchir. En tournant la dernière page, je me suis rappelée pourquoi j’avais tant aimé Aristote et Dante du même auteur et pourquoi, Benjamin Alire Sáenz est sans doute l’un des auteurs pour la jeunesse qui me parle le plus.

Son talent est définitivement d’aborder des sujets graves – les thématiques LGBT, le deuil, les ruptures, l’amour et ses sentiments si forts, la drogue, l’alcool, la mort, l’adoption, la recherche de soi-même – tout en écrivant un roman qui est aussi réconfortant. Qui fait du bien. Qui agit un peu comme un baume. Parce que la vie, c’est tout ça à la fois. Du beau, du plus difficile, des gens qui en valent la peine et des moments qui sont de vrais instants de bonheur. C’est ce que j’aime chez cet écrivain. Il montre que la vie, même la plus dure, peut avoir des moments de pure lumière. Il met en scène des adolescents pas comme les autres, parle énormément des mots, de leur pouvoir, des langues et ses personnages sont intéressants. La dualité entre la culture blanche américaine et la culture mexicaine est souvent abordée dans ses livres. L’auteur aborde les thèmes reliés à l’identité. Il écrit des romans jeunesse intelligents et sensibles.

L’insaisissable logique de ma vie parle d’un jeune homme de dix-sept ans qui a été adopté tout petit, Salvadore. Appelé aussi Sal, Sally (qu’il déteste!) et Salvie, selon les gens qui s’adressent à lui. Il vit avec son père, Vicente, qui l’a adopté bébé. Sal mène une vie plutôt tranquille avec son père. Il a une meilleure amie, Sam, une grand-mère qu’il adore et une famille mexicaine géniale qui aime faire des repas en famille et manger. Ils m’ont d’ailleurs donné faim avec leurs tacos et leurs tortillas (j’aime la cuisine mexicaine!)

Les choses se mettent à débouler dans sa vie quand quelqu’un insulte son père à l’école et que Sal décide de se battre, ce qui lui arrive ensuite de plus en plus souvent. Il reçoit aussi une étrange lettre qui lui fait remettre en question beaucoup de choses…

« Je savais pourquoi les gens avaient peur de l’avenir. Parce que l’avenir ne ressemblerait pas au passé. C’était effrayant. »

Ce roman se lit presque d’une traite. Les chapitres sont courts, il se passe beaucoup de choses dans la vie de Sal que lui-même ne comprend pas. Comme dans Aristote et Dante, le roman raconte la recherche et la compréhension de soi-même. Dans le cas de Sal, enfant blanc, adopté, vivant dans une famille mexicaine, beaucoup de questions surgissent alors qu’il ne comprend plus son comportement, ses excès de colère et qu’il se demande s’il n’est pas en train de devenir comme son père biologique qu’il ne connaît pas.

Entre ce que lui-même vit, ce que son père et son copain Marcos vivent et ce que ses amis, Sam et Fito doivent traverser, Sal apprend à grandir et à se comprendre. Il cherche un sens à sa vie et cherche surtout à en comprendre la logique.

« Y a-t-il jamais un bon moment pour quoi que ce soit? Vivre est un art, pas une science. »

Le roman m’a plu parce qu’en plus de l’histoire, il y a de beaux personnages et de beaux moments dans ce livre. Les mots sont importants et entre Sal et Sam, les mots ont une grande histoire. Une histoire d’amour. Parce que les mots sont puissants. Les jeunes s’envoient chaque jour un « MDJ » (Mot Du Jour) afin de partager leurs émotions et ce qu’ils vivent.

