Sherlock Holmes et le démon de Noël

1890. Peu avant Noël, Sherlock Holmes et John Watson reçoivent à Baker Street la visite d’une nouvelle cliente. Eve Allerthorpe, fille aînée d’une dynastie prestigieuse mais quelque peu excentrique du Yorkshire, se trouve dans une profonde détresse : elle se croit possédée par un démoniaque esprit de Noël. Eve doit hériter d’une fortune à condition d’être saine d’esprit, mais il semble que quelque chose – ou quelqu’un – menace son équilibre mental. Holmes et Watson partent enquêter au château de Fellscar, demeure familiale des Allerthorpe, mais s’aperçoivent vite que l’affaire est plus complexe qu’il y paraît. Un autre esprit hante la famille ; et lorsque l’on découvre le cadavre d’un membre de la maisonnée, le duo comprend que nul n’est au-dessus de tout soupçon…

Quand je suis tombée sur ce titre, Sherlock Holmes et le Démon de Noël, je voulais absolument le lire. Il aura mit un an après sa sortie en Europe avant d’arriver jusqu’à nous. Sans surprise, j’ai adoré ce roman! Je l’ai trouvé bien écrit, passionnant et j’ai apprécié l’atmosphère du livre. On est en pleine période de Noël, dans un grand manoir où se préparent les festivités des Fêtes. La neige a un rôle important dans l’intrigue et contribue aussi à l’ambiance des Fêtes.

« C’est là que la neige s’avère un merveilleux assistant pour l’enquêteur. Dans certaines circonstances, elle offre une abondance d’indices en conservant l’empreinte de tout ce qui se pose à sa surface, même si le poids est des plus minimes. »

Sherlock Holmes et son acolyte John Watson reçoivent la visite d’une jeune femme qui demande leur aide. Elle se croit doublement hantée, entre autre par le Thurrick noir, un démon maléfique qui représente le côté sombre de Noël. Les festivités se préparent dans l’immense demeure de sa famille et la jeune femme doit hériter d’une somme conséquente, suite au décès d’une parente, à condition d’être déclarée saine d’esprit. Sauf qu’elle a l’impression de perdre la tête. Quel fantôme vient la tourmenter? C’est ce que Holmes et Watson doivent découvrir.

« L’humanité a une tendance inhérente à coopérer. C’est ainsi que l’on crée des sociétés et un consensus moral. Dans l’ensemble, nous avons envie d’être d’accord les uns avec les autres. Aussi, si l’un d’entre nous insiste sur le fait qu’une chose est vraie et maintient son point de vue contre toutes les oppositions, d’autres finiront par penser comme lui. »

Je suis une grande fan de Sherlock Holmes depuis mon enfance et je suis toujours à la recherche de livres autour de ce personnage. Ici, j’ai trouvé que Lovegrove avait fait du très bon travail et cette lecture a été un vrai plaisir: combiner enquête et roman de Noël c’était parfait! Justement dosé. Ça m’a rappelé le bonheur que j’avais à découvrir les histoires originales de Conan Doyle. En découvrant ce livre bien écrit et qui respecte dans l’essentiel l’esprit de l’univers de Sherlock Holmes, j’ai très envie de découvrir les autres enquêtes de l’auteur. 

L’atmosphère joue pour beaucoup dans le plaisir de lecture: fantômes, préparatifs de Noël, immense demeure pleine de domestiques, secrets familiaux, neige, bons repas et intrigues passionnantes. C’était un choix parfait pour débuter mes lectures de Noël et d’hiver cette année!

À noter la beauté de l’objet-livre dont la couverture est superbe. Le format me plait beaucoup aussi. Le roman fait partie de la collection Steampunk et ses tranches sont dorées. C’est un plaisir que de l’avoir entre les mains. Je veux lire tous les autres de cette collection écrits par Lovegrove!

