Les grandes marées

les grandes maréesUne nuit, Miles O’Malley, treize ans, se faufile hors de chez lui pour aller explorer les étendues du Puget Sound à marée basse. Il fait une découverte qui lui vaut une célébrité locale. Certains se demandent quand même si cet adolescent imaginatif n’est pas un affabulateur ou… peut-être même davantage ? En fait, Miles est surtout un gosse qui s’apprête à grandir, passionné par l’océan, amouraché de la fille d’à côté et inquiet à l’idée que ses parents divorcent. Alors que la mer continue à abandonner des présents issus de ses profondeurs mystérieuses, Miles se débat avec la difficulté d’entrer dans le monde des adultes.

J’ai lu ce livre paru sous un autre titre, il y a dix ans. J’en gardais un bon souvenir, un peu flou, mais je ne pensais pas que cette relecture me plairait autant! La belle couverture des éditions Gallmeister y a été pour beaucoup dans mon choix d’ouvrir ce livre, de même que l’idée de (re)lire un livre qui parlerait de bord de mer, de bestioles et d’eau. Parfait pour l’été!

J’ai dévoré le roman en quelques heures. J’avais du mal à le lâcher, parce que c’est un roman à la fois passionnant et intelligent, une belle histoire sur l’adolescence et la difficulté de faire face aux changements. Le livre est beau, c’est plein de tendresse et c’est parfois même très drôle.

Miles est un adolescent de presque quatorze ans, qui n’en parait même pas dix. Il est petit, minuscule pour son âge et tout le monde le lui dit. Y compris son père qui le mesure avec acharnement tous les mois avec la hantise de ne jamais le voir grandir. Miles est différent, passionné par le monde marin. Lecteur acharné, il souffre d’insomnie. Quand il ne dort pas, il lit ou part en kayak dans la baie pour explorer. Sa meilleure amie est une vieille dame, une ancienne médium de qui il prend soin. Il fantasme sur son ancienne gardienne, une fille plus âgée que lui. Et il a une fascination et une admiration sans frontières pour Rachel Carson, une biologiste marine et écologiste, décédée bien avant la naissance de Miles.

Le jour où Miles découvre quelque chose qui ne devrait théoriquement pas se trouver dans la baie, sa vie commence à changer. Parce que Miles passe beaucoup de temps au bord de l’eau et il découvre beaucoup de choses… Bientôt, les journalistes, les chaînes de télé, les sectes et les profiteurs, débarquent dans sa baie pour le voir, l’interroger, le suivre. Il y a des passages vraiment très drôles, quand Miles est exaspéré par la bêtise des gens et qu’il les mène un peu en bateau. D’ailleurs, l’auteur réussit bien à doser l’émotion, l’humour, la tendresse dans ce livre, avec un jeune personnage intelligent et terriblement attachant. J’ai ris et j’ai été émue.

Avec Les grandes marées, Jim Lynch nous offre une belle histoire sur l’adolescence, sur le fait de grandir et de changer, mais aussi une réflexion écologique sur la vie des fonds marins, sur la nature dont ne s’occupe pas toujours bien l’homme, sur les petites choses qui enflamment les gens et peuvent faire tourner un grain de sable en un vrai raz-de-marée médiatique.

Les adultes dans le roman, je pense aux parents de Miles, ne sont pas toujours équilibrés. Les O’Malley sont sur le point de divorcer et ils sont loin d’être des modèles parentaux parfaits. Ils ne comprennent absolument pas leur fils et ne prennent pas le temps de le faire. D’autres adultes sont plus ouverts et accueillent la présence de Miles comme une bénédiction.

« Voilà à quoi se résumait la paternité à mes yeux: intervenir de temps à autre, juste pour mettre en garde vos enfants contre des choses qu’ils maîtrisent mieux que vous. »

Miles a peur de perdre sa baie, de devoir partir, de la voir se modifier et être envahie par les riches, les curieux, des gens qui ne savent pas en profiter. On sent un véritable amour de la nature dans ce livre, une certaine poésie pour la beauté de la mer et les secrets qu’elle recèle, que la majorité des gens ne remarque même pas.

