Illusion de lumière

Quand il se réalise, le rêve d’une vie peut virer au cauchemar. Lors du vernissage de sa première exposition au Musée d’art contemporain de Montréal, un mauvais pressentiment hante Clara Morrow. De fait, le lendemain de la fête à Three Pines, une femme est trouvée la nuque brisée au milieu des fleurs de son jardin. Qui était cette invitée que personne ne reconnaît ? Peu à peu, le tableau du crime prend forme et l’inspecteur-chef Armand Gamache apprend que dans le monde de l’art chaque sourire dissimule une moquerie, chaque gentillesse cache un cœur brisé. Dans cette affaire, la vérité est déformée par un jeu d’ombre et de lumière qui crée l’illusion.

Illusion de lumière était le livre du mois de mars pour Un Penny par mois. Dans cette nouvelle enquête d’Armand Gamache, Clara vit son rêve: le vernissage de sa première exposition au Musée d’art contemporain de Montréal. Après l’événement, une fête est organisée chez elle, à Three Pines, pour célébrer. Voilà qu’au petit matin, alors que Clara s’installe tranquillement dans son jardin, on y découvre le cadavre d’une femme, la nuque brisée dans un parterre de fleurs. Personne ne la reconnaît. Le monde de l’art est petit et fermé, c’est un monde de requins, difficile à cerner pour les enquêteurs. Qui a bien pu tuer cette femme?

« L’art effrayait Beauvoir. Mais vous pouviez accrocher un cadavre au mur, et il se sentait parfaitement bien. Ou, comme dans le cas présent, en laisser tomber un dans un jardin. Ça, il comprenait. C’était simple. Toujours si simple. »

J’ai bien aimé la lecture de cette septième enquête, même s’il est difficile de rivaliser avec Révélation brutale et Enterrez vos morts lus précédemment. Je trouve cependant l’élaboration des personnages, qu’ils soient récurrents ou secondaires, vraiment intéressante dans ce livre. Je pense à Clara et Peter, dont la relation se complique, à ce que vit Beauvoir ou même au groupe des Alcooliques Anonymes. Les précédents événements des autres romans ont laissé des traces dans l’entourage de Gamache. Il est touchant de retrouver Beauvoir et Olivier, avec les blessures de ce qu’ils ont traversé. Comme toujours l’analyse psychologique est finement menée et les dialogue sont remplis d’humour. Gabri et Ruth sont toujours là pour nous faire sourire.

« En regardant par la fenêtre de la librairie, Myrna vit Ruth bombarder des oiseaux avec de gros croûtons de pain. Sur le sommet de la colline, elle vit Dominique Gilbert se diriger vers son écurie, montée sur une bête qui ressemblait à un orignal. Sur la terrasse devant le bistro, Gabri, assis à une table, était en train de manger le dessert de la cliente. Three Pines apparut à Myrna – non pour la première fois – comme l’équivalent d’une société protectrice des animaux. Le village accueillait les être blessés, non désirés. Les fous, les amochés. »

Illusion de lumière tente de décortiquer le monde de l’art et ses acteurs: artistes, galeriste, critiques, pour décaper le vernis des apparences et creuser dans les secrets enfouis profondément. Comme à son habitude, Louise Penny réussit avec brio à cerner le caractère particulier de l’humain, ses forces, ses faiblesses et sa volonté de continuer à avancer même quand tout s’écroule. Il y a de beaux portraits de personnages qui vont dans ce sens et qui sont surprenants. 

L’intrigue mêle également le thème de la dépendance, dans ce cas-ci l’alcoolisme, et des deuxièmes chances qui nous sont accordées. Un thème touchant, très bien abordé par Louise Penny. On retrouve d’ailleurs cette thématique sous-jacente dans plusieurs romans: l’idée de gens en train de se noyer qui, parfois, s’en sortent. 

Une histoire d’ombres et de lumière. Une bonne lecture!