Sherlock Holmes et le démon de Noël, James Lovegrove, éditions Bragelonne, 336 pages, 2021

Publicité

Un hiver à pile ou face

Paige Collins, 17 ans, est paralysée dès qu’elle doit faire un choix. Aussi, quand deux opportunités extraordinaires se présentent à elle quelques jours avant Noël, Paige est incapable de prendre une décision. Une semaine à la montagne avec son meilleur ami (dont elle est secrètement amoureuse), ou un séjour à New York, LA ville de ses rêves ? Alors que l’angoisse de ce choix cornélien la submerge, Paige fait une mauvaise chute dans un supermarché… et son futur se retrouve divisé en deux !

Un hiver à pile ou face était la lecture commune de décembre pour le Défi: Un hiver au chalet. Pour le mois le plus festif de l’année, je pense que ce roman jeunesse était tout de même un bon choix. Pas parfait, mais très agréable à lire. 

Paige souffre de trouble anxieux. Elle est incapable de prendre une décision car tout se bouscule dans sa tête. Si elle fait un choix, elle renonce forcément à autre chose. Et si le second choix avait été mieux? Sa tête ne s’arrête pas une seconde. Et si? Et si? C’est épuisant et souvent déstabilisant. Elle a l’impression que sa vie avance sans elle, car elle est incapable de choisir.

« J’ai lu quelque part qu’une personne lambda prend trente-cinq mille décisions par jour. Ce chiffre m’est resté en tête, parce qu’il est énorme. Accablant. Paralysant. C’est le genre d’info qui me donne envie de rester au lit toute la journée, la tête sous les couvertures. »

Quand son meilleur ami Fitz, de qui elle est secrètement amoureuse, l’invite à passer Noël au chalet de sa famille, elle est emballée. Des moments festifs, passés à s’amuser, cuisiner, profiter de la neige. Elle rêve de voir la neige, mais n’a pas encore eu cette chance. Ce chalet avec la famille de Fitz, elle en rêve! Mais sa mère a, au même moment, remporté des billets d’avion pour New York. Le plus grand rêve de Paige est de voyager. Sa chambre est une hymne au voyage et elle souhaite un jour pouvoir voir du pays ailleurs qu’en photo. Elle doit alors faire un choix difficile. Mais lequel?  Alors qu’elle se torture l’esprit pendant ses achats de Noël, elle fait une mauvaise chute et son destin se divise alors en deux!

« Ma chambre est un hommage aux endroits où je ne suis jamais allée et aux choses que je n’ai jamais faites. Un temple dédié aux vies que je crains de ne jamais avoir. »

Ce roman alterne entre les deux destins, celui d’aller au chalet et celui d’aller à New York. Si au départ il lui arrive plein de choses et que les deux choix lui semblent aussi mauvais l’un que l’autre, cette occasion lui permettra de faire face à ce qu’elle ressent et d’apprendre à vivre avec son anxiété pour avoir une vie la plus heureuse possible. Surtout, elle apprendra à se faire confiance, à demander de l’aide et à réussir à avancer en faisant ses propres choix.

J’ai bien aimé ce roman qui est original dans sa construction puisqu’il nous fait voir les deux choix de Paige et le développement de certaines situations: la gestion des crises de panique, son amour pour Fitz et sa rencontre avec Harrison. C’est un roman mignon sur l’adolescence, qui aborde avec originalité les troubles anxieux et les premières amours. L’ambiance est enneigée, gourmande (Paige cuisine comme une forcenée lorsqu’elle est angoissée) et ça se lit bien. J’ai passé un bon moment.

Alors, vous choisiriez quoi vous: New York ou le chalet sous la neige? (Définitivement, le chalet pour moi!)

Un hiver à pile ou face, Kara McDowell, éditions Milan, 360 pages, 2021

Hôtel Heartwood t.2 – Un hiver si doux

Alors que le froid s’installe dans la forêt, Mona et son amie Tilly, l’écureuil au sale caractère, accueillent les animaux qui viennent hiberner. Quelle chance de déguster une tasse de miel chaud avant de s’endormir dans un lit douillet jusqu’au printemps ! Soudain un drame survient : les réserves sont pillées et la tempête de neige bloque le ravitaillement. Comment affronter l’hiver sans provisions ? Et surtout, qui vole les cuisines ?