« Ce que j’avais observé n’était qu’une infime partie de la vie nouvelle qui bouillonnait dans nos eaux, et si j’en avais vu plus que la plupart des gens, c’était uniquement parce que j’étais le seul à regarder. »

La science et les fonds marins ne sont jamais très loin dans le livre, puisque c’est la grande passion de Miles. Le livre sent la mer, l’eau salée et les berges qui grouillent de vie.

J’ai aimé à peu près tout de ce roman. Les personnages sont beaux, même Phelps l’obsédé, ou Angie la musicienne bipolaire dont Miles est amoureux. La vieille Florence est touchante et même si elle et Miles ont une grande différence d’âge, ils sont de grands amis. Malgré elle, la vieille femme fait peser sur Miles beaucoup de responsabilités, mais le jeune garçon les endosse et leur relation est belle et pleine de tendresse.

« Rien de tout cela ne me faisait douter de Florence. Il me suffisait d’observer ses yeux. Ils reflétaient la lumière selon une multitude d’angles, si bien qu’il était impossible de dire si c’était vous, derrière vous ou à l’intérieur de vous qu’elle regardait. De plus, elle me perçait à jour mieux que quiconque. En sa présence, je prenais garde à ne pas penser trop fort. »

Je me suis sentie proche du personnage de Miles dans ce roman. Je comprenais sa solitude d’être différent et de s’intéresser à des choses qui n’intéressent personne. Je suis née au bord du Fleuve. Quand j’étais petite, je voulais devenir océanographe. La majorité des gens à qui je le disais, me regardait bizarrement. L’autre moitié ne savait pas de quoi je parlais. Le roman m’a donc vraiment passionnée, toutes ces informations sur les bêtes marines, leurs modes de vie, leurs particularités. J’aurais pu « écouter » Miles me raconter tout ça pendant des heures. L’auteur a donc créé un petit personnage plus que crédible et particulièrement attachant. On comprend pourquoi les gens dans le livre boivent littéralement ses paroles!

J’ai envie de lire à nouveau Jim Lynch. Si tous ses livres sont comme celui-là, j’en veux encore et encore. Un beau coup de cœur pour moi que ces Grandes marées. Un livre parfait pour l’été, à découvrir.

Ce livre est paru précédemment aux éditions Fides (pour le Québec) et aux éditions Les deux terres (pour l’Europe) en 2008 sous le titre À marée basse.

Les grandes marées, Jim Lynch, éditions Gallmeister, 288 pages, 2018

Publicités

My absolute darling

IMG_0594À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

Après avoir terminé Aquarium de David Vann, nous avons décidé, avec My books my wonderland de lire My absolute darling en lecture commune. C’était un drôle de choix après avoir lu Vann puisque nous avons vu toutes les deux de nombreux liens entre les deux romans. Deux personnages principaux qui tentent de se construire en évoluant aux côtés de parents manipulateurs, abuseurs et contrôlants.

Turtle est une jeune fille élevée par un père adepte du survivalisme. Ils vivent dans une maison délabrée où une araignée vit depuis deux ans dans la salle de bain et des champignons poussent sur le rebord des fenêtres. La maison est remplie de stock en surplus en cas de crise et Turtle et son père Martin passent leur temps à élaborer des scénarios de survie. Ils manient les armes à feu continuellement, se pratiquent au tir, nettoient les armes et traînent constamment couteaux et fusils sur eux.