Illusion de lumière, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 448 pages, 2013

La dépoussiéreuse de crimes

Disparitions mystérieuses, affaires nébuleuses, meurtres irrésolus, le Québec regorge de sombres histoires plus déroutantes les unes que les autres. La détective privée Annie Richard, alias la dépoussiéreuse de crimes, a sélectionné pour vous une dizaine de ces enquêtes qui ont marqué son parcours au fer rouge, dont: l’enlèvement de Sébastien Métivier, premier enfant dont le visage a été reproduit sur les cartons de lait; la quête de Laurette Perreault, qui s’est lancée à la recherche de son fils en raison de l’inaction des policiers; l’emprisonnement de Sidney Machell, enfermé à tort pendant vingt ans à la prison de Bordeaux, avec les aliénés… Soutenue par les familles des victimes, mais aussi par des coroners, des policiers et nul autre que le légendaire Claude Poirier, cette passionnée remonte le temps à l’aide de vieux almanachs, d’archives de journaux et de divers artefacts afin de colliger de nouveaux indices. Saura-t-elle jeter enfin la lumière sur certaines des énigmes criminelles de notre histoire, à ce jour inexpliquées?

J’ai lu La dépoussiéreuse de crimes d’Annie Richard et j’ai vraiment adoré ce livre! Je voulais vous en parler cette semaine car le 15 avril 2022, ce sera le début de la deuxième saison de Sur ta rue (à Canal D) animé par l’auteure, qui est détective privée. J’adore cette émission! Son livre est tout à fait dans le même esprit.

On retrouve donc entre ces pages douze histoires judiciaires. Des crimes, des mystères, des injustices judiciaires et des disparitions, ces douze affaires ont fait les manchettes à leur époque. Annie Richard nous amène dans les archives afin de retracer un portrait sociologique et historique de ces affaires, à l’époque où elles se sont produites. Elle analyse les mœurs, nous raconte le système de justice bien différent d’aujourd’hui, fouille la généalogie et les documents d’époque afin de nous offrir une plongée dans l’histoire de gens qui ont fait les frais du système de justice, soit en étant victimes, soit en devenant enquêteurs malgré eux pour avoir des réponses. C’est avec beaucoup d’intérêt qu’on suit ses enquêtes et qu’on découvre comment peut évoluer une affaire qu’on choisit d’ouvrir à nouveau des années après le crime. 

Annie Richard est quelqu’un d’empathique et d’intègre, qui tente d’offrir, à travers ses enquêtes, des réponses aux proches de victimes de crimes. Ses enquêtes la mènent aussi à faire des découvertes dans les archives et les histoires parfois étranges qu’elle nous raconte sont passionnantes! Les archives regorgent d’informations qui ne demandent qu’à être trouvées. J’ai été très émue par la première affaire sur laquelle elle a enquêté, la disparition de Sébastien Métivier. Cette histoire m’avait beaucoup marquée à l’époque. J’étais très jeune et on en avait entendu parler au fil des ans, puisque Sébastien n’a jamais été retrouvé. C’est avec cette histoire que j’ai pris conscience qu’un adulte pouvait s’en prendre à un enfant. Je n’ai jamais oublié le nom de Sébastien. Plusieurs autres histoires sont fascinantes. J’ai un faible, tout comme elle, pour la dernière histoire du livre, celle de Sidney. Elle est tellement surprenante qu’elle est digne de l’intrigue d’un film!

J’ai appris de nombreuses anecdotes que j’ignorais, dont celle des journaux de l’époque qui affichaient l’adresse d’un prévenu lors d’un crime. Ce qui facilite sans doute un peu la recherche dans les archives pour situer les lieux. On apprend aussi des choses sur le plus vieux cas de disparition resté ouvert au Service de police de Montréal, sur les origines d’une expression populaire, sur les journaux à scandales, les débuts des maisons de transition, les rackets de bébés à une certaine époque. On rencontre des membres de la famille des gens qui ont été victimes et on apprend des choses sur la façon dont l’enquête se déroule pour Annie et son équipe. De petits encarts sont ajoutés au fil des pages, pour ajouter de l’information complémentaire à l’enquête dont il est question, allant des faits divers aux suspects. 

J’ai adoré cette lecture tout comme j’attends la diffusion de Sur ta rue avec impatience. Un chapitre du livre aborde d’ailleurs la recherche qui a été faite pour cette émission. Cette série nous amène à découvrir l’histoire d’un quartier, d’une rue, à travers ses mystères et ses crimes passés. Je ne peux que vous conseiller autant le livre que la série. Cette lecture m’a d’ailleurs donné envie de me replonger dans des histoires criminelles que j’ai beaucoup lues a une certaine époque!

J’ai passé un très bon moment de lecture avec La dépoussiéreuse de crimes. Je vous invite à découvrir le blogue d’Annie Richard et son balado avec Jean-Philippe Rousseau, Rétro crimes.

