Les dinosaures du père Noël

dinosaures du pere noelIl y a très longtemps, bien avant qu’existent les rennes, toutes sortes de drôles de dinosaures tiraient le traîneau du père Noël. Malheureusement, les tricératops était trop lents, le Maiasaura mangeait les cadeaux et le tyrannosaure léchait tout le monde… Des illustrations à se tordre de rire montrent les dinosaures dans des situations complètement loufoques.

Ce n’est un secret pour personne (enfin je crois!): j’adore les dinosaures! Les films, les livres, les documentaires, les gadgets avec des dinosaures, les t-shirts, les tasses, l’histoire des dinosaures, etc. Cette passion remonte à l’enfance où pendant des années je m’amusais à les dessiner et à leur inventer des histoires.

J’aime aussi énormément les livres de Noël. Autre souvenir du temps des Fêtes: la bibliothèque que l’on dévalisait en famille, en remplissant nos sacs de livres se déroulant pendant la période de Noël. J’ai toujours aimé lire autour de thématiques (c’est d’ailleurs une partie de mon travail aujourd’hui, monter des expositions et offrir des suggestions de lectures autour de thèmes) et mon plaisir de créer des thématiques dans mes lectures est toujours présent aujourd’hui.

Quand je suis tombée par hasard à la bibliothèque sur ce livre, alliant conte de Noël et dinosaures, je ne pouvais tout simplement pas passer à côté! Et j’ai beaucoup aimé cet album rigolo!

Le texte de Jerry Pallotta, accompagné des magnifiques illustrations de Howard McWilliam, met en scène une histoire de Noël originale. Une petite fille écrit au père Noël pour lui demander quels animaux tiraient son traîneaux avant l’existence des rennes. En voilà toute une question! De là, le père Noël raconte la contribution des dinosaures à la douce nuit de Noël, bien avant leur disparition.

C’est original et souvent bien drôle! Les illustrations sont comiques et les particularités de chacune des espèces de dinosaures mises en avant selon leurs capacités à tirer un traîneau et livrer des cadeaux. Certains se débrouillent assez bien alors que d’autres ne sont absolument pas qualifiés! Visuellement c’est vraiment beau et les expressions des personnages, incluant le père Noël qui subit parfois les frasques des gigantesques dinosaures sont hilarantes.

Une histoire de Noël qui vaut le détour, ne serait-ce que pour l’humour qui est bien présent et l’originalité de l’histoire!

dinosaures du pere noel2

Les dinosaures du père Noël, Jerry Pallotta, illustré par Howard McWilliam, éditions Scholastic, 32 pages, 2012

Publicités

Chaleur

chaleurLa Finlande : ses forêts, ses lacs, ses blondes sculpturales… et son championnat du monde de sauna. Chaque année, des concurrents viennent de l’Europe entière pour s’enfermer dans des cabines chauffées à 110°. Le dernier qui sort a gagné. Les plus acclamés sont Niko et Igor : le multiple vainqueur et son perpétuel challenger, la star du porno finlandais et l’ancien militaire russe. Opposition de style, de caractère, mais la même volonté de vaincre. D’autant que, pour l’un comme pour l’autre, cette compétition sera la dernière.

Je l’avoue d’emblée: je m’attendais à toute autre chose avec ce roman. Déjà la couverture et le résumé sont un peu trompeurs. La couverture enneigée laisse présager une Finlande pleine de neige. Il n’en est rien: le roman se déroule en plein cœur de l’été. Le résumé me laissait deux impressions: on parlerait un peu de la Finlande (ses forêts, ses lacs et son drôle de championnat) et il y aurait de l’humour ou un côté un peu noir. Il n’en est rien non plus.

Le roman s’inspire d’un véritable championnat de sauna qui n’existe plus aujourd’hui. C’est une idée tellement absurde que je me disais qu’il y avait quelque chose à faire avec ça. Le roman met surtout en scène deux personnages autour desquels quelques autres gravitent. On suit Niko, un acteur de films porno, et Igor qui en est à son dernier championnat parce qu’il est malade. Niko a une « copine » qu’il forme à devenir une star de la porno. Ils se promènent pratiquement toujours nus ou presque. Igor quant à lui a une fille, qu’on voit à peine et dont la relation se termine avant même d’avoir commencé.

