La faille en toute chose

Noël approche : la campagne revêt son blanc manteau et s’égaye de joyeuses lumières. Toutefois, pour l’inspecteur-chef Armand Gamache, le temps des retrouvailles au coin du feu est troublé par des ombres menaçantes. Ses meilleurs agents ont quitté la section des homicides, son fidèle lieutenant Jean-Guy Beauvoir ne lui parle plus depuis des mois et des forces hostiles semblent liguées contre lui. Quand Myrna Landers, la libraire de Three Pines, lui demande de l’aider à retrouver l’amie qui devait la rejoindre pour les Fêtes, il saisit l’occasion d’aller se réfugier dans les Cantons-de-l’Est avec ceux qui lui sont restés loyaux. Intrigué par le refus de Myrna de révéler l’identité de la disparue, Gamache découvre qu’il s’agit de la dernière des quintuplées Ouellet. Au terme de son enquête, il trouvera certainement un assassin, mais pourra-t-il enfin trouver la paix ?

La faille en toute chose était le roman de mai pour Un Penny par mois. C’était une excellente lecture, tant cette histoire est vraiment haletante et pleine de rebondissements. J’ai dévoré cette enquête.

À l’approche de Noël, Armand Gamache reçoit l’appel de Myrna de la librairie de Three Pines: une amie à elle qui devait la rejoindre au village n’est jamais venue. Myrna cache d’abord son identité à Armand avant de dévoiler qu’il s’agit d’une des célèbres quintuplées. Naturellement, l’identité de la personne joue beaucoup dans l’enquête puisque les quintuplées ont été très médiatisées en leur temps, avant de se retirer de la vie publique à l’âge où elles pouvaient enfin prendre leurs propres décisions. Évidemment, on ne peut que penser aux célèbres jumelles Dionne qui avaient aussi fait la manchette à l’époque. Louise Penny s’inspire d’ailleurs un peu d’elles pour écrire son histoire. 

Parallèlement à cette enquête inattendue, Armand est de plus en plus mis à l’écart à la Sûreté. Il travaille en marge des autres, avec Lacoste, sa fidèle alliée. Beauvoir lui, a choisi son camp lors de l’enquête précédente. Il a abandonné celui qui avait été son mentor, au profit du détestable Francoeur. Il faut dire que Beauvoir est fragilisé par ce qu’il vit et qu’il devient une proie facile pour un manipulateur comme Francoeur. Les agents de Gamache désertent le navire et son service est en train de se démanteler. Quand un de ses amis déterre quelque chose alors qu’il fouine dans les ordinateurs de la Sûreté, les choses déboulent à une vitesse vertigineuse. L’affaire Arnot plane toujours sur le travail d’Armand, cette maudite affaire qui le poursuit sans cesse d’un tome à l’autre. Cette fois, les choses deviennent de plus en plus dangereuses, l’étau se resserre sur Gamache et sur Three Pines…

« En tant que personne qui connaissait la peur, il savait que le grand danger consistait à la laisser prendre le contrôle. La peur déformait la réalité, la consumait. Créait sa propre réalité. »

J’ai adoré ce roman qui mêle une histoire étrange de quintuplées, une intrigue informatique et des hackers, qui parle aussi de la corruption, d’abus de pouvoir, de mensonges, de la vie privée et publique, de complots pouvant mettre la vie en danger d’un grand nombre de personne, de la vengeance, mais aussi – et heureusement – d’un peu d’espoir.

« Il y a une faille en toute chose
C’est ainsi qu’entre la lumière. »

L’intrigue est soutenue et on suit avec vraiment beaucoup d’intérêt l’évolution des personnages et de ce qu’ils vivent. Il y a également toujours cette pointe d’humour qui se cache dans les dialogue ou au détour d’une scène. Ces moments adoucissent un peu l’histoire. Une enquête enlevante dans laquelle on plonge en croisant les doigts pour que le pire n’arrive pas! Vraiment, un très très bon roman! 

La faille en toute chose, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 512 pages, 2014

Nelligan

Plusieurs artistes visuels contemporains unissent leurs talents et leurs efforts dans ce livre qui se veut un hommage visuel à l’œuvre d’Émile Nelligan. Le résultat de ces expériences est ici proposé alors que l’œuvre et la vie de Nelligan se confondent dans des images fortes ponctuées de symbolisme si cher à ce poète. Émile Nelligan n’a certainement pas fini de provoquer l’inspiration d’artistes… 

Nelligan est un collectif artistique sous la direction de Christian Quesnel. Il s’agit en fait d’un hommage de plusieurs artistes au poète extraordinaire qu’était Émile Nelligan. J’ai vu passer ce livre sur les réseaux sociaux et j’ai tout de suite eu envie de le lire. J’adore Émile Nelligan, sa poésie tout comme l’écrivain et son tragique destin, et je suis toujours preneuse de livres autour de son univers.

