Le pays d’octobre

«Le pays d’octobre…
… ce pays où tout se transforme toujours en fin d’année. Ce pays où les collines sont brouillards et où les rivières sont brumes ; où les midis disparaissent rapidement, où les crépuscules et la pénombre s’attardent, où les minuits demeurent. Ce pays, essentiellement constitué de caves, de cryptes sous les caves, de coffres à charbon, de cabinets, de mansardes, de placards et de garde-manger orientés à l’opposé du soleil. Ce pays dont les habitants sont gens d’automne, aux pensées uniquement automnales, aux pas qui évoquent le bruit de la pluie quand ils arpentent les rues vides la nuit…»

J’attendais avec impatience la sortie de ce recueil de nouvelles chez Folio. La couverture est d’autant plus magnifique que les écrits de Bradbury sont toujours fascinants, souvent poétiques, propices à créer une atmosphère particulière. C’est ce que j’aime chez cet écrivain. Il ne suffit que de quelques lignes pour être plongé dans un monde particulier et intrigant.

Le recueil débute par une belle introduction de Ray Bradbury, qui aborde son travail d’écriture. Il parle de son inspiration et de la façon dont il a apprit à écrire de la science-fiction. C’est très intéressant et j’aime quand les auteurs prennent un peu de temps pour raconter à leurs lecteurs leur processus d’écriture.

Le pays d’octobre est véritablement un recueil d’atmosphère. C’est un livre qui porte merveilleusement bien son titre. On imagine toutes ces histoires issues d’un pays où ce serait toujours l’automne, avec son petit côté inquiétant relié à l’Halloween ou aux morts. La mort est d’ailleurs un thème central du roman. Il y en est beaucoup question, que ce soit parce qu’elle est célébrée, mal vécue, qu’elle inquiète ou qu’elle soit célébrée comme à la fête des morts.

Outre l’introduction de l’auteur, le recueil contient dix-neuf nouvelles, dont voici un petit aperçu:

Le nain
Dans une fête foraine, un nain vient tous les jours s’observer dans les miroirs du Palais des glaces sous l’œil critique des employés.

Au suivant!
Cette histoire se déroule au Mexique, peu de temps après le jour des mots. Un couple s’immerge dans l’atmosphère particulière de cette période et visite des catacombes. Leur séjour exacerbe leurs désaccords.

Le jeton de poker vigilant d’Henri Matisse
Garvey est un homme extrêmement solitaire et ennuyant. Alors qu’il rêve d’être entouré d’amis et d’une vie mondaine, c’est par le plus grand des hasard qu’il attirera les foules chez lui. Il est ensuite prêt à tout pour être à la fine pointe de ce qui est tendance pour continuer à susciter de l’intérêt.

Squelette
M. Harris, un hypocondriaque, se plaint d’avoir mal aux os. Un médecin lui fait prendre conscience de son squelette, de ce qu’il est d’un point de vue anatomique. Ce qui devient alors une véritable obsession pour l’homme.

Le bocal
Charlie, fasciné par une chose étrange, pâle et flottant dans un sérum au milieu d’un bocal, décide de l’acheter pour l’exposer chez lui et attirer ses voisins. Il souhaite qu’on cesse de se moquer de lui et veut être au centre de l’attention de son entourage. Peu importe le prix…

Le lac
Harold a douze ans. Une visite au bord de l’eau avec sa mère lui rappelle la noyade d’une amie, Tally, qu’on n’a jamais retrouvée. Retournant sur les lieux de son enfance avec sa fiancée, des années plus tard, Harold réalise à quel point il avait aimé Tally, à quel point cette disparition a pu le marquer.

L’émissaire
Malade, souvent au lit, Martin a pour compagnon Chien, qui lui ramène des nouvelles de l’extérieur lors de ses vagabondages. C’est un peu grâce à Chien que Martin peut respirer les effluves de l’automne, des feuilles mortes et prendre conscience de la nature, dehors. Le décès de Mlle Haight, sa maîtresse d’école qui lui rend régulièrement visite, et la disparition de Chien vont profondément le marquer. Poétique et beau.

Canicule
Deux hommes, qui observent une femme depuis quelques jours, décident qu’elle a besoin de leur aide. Ils ne la connaissent pas, mais son caractère désagréable les pousse à s’immiscer dans sa vie afin de lui venir en aide… contre son gré.

Le petit assassin
Une femme a l’impression que son bébé nouveau-né lui veut du mal. Elle a peur de lui et tente de mettre en garde son conjoint. 