Pendant ma lecture, je n’arrêtais pas de me dire qu’il ne se passait rien. Mais vraiment rien. On ne comprend pas où l’auteur veut aller, ni pourquoi il nous raconte tout ça. Je me suis ennuyée alors que le roman est vraiment court. J’attendais un revirement de situation, quelque chose de nouveau, un brin d’humour (même noir). Rien. Même la fin, qui se veut plus « marquante » m’a ennuyée.

Les personnages sont clichés à l’extrême, chacun passe un nombre incroyable de lignes à s’observer dans le miroir et à admirer son corps. On connaît plus d’informations sur les attributs sexuels d’un et l’autre que sur leurs motivations ou bien leurs raisons d’être. Et ça, c’est quand ils ne s’envoient pas en l’air. Parce que dans ce roman, même deux inconnus qui viennent de se rencontrer finissent dans un petit coin à faire des galipettes. Le championnat du monde de sauna, on n’en parle presque pas. La Finlande? Encore moins. Le roman pourrait se passer n’importe où, qu’on ne verrait pas la différence. Le texte est vulgaire, les propos des personnages inintéressants.

Je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai été aussi déçue d’un livre. Je ne comprend pas le message derrière l’histoire et je n’ai pas compris non plus l’intérêt du roman. Une critique de la société? Une image de la vieillesse qui rattrape tout le monde? Un portrait de la folie des hommes et de leur absurdité? Je ne sais pas, parce que j’ai eu le sentiment qu’au fond ce roman ne raconte rien. Pendant près de 160 pages. C’est court et ça m’a paru si long.

Peut-être qu’à vous il plaira plus qu’à moi. Peut-être que vous connaissez cet auteur et l’aimez? En tout cas, moi je n’y suis absolument pas sensible.

Chaleur, Joseph Incardona, éditions Pocket, 160, 2018

Sciences judiciaires en 30 secondes

sciences judiciairesLes films policiers et les séries télévisées d’enquêtes criminelles n’ont jamais été aussi populaires. Mais que savez-vous vraiment de la réalité propre aux experts œuvrant dans les sciences judiciaires? Quelles sont leurs méthodes pour démasquer les coupables de crimes? Comment ces scientifiques s’y prennent-ils pour identifier et rassembler les éléments de preuve?

J’aime beaucoup la collections de livres En 30 secondes, qui permet de faire le tour de l’ensemble d’un sujet, de façon globale. C’est une bonne façon d’augmenter ses connaissances générales. Libre à nous par la suite d’approfondir un sujet ou un thème qui nous interpelle un peu plus. Le concept de ces livres est donc un survol (tout de même assez détaillé) d’un sujet donné. Ici, les sciences judiciaires.

Ce livre m’a tout de suite attirée parce que je suis passionnée de sciences judiciaires depuis longtemps. J’ai lu plusieurs livres sur ce sujet, mais jamais un construit de cette façon. Ici, les auteurs nous offrent un panorama du sujet divisé en sept parties: le corps, la biométrie, les traces, les analyses physiques et chimiques, les sciences de la nature, les dossiers numériques et finalement, la loi et la science. Chacune de ces parties met en évidence des thèmes précis, utilisés lors d’enquêtes et qui servent les recherches et la présentation de preuves lors de procès.

L’ouvrage est construit par sections. Chaque thème abordé présente une image sur sa page de droite et une portion « Enquête en 30 secondes » sur sa page de gauche. Le sujet est présenté et complété par des blocs: indices en 30 secondes, analyse en 3 minutes, sujets connexes, biographie en 3 secondes et un court résumé. On comprend en une page l’essentiel de ce qui est présenté, on fait le tour de l’application de ce thème en sciences judiciaires et on en apprend plus sur un acteur important de ce domaine scientifique. Chaque partie présente aussi sur deux pages le portrait d’une personnalité du monde judiciaire qui s’est démarquée. Une chronologie et une petite biographie. Mon préféré étant sans aucun doute Alan Turing, mathématicien de génie, ayant été arrêté à cause de son homosexualité et ayant connu une fin tragique.

