Route End t.3

route end 3Après avoir été menacé par End à son propre domicile, Taji décide de se rendre dans la ville natale de son ancien patron afin d’en savoir plus sur son passé. Il tombe alors nez à nez avec l’agent Igarashi, à qui on a confié la même mission… Ensemble, ils apprennent avec stupeur qu’en réalité, Koji Tachibana n’était pas l’homme qu’il prétendait!
De son côté, la police fait une étonnante découverte: l’ADN de l’homme au masque correspond à celui d’une des victimes! Alors que l’enquête progresse, l’identité du tueur devient de plus en plus incertaine…

Le troisième tome débute là où nous avait laissé le volume deux, alors que Taji et l’inspectrice Igarashi décident d’aller enquêter dans le passé de Koji, l’ancien directeur d’AUM Nettoyage et victime de End. Ce qu’ils découvrent les laisse sous le choc. Des nouvelles de l’enquête arrivent également et la découverte est de taille. L’ADN de l’homme masqué est le même que celui d’une des victimes. Est-ce que cette découverte éclairera certaines choses ou, au contraire, l’enquête va-t-elle plutôt s’enliser?

Les nouveaux éléments qui apparaissent dans l’enquête avec ce troisième tome sont très intéressants et amènent beaucoup de questions de la part des enquêteurs et de Taji. L’inspectrice Igarashi fait de plus en plus une obsession sur son petit frère qui s’est suicidé. Elle a l’impression de l’apercevoir partout.

Un nouvel employé se joint à l’équipe d’AUM Nettoyage pendant que Yuka et Omi, les autres collègues de Taji, vivent de gros problèmes personnels. Le côté psychologique du personnage de Omi, abordé dans le tome 2, est plus développé ici. Il commence une thérapie qui nuit à son couple et fait remonter de lourds souvenirs. L’enquête quant à elle, se poursuit comme elle peut, avec toujours de rares indices sur l’identité de End. Surtout lorsqu’on découvre un nouveau cadavre… End a encore sévi et cette fois, c’est une découverte très éprouvante.

Un troisième tome plein de rebondissements! On retrouve un peu le côté macabre du premier tome, tout en élaborant le côté psychologique de certains personnages. Je dirais que c’est un bon mélange des deux premiers livres de la série et que c’est toujours aussi bon!

Mon avis sur le tome 1 et le tome 2.

Route End t.3, Kaiji Nakagawa, Édition Ki-oon, 192 pages, 2018

Publicités

Route End t.2

route end 2M. Tachibana, le directeur de la société de nettoyage spécialisé où travaille Taji, est retrouvé assassiné par End… L’employé a du mal à s’en remettre : l’homme était comme un père pour lui. Son seul souhait à présent est de voir le meurtrier puni pour ses crimes… Seulement, la police semble incapable de déceler la moindre piste !
Le nettoyeur de cadavres décide alors de prendre les choses en main. Manque de chance, ses investigations ne passent pas inaperçues… Il se retrouve, dans son propre appartement, face à un homme masqué qui menace son petit neveu d’un couteau ! Le nom de l’intrus ? “End”, bien sûr…

Route End est une série policière, d’enquête, qui raconte l’histoire d’un tueur en série. Il s’agit d’un thriller psychologique bien mené et ma foi, pas mal captivant. Si le premier tome était macabre, le second l’est beaucoup moins. Il s’attarde plutôt sur l’aspect psychologique de l’histoire et des personnages.

D’ailleurs, le tome 2 s’ouvre sur une scène difficile, celle qui terminait le premier tome. L’auteur instille un suspense efficace qui fonctionne assez bien d’un tome à l’autre. Dans ce second volet, nous revenons sur les crimes précédents pour tenter d’en comprendre le déroulement. Le tueur en série nommé « End » est toujours recherché et c’est l’occasion d’approfondir l’enquête d’un point de vue psychologique.

Ce tome s’attarde aussi beaucoup sur des personnages secondaires rencontrés dans le tome 1. Par exemple, un des fils d’une des victimes, toujours très étrange, ou encore l’histoire de Omi, le collègue de Taji qui a de drôles de pratiques sur les scènes de nettoyage. On en comprend un peu plus le comportement et l’aspect psychologique est plus développé.

L’enquête piétine et c’est ce qui donne l’occasion à l’auteur de nous faire connaître un peu plus ses personnages. On voit beaucoup plus les différents enquêteurs qui sont sur l’affaire, on apprend à connaître d’avantage la famille de Taji et le monde qui gravite autour de lui. Le tueur cependant, brille par son absence dès la fin de la première scène. Il est recherché et se fait donc discret.

