Kateri et le corbeau

Kateri et le corbeauDans les années 1930, Kateri et sa famille tentent de survivre aux rudes conditions du territoire québécois et au déracinement provoqué par les coupes à blanc. Quand son amoureux Khaguagui se noie dans la rivière, la jeune Métisse croit l’avoir perdu pour toujours. Mais Neka, sa mère, offre ses cheveux au Grand Manitou afin que l’esprit de Khaguagui revienne sous la forme d’un corbeau et qu’il puisse veiller sur Kateri.

L’histoire de Kateri et le corbeau m’attirait beaucoup. Le livre est très beau, la couverture me plaît et j’aime les histoires qui s’inspirent de mythes et de légendes, surtout lorsqu’elles nous parlent des Premières Nations. Le roman s’inspire d’une légende algonquienne qui raconte qu’un être aimé décédé peut se réincarné afin de continuer à prendre soin de nous. J’ai aimé cette vision des choses.

La roman aborde le thème difficile du deuil. Kateri doit faire le deuil de sa grand-mère et celui de son amoureux. Elle doit apprendre à vivre sans eux à ses côtés et continuer malgré tout son chemin. Dans cette optique, l’histoire du corbeau est magnifique, réconfortante. Le roman est aussi très émouvant, puisqu’on nous présente l’arrivée des Blancs qui considèrent que les Weskarinis n’ont pas leur place dans la région. C’est une histoire de déracinement.

On apprend énormément de choses sur les pratiques de la tribu de Kateri, la façon dont la communauté fonctionne: les hommes partis à la chasse pour la viande afin de rapporter aux autres ce qu’il faut pour passer l’hiver. Les peaux pour se couvrir et survivre au froid. La vie quotidienne mais aussi la vie spirituelle. Les saisons tiennent une place très importante dans la vie du groupe de Kateri et ponctuent le quotidien et le passage du temps.

« L’hiver s’étire, s’étire, s’étire.
Et puis soudain, voilà le printemps!
Le soleil flambe à nos fenêtres.
La neige fond en rigoles.
Les chasseurs rentrent à la maison. »

Plusieurs détails passionnants sur les caractéristiques de la tribu de Kateri, sur la langue parlée, sur les coutumes ou l’imaginaire des Weskarinis et sur les différences entre les Blancs et les amérindiens. On apprend une quantité de choses passionnantes. J’ai particulièrement apprécié toutes les références en lien avec la langue ilnue, une langue amérindienne dont on retrouve des mots, des expressions, des noms et des lieux, tout au long du roman. Des notes en bas de page traduisent plusieurs mots de cette langue et nous aident à l’aborder et à la comprendre.

Kateri et le corbeau est un roman jeunesse poétique, qui parle des mythes et des légendes en lien avec le deuil et le départ de ceux qui nous sont chers. C’est une histoire à la fois touchante et instructive, sur la famille, sur les liens qui unissent les gens, sur l’amour. C’est une très belle découverte pour moi que ce roman dont l’écriture est magnifique et l’ensemble du texte vraiment très beau.

« Les réserves sont épuisées. (…)
Je me dirige vers le poêle en métal noir,
secoue mes mitaines pour m’en débarrasser
et frotte mes mains pour les réchauffer.
Une odeur d’herbes s’échappe d’une marmite en fonte.
Je soulève le couvercle et renifle la soupe,
une sorte de bouillon jaune dans lequel flottent des racines. »

L’auteure puise dans l’histoire personnelle de gens qui ont réellement existé pour créer ses personnages et s’inspire également de son histoire familiale pour écrire son roman. Le texte est très souvent poétique, ce qui m’a beaucoup plu, et la musicalité des mots est aussi intéressante que peut l’être l’histoire.

Kateri et le corbeau est un très beau roman, à offrir tant aux adolescents qu’aux adultes. C’est un roman historique abordable et éclairant, qui nous apprend beaucoup de choses sur les Weskarinis, mais également sur l’époque – le début du XXe siècle – et les relations entre les Blancs et les Amérindiens.

Une excellente lecture que je vous invite à découvrir!