La dépoussiéreuse de crimes: lumière sur 12 énigmes judiciaires, Annie Richard, éditions de l’Homme, 232 pages, 2021

Après

Jamie n’est pas un enfant comme les autres : il a le pouvoir de parler avec les morts. Mais si ce don extraordinaire n’a pas de prix, il peut lui coûter cher. C’est ce que Jamie va découvrir lorsqu’une inspectrice de la police de New York lui demande son aide pour traquer un tueur qui menace de frapper… depuis sa tombe.

J’étais très intriguée par ce roman et j’avais bien hâte de le lire. Ça été une excellente lecture, j’ai dévoré le livre pratiquement d’une traite. Les pages défilaient très rapidement. C’est tout à fait le genre d’histoire dans laquelle on plonge pour ne plus vouloir en sortir.

Après, c’est l’histoire de Jamie. Il a maintenant vingt-deux ans et c’est lui qui nous raconte ce qu’il a vécu étant plus jeune. Ce roman, c’est l’histoire particulière de son enfance. Car Jamie a un pouvoir très spécial. Il peut voir les morts. Et leur parler. Sa première expérience est un véritable cauchemar. Il est encore petit et il perçoit des choses que personne d’autre ne peut voir. Mais c’est surtout quand il peut voir la femme de son voisin, qui vient de mourir, et qu’il peut résoudre facilement un petit mystère entourant la disparition d’objets, que sa mère commence à saisir l’ampleur du don de son fils. Elle tente de le protéger comme elle le peut, même si elle ne comprend pas tout ce qui se passe en lien avec le pouvoir de Jamie. Lorsqu’une inspectrice de police est au courant de ce don et qu’elle veut tester ce que Jamie peut faire, elle décide de l’utiliser pour l’aider à la résolution d’un crime, alors que le criminel est mort. Avec cette expérience, Jamie réalise alors que son don a un prix très élevé et pourrait bien lui coûter la vie.

« Les morts sont obligés de dire la vérité, ce qui tombe très bien quand on a besoin d’une réponse. N’empêche que la vérité peut être vraiment pourrie, je le répète. »

J’ai vraiment aimé cette histoire. Toute l’intrigue entourant le don de Jamie est fascinante. On veut en savoir plus et on tente d’imaginer ce que ce serait d’avoir ce don, qui est aussi une forme de malédiction, surtout chez un enfant aussi jeune. Le roman est aussi très intéressant surtout parce qu’au-delà du pouvoir de Jamie, on découvre à travers ce qu’il nous raconte sa vie et son enfance: son père qu’il n’a jamais connu, la vie avec sa mère qui est agent littéraire, leurs problèmes financiers, la copine de sa mère qu’il reverra à quelques reprises après leur séparation, son oncle qui vit dans une institution et perd la mémoire, l’amitié qu’il développe avec le vieux voisin et ancien professeur à la retraite. Mais surtout, sa vie avec ce don à la fois fabuleux et totalement terrifiant.

« On s’habitue aux choses prodigieuses, on finit par les tenir pour acquises. Et on a beau essayer de lutter, ça ne sert à rien. Le monde est plein de prodiges, voilà tout. »

L’histoire d’Après se déroule pendant toute l’enfance de Jamie jusqu’à l’adolescence. Il nous parle de ce qu’il voit, des événements qui se sont enchaînés et des choses effrayantes auxquelles il a dû faire face. On s’attache tout de suite à ce personnage, c’est un narrateur sympathique, gentil, qu’on imagine aisément. J’ai adoré le suivre dans cette aventure effrayante. Confronté à un monde qu’il ne soupçonnait pas, Jamie doit faire face à des choses qu’il ne pouvait sans doute même pas imaginer.

Un livre prenant et intrigant!

Après, Stephen King, éditions Albin Michel, 336 pages, 2021

Enterrez vos morts

Tandis que le Vieux-Québec scintille sous la neige et s’égaye des flonflons du carnaval, Armand Gamache tente de se remettre du traumatisme d’une opération policière qui a mal tourné. Mais, pour l’inspecteur-chef de la SQ, impossible d’échapper longtemps à un nouveau crime, surtout lorsqu’il survient dans la vénérable Literary and Historical Society, une institution de la minorité anglophone de Québec. La victime est un archéologue amateur connu pour sa quête obsessive de la sépulture de Champlain. Existerait-il donc, enfoui depuis quatre cents ans, un secret assez terrible pour engendrer un meurtre ? Confronté aux blessures de l’histoire, hanté par ses dernières enquêtes, Gamache doit replonger dans le passé pour pouvoir enfin enterrer ses morts.