Se déroulant dans un hôtel pour animaux dans la forêt, l’Hôtel Heartwood accueille les animaux qui recherche un endroit où passer les vacances ou alors hiberner pendant la froide saison. De nombreuses fêtes et célébrations sont organisées à l’hôtel. Le propriétaire a aussi très bon cœur et il lui arrive souvent d’offrir logis, travail ou repas à ceux qui sont égarés ou démunis. 

Chaque tome se déroule pendant une saison. Le premier tome, Une maison pour Mona, se déroulait à l’automne. Un hiver si doux quant à lui se passe à l’hiver. Il y a un tome trois pour le printemps et un quatrième pour l’été. J’ai surtout un intérêt pour les deux premiers. Je ne sais pas encore si je lirai les autres. 

Ce second tome nous ramène à Heartwood, cette fois sous les flocons. Comme c’est l’hiver, Mona, Tilly et les autres doivent accueillir les animaux qui hibernent. C’est un moment plus tranquille pour eux normalement, où ils peuvent profiter d’une bonne tasse de miel chaud et de palets au beurre, mais l’arrivée d’une duchesse malcommode, d’un voleur qui dérobe les provisions et d’une grosse tempête de neige, compliquent beaucoup le quotidien des animaux. La duchesse loge à l’hôtel et a de nombreuses exigences déplaisantes. Ce n’est pas une invitée de tout repos. C’est aussi le moment où toutes sortes de problèmes semblent s’acharner sur l’hôtel. C’est une période difficile. Ça le devient encore plus quand des provisions disparaissent alors que l’hôtel est rempli et que la tempête empêche la livraison de nourriture.

On retrouve dans ce seconde tome le plaisir tout doux des petits bonheurs de l’hôtel: les bons petits plats, de nouvelles festivités et traditions, la douceur de vivre à Heartwood. Cette petite série mettant en scène des animaux est très douce et conviviale. L’ambiance est particulièrement agréable. J’aime aussi beaucoup le format des histoires et la beauté de l’objet-livre. Si j’ai eu l’impression d’un relâchement dans l’histoire de ce second tome, j’ai quand même bien aimé cette lecture. C’est un univers confortable qu’il est bon de retrouver. Le roman est aussi illustré de jolies images au crayon, en noir et blanc. Les illustrations accompagnent bien l’histoire.

Le genre de série à découvrir en famille, parfait pour les petits et les grands qui recherchent un peu de douceur.

Hôtel Heartwood t.2 – Un hiver si doux, Kallie George, éditions Casterman, 192 pages, 2019

Défi: Un hiver au chalet 2022

Je suis heureuse de vous présenter la 3e édition de mon défi Un hiver au chalet! Un défi pour vous permettre de passer un bel hiver, qui combine lectures et activités d’ambiance. Le défi a lieu du 1er décembre 2022 au 1er mars 2023. Ce qui laisse beaucoup de temps pour y participer. Vous pouvez choisir les catégories qui vous plaisent, il n’est évidemment pas obligatoire de faire toutes les catégories. Un livre ou une activité ne peut entrer que dans une seule catégorie. Chaque livre lu ou activité vous donne 1 point. Vous pouvez calculer votre nombre de point à la toute fin en lisant la petite légende qui y est associée. Vous pouvez utiliser le mot-clic #défiunhiverauchalet pour toutes vos publications sur les réseaux sociaux. Étant le plus active sur Instagram, c’est principalement là-bas que se déroulent les partages et les publications. Vous pouvez surveiller mon compte pour la publication de « capsules » autour des catégories et ce, tout au long du défi. 

Sans plus tarder, voici les différents menus. Cette année, une nouveauté: une catégorie « bonus » bien étoffée, avec un bonus de Noël, un bonus sur la lecture de séries ou saga et trois lectures communes hivernales. Je n’encadre pas vraiment les lectures communes, qui seront faites selon le mois correspondant. Le plaisir est surtout d’être plusieurs à lire le même livre presqu’au même moment et de pouvoir en discuter. J’espère que le défi vous plaira!