« Les mots n’existent qu’en théorie. Et un jour, on tombe nez à nez avec un mot pour de vrai. Et alors, ce mot devient une personne que l’on connaît. Ce mot devient une personne que l’on déteste. Et on emporte ce mot avec soi, où qu’on aille. Et on ne peut pas faire comme s’il n’existait pas. »

Il y a également de belles choses dans la famille que deviendront Sal et son père. S’ils vivent à deux au départ, plusieurs autres personnages vont se greffer à leur univers au fil du temps et j’ai trouvé que c’était amené avec une grande sensibilité et beaucoup d’humanité. Pour couronner le tout, un petit plus bien personnel, parce que moi ça me plaît toujours beaucoup: le livre se déroule pendant la période de l’automne à l’hiver et nous vivons avec les personnages toutes les Fêtes, de l’Halloween à Thanksgiving, en passant par Noël.

J’ai eu un gros coup de cœur pour cette histoire qui parle d’homoparentalité, d’amitié, de deuil et aussi d’amour (mais pas l’amour auquel on pense en premier). C’est un roman bien écrit, dans lequel on plonge avec plaisir. Difficile de ne pas être sensible à l’univers de Sal, Sam et Fito. Et que dire de Vicente, un père exceptionnel! Pas parfait, mais à l’écoute, intelligent et incroyable. On l’aime tout de suite! Un très beau personnage, vraiment!

L’univers de Sal est remplie de sensibilité. Il aime les étoiles, fait de la course à pied pour aller mieux et apprécie la force et la sonorité des mots. Je me suis retrouvée dans ces détails qui rendent l’histoire tellement plus dense et intéressante.

Un roman coup de cœur, tout comme l’a été Aristote et Dante. Il y a quelque chose dans les livres de Benjamin Alire Sáenz qui fait du bien. Beaucoup de bien. On a envie d’y rester un peu plus longtemps. Ça m’avait fait la même chose avec son premier roman. Si vous ne connaissez pas cet auteur, foncez! Ses livres valent vraiment la peine d’être lus!

L’insaisissable logique de ma vie, Benjamin Alire Sáenz, éditions Pocket Jeunesse, 505 pages, 2018

 

Publicités

Les cousines vampires

cousines vampires photoÀ l’invitation de sa cousine Frédérique, Camille retourne dans le vieux manoir où elle a passé le plus bel été de son enfance. Mais plus rien, dans le sinistre paysage qu’elle découvre, ne correspond aux tendres souvenirs qu’elle chérissait… et les gens méfiants qu’elle rencontre à la taverne du village semblent craindre ce lieu qu’ils nomment « la maison du diable ». Quant à la mystérieuse Frédérique, elle n’aime décidément ni le potage à l’ail, ni la quiche à l’ail, ni la salade de gousses d’ail. Les cousines vampires se lit comme l’on regarde une vieille série B oubliée…

Il y a quelque chose dans cette bande dessinée de totalement réjouissant. On la lit d’une traite, parce que ça rappelle effectivement les séries télé ou un vieux téléfilm. Et j’ai vraiment beaucoup aimé!

Camille est un personnage d’une naïveté épouvantable qui nous fait sourire, alors que la BD se veut quelque chose « d’effrayant », mais toujours avec de l’humour. C’est ce qui fait d’ailleurs le charme de cette histoire parfaite pour Halloween. La façon dont le scénario est construit a quelque chose de très addictif.  On suit donc Camille qui revient dans la région où se sont déroulés ses plus beaux souvenirs d’été. Lorsqu’elle demande le trajet du manoir, tout le monde est horrifié, mais Camille ne remarque rien. Tout comme ça lui prend un très long moment avant de réaliser que Frédérique est plutôt spéciale…

On entre dans cette BD facilement et on se prend vite au jeu de découvrir le manoir aux côtés de Camille, Miss positivisme, qui ne voit que de belles choses autour d’elle. Elle détonne dans cet environnement sombre, un brin macabre et inquiétant. Elle ne remarque rien de tout cela. Frédérique pour sa part, cache quelque chose qu’elle tente de partager à sa cousine. Les deux sont totalement différentes, à l’opposé l’une de l’autre.