J’ai été naturellement plus sensible à certains thèmes abordés dans le livre. Plutôt fascinée aussi par moment, par exemple par l’imagerie médicale qui pourrait bien remplacer éventuellement, dans l’avenir, les autopsies telles que nous les connaissons. J’ai été impressionnée par la création d’une banque de données génétiques (par le gouvernement canadien), une révolution aussi importante aujourd’hui que l’était l’introduction des empreintes digitales dans les procédures judiciaires à l’époque. L’analyse de la marche m’a beaucoup intéressée, puisque c’est une science dont on n’entend pas vraiment parler, tout comme l’analyse du verre (dont on retrouve d’ailleurs des traces sur une personne sur douze au quotidien!).

Dans tous les thèmes abordés, la botanique judiciaire est sans doute ce qui m’a le plus fascinée et que je connaissais le moins. Entre aussi dans cette partie la palynologie judiciaire, soit l’étude des pollens et des spores dans un environnement criminel. Vraiment très intéressant! Voilà un sujet que j’aimerais bien approfondir un peu plus.

Le livre est cosigné par Sue Black, une anthropologue judiciaire et anatomiste, et Niamh Nic Daéid, une chimiste judiciaire. Plusieurs collaborateurs se sont joints à elles pour signer différents textes du livre, chacun ayant une spécialisation judiciaire différente. L’avant-propos de l’ouvrage est signé par l’auteure de romans policiers Val McDermid.

Sciences juridiques en 30 secondes est un livre que je vous conseille fortement si les sciences judiciaires vous intéressent et si vous avez envie d’en apprendre plus sur le sujet. Plusieurs thèmes sont passionnants et on peut par la suite, choisir de creuser un sujet en particulier s’il nous interpelle plus.

Une bonne lecture!

Sciences judiciaires en 30 secondes, Sue Black & Niamh Nic Daéid, éditions Hurtubise, 160 pages, 2018

Le calame noir

calame noir photoQui était Siyah Qalam, autrement dit « le calame noir » ? Fasciné par les nomades des steppes d’Asie centrale, ce peintre énigmatique de la fin du XVe siècle a laissé des dessins très loin des canons esthétiques de son époque. Son style réaliste intrigue depuis toujours les historiens d’art islamique. Un album de ses oeuvres conservé au musée de Topkapi renferme son secret. On y voit des hommes et des femmes au sein d’un campement d’été dans leurs tâches quotidiennes, mais aussi des descriptions de cérémonies occultes grouillant de démons et de créatures maléfiques. Pour quelle raison cet artiste de la cour de Tabriz a-t-il laissé autant de témoignages sur ces peuplades vouées à l’oubli ?

Le calame noir débute alors que Suzanne visite la Royal Academy de Londres. Elle attendait impatiemment l’exposition qui y est présentée: 1000 ans d’art turc. Les salles regorgent de visiteurs et Suzanne est attirée dans une salle peu fréquentée et par des oeuvres moins admirées. En posant sa main sur une vitrine, elle est happée dans une sorte d’hallucination auditive et entend la voix de la fille de Siyah Qalam, l’un des calligraphes du roi. Le contact crée une sorte d’énergie et de connexion qui l’amène dans une autre époque.

Par l’entremise de la voix, Suzanne va revisiter toute une période faite d’art, de la vie de château et des nomades. Elle va découvrir par les tableaux le père que fut Siyah Qalam, mais aussi l’artiste, si singulier et particulier. C’est un calligraphe différent des autres, qui peint pour capturer l’essence de la vie. Il aime beaucoup les nomades et en représente le mode de vie dans ses tableaux. Quand le roi le libère il va rejoindre les peuples nomades, se fond dans leur communauté et revisite leurs coutumes et leur mode de vie à travers son art. Le monde des nomades est aussi fait de croyances, de mythes et de démons. C’est passionnant!

« Quand il regarde, il dessine avec les yeux. Des compositions innombrables naissent et meurent chaque jour dans son esprit, des images singulières qui se délassent en lui-même sans l’en avertir. Le dessin y est un contour, une voix une parole. »

L’auteure nous fait voyager vers les années 1400-1500 à travers des tableaux, nous projetant à la fois l’histoire du présent et des récits de cette époque. Elle nous présente l’art de la calligraphie et du calame, un art que je ne connaissais pas. Peu familier avec cet univers, j’ai pourtant adoré cette histoire qui m’a poussé à faire par la suite des recherches sur les techniques de cet art et à en observer le travail et l’exécution via plusieurs vidéos. Le livre offre aussi un beau complément à la lecture: en son milieu on retrouve des reproductions d’oeuvres en couleurs.