Kateri et le corbeau, Rollande Boivin, éditions Bayard Canada, 120 pages, 2019

Portages

Portages photoLes portages de Louis-Thomas Plamondon, à pas feutrés dans le brouillard, les plaines et les sentiers de branches, dissimulent des moments de présences au monde aigües et sculpturales. Se porter, c’est s’élever, se tenir éveillé et attentif aux instants de grâce. Portages, ce sont autant d’hymnes finement ciselés qui enregistrent l’existence de situations simples, précises et particulières, toutes en étroite relation avec la nature et l’animalité. Chacun de ces tableaux vivants est une méditation, le fruit d’un rituel de poésie et de conscience. Les mots et les affections se propagent dans tout le corps, innervant jusqu’au bout des doigts, jusqu’au bout des lèvres, à cette frontière lumineuse où se rencontrent le corps et le monde.

Portages de Louis-Thomas Plamondon est un recueil de courts poèmes qui capturent de petits moments de beauté. L’auteur a une belle façon d’entremêler les mots. Il se sert de la nature pour mettre en lumière des instants méditatifs.

Sa poésie se présente, pour moi, comme une multitude d’images qui suscitent réflexion et amène un sentiment de calme et de lenteur. Ce n’est pas une poésie qui est axée sur l’émotion mais plus sur l’instant présent, un peu comme le ferait une photographie. C’est la capture d’un instant, d’une image et d’une réflexion. Chaque poésie est une fenêtre, une vision de la nature, une forme de méditation.

« chapelle au réveil
un soleil étale

esquille la pierre des murs
des débris au sol essaiment le froid
derrière un tas de planches
un chien au poil gommé »

Ce premier recueil de poésie est une belle publication, qui me donne l’impression que l’auteur n’a pas tout dit et qu’il pourrait nous surprendre dans le futur. Son recueil se lit très facilement, les mots sont fluides et les images que les textes provoquent se rapprochent de la méditation. Je n’ai pas senti de thème global du recueil ou d’histoire derrière le texte. C’est plutôt une forme de poésie qui frôle la contemplation et nous force à nous arrêter, des instantanés de ce qui se présentent à l’auteur.

Personnellement, j’aime la beauté de sa plume et les images que l’auteur réussit à provoquer. Par contre, je me sens souvent plus interpellé par une poésie qui vient me chercher dans une émotion précise, avec un thème principal, et qui m’amène à vivre cette émotion. Ici, le recueil nous transporte plutôt dans un monde de beauté et d’instants fugaces, capturés par les mots. C’est une lecture que j’ai trouvé intéressante, car l’expérience était différente de mes lectures habituelles. C’est un recueil qui m’a fait sortir de ma zone de confort. C’est la beauté des mots et des images qui prend toute la place. Je crois que c’est ce que l’auteur a tenté de faire avec Portages. Et de ce point de vue, c’est réussi.

Portages, Louis-Thomas Plamondon, éditions La Peuplade, 112 pages, 2019

Signal d’alerte

signal d'alerte » Il est des choses qui nous perturbent, des mots ou des idées qui surgissent sous nos pas comme des trappes, nous précipitant de notre monde de sécurité et de bon sens en un lieu beaucoup plus sombre et moins accueillant.  »  Magie, monstres, mythes et miracles… Neil Gaiman décline librement poésie, fantastique, science-fiction, conte de fée.

J’avais très hâte de lire ce recueil, car j’aime beaucoup ce qu’écrit Neil Gaiman. Ma dernière lecture de cet auteur, La mythologie viking, m’avait passionné. J’avais donc hâte de le retrouver avec ces histoires, à la fois contes, poésie et fictions. Le recueil fait près de 500 pages et je l’ai trouvé vraiment très long. Ce livre m’a accompagné pendant des semaines et j’avais par moments l’impression que je n’en verrais pas la fin.

Le livre débute par une longue préface. C’est particulier, mais je crois qu’il s’agit peut-être de la partie que j’ai le plus aimé du livre. C’est la partie la plus divertissante, la plus intéressante car dans ce texte on apprend à mieux connaître l’auteur. On apprend des choses sur ses lectures, sur les gens qui l’on inspiré à devenir ce qu’il est devenu. Cette préface donne une image très sympathique de l’auteur. C’est plaisant de voir à travers ce texte sa vision de l’écriture, de le lire concernant sa démarche pour chacune des nouvelles, d’apprendre ce qui l’a inspiré pour chacune des histoires. Dans cette préface, ce que j’ai trouvé paradoxal, c’est qu’il donne des règles pour écrire de bonnes nouvelles. Et il fait tout le contraire. Ce qu’il reproche aux « mauvais » recueils de nouvelles, c’est justement ce que j’ai eu l’impression de retrouver ici…

Autant la préface est passionnante, autant je trouve que les nouvelles sont plutôt fades. Je m’ennuyais un peu. On ne retrouve pas cet enthousiasme de l’auteur qui transparaît dans la préface. Il y a quelque chose qui manque. Un punch ou une sorte de dénouement qui nous laisserait un peu surpris, ou captivé. Beaucoup de nouvelles tombent à plat. J’ai eu du mal, bien souvent, à comprendre où l’auteur souhaitait nous amener.