Comparé à Edgar Allan Poe, à l’univers parfois sombre, et ayant été affligé par la maladie mentale, Nelligan a été interné une grande partie de sa vie. C’est un peu à partir de ce comparatif entre le poète québécois et l’écrivain américain que le livre présente une foule de projets artistiques rendant hommage à Nelligan. Parfois en s’inspirant de sa poésie, parfois de certaines portions de sa vie ou alors en lui inventant un destin différent.

La poésie de Nelligan est à la fois touchante et mélancolique, ce que les artistes ont réussi avec brio à reproduire à travers leurs œuvres. Différentes techniques sont utilisées, allant des textes au collage, à la photo, au montage et à la peinture. Ouvrage multidisciplinaire, Nelligan propose différentes interprétations visuelles de l’œuvre du poète.

La maladie mentale, l’érotisme, la noirceur, la souffrance, la création et naturellement, la poésie, qu’elle soit en images ou à travers les mots, sont certains des thèmes abordés dans le collectif. J’adore Nelligan depuis l’adolescence. Ce poète m’a toujours fascinée. Ce collectif était donc une lecture étonnante et visuellement très forte, un hommage à l’univers sombre et complexe du poète. Ce fut une lecture bien intéressante.

À noter que le livre est édité chez Moelle Graphik alors que mon édition l’était chez Studio Premières lignes.

Nelligan, Collectif sous la direction de Christian Quesnel, éditions Studio Premières lignes, 110 pages, 2012

Le cerveau et la musique

Un son, une note, une mélodie et voilà… le cerveau en effervescence. Mais pourquoi certains airs arrivent-ils à nous tirer des larmes, à nous donner la chair de poule, à nous enthousiasmer ou à nous faire danser ? Pourquoi sommes-nous touchés par les symphonies de Beethoven, par les performances vocales de Céline Dion, par les reels endiablés de Ti-Jean Carignan ou encore par les concerts d’Arcade Fire ? Bien sûr, tout commence par l’oreille. Les ondes sonores produites par un piano, une flûte ou un violon s’y engouffrent et sont transformées en influx nerveux pour rejoindre diverses régions du cerveau. Journaliste scientifique aguerri, Michel Rochon nous entraîne dans une exploration fascinante du cerveau musical. 

La musique a toujours été importante pour moi. J’achète autant de musique que j’achète de livres et je peux difficilement passer une journée sans en écouter. J’ai une photo de moi toute petite avec un énorme casque d’écoute sur la tête et Mozart qui jouait sur la table tournante. Ma passion pour les notes remonte à très loin. J’ai aussi joué de la clarinette et du violon, mais je préfère quand même écouter la musique que la jouer. J’aime aussi beaucoup la science et naturellement, ce livre de Michel Rochon s’imposait de lui-même puisqu’il mêle les deux domaines et répond à plusieurs questions. 

Cet essai est vraiment intéressant car il nous plonge dans l’étonnante odyssée des effets de la musique sur le cerveau. Le sujet est vaste, mais l’auteur aborde différents aspects totalement fascinants. Michel Rochon est journaliste scientifique et médical, très bon vulgarisateur, mais c’est aussi un musicien. Comme, d’ailleurs, un très grand nombre de médecins et de chercheurs, comme le démontre plusieurs orchestres de médecins, organisés un peu partout dans le monde. 

« …si certaines maladies nous ont permis de mieux comprendre la musique et vice versa, c’est peut-être parce que la médecine et la musique sont des univers imbriqués. »

Le cerveau est complexe et l’ouvrage nous en explique d’abord les bases en lien avec la musique. De quelle façon le cerveau réagit-il à la musique? Pourquoi les notes ont autant d’effet sur nous? Qu’est-ce qui nous amène à taper du pied lorsqu’on entend un rythme qui nous donne envie de bouger? Comment le cerveau réagit à la musique? On apprend une foule de choses, allant de l’aspect biologique de la musique (par exemple le son entendu par l’oreille et la façon dont le cerveau le transforme) jusqu’aux limites de la science et la richesse que nous apporte la musique en tant qu’humain.