Le dessin m’a assez plu. Il est parfois plus détaillé pour certaines scènes, parfois plus esquissé, mais j’ai trouvé que ça s’accordait bien au scénario. Ce n’est pas lisse du tout et ça donne du punch à l’histoire.

J’ai adoré cette histoire, qui se lit toute seule et qui nous fait passer un vrai bon moment. Les auteurs ne réinventent pas le mythe du vampire, mais ils réussissent à l’amener d’une façon qui nous fait à la fois sourire et frissonner.

Une très belle découverte!

Les cousines vampires, Cathon & Alexandre Fontaine Rousseau, éditions Pow Pow, 136 pages, 2014

Halloween: Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines

Halloween Sorcières lutins fantomes et autres croquemitaines (1)« Des moyens très simples créent la terreur: une porte qui s’ouvre, un jardin sous la lune… On ne voit pas le diable mais son oeuvre… » – Auguste Villiers de l’Isle-Adam

L’ouvrage n’a pas de quatrième de couverture, J’ai choisi de partager plutôt la citation de Villiers de l’Isle-Adam qui ouvre le livre. Elle est plutôt bien choisie vu le contenu de ce beau-livre aux magnifiques illustrations.

J’avais lu ce livre il y a au moins dix ans et j’en conservais le souvenir d’illustrations vraiment très belles. J’avais donc envie de le relire cette année en cette période d’Halloween.

Halloween: Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines est un collectif d’auteurs et d’illustrateurs qui offre un tour d’horizon des personnages que l’on retrouve autour de la fête d’Halloween ou dans les légendes effrayantes racontées autour du monde.

« Dans les pays celtiques, la nuit du trente-et-un octobre, lutins, fantômes, sorcières et autres croquemitaines surgissent de leur repaire pour fêter l’Halloween. En cette veille de la Toussaint, tous les esprits surnaturels et démoniaques parcourent la surface de la terre en toute liberté, profitant de l’obscurité pour se mêler aux vivants. »

L’ouvrage est divisé en différentes parties regroupant les personnages effrayants que nous allons découvrir: les lutins, les fantômes, l’Halloween, les sorcières, les démons, les orges. Le tout est complété par une bibliographie. Comme le livre date déjà de plusieurs années, si un livre de la liste vous intéresse, il vaut mieux effectuer une recherche en bibliothèque pour le trouver.

Les illustrations sont vraiment très belles, comme en témoigne ces quelques extraits:

Il y a quelque chose de captivant et d’effrayant dans les illustrations des personnages qui nous sont présentés, qui cadre très bien avec l’atmosphère recherchée pour l’Halloween.

Le livre est surtout un patchwork de toutes sortes de textes autour des créatures de l’ombre. Extraits, légendes, chansons, bouts d’histoires, etc. Ce n’est ni un dictionnaire, ni une encyclopédie. Le livre est plutôt conçu comme un bel ouvrage à feuilleter pour s’imprégner de l’atmosphère de cette fin octobre. Il comprend aussi la petite histoire de Jack O’Lantern.

Si vous avez envie de découvrir un beau livre un peu inquiétant et mystérieux sur les personnages qui sortent la nuit de l’Halloween, jetez un coup d’œil à celui-ci. Il en vaut la peine, principalement à cause de ses illustrations qui sont magnifiques!

Halloween: Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines, Collectif, éditions Avis de tempête, 160 pages, 1997

Là où les rivières se séparent

la ou les rivieres se separent“J’ai grandi au sein d’une entreprise familiale. J’ai grandi à Holm Lodge. C’est le plus vieux ranch-hôtel du Wyoming. Quand j’étais petit garçon, je savais que le ranch se trouvait à dix kilomètres de l’entrée est du parc de Yellowstone, mais je ne savais pas que je vivais dans le plus grand espace vierge de toute clôture aux États-Unis, Alaska excepté. Ça, c’est ce que je sais aujourd’hui. À l’époque, je savais seulement que j’étais libre sur cette terre.”