L’art est naturellement partie prenante du livre. Il y a une certaine réflexion à ce sujet dans le roman. Par exemple, le fait qu’une oeuvre d’art flamboyante attire tous les curieux, alors qu’une oeuvre moins exubérante, mais empreinte d’histoire et de savoir, sera parfois cruellement ignorée. Comme la peinture observée par Suzanne, qui n’avait rien d’étincelant pour la galerie, mais regorgeait d’histoires qui ne demandait qu’à être déchiffrées…

« Mon père cherche un point central et non le meilleur point de vue, fuit les univers divinement ordonnés. Il cherche la ligne pure sans sophistication, il cherche une présence. »

Le calame noir est un véritable coup de coeur. J’ai aimé l’écriture délicate, légère. J’ai adoré le monde décrit dans le livre, la grandeur et la liberté de l’esprit nomade, même s’il a un côté très dur et très rude. Le roman aborde énormément de sujets: la culture, la nature, l’histoire, le deuil et la figure paternelle, mais surtout l’art. On aborde la vie de château de l’époque et on apprend la façon dont vivait les nomades au quotidien. J’ai particulièrement apprécié la façon dont le livre est écrit, l’histoire de l’héroïne qui se fait happer par la voix, un esprit défunt, afin de visiter le passé et mieux appréhender le deuil qu’elle vit, au présent. Le récit fait un peu la même chose avec le lecteur. Il nous amène dans l’univers du calame et nous captive. Nous sommes rapidement happés par le texte et l’émotion prend de plus en plus de place dans le roman.

Je le conseille, j’ai passé un excellent moment de lecture.

Le calame noir, Yasmine Ghata, éditions Robert Laffont, 192 pages, 2018

Le club de l’ours polaire t.1: Stella et les mondes gelés

club de l'ours polaireStella Flocus Pearl a toujours voulu accompagner son père sur les terres inconnues de ses voyages. Son rêve se réalise le jour de ses douze ans : partir en exploration avec le Club de l’Ours Polaire ! Aux côtés d’un chuchoteur de loups, d’un magicien snob et arrogant, et d’un demi-elfe timide et maladroit, Stella se lance à la conquête des étendues polaires. Mais une catastrophe vient bouleverser l’expédition et d’innombrables dangers se dressent bientôt sur leur chemin.

Il y avait un moment que je souhaitais découvrir ce livre qui m’attirait beaucoup. La couverture déjà, est vraiment magnifique avec ses couleurs bleutées et son titre texturé. Le thème avait tout pour me plaire: une expédition dans le froid polaire et beaucoup d’aventures. Est-ce que j’ai aimé? J’ai adoré! J’ai dévoré ce roman hivernal en quelques heures. Ça se lit tout seul, les aventures s’enchaînent et on ne s’ennuie pas une seconde!

Le club de l’ours polaire, qu’est-ce que c’est? C’est un club d’explorateurs. Il en existe quatre dans le monde où vit Stella et chacun se spécialise dans des lieux différents. On trouve d’ailleurs en fin de volume les règlements pour chacun des clubs. Le père de Stella, Felix, fait partie de celui de l’ours polaire. Il va donc souvent dans les mondes glacés et raconte ses aventures à sa fille, qui rêve de devenir exploratrice. Sauf que cette profession n’est pas vraiment autorisée pour les filles, où l’on souhaite plutôt les voir coudre, chanter et marcher avec des livres sur la tête. Stella détonne un peu dans cet idéal auquel elle n’a que faire, tout comme son père d’ailleurs. Elle est passionnée par les cartes, mange de la glace au petit-déjeuner, s’amuse avec les dinosaures nains qui vivent dans l’orangerie et a un ours polaire comme animal de compagnie. Felix adore sa fille et il aime bien contourner les règlements, parfois. C’est un père adoptif adorable, que le lecteur aime tout de suite. C’est un très beau personnage.