« La musique nous transporte et nous fait réagir souvent de façon inattendue; elle puise dans nos structures de la perception, mais également dans nos souvenirs et nos plus intimes expériences. »

Cet ouvrage nous amène à comprendre ce qui se passe dans notre cerveau, alors que la musique est entendue par notre oreille. J’ai appris une foule de choses sur la linguistique, les mathématiques, l’amusie, les liens étroits entre la musique, la science et la médecine, l’audition, la plasticité du cerveau, l’apprentissage d’un instrument, la musicothérapie, la génétique, le rôle social de la musique, les animaux et la musique, l’intelligence artificielle, les jeux vidéo, pour ne nommer que ceux-là. Plusieurs histoires derrière les chercheurs et les découvertes sont vraiment incroyables. 

« Ce qu’il y a de plus extraordinaire, c’est que la naissance de notre Univers, d’une complexité sans commune mesure et qui a donné lieu à un extraordinaire déploiement au-delà de l’entendement, s’est faite dans le silence. Pas un son… »

Chaque chapitre est complété par un encadré intitulé « De la nourriture pour le cerveau » avec des liens à visionner en ligne qui complètent le propos: musique, films, documentaires, vidéos et conférences. Il y a beaucoup de ressources à découvrir pour accompagner notre lecture et c’est vraiment très intéressant. À noter que quelques photos en couleurs sont ajoutées au centre de l’ouvrage afin de compléter le texte. 

Un ouvrage accessible, qui nous offre un tableau passionnant des liens entre le cerveau et la musique. J’ai beaucoup aimé cette lecture qui nous fait voir la musique, et ses effets, d’un tout autre œil.

Vraiment, ce livre est une très belle découverte!

Le cerveau et la musique, Michel Rochon, éditions Multimondes, 192 pages, 2018

Défricher l’aube

Les heures fragiles oscillent dans le ciel éclaboussé de lumière, emportant les battements d’ailes, l’usure des étoiles, les arbres dérobés et ceux à venir. Défricher l’aube, c’est le mouvement du territoire, celui des marées qui disent leur fragilité, une invitation à revenir sur les terres de l’enfance.

Défricher l’aube est un recueil en prose vraiment magnifique et bien écrit. Les poèmes sont axés sur l’environnement et abordent la façon dont l’humain traite la nature qui l’entoure. L’auteure parle des forêts, de leur déforestation, de l’écologie. De la façon dont l’humain détruit le monde naturel et ce qu’il inflige à l’environnement. C’est aussi un constat de la fragilité de notre monde.

Les mots sont beaux et le message que véhicule ce recueil est plein d’émotions. C’est un sujet, il me semble, assez peu traité dans la poésie actuellement. C’est un appel à la sensibilisation face à la destruction sans fin de la nature. L’auteure jette un regard lucide sur ce qui se produit actuellement – si rien n’est fait – et sur ce que pourrait devenir notre monde si l’humain ne s’active pas à le protéger. Malgré tout, ce n’est pas un recueil sombre. Il véhicule aussi de l’espoir et rend hommage à la si belle nature qui nous entoure. 

“ Pendant qu’on nous apprend à placer l’ombre du bouleau au fond du bac, des pelles mécaniques arrachent nos poumons pour assister à la naissance du béton. Des visages urbains s’avancent.
Nous devrons reboiser nos mémoires. “.

Le recueil est un appel à la sensibilisation et un rappel de la grande richesse que l’humain perdrait si la nature venait qu’à disparaître. Les poèmes véhiculent une image très forte de la nature et de la forêt. Dans notre monde où les progrès, les profits, les nouvelles technologies prennent toute la place au détriment de la nature dont les parcelles restantes sont massacrées et maltraitées, l’auteure s’interroge sur ce qui restera de la forêt, de la nature, et finalement de nous-mêmes.

En lisant ces textes, on ne peut que rêver que l’être humain se réveille enfin et ne détruise plus tout au nom du progrès. Les mots de Dominique Zalitis mettent en lumière cette problématique qui nous touche tous. Si demain tout est de béton, quel monde laisserons nous à l’humanité?

« Quand il n’y aura plus d’étendues sauvages à cartographier, il faudra apprendre à dessiner les arbres manquants du tableau. En retournant près de la grève, sauver le bois flotté pour chauffer les solitudes. Autour du feu, humer l’odeur des matins de brume. »

C’est d’abord le thème et la couverture qui m’ont attiré vers ce livre. La poésie me plaît toujours beaucoup et le message m’a beaucoup parlé. J’ai vraiment aimé ces poèmes en prose et je relirai assurément cette auteure. Une belle découverte et un recueil que je ne peux que vous suggérer si vous êtes sensible à l’environnement.