Là où les rivières se séparent est le premier livre de Mark Spragg que je découvre et je sais que ce ne sera pas le dernier. Le livre est conçu comme un recueil de récits, qui racontent essentiellement la jeunesse de Spragg au ranch de ses parents, quelque part près du parc de Yellowstone. La famille vit à la dure, dans un immense espace à perte de vue, entourée de chevaux, de la nature et d’employés. Les jeunes Spragg sont habitués de travailler dur, ils vivent dehors la moitié du temps, dans des baraquements l’été et dans une cabane l’hiver. Entre les randonnées avec des touristes, les parties de chasse organisées pour de riches hommes d’affaires venus de loin et les tâches quotidiennes, Mark nous raconte la vie sauvage de cette région, ses découvertes, son plaisir de rechercher la solitude.

L’écriture est particulièrement agréable dans ce livre. L’auteur nous raconte ses pensées, ce qu’il vit quotidiennement et c’est avec beaucoup de curiosité qu’on le découvre. La vie dans cette région et sur le ranch est bien différente de la vie que mène la plupart des jeunes de cette époque. L’auteur nous attache à son histoire, que l’on suit d’un récit à l’autre avec intérêt.

Spragg a une forme de sensibilité très touchante et une sincérité dans ce qu’il décrit qui ne peut que venir nous chercher comme lecteur, surtout si la nature nous interpelle. La rudesse de la vie sur un ranch en pleine nature où les commodités ne sont pas légion, où tout est loin et où tout le monde met la main à la pâte est fascinante. Il n’y a pas de télé (et est-ce qu’on en voudrait vraiment?), tout le monde lit beaucoup. Les livres sont importants.

« Nous lisons parce que mon père a des livres, par milliers. Nous ne sommes pas une famille qui part en vacances. Nous sommes une famille qui fait cent cinquante kilomètres aller-retour pour aller chercher des provisions en ville une fois par mois. Mon frère et mois, nous avons recours aux livres quand nous voulons nous évader du Wyoming, »

Les enfants grandissent dehors, conduisent des expéditions avec des touristes dès l’adolescence, connaissent le maniement des armes à feu et savent prodiguer les premiers secours en cas de blessure. Ils savent tout réparer, cuisiner et s’occuper d’animaux. Ils peuvent monter un campement en moins de deux.

Il y a aussi de nombreux moments difficiles et l’auteur nous les raconte avec sincérité. Le moment pénible où Spragg doit achever un cheval blessé pour lequel il n’y a rien à faire. Les blessures à soigner. La disparition d’un animal. Les chagrins et la perte de l’innocence de l’enfance quand il réalise que le ranch n’est pas forcément un paradis et que par son travail, lui-même contribue à s’occuper de chasseurs qui tueront des animaux juste pour le plaisir.

« Je ne les vois pas comme des hommes. Je les vois comme de gros scouts bruyants, comme des enfants obèses et chauves. J’imagine qu’ils viennent chez nous gagner leur badge d’ours. Pas pour tuer quelque chose d’ordinaire qu’on peut manger, mais pour tuer quelque chose d’extraordinaire qui pourrait les manger. »

Spragg nous raconte le Wyoming de son enfance et de son adolescence dans ce très beau livre, avec quelques incursions plus récentes, alors qu’il termine l’université ou qu’il est maintenant adulte et marié. Cette façon d’utiliser la nature pour nous raconter sa vie sur le ranch est très intéressante. Les récits se découvrent avec plaisir, la lecture se fait avec bonheur. J’ai adoré ce livre. Spragg a une belle plume, la traduction est de qualité et l’histoire, la sienne, est captivante.