J’ai lu Enterrez vos morts de Louise Penny pour le livre de février de Un Penny par mois. Ce roman est la suite directe du précédent, Révélation brutale. Si ce dernier était un véritable un coup de poing, Enterrez vos morts est beaucoup plus triste et poignant. Déjà le titre pour moi évoque énormément. Enterrer ses morts, c’est aussi faire la paix avec soi-même et avec les événements. C’est ce que devra apprendre à faire Gamache. Après l’enquête qui a mené à l’arrestation d’un de ses amis et une opération policière qui a mal tournée et l’a traumatisé, Gamache se repose chez son mentor à Québec. Malgré lui, il se retrouve mêlé à une nouvelle enquête. On a découvert le corps d’un archéologue amateur connu – et détesté – dans la cave d’une majestueuse bibliothèque anglophone. Gamache tente de donner un coup de main tout en essayant d’apaiser les voix qui le hantent, alors que Beauvoir, blessé aussi dans l’opération policière, prend des « vacances » à Three Pines, où il pose beaucoup de questions… le chef lui ayant demandé d’enquêter discrètement afin de rouvrir l’enquête du livre précédent, l’accusation et l’incarcération d’un des habitants de Three Pines.

« Gamache le savait, les symboles étaient aussi puissants que n’importe quelle bombe. En effet, ils survivaient, prenaient de l’importance, alors que les hommes et les femmes périssaient, que les villes tombaient. Les symboles étaient immortels. »

Ce roman est sans doute le plus poignant jusqu’à maintenant de la série Armand Gamache enquête. L’histoire est passionnante et touchante. Elle mêle habilement deux enquêtes: une à Three Pines, l’autre à Québec, avec pour toile de fond le mystère qui entoure la vie de Samuel de Champlain, mais surtout, la recherche de sa sépulture. Il y est aussi question des combats entre anglophones et francophones qui remontent aussi loin que la bataille des Plaines d’Abraham. On passe aussi beaucoup de temps dans la ville de Québec et on en ressent tout le charme de ces lieux remplis d’histoire. L’enquête débute à la Literary and Historical Society of Quebec, qui est en fait le Morrin Centre. C’est tellement le genre d’endroit où on imagine sans mal Gamache! 

« Gamache se dirigea vers le Château en passant à côté de l’énorme sculpture de style gothique au centre du petit parc, le monument de la Foi. Le Québec avait été bâti grâce à la foi et aux fourrures, mais les conseillers municipaux avaient préféré ériger une statue aux martyrs plutôt qu’à un castor. »

Un roman vraiment touchant et humain, qui ravive aussi des blessures profondes chez les personnages: Olivier en colère qui n’arrive pas à pardonner, Gamache qui doit vivre avec les fantômes d’une opération policière qui a mal tournée, Beauvoir qui n’arrive pas à avancer. Enterrez vos morts est un livre triste, surtout avec l’histoire terrible de l’agent Morin et des traumatismes de chacun, mais c’est aussi un livre fascinant et puissant, avec comme toujours, une pointe d’humour dans les dialogues. Gamache est en quête de guérison et la ville de Québec sous la neige, ses cafés, sa bibliothèque, son carnaval, son histoire passionnante, est un lieu parfait pour retrouver une ambiance feutrée et calme, à la recherche de secrets enfouis depuis quatre cent ans. Peut-être aussi réussir à trouver un peu de paix.

C’est un roman assurément puissant, qui sonde à la perfection les blessures de l’âme humaine. Il nous plonge également dans le passé et nous offre de beaux moments à Québec. 

J’ai lu cet excellent livre pratiquement d’une traite! 

Enterrez vos morts, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 464 pages, 2013

Je ne suis pas une outarde

Je m’appelle Sierra. Je suis retenue prisonnière par quatre barils vides qui font flotter un quai de bois traité au-dessus de mes yeux vitreux. Noyée ben raide. Je me suis échouée ici après trois ou quatre jours à dériver tranquillement dans des eaux brunes. Maintenant que je suis à la surface, il n’y a toujours pas de lumière ni de tunnel… Tout le monde dort encore autour du quai, j’ai le temps en masse de te raconter par où tout ça a commencé. Pendant que ses amis restent dans leur sous-sol, à essayer de survivre sur une île déserte au milieu de l’Internet, Sierra préfère passer ses fins de semaine dans le bois avec son père. Mais les conséquences d’une mauvaise journée en forêt peuvent être beaucoup plus graves que dans un jeu vidéo.