« Felix était capable de pédaler sur un grand bi, de faire des tours de cartes, et de fabriquer des petits oiseaux volants en papier. Si cela ne suffisait pas pour être adoré, que fallait-il d’autre? »

Felix doit partir en expédition. Avec son club, ils doivent être les premiers à atteindre les Mondes gelés. Stella fera donc partie du groupe des explorateurs junior. Elle s’embarquera avec son ami Dragigus, fera la connaissance de Shay, un chuchoteur de loups, et devra s’accommoder de la présence d’Ethan, un explorateur junior désagréable d’un autre club, venu exprès pour participer à l’exploration des Mondes gelés. Alors que toute l’expédition débarque dans le froid polaire, une catastrophe sépare les explorateurs junior du reste de l’expédition. Ils devront se débrouiller seuls…

« Il ne faut pas avoir peur de vivre et de prendre des risques. Sinon, on ne s’amuse pas beaucoup. »

Le club de l’ours polaire est un monde merveilleux qui s’inspire des contes, surtout dans sa seconde partie. L’univers créé par Alex Bell est magique, une sorte de croisement entre Les royaumes du Nord et Les animaux fantastiques. Le monde de Stella regorge de créatures magiques, certaines gentilles, d’autres menaçantes. Elles ont toutes différents pouvoirs. Entre les oies qui pondent des œufs magiques qui permettent de faire apparaître le repas de ses rêves et les Engeleurs, des créatures féroces de qui on doit se méfier, les jeunes explorateurs doivent apprendre à déceler à qui ils doivent faire confiance et quelle magie est inoffensive. Chacun des membres a aussi un pouvoir différent et en mettant leurs forces ensembles, ils réussissent à s’entraider. Il n’y a que Stella qui semble n’avoir aucun pouvoir, cependant elle découvrira certaines choses sur sa famille au fil des aventures.

Il y a de très belles trouvailles magiques dans ce roman et aussi beaucoup d’humour. Par exemple, Le club de l’ours polaire fait une vraie fixation sur les moustaches de ses membres.

« Les explorateurs de l’Ours Polaire devront garder à tout moment leur moustache taillée, cirée et généralement bien entretenue. Tout explorateur avec une moustache négligée sera prié de quitter les salles communes du club sur-le-champ. »

Le club offre aussi à ses nouveaux membres, un trousseau d’entretien pour moustache. Les choses se compliquent un peu quand Stella arrive puisque c’est une femme! La première à entrer dans le club.

« Elle se jura de prouver qu’une fille était en tout point aussi capable qu’un homme de partir en exploration. Sans doute plus, même, puisqu’elle n’avait pas besoin de se soucier de sa moustache. »

Stella est un personnage féminin fort et courageux. Fonceuse, elle affronte les événements et fait preuve de beaucoup d’ouverture. Shay est un personnage très intéressant, par son grand calme, sa maturité et ses dons avec les loups. Il est aussi le seul à avoir une créature spirituelle. Dragigus est le maladroit du groupe, qui est souvent perçu comme quelqu’un d’étrange. Ethan est détestable, mais il cache aussi certaines choses qu’il est intéressant de découvrir au fil des pages. Ce jeune équipage vit d’incroyables aventures polaires pour notre plus grand plaisir!

Le club de l’ours polaire: Stella et les mondes gelés est le premier tome de ce qui devrait être une trilogie. La fin du premier livre nous garde en haleine pour le prochain et je dois avouer que j’ai très hâte que la suite soit publiée. J’ai aimé cet univers glacé où la neige et le froid sont partout. C’est une lecture parfaite pour l’hiver.

J’ai passé un excellent moment et je vous conseille ce livre si les romans d’aventure jeunesse vous plaisent! L’histoire donne une furieuse envie de s’installer avec une couverture et un chocolat chaud pour lire. D’ailleurs le chocolat chaud est partie prenante de tout club d’explorateurs qui se respecte!

À noter que le roman contient, au fil des pages, de belles illustrations de l’illustrateur Tomislav Tomic, reconnu pour avoir donné vie à plusieurs textes de l’univers d’Harry Potter.

club de l'ours polaire2

Le club de l’ours polaire t.1: Stella et les mondes gelés, Alex Bell, illustrations de Tomislav Tomic, éditions Gallimard jeunesse, 368 pages, 2017