« L’apparition de cet individu qui prétend être End est essentielle. On doit enquêter en priorité de ce côté-là. Mais si cet homme masqué était un imposteur, ce serait la catastrophe. »

Tout se joue sur son identité et le questionnement autour d’un possible imposteur. Taji pour sa part, trouve que l’enquête n’avance pas suffisamment vite à son goût et il est toujours dans les pattes de l’inspectrice à mener sa propre enquête. Sa présence dérange et n’est pas toujours au goût de tous.

J’ai hâte de voir comment évoluera l’histoire dans le prochain tome, parce que Route End est un excellent manga. Le macabre est plus exploité dans le premier tome alors que le côté psychologique est plus développé dans le second. Il y a toujours un très bon suspense et l’auteur termine chaque tome avec une fin qui nous garde en haleine pour la suite. Chaque personnage rencontré a un côté un peu étrange qui intrigue et on ne sait encore que peu de choses du tueur en série.

Route End est tout à fait le genre de manga divertissant et intrigant si le côté enquête policière / macabre / psychologie vous intéresse. C’est très très bon! Vivement le tome 3!

Mon avis sur le tome 1.

Route End t.2, Kaiji Nakagawa, Édition Ki-oon, 192 pages, 2018

Route End t.1

route end 1Taji travaille pour une entreprise de nettoyage spécialisée dans les cadavres en décomposition. Les macchabées découverts sur le tard laissent des traces insupportables pour le commun des mortels, mais lui a le cœur bien accroché. La mort, il la connaît depuis l’enfance. Il a vu le corps de sa mère se balancer au bout d’une corde. Le traumatisme lié à ce suicide est ancré en lui, et chaque nettoyage est une catharsis. Son quotidien est bouleversé quand son quartier devient le théâtre de meurtres en série. Les victimes sont découpées en morceaux, puis alignées pour former un mot, le même à chaque fois : “END”. 

Route End est un manga bien intéressant, présenté sous forme d’enquête. C’est un thriller assez macabre, puisque les éléments qu’il met en scène sont plutôt choquants. Un tueur s’amuse à découper ses victimes en morceaux. La police piétine, ne sachant pas trop où donner de la tête dans cette enquête. Comme le patron de Taji se retrouve au cœur de l’affaire et que le jeune homme doit s’occuper de nettoyer les scènes de crime, sa route croise fréquemment celle de la femme chargée de l’enquête, une jeune policière aussi blessée que lui par le décès d’un être cher.

En parallèle de l’enquête, on apprend à connaître ces deux personnages hantés par leur passé, par la perte qu’ils ont subie. Ils cherchent tous deux un exutoire à cette souffrance profonde, chacun dans leur travail. Le tueur en série qu’ils se retrouvent à traquer, réveille de vieilles blessures. Les indices semblent être liées d’une façon ou d’une autre à ces personnages et c’est très intrigant. Le manga se lit d’ailleurs d’une traite, tellement il est prenant.

L’enquête est assez captivante pour nous tenir en haleine. Le macabre, bien présent dans l’histoire, en ajoute une couche pour garder une sorte de fascination face à l’esprit tordu du criminel. La mort et le côté un peu morbide se retrouve dans tout le manga. Taji par exemple, vit dans un appartement où un mort a été retrouvé. Un des suspects dans l’affaire vit dans une maison non nettoyée où des traces de sang maculent le plancher. Les suicidés sont nombreux, les victimes du tueur en série aussi. Et il y a les collègues particuliers de Taji qui font face à l’horreur absolue à leur façon…

Le dessin m’a beaucoup plu. Très simple, avec une certaine douceur dans les traits, ce qui contraste bien avec le noir de l’histoire. Les chapitres s’enchaînent rapidement. En plus d’être un thriller efficace, Route End est aussi une réflexion sur le suicide, principalement pour la famille qui reste et qui doit vivre avec la tristesse, la culpabilité et les remords.

Une histoire pas mal intéressante qui nous laisse vraiment sur une scène terrible. On ne peut qu’attendre la suite avec beaucoup d’impatience!

J’ai lu ce livre pour le Pumpkin Autumn Challenge.

