Shuni

Naomi Fontaine écrit une longue lettre à son amie Shuni, une jeune Québécoise venue dans sa communauté pour aider les Innus. Elle convoque l’histoire. Surgissent les visages de la mère, du père, de la grand-mère. Elle en profite pour s’adresser à Petit ours, son fils. Les paysages de Uashat défilent, fragmentés, radieux. Elle raconte le doute qui mine le cœur des colonisés, l’impossible combat d’être soi. Shuni, cette lettre fragile et tendre, dit la force d’inventer l’avenir, la lumière de la vérité. La vie est un cercle où tout recommence.

Tout ce qui concerne les cultures autochtones vient toujours me chercher et me touche beaucoup, mais ici c’est encore plus le cas car le texte est vraiment émouvant. L’auteure a écrit ce livre qui s’adresse à son amie Julie, qui signifie Shuni en innu. Le père de Julie avait construit une église baptiste dans la réserve et c’est de cette façon que les deux filles ont fait connaissance. Elles se sont côtoyées quelques années, jusqu’à ce que Julie quitte la réserve. Malgré une promesse de s’écrire, le temps a passé et les lettres se sont faites rares. Des années après ses études, Julie doit revenir à Uashat. Alors l’auteure lui écrit pour lui raconter ce qui s’est passé pendant son absence, ce qui lui manque de sa communauté maintenant qu’elle vit, elle aussi, à l’extérieur. Elle raconte ce qu’elle a laissé derrière, ce quelle n’a pas oublié, mais aussi ce qui a changé depuis toutes ces années.

« Durant le chemin du retour, je suis restée assise quelques minutes, seule, sur le bord de la fenêtre. Défilaient les montagnes, les épinettes qui penchaient, les immenses champs de neige, les lacs enfouis sous la glace épaisse. Mon grand-père s’est assis devant moi. Il était très vieux. Ses cheveux gris, son pas vacillant. Dans une langue ancienne que je n’avais jamais entendue, celle de la forêt, il a commencé à me parler: C’est ici que je suis né. Sous une tente. Je ne peux pas me rappeler les premières années de ma vie parce qu’elles sont loin, mais je me rappelle le feu dans le poêle à bois posé sur des briques. L’odeur du sapin et la voix de ma mère qui chante un cantique. Je suis né au printemps. »

Naomi Fontaine parle de plusieurs enjeux reliés à leur communauté. De leur histoire. De leurs idéaux. De leur identité et aussi du quotidien. Ainsi débutera la lette à son amie, une lettre faite de réflexions, de pensées, de constats, toujours avec respect et bienveillance. Toujours dans l’idée d’unifier les relations entre les différents peuples et de faire comprendre les différences. L’auteure a beaucoup de respect pour ceux qui s’occupent des communautés éloignées, même si elle sait que toute la bonne volonté du monde n’est pas toujours suffisante. 

« Rarement, les gens me perçoivent comme un individu unique. Dans un groupe, on ne m’appelle pas par mon nom. On dira l’Indienne, l’Innue, l’Autochtone. Si je tombe, c’est tous les autres qui tombent avec moi. Si je me tiens debout, ils sauront que nous sommes résistants. Ce n’est pas de la vanité. C’est le mur où les préjugés nous ont acculés. Et il faudra du temps, de l’espace, de la connaissance pour s’en libérer. »

Elle raconte la façon dont la réserve et son départ pour la ville ont forgé son appartenance à sa communauté. Elle parle souvent de lieux remplis de beauté, qui lui sont chers et sont représentatifs d’elle-même. À travers sa lettre, elle va aborder les difficiles réalités de sa communauté, du passé, du présent, des blessures difficiles à guérir, du manque d’aide, de l’isolement, du racisme beaucoup trop présent et des préjugés envers les autochtones. Toujours avec cet esprit d’ouvrir le dialogue pour permettre une meilleure compréhension de chaque peuple. Elle raconte sa façon de vivre et de concilier deux cultures très différentes. Elle parle aussi du côté très résilient des innus, de l’entraide, de la place de la femme. En innu par exemple, le mot « liberté » n’existe pas. Il n’y a pas besoin de mot pour décrire quelque chose qui est perçu comme allant de soi. 

Naomi Fontaine a une plume de toute beauté. Elle a une façon bien particulière, à la fois belle et émouvante, d’amorcer des pistes de réflexion sur sa communauté et sur les liens avec les autres. Shuni est un ouvrage à la fois poétique et puissant, écrit avec émotions, sans être larmoyant. La beauté des mots est émouvante. Je dirais même que Shuni est un ouvrage essentiel. En étant écrit de façon épistolaire, ce texte apporte un nouveau regard sur les autochtones, sous une forme qui permet de mieux saisir toute la portée de ce qu’ils ont vécu. L’auteure parle également des valeurs autochtones.