« Turtle a toujours su qu’elle avait grandi différemment des autres enfants. Mais elle n’avait jamais vraiment eu conscience, jusqu’à présent, de l’ampleur de la différence. »

Le monde de Turtle se résume à son quotidien avec son père. Elle va à l’école, mais c’est presque accessoire. Elle est en situation d’échec, ne réussit pas bien, ne s’intéresse pas à son univers scolaire. Elle n’a pas d’amis et son père représente tout pour elle. Au début du livre, on comprend rapidement que son père « l’aime » d’une façon qui n’est absolument pas normale et qu’il agit violemment avec elle quand elle désobéit. Martin est loin, très loin, d’être un père exemplaire. C’est plutôt un monstre, qui se cache derrière un homme attirant, intéressant, intelligent, avec beaucoup de connaissances variés et d’idées, parfois très spéciales. Il réussit à nous garder à la fois captivé et sur nos gardes, puisqu’on ne sait jamais comment il réagira. C’est un personnage intéressant puisqu’il est tout en nuances, jamais totalement noir, jamais blanc non plus. Un monstre n’est jamais qu’un monstre. En tout cas pas dans la vraie vie, et c’est ce qui est troublant avec Martin.

Les choses commencent à changer pour Turtle quand elle rencontre par hasard, un soir, Brett et Jacob. Les deux garçons ont une complicité, une belle amitié et étrangement Turtle est attirée par eux. Surtout Jacob, qui s’intéresse aussi à elle. C’est d’ailleurs un magnifique personnage, intelligent, allumé et ouvert. Il y a une grande gentillesse qui émane de lui et il contraste totalement avec Martin. Turtle sauvera en quelque sorte la vie de Brett et Jacob, à cause de ses connaissances particulières en survie. C’est à ce moment que la faille apparaît, qu’elle réalise que la vie peut être autre chose que le pouvoir qu’a Martin sur elle.

« Elle pense, Ça n’est jamais allé, chez nous, et ça n’ira jamais. Elle pense, Je ne sais même pas à quoi ça ressemble, d’aller bien. Je ne sais pas ce que ça signifie. Quand il est au meilleur de sa forme, on va mieux que bien. Quand il est au meilleur de sa forme, il s’élève largement au-dessus de la masse et il est plus incroyable que tout le reste. Mais il y a quelque chose en lui. Un défaut qui empoisonne tout. »

Il y a des passages très durs dans ce roman, des passages où même Turtle oscille entre aimer profondément son père et le détester de tout son cœur pour ce qu’il lui fait vivre. My absolute darling aurait pu être un livre de plus sur l’inceste et le pouvoir d’un père sur sa fille, mais c’est plus que ça. C’est le chemin d’une jeune fille vers sa liberté. Ce qui apporte énormément à l’histoire, c’est la dimension reliée au survivalisme. Turtle est si différente des autres, son comportement est tellement conditionné à être en mode survie qu’elle a du mal à s’imaginer la façon dont les autres vivent. La façon dont Jacob vit.

L’arrivée d’un nouveau personnage modifiera aussi la donne pour Turtle puisqu’elle lui fait voir un autre aspect de sa vie avec Martin. Le roman raconte l’émancipation de la jeune fille, sa prise de conscience, ses débats intérieur entre son « attachement » pour son père et sa haine envers lui. La nature est très présente dans le livre et est au cœur du survivalisme tel que vécu par Martin et sa fille. La nature peut être aussi bonne que sauvage. Le roman est rempli de scènes très imagées et marquantes.

J’ai beaucoup aimé ce roman très captivant, qu’on a du mal à refermer. Ce n’est pas un coup de cœur pour moi, même si ça fait partie de mes très bonnes lectures. J’ai moins aimé le langage que l’on retrouve dans le livre, principalement entre Martin et Turtle, où souvent les dialogues sont très limités et se contentent de « putain » et de « bon sang » sur plusieurs ligne. Ça n’apporte pas grand chose et je trouve que ça ne cadre pas tant que ça avec le personnage de Martin qui semble plutôt instruit. Il manque cruellement de vocabulaire quand il s’adresse à sa fille. Et Turtle, encore plus.