La foule
M. Spallner a un accident de voiture. Une foule compacte arrive rapidement, trop rapidement, sur les lieux. Il décide d’enquêter pour comprendre d’où arrivent tous ces gens.

Le diablotin à ressort
Le monde étrange où Edwin vit se limite au monde inventé par son père, pour le protéger de l’extérieur. J’ai particulièrement aimé la description de cet univers vraiment particulier.

La faux
Drew se retrouve à errer sur les routes avec sa femme et ses enfants, pauvre et sans travail, ayant perdu sa ferme à cause des sécheresses. Se retrouvant devant une étrange maison où il décide d’aller demander de l’aide, il réalise que c’est la mort qui hante les lieux…

Oncle Einar
Oncle Einar, que l’on retrouve d’ailleurs un peu plus loin dans la nouvelle La grande réunion, raconte le dilemme d’un homme ailé, grincheux de ne plus pouvoir voler.

Le vent
Paniqué, Allin appelle tous les soirs son bon ami Herb pour se plaindre du vent. Herb va régulièrement dormir chez lui pour l’aider à surmonter ses angoisses. Un soir qu’Herb a de la visite à la maison, il néglige un peu les appels incessants de son ami. 

Le locataire
Un locataire étrange, qui dort le jour et travaille la nuit, arrive dans la pension tenue par les grands-parents de Douglas, onze ans, qui vit avec eux. Le locataire suscite la curiosité du jeune garçon.

Il était une vieille femme
Tante Tildy a toujours eu une philosophie particulière concernant la mort: elle n’existe pas et il faut la combattre. Jusqu’à ce qu’un beau jour, quatre hommes dotés d’un grand panier se présentent chez elle…

Le collecteur
Deux sœurs discutent en faisant de la couture. Juliette est plus terre-à-terre alors qu’Anna a beaucoup d’imagination. En regardant la pluie dehors et le collecteur se remplir d’eau, elle commence à raconter une histoire à sa sœur…

La grande réunion
Timothy est le mouton noir de la famille. Le garçon est très différent des autres. Il dort dans un vrai lit, a peur du noir et n’aime pas le sang. Une grande et rare réunion familiale ne fait qu’exacerber ses différences avec les autres membres de la famille. 

La mort merveilleuse de Dudley Stone
Dudley Stone était un écrivain couronné de prix qui s’est retiré en pleine gloire. Il entreprend de nous raconter son assassinat…

Voilà pour une petite présentation des différentes histoires. J’ai beaucoup aimé ce recueil. C’était la période idéale pour le lire, à l’automne, afin de se plonger dans une atmosphère à la fois intrigante et inquiétante. Chaque nouvelle a une chute étonnante. Même si le livre ne parle pas vraiment de l’Halloween, que certaines histoires se déroulent même en été, c’est tout de même un recueil dont la lecture peut s’accorder facilement à cette fête ou au mois de novembre. Il y est question de la fête des morts, de la Toussaint, d’étranges réunions familiales… L’auteur utilise aussi régulièrement des éléments reliées aux foires et aux fêtes foraines. Étrangetés, mort, bizarreries, événements mystérieux ou inquiétants sont au rendez-vous.

Même si toutes les nouvelles étaient très bien, j’ai quand même un faible pour certaines d’entre elles. Mes préférées sont L’émissaire, Le bocal, Le lac, La faux, Le vent, La foule, La grande réunion et La mort merveilleuse de Dudley Stone. Toutefois, j’ai trouvé que de façon générale, la qualité des nouvelles est sensiblement égale d’une histoire à l’autre. Et ce, même si les histoires sont tout de même toutes très différentes!

Une excellente lecture que je ne peux que vous conseiller si vous appréciez les nouvelles et les histoires où l’atmosphère inquiétante tient une grande place!

Le pays d’octobre, Ray Bradbury, éditions Folio, 432 pages, 2020

Nu-pieds dans la rosée

Aussi impressionnantes qu’elles soient, les convulsions de l’Histoire et de la nature ne sont jamais que des bornes élevées de loin en loin sur notre géographie intérieure. Le regard aigu de Catherine Laratte sait voir et retenir les instants à la fois anodins et troublants, fugaces et impérissables qui façonnent notre paysage intime.