Le texte est parfois émouvant et des passages m’ont beaucoup touché. J’ai aimé ce livre que je ne peux que conseiller. Une très belle lecture, portée par une plume magnifique.

Un ouvrage à lire assurément.

Shuni, Naomi Fontaine, éditions Mémoire d’encrier, 160 pages, 2019

Une brève histoire des Indiens au Canada

À Toronto, une volée d’Indiens en pleine migration se frappent contre les gratte-ciel de Bay Street et retombent sur le pavé, comme autant d’oiseaux assommés, pour le plus grand étonnement des hommes d’affaires de passage. Heureusement que deux employés de la ville, Bill et Rudy, sont là pour les étiqueter et les relâcher dans la nature, après les avoir soignés. Un bébé blanc arrivé par erreur par la poste est offert comme premier prix au bingo hebdomadaire dans une réserve indienne, même si la plupart des joueurs préféreraient remporter le deuxième prix, qui est une camionnette. Voici quelques-unes des situations qu’on trouve dans ce recueil de Thomas King, qui y donne libre cours à la mordante ironie caractérisant son œuvre. Ces vingt nouvelles sont autant de pavés jetés dans la mare des bons sentiments et des conceptions préfabriquées touchant les Autochtones. Elles sont surtout de délicieux morceaux de fiction, où l’intelligence du propos le dispute à la malice du conteur.

J’aime beaucoup Thomas King. Plus je découvre ses écrits, plus j’apprécie sa façon de voir les choses, ironique et mordante. Je le trouve drôle et impertinent. Il dit les choses qu’il ne faut pas dire. Il est rafraîchissant. 

J’avais envie, dans le cadre de Mai en nouvelles, de découvrir Thomas King sous la forme d’écrits courts. J’ai donc choisi de lire le recueil de nouvelles Une brève histoire des indiens au Canada. Le livre porte très bien son titre, même si notre premier réflexe est de penser qu’il s’agit d’un essai. En vingt nouvelles, toutes bien différentes, Thomas King parle de la façon dont les autochtones ont été traités ou sont traités au Canada. 

Il utilise la fiction avec énormément d’ironie pour parler de la relation entre les blancs et les autochtones. Des réserves en passant par l’assimilation, le racisme, la culture, la Loi sur les indiens, ces nouvelles forment un recueil très éclectique. Le style est mordant, comme souvent chez King, mais les histoires sont très différentes. Certaines sont ancrées dans le quotidien alors que d’autres sont beaucoup plus métaphoriques. Derrière ses textes de fiction, on ressent la critique virulente des réserves, de la façon dont le pays a toujours tenté d’effacer la présence autochtone. Thomas King a une plume intelligente et un talent certain pour marquer les esprits. 

Si un ou deux textes m’ont laissée perplexe, la plupart m’ont beaucoup plu et je dirais même que certains sont d’extraordinaires métaphores pleines d’ironie sur la condition difficile des peuples autochtones. Je pense à la nouvelle qui ouvre le recueil et dont le livre porte le titre. Elle fait à peine cinq pages, mais c’est un extraordinaire coup de poing. Idem pour celle qui parle de « chasse aux aînés », de l’homme qui collectionne les « Indiens » sous la forme d’un parc jurassique autochtone ou des « sujets ennemis du pays ». D’autres sont plus légères ou racontent simplement le quotidien. La plupart sont des critiques de la société moderne, de la façon dont l’homme traite la nature et le monde autour de lui. 

« -Les animaux sont devenus une nuisance publique et une menace pour la santé, déclara le maire. Il faut trouver un moyen de les refouler dans la forêt.
-C’est ce que j’ai essayé de vous faire comprendre, dit l’Indien. Il n’y a plus de forêts. »

Thomas King a beaucoup écrit. Son parcours comme auteur est également très intéressant. Son style est unique. Qu’il écrive un essai, un roman, un polar, des nouvelles ou de la poésie, on retrouve son regard acéré et plein d’humour sur le monde qui nous entoure. 

Un auteur que j’aime de plus en plus au fil de mes lectures et que je lis chaque fois avec grand plaisir.