Une petite chose qui m’a déçue aussi, c’est Jacob, qu’on ne revoit plus beaucoup vers la fin. C’était un personnage que j’adorais et j’aurais aimé qu’on le revoit. Sans rien raconter de ce qui se passe, je trouve qu’il aurait eu sa place dans la fin du livre. Je trouve dommage qu’un personnage qui prend tant de place par sa présence, brille aussi fort par son absence dans les dernière pages.

Malgré ces petits bémols, My absolute darling est un roman coup de poing, qui ne laisse pas indifférent. J’ai aimé les lieux du récit, j’ai aimé la présence de la nature, indomptable et difficile, j’ai aimé l’allusion au jardin vers la fin du livre et l’image que les plantes représentent pour Turtle. J’ai aimé Turtle, qui tente de se sortir du gouffre dans lequel elle vit. Je suis impressionnée par ce premier roman, qui offre des images qu’il est difficile d’oublier. C’est un auteur que j’aurais envie de relire.

Après avoir terminé ma lecture, j’étais tellement secouée que j’ai eu envie de lire ou de regarder des choses autour de ce roman et de l’auteur. Je suis tombée sur cet entretien bien intéressant de La grande librairie.

C’est vraiment captivant de découvrir Gabriel Tallent et sa façon de percevoir son livre. Le paysage du parc national de Joshua Tree en arrière-plan est un décor époustouflant, étonnant et aussi particulier que l’est le roman de Gabriel Tallent. J’ai d’ailleurs terminé le livre en réécoutant l’album Joshua Tree de U2.

Merci à Marie-Claude pour l’envoi de ce livre.

My absolute darling, Gabriel Tallent, éditions Gallmeister, 464 pages, 2018

Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens

 

moi simon 16 ans homosapiensMoi, c’est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d’Atlanta. J’ai deux sœurs, un chien, et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréo, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue. Blue est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. Je le croise peut-être tous les jours, mais je ne sais pas qui c’est. On se dit tout, sauf notre nom. A part Blue, personne ne sait que je suis gay. Personne n’est au courant à part Blue… et maintenant cette fouine de Martin Addison qui a lu mes e-mails et menace de tout révéler…

Le film adapté de ce roman est sorti en mars dernier au Québec et je voulais lire le livre avant de voir le film, ce que j’ai fait. Je suis allée voir le film le lendemain de ma lecture. J’aime bien de temps en temps un bon film pour ados, dans la même lignée des films adaptés des romans de John Green par exemple. Revenons toutefois au livre.

J’ai bien aimé ce roman, qui se lit tout seul, est souvent assez drôle par moments et raconte l’histoire de Simon, qui se sent coincé dans sa vie et son identité. Quand il rencontre Blue via internet, un garçon de son école, qu’il connaît peut-être même en vrai sans savoir qui il est, les choses changent. Ils commencent à échanger et à se raconter toutes sortes de choses, sous des pseudonymes et en masquant les noms de leur réalité quotidienne afin de conserver cette liberté d’échange entre eux. Mais voilà, cette relation « virtuelle » devient vraiment importante pour Simon…

Ce roman est un vrai roman adolescent, avec tout ce qu’on attend d’y retrouver, mais le fait que le personnage principal soit gay apporte beaucoup à l’histoire. Ça reste quand même marginal de beaux romans LGBT pour adolescents, qui ne sont pas des histoires dramatiques ou terrifiantes. Celui-ci est beau et amusant, touchant aussi par moments. Il y a un certain mystère autour de la relation de Simon avec Blue puisqu’on ne connait pas l’identité de ce dernier. J’ai aimé la relation de Simon avec ses amis, avec ses parents et la passion de Simon pour le théâtre. C’est intéressant également de suivre sa correspondance avec Blue. Le texte alterne entre leurs échanges et l’histoire principale. Les échanges entre Blue et Simon sont les parties que j’ai préféré. J’ai un faible pour les romans épistolaires contemporains, les échanges par courriel, par textos et via les réseaux sociaux.