La nouvelle La vérité est une caverne dans les montagnes noires est sans doute la plus belle nouvelle de son recueil. La mythologie n’est pas très loin. Cette histoire m’a donné espoir pour la suite puisqu’on y retrouve parfaitement ce que j’aime de cet auteur. Cette histoire nous donne envie d’en savoir plus et de connaître le dénouement. Les autres fictions me donnent le sentiment de ne pas être abouties.

En tournant la dernière page de ce long recueil, j’ai été déçu parce que j’en attendais beaucoup et mon plaisir de lecture n’était pas au rendez-vous. J’ai eu l’impression de ne pas retrouver le Neil Gaiman que j’aime normalement. Je n’y retrouve pas sa griffe habituelle. Ce recueil m’a semblé étrange. On y retrouve ce petit côté fantastique ou particulier cher à Gaiman mais sans le côté plus percutant, plus captivant de ce que j’ai lu de lui. J’ai eu l’impression que les thèmes de ses nouvelles avaient beaucoup de potentiel, mais qu’il manque un petit côté punché, dans l’écriture et la présentation des nouvelles, qui n’est pas venu me chercher. Les nouvelles sous forme de poésie auraient pu me plaire, puisque je lis énormément de poésie. Elles m’ont toutefois donné l’impression que ce n’est pas sa grande force. J’ai trouvé que ces textes poétiques manquaient de finition.

C’est le premier recueil de nouvelles que je lis de lui et ce sera probablement le dernier. Je vais me concentrer plutôt sur ses romans, qui me passionnent. Peut-être qu’ici, avec Signal d’alerte, Gaiman a été plus inspiré à nous parler de lui (je pense à la préface) qu’à nous partager ses histoires?

Signal d’alerte : Fictions courtes et dérangements, Neil Gaiman, éditions Au diable Vauvert, 496 pages, 2018

 

 

L’œil soldat

oeil soldatRécit poétique bouleversant, L’œil soldat présente l’univers d’un jeune homme halluciné et du pacte qu’il passe avec le Diable. Ce pacte lui permet, par un simple jeu de paupières, de changer de sexe, de couleur et d’époque. Devenu ainsi soldat en un clignement d’œil, il ne peut soudain plus taire l’horreur de la guerre. Pendant qu’il pleut des morts, une pensée adolescente à fleur de peau fait rage. Qu’y a-t-il derrière ce qui est? Combien de fois encore faut-il trancher les gorges? Que faut-il cesser d’être pour apaiser le rouge?

L’œil soldat est un récit poétique qui se lit aisément. L’écriture, les jeux de mots, le texte, tout dans ce récit est conçu pour nous happer et la lecture s’enchaîne rapidement. Les mots défilent, nous emportent et nous laissent des images très fortes.

Le livre est séparé en deux parties, L’œil gauche et L’œil droit.

L’œil gauche relate en quelque sorte les hallucinations d’un jeune homme, ce qui se passe dans sa tête et ses pensées. C’est dans cette première partie qu’il fera un pacte avec le diable. Le pacte lui permet de voyager dans le temps, dans l’espace, de devenir ce qu’il veut, de changer de sexe ou d’apparence. Peu importe les époques, il réalise que le sang coule, que la guerre est omniprésente et que l’humain va à sa perte.

À vingt ans
il est temps
de faire un pacte
avec lui
le Diable
la chose qui dépasse
de toute chose

L’œil droit débute par une série de mots. L’homme entretient la violence et n’a aucun scrupule à la perpétrer devant des enfants. L’homme est aveuglé par la haine. Mais quelque chose l’amène à se voir comme il est vraiment et il choisit le renoncement à la violence. Il est en quête d’apaisement.

pourquoi n’essuyons-nous pas
de nos bottes le sang
quand nous entrons
dans l’âme des enfants?

Les mots et la poésie de Larry Tremblay, malgré la dureté du texte, sont magnifiques. C’est une poésie pleine d’images. Une lecture fluide, mais tellement visuelle. Le texte nous porte, les mots coulent et nous transportent.