Une brève histoire des Indiens au Canada, Thomas King, éditions du Boréal, 296 pages, 2014

De la maladie

Dans ce court texte écrit en 1926 pour la revue de T. S. Eliot, Virginia Woolf s’interroge sur cette expérience particulière dont personne ne parle, dont le langage peine à rendre compte mais que tout le monde connaît : la maladie. Lorsqu’on tombe malade, constate-t-elle, la vie normale interrompt son cours réglé pour laisser place à un état de contemplation où le corps reprend ses droits et où l’univers apparaît soudain dans son indifférence totale à la vie humaine.

Depuis ma découverte de Mrs Dalloway à la fin de l’adolescence, j’ai toujours eu un faible pour Virginia Woolf. Je n’ai pas lu toute son œuvre, mais je trouve son travail intéressant. La biographie de l’auteure aussi est fascinante. De la maladie est un tout petit livre, un court texte, un essai, écrit par Woolf à la demande de T.S. Eliot pour une revue et paru en 1926.

C’est un livre vers lequel je reviens toujours lorsque je suis malade. Ayant été opérée ce printemps et au repos forcé pendant un mois, j’ai tout de suite repensé à ce livre dans ma bibliothèque et j’ai eu envie de le relire, encore une fois. C’est d’ailleurs la quatrième fois que je le lis. Woolf a connu plusieurs fois la maladie pendant sa vie. Elle a aussi eu de longues périodes où elle a été réduite à être un témoin immobile du monde. Elle a connu des épisodes sombres de dépression majeures. Elle s’est d’ailleurs suicidée à l’âge de 59 ans.

Dans ce texte, elle parle de la position du malade, forcé de s’arrêter, alors que le reste du monde s’agite. Elle parle de la maladie, certes, mais aussi de beaucoup d’autres choses: de la nature, du paradis, de la littérature, de la création. C’est un texte introspectif, mais également très ouvert. Le malade, arrêté, est alors sensible à tout ce qui se déroule autour de lui. Il est plus réceptif à certaines choses, comme la nature qui bouge tout doucement. Il est plus réceptif à certaines lectures ou œuvres que la maladie prédispose à accueillir. C’est un texte court, mais ça me plait définitivement beaucoup.

« Chacun recèle en lui une forêt vierge, une étendue de neige où nul oiseau n’a laissé son empreinte. »

Une relecture qui m’a fait du bien. C’est étonnant comment je me sens apaisée après l’avoir lu, chaque fois. Pourtant ce n’est pas un texte qu’on qualifierait de réconfortant. C’est peut-être simplement parce qu’il participe à la déculpabilisation du malade de ne pas être « actif » alors que sa condition ne le lui permet pas. C’est un sujet fort peu traité d’ailleurs, autant à l’époque de Virginia Woolf que dans notre société actuelle axée sur la performance et la productivité à tout prix. 

« Il est admirable de relever que les poètes tirent la religion de la nature, que les gens vivent à la campagne pour que les plantes leur enseignent la vertu. »

De la maladie est un texte peu connu, sans doute assez mineur dans l’œuvre de Virginia Woolf, mais que moi j’aime particulièrement et que je prends plaisir à relire chaque fois.

De la maladie, Virginia Woolf, éditions Rivages, 59 pages, 2007

Echoes t.4

À présent que son frère a partagé une vision avec lui, Senri tente à son tour de lui envoyer un message : il se fait volontairement tabasser par ses amis pour montrer à Kazuto où il est… Hélas, de vrais gangsters débarquent au même moment au Loulan, bien décidés à emmener le lycéen qu’ils prennent pour Trois-Yeux ! Sauvé in extremis par l’agent Wakazono, l’adolescent s’en tire avec seulement quelques blessures. Mais, après avoir attendu plusieurs jours, il se rend compte qu’il lui est finalement impossible de communiquer avec son jumeau… Dans ce cas, doit-il se fier au policier qui lui a proposé son aide ?

C’est avec la série Erased que j’ai découvert Kei Sanbe, mais plus j’avance dans ma lecture de Echoes, sa nouvelle série, plus je crois que je préfère encore plus celle-là! L’histoire est prenante, à chaque tome il y a de nouveaux développements et des découvertes qui intriguent. Cette histoire de jumeaux connectés donne envie d’en savoir toujours un peu plus. Le frère jumeau de Senri est disparu tragiquement, alors qu’un drame a détruit leur famille. Senri et son frère partageaient des visions, qui se sont brusquement arrêtées à ce moment-là. Après plusieurs années, Senri recommence à avoir des visions de son frère supposé être décédé. Il part donc à sa recherche.