Le roman est loin d’être parfait. Il y a quelques longueurs quand les amis sont entre eux et qu’ils passent juste du temps ensemble. Ces parties sont un peu creuses, mais ça reste un bon petit roman.

avec amour simon

J’ai été voir le film par la suite et j’ai vraiment beaucoup aimé, sans doute même plus que le livre. C’est Xavier Dolan qui double Nick Robinson (Simon) au Québec et je l’apprécie beaucoup. Le film est souvent drôle, assez intéressant, plus dynamique que le livre. Il y a de beaux développements, comme la relation qu’entretient Simon avec ses parents. C’est une très belle famille et ça fait du bien de voir des choses positives dans un film pour ados. Au cinéma, la salle était pleine, il y avait des gens de tous les âges, et ça m’a plu. Le film est assez fidèle au livre de manière générale, même si certaines scènes ont été changées. L’adaptation est intéressante.

La sortie du film m’a permis aussi de redécouvrir la musique de Bleachers, un groupe d’indie pop dont la musique se retrouve en grande partie sur la bande sonore du film. Elle a accompagnée ma lecture et je l’écoute encore régulièrement. ♪♫

Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens, Becky Albertalli, éditions Hachette, 320 pages, 2015

Nous sommes ce continent

« [20 h 20] Je dis peut-être « mon amour » pour la dernière fois en parlant de toi. Je le dis et j’ai toutes ces images en tête. Notre bonheur à deux. Les moments beaux. Ceux que personne ne peut renier. Il n’y a pas que nos yeux qui en furent témoins. Il serait facile de penser que le vent tout autour est venu à bout de notre amour, mais c’est nous deux qui en sommes venus à bout cette fois. Ce que tu es. Ce que je suis. Nous deux séparément. Nous avons mis un terme à l’artifice parce qu’en dernier ce n’était presque seulement que ça, un combat maquillé en beauté. »

Nous sommes ce continent raconte l’histoire d’un adolescent qui, dans ses derniers jours avec son amoureuse, alors qu’elle lui suggère d’apprendre à mieux se connaître et d’arrêter d’éparpiller ses idées partout, entreprend l’écriture d’un journal qu’il tiendra pour tout le mois de septembre. Il poursuivra cet exercice d’écriture même après sa rupture avec sa copine. Son journal est adressé à son amoureuse – puis ancienne amoureuse – même après qu’ils aient rompu.

À travers ses écrits entremêlés de poésie, l’adolescent vit le grand amour puis voit sa vie amoureuse s’enliser dans un brouillard. Il parle de sa vie quotidienne, de ses émotions, des pensées qui lui passent par la tête. Lorsqu’il a de l’inspiration, il crée des poèmes entre les pages de son journal.

Au jour 3 de son journal, l’adolescent a une discussion au souper avec son père sur ce qu’est la romance. Son père va le surprendre en lui offrant un recueil de Paul Éluard et en lui disant de le lire.

« Tu sais, le romantique est plutôt une personne en marge du monde qui l’entoure, parce qu’il observe, et passe souvent pour un rebelle… T’es un beau rebelle, mon fils… »

Au tout début du recueil, on sent que l’adolescent est très amoureux. Au fil des jours, sa relation avec sa copine s’étiole vers une fin de non retour. Ils s’aiment, mais il n’y a plus d’artifices. Dans son journal il va illustrer par la poésie ce qu’il ressent et ce qu’il vit. C’est souvent beau et touchant.

Le livre parle d’amour, mais aussi d’intimidation, de suicide, de la relation d’un adolescent avec sa famille. Les réflexions qui sont apportées dans le recueil sont intéressantes. L’auteur a une très belle plume et ce recueil est tout simplement magnifique. Il nous fait vivre de grandes émotions.

Je connaissais déjà un peu Pierre Labrie puisque j’ai lu il y a un moment Le vent tout autour. J’avais bien aimé, mais Nous sommes ce continent est vraiment une très belle lecture. Un auteur que je compte bien continuer à découvrir.

Nous sommes ce continent, Pierre Labrie, Soulières éditeur, 65 pages, 2012