Ce roman jeunesse a été une bonne lecture. L’histoire aborde plusieurs thèmes intéressants: la vie dans le bois, la chasse, la pêche, la relation père-fille, le deuil et la survie. L’histoire commence avec des pages grises, qui marquent une partie différente de l’histoire que l’on va lire et se termine aussi de cette façon. Il s’agit en fait de la fin du récit, là où est rendue le personnage principal. Puis, vient le reste du roman, les pages blanches, où l’on plonge avec elle dans ce qu’elle vit directement.

La narratrice, Sierra, raconte son histoire. Elle est au Cégep et aime aller passer du temps dans le bois avec son père, Rémy, à la chasse ou à la pêche. Elle profite de la nature. D’ailleurs, l’histoire se passe dans le bois, pour sa plus grande partie. Sierra nous parle de sa vie, de la séparation difficile de ses parents, de son frère qui ressemble plus à sa mère, d’elle-même qui a plus d’affinités avec son père. Elle parle du bois, de ce qu’ils font, de la musique, qui a aussi une grande place. Elle préfère la vie dans la nature, seulement elle et son père. Parfois, quand son frère n’a pas le choix, il se joint à eux mais il déteste ça.

« Mais tsé, en plein bois, c’est comme au Moyen-Âge: boire de l’alcool est moins risqué que de s’abreuver dans un trou de bouette. On dit que si un cheval boit l’eau d’une flaque, elle est fiable, mais je n’avais pas de cheval sous la main pour vérifier. Je me justifie, là. »

Sierra parle beaucoup de sa relation avec son père. De l’importance qu’il a dans sa vie, mais aussi dans leurs périples en pleine nature où sans lui, elle se sent perdue. Elle raconte ce qu’elle vit avec lui, la vie tranquille, dans le bois. Mais cette tranquillité devient rapidement une bataille pour la survie, pour Sierra. Son histoire sera marquée par un grand drame et par une forme de dérive face aux événements qui se produisent.

Le roman raconte à la fois la vie dans les bois, la survie en pleine nature, la vie après la tragédie que Sierra vivra. On la suit alors qu’elle tente de faire face à ce qui lui arrive. Comme son père et elle voulaient protéger leur chalet, celui-ci est à l’écart, difficile d’accès et bien protégé contre les voleurs. Ce choix deviendra le plus gros défi de Sierra alors que son père n’est plus là, car de nombreux kilomètres la sépare de la civilisation et les rencontres qu’elle fera ne sont pas pour lui faciliter la tâche…

« Je m’accote dans la portière le temps du trajet de retour. Un gilet de sauvetage pour oreiller, entre la vitre et ma tête. Comme souvent, dès qu’on se met à rouler, je ferme les yeux devant le clignotement du soleil couchant entre les arbres qui défilent. Je distingue, entre mes paupières mi-closes, un squelette de bagnole au bord du chemin. Je cogne des clous jusqu’à ce que mon père m’extirpe de cette torpeur.
-Y’a un original. Il traverse le lac. Viens voir. »

J’ai adoré le texte de Sébastien Gagnon, les dialogues, le ton très québécois de ce roman, dans lequel j’ai eu l’impression de me retrouver. C’était agréable. L’auteur utilise notre langue quotidienne et c’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié. Il y a aussi un peu d’humour dans ce que nous raconte Sierra, dans les dialogues entre elle et son père, avec qui elle a une belle complicité. L’humour adoucit un peu le drame qui suivra. L’épreuve est difficile pour une adolescente. C’est donc un personnage qui fait preuve d’une grande force.

La couverture de ce livre est pour moi vraiment magnifique. L’histoire m’attirait, le titre m’intriguait et on en comprend la signification pendant la lecture. L’écriture est très belle, touchante et le roman se lit d’une traite. L’histoire est en partie très poignante, surtout quand le monde de Sierra s’écroule. L’auteur nous amène dans la tête d’une adolescente qui vit une tragédie.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture. La façon dont le roman est construit, par petits chapitres, qui brossent un tableau vivant, un peu comme si Sierra était présente pour nous raconter son histoire. Un bon roman qui se lit vraiment bien, même si le drame qu’il décrit est sombre. Le contexte en pleine nature, les dialogues et l’histoire touchante en font un très beau roman.

Je ne suis pas une outarde, Sébastien Gagnon, éditions Bayard Canada, 152 pages, 2021