Je trouve cependant difficile de parler de ce texte. Il joue beaucoup sur ce que nous ressentons à la lecture, sur les images que le lecteur se fait en lisant. Les mots de Larry Tremblay se suffisent à eux-mêmes. C’est un livre dont il me semble difficile de décortiquer l’histoire et le contenu puisque tout se joue sur les émotions reliées à la lecture. Sur les images qui se créent dans notre imaginaire en lisant.

Je perçois L’œil soldat comme une forme de vision de l’humanité, de l’homme, de sa propension à perpétrer l’horreur et finalement, à y mettre un frein. Malgré une vision pessimiste et dure, ce récit poétique nous est livré avec une plume exceptionnelle qui en fait une très belle lecture.

L’œil soldat, Larry Tremblay, éditions La Peuplade, 96 pages, 2019

Chauffer le dehors

chauffer le dehorsElle souhaiterait faire encore partie du décor, s’inscrire dans l’ordinaire de chaque jour avec lui, trouver un remède aux morsures de sa douceur. Elle a peur de le croiser au dépanneur du village et que leurs corps provoquent une perpétuelle dernière fois. Dans sa tête, une question joue en boucle : comment se retrouver dans l’étendue de la fin ? Le dehors est posé comme seule réponse au dedans à broil. Pendant que la tempête gronde et que le temps panse lentement la déchirure, la voix de la forêt et des saisons donne à entendre quelque chose comme un début d’apaisement et de gratitude.

Chauffer le dehors est la poésie d’un amour perdu. C’est une écriture bien de chez nous, agrémentée d’émotion et de termes purement québécois. J’aime que l’on retrouve un peu de nous dans ce texte.

Pour cette chronique, j’ai choisi de parler de chacun des chapitres, qui sont autant d’étapes allant de la perte d’un amour à celui d’un avenir possible, d’une lumière après la souffrance et la tristesse.

Comme si de rien n’était:
Une peine d’amour, la peur de l’amour, le goût de l’amour cette tempête qui ne cesse de vaciller. Je trouve que ça résumé tout à fait l’esprit du livre, toute la gamme d’émotions ressentie par l’auteure.

Le solfège des tempêtes:
Le deuxième chapitre du livre est plus imagé, plus axé sur l’émotion. L’auteure raconte la tristesse d’un amour perdu, l’espoir de le revoir dans le cadre d’une porte, à travers le craquements des arbres d’une forêt ou de l’écoulement d’un ruisseau. Une source de pleurs qui laisse transparaître un passé amoureux inconsolable. Des images tristes et touchantes mais tellement belles à la fois.

« Je m’invente des histoires à tous les détours de
la route. Des histoires que je raconterai pas parce
que je suis tannée de me barrer les pieds dans
ma propre tête.

Comment arrêter de te courir après, ciboire? »

L’émeute est par en dedans:
Dans ce troisième chapitre, un volcan d’émotions chavire son cœur. La voix de la nature s’entremêle en elle, l’amenant à passer à travers les saisons. L’émeute, c’est la forêt égratignée de son cœur, ses blessures teintées d’incompréhension qui cherchent à retrouver ce soleil passé.

Le futur hausse les épaules:
Une lueur d’espoir apparaît, elle commence à se débarrasser de ce qui la rend triste. On peut voir ce dernier chapitre comme une façon de regarder devant soi, d’entrevoir une lumière possible à la tristesse. L’apaisement.

« Ce qui nous force à exister dans les noyades,
c’est que la clarté nous prend dans ses couvertes.
Les miracles reviennent toujours quand on en
réapprend les paroles. »

Un recueil de poésie qui raconte l’histoire triste d’un amour qui s’est terminé et qui nous poursuit sans cesse. J’ai beaucoup aimé cette poésie, qui démarre doucement, mais qui joue avec l’émotion et les images reliées à la nature qui est très présente. L’auteure utilise d’ailleurs beaucoup nature pour nous faire visualiser l’état de son cœur, de sa pensée, de cet amour terminé qui la torture, ainsi que de la façon dont elle vit sa peine d’amour.

La construction du livre, d’un chapitre à l’autre, laisse l’impression de recréer les étapes du deuil que l’on doit faire, face à un amour perdu.

Une poésie très belle, idéale pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’en lire. Elle ira chercher plusieurs lecteurs par sa simplicité et sa beauté, par l’omniprésence de la forêt et de la nature.

Chauffer le dehors, Marie-Andrée Gill, éditions La Peuplade, 104 pages, 2019