Défricher l’aube, Dominique Zalitis, éditions David, 72 pages, 2021

Le beau mystère

Caché au creux d’une forêt sauvage du Québec, le monastère Saint-Gilbert-entre-les-Loups n’admet aucun étranger. Vingt-quatre moines y vivent cloîtrés. Ils cultivent des légumes, élèvent des poules, fabriquent du chocolat et prient… Ironiquement, la communauté qui a fait vœu de silence est devenue mondialement célèbre pour ses chants grégoriens, dont l’effet est si puissant qu’on le nomme « le beau mystère ». L’harmonie est rompue par l’assassinat du chef de chœur et l’intrusion de l’inspecteur Gamache et de son adjoint Jean-Guy Beauvoir. Les enquêteurs cherchent l’accroc dans ces vies consacrées à l’amour de Dieu, mais cette retraite forcée les place aussi face à leurs propres failles. Pour trouver le coupable, Gamache devra d’abord contempler le divin, l’humain, et la distance qui les sépare.

Le beau mystère de Louise Penny était le livre d’avril pour le défi Un Penny par mois. Ce livre est un peu différent des autres de la série car il ne se déroule pas à Three Pines comme la plupart des enquêtes d’Armand Gamache. L’intrigue se déroule dans un monastère à l’écart de tout, où des moines vivent de leur jardin, fabriquent des bleuets enrobés de chocolat et chantent des chants grégoriens si beaux et puissants, qu’ils envoûtent ceux qui les entendent.

« La paix et la tranquillité étaient-elles devenues si rares que, lorsqu’on les trouvait, on pouvait les prendre pour quelque chose de grotesque et d’anormal? »

Gamache et Beauvoir sont dépêchés sur les lieux car on a retrouvé le corps d’un moine dans un jardin privé du monastère. Le monastère est loin de tout et les enquêteurs doivent y passer du temps s’ils veulent essayer de résoudre cette affaire. Dans ce lieu cloîtré où les moines ont fait vœu de silence, l’enquête avance très lentement. Quand Francœur, le grand patron de Gamache dont on entend parler dans d’autres livres, arrive lui aussi sur les lieux, le fragile équilibre entre les enquêteurs et les suspects est rompu.

Ce livre est, jusqu’à maintenant, celui qui est le plus différent de la série. On ne retrouve pas le charmant village habituel et ses habitants. On est beaucoup plus dans un huis-clos, en pleine nature et accessible uniquement par bateau ou avion. Gamache et Beauvoir dorment dans de minuscules cellules de moines. Si Gamache apprécie le calme de l’endroit et est sensible aux chants grégoriens, Beauvoir n’en peut plus et est persuadé qu’il deviendra cinglé avant la fin de l’enquête. Mais Gamache et Beauvoir doivent aussi affronter la solitude des lieux et les vieux démons des enquêtes précédentes qui ont laissés de profondes cicatrices…

Le beau mystère est un roman qui parle beaucoup du pouvoir de la musique, de son envoûtement et des effets qu’elle peut avoir chez les gens qui y sont sensibles. J’ai adoré cet aspect de l’histoire, la musique étant essentielle à ma vie. Tout l’aspect historique et musical du monastère et du travail des moines m’a énormément plu. L’atmosphère y est très contemplative, ce qui distingue ce roman des autres. Les lieux y sont propices, naturellement, et cet aspect agit de façon bien différente sur Gamache et sur Beauvoir.

« Plus tôt, pour s’amuser un peu, Beauvoir s’était demandé si le prieur ne s’était pas fait ça lui-même, s’il ne s’était pas tué à coups de pierre plutôt que de devoir assister à encore une autre messe ennuyeuse à mourir. »

Le beau mystère parle aussi de choix et de croyances. Des choix de vie. Des chemins que les personnages empruntent. De certains choix déchirants. De ce que l’on croit et de ce que l’on peut faire pour protéger nos croyances. Le personnage de Beauvoir a une grande place dans ce livre, une place centrale même et ce qu’il vit m’a touchée. J’aime beaucoup ce personnage qui évolue énormément d’un tome à l’autre et qui vit des choses qui sont difficiles. J’ai hâte de voir de quelle façon son histoire évoluera. L’enquête, quant à elle, est intéressante même si elle diffère beaucoup des autres livres. On entre dans un thème nouveau et des lieux inhabituels. Je n’ai pu m’empêcher de penser à l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac en lisant ce roman.

J’ai bien aimé cette lecture, principalement pour la place que prend le personnage de Jean-Guy Beauvoir. J’ai hâte de poursuivre avec le prochain tome!

Le beau mystère, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 480 pages, 2014