1

2

3

4

5

6

J’ai aussi créé un signet pour vous accompagner pendant vos lectures. Pour ma part je l’ai imprimé sur du carton, deux fois pour avoir un recto et verso, que j’ai ensuite plastifié. Vous pouvez l’utiliser sans problème: 

Signet Un hiver au chalet1 (1)

J’ai aussi fait des gabarits que vous pouvez utiliser sur les réseaux sociaux, pour partager vos lectures et vos films, ainsi que vos lectures communes. 

Lecture commune (1)

Lecture commune (2)

Lecture commune (3)

Ma pile à lire (1)

Mes films et séries

Vous avez des questions? Besoin de suggestions? Écrivez-moi!

Via Instagram
Via courriel

J’espère que le défi de cette année vous plaira. Amusez-vous, faites des découvertes, mettez le nez dehors! Au plaisir d’échanger avec vous.

Passez un bel hiver,

Geneviève

Le Québec en hiver

Tantôt rude et capricieux, tantôt doux et féerique, l’hiver est au cœur de la culture et de l’art de vivre au Québec. À travers des paysages urbains et sauvages, des portraits et de saisissants détails croqués sur le vif, cette plongée photographique nous invite à nous abandonner à l’émerveillement profond que nous inspirent les splendeurs de la saison froide.

J’adore le travail de Mathieu Dupuis, un photographe que je suis depuis des années et qui est très actif sur les réseaux sociaux. C’est toujours un plaisir de découvrir les clichés fabuleux qu’il nous présente. Un livre consacré à l’hiver ne pouvait que faire mon plus grand bonheur! 

Cet ouvrage est vraiment magnifique, c’est un grand plaisir pour les yeux. À travers cinq grands thèmes, allant de la géométrie à l’immensité, en passant par la force, l’évasion et le contraste, le photographe nous amène à découvrir toutes les nuances de notre hiver. Dans ses photos, il aborde plusieurs thématiques reliées à notre mode de vie en hiver, à la façon dont cette saison est perçue, vécue, à quel point elle est splendide. C’est un livre qu’on prend le temps de feuilleter, qui nous pousse à nous arrêter et à méditer sur notre rapport à l’hiver. À travers ses photos, Mathieu Dupuis partage son regard et ses réflexions, qui n’ont absolument pas besoin de mots pour nous toucher. Les photos parlent d’elles-mêmes. Elles sont à la fois représentatives de notre rapport à l’hiver et de la grandeur de cette saison dans notre coin de pays.

Une phrase de l’avant-propos résonne particulièrement pour moi:

 » …j’ai compris que les peuples les plus résilients et en paix avec la saison froide sont ceux qui vivent l’hiver plutôt que de la subir « .

J’ai toujours pensé que le Québec vivait mal son hiver. Au lieu de vivre pleinement cette saison et d’en adapter les transports, le mode de vie et d’en profiter, on se bat éternellement contre une saison qui est présente plusieurs mois par an. Peut-être qu’un jour les québécois apprendront mettre en pratique cette idéologie adoptée par d’autres peuples, celle de vivre vraiment l’hiver.

Le Québec en hiver est un livre magnifiquement beau que je ne peux que vous conseiller. Les photos sont à la fois touchantes, impressionnantes, magnifiques. Elles abordent autant la ville que la campagne, les régions éloignées, les peuples autochtones, le plaisir de jouer, le choc des températures, l’harmonie, la beauté, les sports, l’aventure. Un moment de bonheur pour les yeux.

À découvrir! Peut-être vous fera t-il voir l’hiver d’un autre œil! 

Le livre est complété à la fin par un index visuel des lieux photographiés, ce que j’ai particulièrement apprécié. 

Le Québec en hiver, Mathieu Dupuis, éditions de l’Homme, 202 pages, 2021