Dans ce quatrième tome, Senri qui a eu des problèmes avec un groupe de gens qui s’en sont pris à lui, décide d’accepter l’offre d’un policier qui lui propose son aide. Il souhaite retracer son frère et mettre la main sur « l’homme à la cicatrice » à l’origine de bien des malheurs. Il accepte donc une forme de « collaboration » avec le policier, car il a besoin d’informations, mais il ne lui fait pas totalement confiance. Il décide donc de rester prudent et de poursuivre ses recherches de son côté, accompagnée de son amie Masa. Senri réalise aussi quelque chose en lien avec les visions qu’il a: elles ne fonctionnent que d’un seul côté. On l’apprend dès la première page du manga.

Senri fait aussi quelques recherches en lien avec un étrange carnet qu’il a retrouvé, ainsi que des choses qu’il sait sur sa famille. Il part sur les traces de son père et replonge dans de douloureux souvenirs pour tenter de faire la lumière sur ce qui est arrivé à son frère jumeau.

« Dans la vie, il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas voir et ne pas savoir. Des choses qui te hanteront si tu te laisses guider par la haine! »

Ce manga est construit comme un thriller et met en scène les blessures et les souvenirs tragiques de l’enfance. J’avais lu la série Route End récemment et je réalise, en découvrant Echoes, que j’apprécie beaucoup une bonne série mangas de thriller et d’enquête. L’histoire de Kei Sanbe est réussie à ce niveau et j’ai hâte de découvrir le prochain tome, qui m’attend dans ma pile. Echoes est définitivement un manga qui se lit avec plaisir et qui est très prenant.

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Echoes t.4, Kei Sanbe, éditions Ki-oon, 194 pages, 2020

Mort et déterré t.2 – Pas de quartier pour les macchabées

Un macchabée en bonnes mains. Une fête costumée. Un ange gardien d’outre-tombe. De touchantes retrouvailles. Un assassin aux abois. Un incendie criminel. Un défilé de zombies. Une terrible tragédie. Pas facile d’être un mort-vivant par les temps qui courent ! 

J’avais beaucoup aimé le premier tome de Mort et déterré, qui est, en fait, une adaptation en bandes dessinées du roman du même titre. L’histoire est assez originale: un adolescent, Yan, est mort avant l’heure. On apprend rapidement qu’il a été victime d’un meurtre. Dans le premier tome, il se « réveille » dans son cercueil, transformé en zombie. Comme il trouve le temps long, il décide de jouer du clairon, instrument avec lequel il a été enterré. Son meilleur ami l’entend et il l’aidera à sortir de terre, plus qu’heureux de le retrouver. 

Yan est donc un zombie. Mais un gentil zombie qui ne cherche qu’à « vivre ». Ce qui n’est pas évident quand on est mort, que nos membres peuvent tomber, qu’on pue le cadavre et qu’on essaie d’échapper à son assassin qui a envie de remettre ça une seconde fois! Avec ce tome 2, on voit un peu plus Yan essayer de nouer des liens avec les gens de son ancienne vie. Dès qu’il sort à l’extérieur cependant, il lui arrive une foule de choses incroyables! La vie de mort-vivant n’est certes pas de tout repos et Yan a le don de se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment.

« Zombie, je te jure, c’est pas une vie! »

Il se laisse entraîner dans une fête qui dégénère, se retrouve dans un cabanon en flammes, se fait arrêter par la police, vient en aide à sa sœur sans qu’elle ne le sache, tente de se cacher des adultes qui, assurément, ne comprendront pas ce qu’il est. Il vit aussi bien d’autres péripéties! Ce second tome déborde d’action. 

« -Tu sais si la « zombification » est transmissible? Par exemple, si tu me mords, est-ce que je vais me transformer en mort-vivant?
-Si je te mords mes dents vont tomber, c’est ça qui va arriver. Et j’ai pas super envie d’aller chez le dentiste. »

J’aime beaucoup cette série qui, après avoir lancé les bases de l’histoire dans le tome un, continue de prendre de l’ampleur et de nous offrir un très bon moment de lecture. Si on aime le genre d’humour absurde qui joue avec les codes convenus autour du mythe du zombie et tente de les déconstruire avec des scènes loufoques, c’est une bande dessinée vraiment divertissante. D’autant plus que l’histoire est amusante et familiale, donc accessible à un large public.

Personnellement, j’adore! J’ai passé un excellent moment avec ce tome et j’ai déjà hâte au troisième!

Mort et déterré t.2 – Pas de quartier pour les macchabées, Jocelyn Boisvert, Pascal Colpron, éditions Dupuis, 46 pages, 2021