Spragg raconte toutes sortes d’anecdotes liées au travail sur un ranch, mais aussi à sa découverte de la nature. La place que prennent les chevaux dans sa vie, les chats de grange, les animaux sauvages rencontrés en chemin, sa peur des serpents. Il raconte également le temps, avec lequel il faut apprendre à vivre. La neige abondante, la chaleur accablante, le froid mordant et mortel, ainsi que le vent, qui ne cesse jamais de souffler.

J’ai aimé tous les récits de ce livre, même les plus émouvants. Mon préféré est sans doute L’hivernage qui met en lumière tout le reste. Ce récit parle du retour de Spragg après avoir terminé l’université. Quatre années passées sur le béton d’une ville l’a presque estropié. Il a mal aux jambes, a mal partout. Il n’en peut plus du bruit, des gens, et il ne rêve que de retrouver la solitude de ses montagnes. Comme j’ai aimé cette histoire!

« Je rêve du mois de janvier. Du crépuscule à 4 heures de l’après-midi. Du rythme lent et prudent de la vie par -20°c. J’imagine que je m’envelopperai d’hiver: cinq mois de lumière vaporeuse, le délicat abrutissement du froid. Je ferme les yeux et je pense aux rivières couronnées de glace. Et à la neige. Son accumulation douce, jour après jour. La neige étouffera tous les bruits, les réduira à un murmure. J’imagine qu’en marchant dans la neige, mes jambes se répareront; ce sera comme un massage pour ma psyché. »

Un beau coup de cœur pour ce livre, qui me rappelle un peu le genre de récit qu’écrit Rick Bass. J’ai beaucoup aimé et je le relirai à l’occasion. Je vous le conseille. C’est un livre vraiment très beau, par moments très touchant par la façon dont l’auteur parle de la nature, de la vie, de lui-même. Ici, la nature répare et guérit. Elle soigne le corps et l’âme.

Une excellente découverte!

Là où les rivières se séparent, Mark Spragg, éditions Gallmeister, 323 pages, 2018

Fastes

fastes photoDisséqué, morcelé, déjà mort mais encore vivant, le corps se fragmente pour former des tapisseries, des robes, des manteaux, de chatoyants indices à rassembler pour un jour arriver à se porter entière. Or, le ratage est patent. Tout est à recommencer.

J’ai eu un gros coup de coeur pour la poésie de Chloé Savoie-Bernard, une auteure que je découvre avec ce court recueil de poésie écrit avec retenue et finesse.

Fastes est un texte sombre où un certain mal de vivre est très présent. Le texte est écrit avec une belle fluidité et c’est vraiment plaisant de le lire. Le côté nuageux de cette poésie est tellement bien maîtrisé que les pluies qui en découlent nous laissent entrevoir de beaux filets de lumière.

Je bave des larmes mauves
J’en fais des tisanes
Que j’offre à mes amies

Le contraste nous fait encore plus apprécier la beauté de ces vers. Cette habileté de l’auteure à nous transmettre l’émotion de tout ce qu’elle ressent, présentée sous forme de chair et de couches de vêtements ne demande qu’à être lue d’une traite.

À travers les vêtements et le corps, à travers la chair, elle nous montre son ressenti, sa façon de se percevoir, son mal être et ses sentiments. C’est cet aspect de la poésie, utilisant le corps et les vêtements pour démontrer une forme de souffrance intérieure, qui présente de façon originale ces sujets difficiles. La peau absorbe ce qui l’entoure et l’auteure l’utilise pour démontrer ses émotions.

Se gratter le bobo pareil que tout le monde
à force de se faire appuyer dessus
il giclera bien révélant les secrets
dont la blessure se gorge pour grandir

L’écriture est magnifique, imagée. C’est un recueil original, par sa façon imagée d’aborder son sujet, par les vêtements et la place que prend le corps. J’ai tellement aimé cette poésie que je lirais bien ses autres recueils. C’est une plume à découvrir, assurément.

Fastes, Chloé Savoie-Bernard, éditions de l’Hexagone, 80 pages, 2018