J’aime beaucoup les haïkus de façon général. J’aime énormément cette forme de poésie qui capte le moment présent et nous permet de le savourer, à travers les mots. Souvent, cette poésie est belle, reposante, très imagée et elle se concentre sur de petits moments qui nous émerveillent. Le recueil de Catherine Laratte ne fait pas exception. C’est un très joli recueil qu’elle nous offre. Elle jette un regard d’une grande beauté sur les saisons, la faune, la flore, la nature, les fêtes, la neige, les feuilles et les paysages qui nous entourent.

« porte entrebâillée
sur un jardin de roses

ce léger grincement »

L’auteure a une belle plume élégante. Elle aborde dans sa poésie les fêtes, les saisons et utilise la faune et la flore pour parler de ces moments précieux. Ses mots sont rafraîchissants. La poésie est entrecoupée par quelques photos reproduites en couleur. Des photos de paysage et de nature, qui sont parfaitement dans le même esprit que les haïkus.

Une grande majorité du recueil donne une place importante à la nature et certains autres se déroulent un peu plus en ville. Il y a une belle délicatesse et une forme de douceur dans le texte qui est très agréable à lire.

Lire de la poésie c’est pouvoir projeter les images véhiculées par les mots de l’auteur. Ici, c’est vraiment le cas. Les mots sont tangibles, on ressent le passage des saisons, les détails du jardin, les festivités, la nuit.

« Zoo de Calgary
l’ours blanc hume
le vent du nord »

Si la poésie toute douce et délicate vous plaît, ce livre est une excellente façon de vous initier à ce genre littéraire. L’auteure nous offre une pause agréable. Je le relirai sûrement encore, à l’occasion.

Nu-pieds dans la rosée est un recueil qui inspire la détente, le plaisir d’observer la nature autour de nous et de savourer les mots qui trouvent un écho en nous-mêmes.

Nu-pieds dans la rosée, Catherine Laratte, éditions David, 88 pages, 2019

Mary, auteure de Frankenstein

Mary est une rêveuse. Le genre de fille à imaginer des choses qui n’ont jamais existé. Voici l’histoire de Mary Shelley et de la manière dont une écrivaine vient au monde et une légende est forgée.
Une histoire à vous glacer le sang, un château, une créature morte. Une découverte scientifique. Une nuit d’orage. Cette histoire raconte comment une jeune fille de dix-huit ans a tout réuni pour créer un des plus grands romans de tous les temps…

J’adore tout ce qui entoure l’univers de Mary Shelley et de Frankenstein. C’est d’ailleurs l’un des livres que je ne peux que conseiller, tant ce qu’on a l’impression qu’on en sait diffère largement du roman original. Frankenstein fait partie de ces figures mythiques du cinéma et de l’imaginaire qui ont marqué les esprits. Le roman de la jeune Mary Shelley est vraiment excellent. C’est un livre que j’ai lu plusieurs fois, toujours avec plaisir.

Il était donc tout naturel que je m’intéresse à cet album grand format de Júlia Sardà et Linda Bailey qui tente de percer un peu le mystère de Mary Shelley. Les auteures tentent de raconter son histoire rocambolesque qui fit d’elle une toute jeune fille, qui écrivit l’un des premier roman de science-fiction et dont le personnage est connu mondialement, encore aujourd’hui, même auprès des gens qui ne lisent pas.

Cet album magnifique aux couleurs sombres d’automne, est magistralement illustré. Il a un petit côté gothique que les adultes pourront grandement apprécier alors que les plus jeune (à partir de 9 ans) découvriront une nouvelle atmosphère littéraire et le destin d’une femme qui n’en faisait qu’à sa tête.

L’album raconte les événements qui ont marqué Mary Shelley, de sa première rencontre avec les histoires effrayantes, en passant par sa fuite avec celui qui deviendra son mari, le poète Percy B. Shelley. Puis, cette fameuse nuit de contes macabres chez Lord Byron, qui a donné naissance au roman Frankenstein. C’est l’une des histoires les plus intéressante de la littérature et de la création littéraire.

Cet album s’inspire naturellement de la biographie de Mary Shelley, mais s’attarde surtout sur la naissance d’une écrivaine et sur le processus de création. Comment une œuvre de l’ampleur de Frankenstein est apparue dans l’imaginaire de Mary?

« Éveillés ou endormis, les écrivains rêvent toujours à des histoires. »

Un album à découvrir, tant pour se rappeler de l’histoire de Mary Shelley que pour passer un beau moment avec toutes ces illustrations gothiques et puissantes, sur la naissance d’un mythe. À découvrir!