Route End tome 1, Kaiji Nakagawa, Édition Ki-oon, 192 pages, 2018

Les Bleed

Les Bleed (2)À Mahbad, la famille Bleed règne depuis trois générations. Le dernier-né, Vadim Bleed, sollicite un second mandat lors d’une élection présidentielle aux allures de spectacle à grand déploiement. Ce n’est qu’une formalité, après tout : la journée est réglée au quart de tour, et si quelques bulletins de vote disparaissent, ce ne sera pas la fin du monde. Mais les événements tournent mal. Sur la Place de la Révolution et dans les rues de Qala Phratteh, de violents affrontements éclatent alors que la population réclame un nouveau gouvernement. Les résultats du scrutin se font attendre, les forces de l’ordre fourbissent leurs armes, et Vadim Bleed manque à l’appel. Son père, Mustafa Bleed, éminence grise ou pantin désarticulé, croyait pourtant avoir les choses en main.

Je trouve intéressant, parfois, de sortir de sa zone de confort en lisant autre chose que ce qu’on a l’habitude de lire. C’est pourquoi, lorsque j’ai reçu Les Bleed, j’ai décidé de le lire même si je n’avais pas choisi ce livre. Je ne connais pas du tout l’auteur, mais j’aime ce que publie La Peuplade en général. Cet éditeur est au centre de beaucoup de mes lectures « coups de cœur ».

Présenté comme un thriller politique, Les Bleed raconte la longue déchéance d’une dynastie politique, perpétuée de père en fils depuis trois générations. À la tête du pays, le clan Bleed, dont les femmes sont les grandes absentes, dirige tout (ou manipule tout). Mais le dernier né, Vadim, en quête d’un second mandat, n’est pas à la hauteur de l’héritage familial.

« C’est une chose d’être dirigé par un farouche dictateur, c’en est une autre de l’être par l’ombre absente de son héritier. »

Le roman de Dimitri Nasrallah est un récit à deux voix, en alternance: d’un côté Vadim, qui brille la plupart du temps par son absence et son je-m’en-foutisme de la machine électorale (alors qu’officiellement c’est lui qui doit être réélu) et son père Mustafa, qui tire les ficelles du jeu politique et magouille pour redonner à nouveau à la famille Bleed son prestige.  On réalise vite en lisant le roman que sous les apparences, l’empire politique n’est qu’une vaste supercherie en train de couler et ce, même si les Bleed dirigent tout, changent les livres d’histoire à leur convenance et n’hésitent pas à perdre quelques boîtes de vote ou à faire tomber des têtes qui dérangent.

Le père, Mustafa, dirige dans l’ombre avec le souvenir de son propre père comme ayant grandement accompli pour le pays alors que la population demande la fin du règne de la famille Bleed. Vadim, lui, est un adulte qui n’a pas grandi. Toujours partant pour faire la fête, il voyage en avion comme on prend le métro, baigne dans la drogue et est grisé par la vitesse. En parallèle de leurs doléances mutuelles, le roman est entrecoupé d’extraits de blogues, de journaux, d’articles d’opinion. C’est à travers le cri du peuple que se dessine la révolte qui tournera à la guerre civile. Cette construction permet d’être dans la tête des personnages principaux et de vivre avec la population, le déchirement d’une élection qui ne semble pas avoir de fin.

« Je connais ce pays depuis sa construction, j’ai traversé son histoire à travers six déclarations d’état d’urgence, une guerre civile et d’innombrables défilés de la victoire. Les jeunes d’aujourd’hui sont incapables de se souvenir de ce qui s’est passé le mois dernier. Et, si vous voulez le savoir, c’est la raison pour laquelle nous avons nos problèmes actuels, selon moi. »

Je dois l’avouer, je m’attendais à plus de thriller et un peu moins de politique avec ce roman . Je ne vais pas d’emblée vers des ouvrages de politique, même de fiction. C’est sans doute l’un de sujets qui me passionne le moins. Le roman se lit bien, c’est accessible, même pour ceux qui ne sont pas férus de politique. On assiste aux coulisses du pouvoir, à la mise en place d’une dictature, aux dessous d’une élection qui vire à la guerre civile. Ça reste tout de même intéressant, mais ça ne m’a pas passionnée plus que ça. Ce n’est pas vraiment un sujet pour moi.

Cependant, je crois qu’il existe assez peu de romans qui tourne autour de l’univers politique, d’une dynastie politique comme celle qui nous est racontée dans Les Bleed. C’est donc un livre que je pourrais suggérer à quelqu’un qui s’intéresse à la politique. Moi, je suis plutôt passée à côté.

Les Bleed, Dimitri Nasrallah, éditions La Peuplade, 272 pages, 2018