Mary, auteure de Frankenstein, Júlia Sardà et Linda Bailey, Éditions La Pastèque, 48 pages, 2019

Défi: Un hiver au chalet

Un défi pour accueillir l’hiver! Il existe plusieurs défis d’hiver. J’avais envie d’en faire un qui serait un peu plus à mon image, avec des références québécoises. Je veux aussi que ce soit un défi rassembleur, pour montrer que l’hiver, c’est beau, vivant, convivial, agréable et qu’il faut en profiter! Un peu de lumière en cette période difficile de confinement, de contraintes et de zone rouge en lien avec la COVID. Voici donc:

Défi: un hiver au chalet!
Lectures hivernales et ambiance enneigée pour profiter de l’hiver!
Du 21 décembre 2020 au 20 mars 2021
Sur Instagram: @unefilledanslebois (partages, capsules sur l’hiver, suggestions lecture, cinéma, citations, etc.)
mot-clic: #défiunhiverauchalet

Comment fonctionne le défi?
Il suffit de lire des livres dans les différentes catégories et de cocher des cases « ambiance » pour amasser des points. Le plus important : amuse-toi, fais des découvertes et profite de la saison hivernale!

Instagram
Utilise le mot-clic #défiunhiverauchalet pour partager tes lectures, mais aussi toutes tes publications en lien avec le défi : recettes, photos de chocolats chauds, belle ambiance, nature hivernale, promenade en forêt, jeux, neige, poèmes, dessins, activités, etc.

Ce défi est axé sur le partage et le plaisir de profiter de l’hiver. Amuse-toi!
J’espère que le défi te plaira. Plusieurs catégories font référence à des
expressions, des lieux, des poèmes, des chansons. Je posterai plusieurs
capsules pendant l’hiver pour en parler et présenter diverses choses en lien
avec l’hiver.

Voici tout d’abord la liste des catégories lecture. Vous pouvez participer à tout ou sélectionner les catégories qui vous plaisent:

2

Le Défi est en deux parties. La seconde est axée sur des activités hivernale. Voici les catégories. Comme pour les lectures, vous êtes libres de piocher au gré de vos envies ou de toutes les faire!

3

Et maintenant, le calcul des points! Comment savoir où vous en êtes?

  • Un livre lu pour une catégorie = 1 point
  • Une activité = 1 point

4

Si vous publiez sur Instagram, n’oubliez pas d’utiliser le mot-clic #défiunhiverauchalet et vous pouvez m’identifier afin que je partage votre publication: @unefilledanslebois 

Si vous participez via votre blogue, vous pouvez venir déposer votre lien en commentaire sur ce billet. J’ai très hâte de vous lire!

Je vous invite à télécharger le document Défi_ Un hiver au chalet – si vous souhaitez l’imprimer ou l’avoir sous la main. 

Soyez nombreux! Cette année, on veut faire briller cet hiver pas comme les autres, malgré tout, pour que cette période soit un peu plus douce pour chacun d’entre nous.

Bon défi et surtout, un très bel hiver à toi!

Clinton Road

New Jersey, 1978. Tous les matins, John, ranger du comté de Passaic, fait la route entre sa maison et le bar de son ami Sam afin de prendre un café et de bavarder avant sa journée de travail. Rien qui ne puisse sembler étrange jusque-là. Sauf que la Clinton Road – 15km d’asphalte où il patrouille quotidiennement – s’avère être la route la plus hantée des États-Unis : disparitions inquiétantes, phénomènes paranormaux… C’est aussi sur cette route maudite que son fils unique, Benjamin, a été vu pour la dernière fois avant de disparaître. Mais John, incapable de faire son deuil, se réfugie dans une réalité déformée dans laquelle ses fantasmes semblent prendre le pas sur la réalité…

Ce qui frappe le plus en ouvrant cette bande dessinée, ce sont les dessins. Ils sont absolument magnifiques, détaillés, de type aquarelle, ce qui crée instantanément une atmosphère aussi intrigante qu’inquiétante. 

Clinton Road est une bd très spéciale. Nous suivons John, un ranger, qui patrouille quotidiennement la Clinton Road, une route qui s’avère être la plus hantée des Etats-Unis. C’est aussi sur cette route que son propre fils a disparu… Le dessin crée vraiment une atmosphère particulière, comme si on flottait constamment dans une sorte de brouillard. C’est ce qui rend l’expérience de lecture particulièrement intéressante.

L’histoire débute et se termine par des articles de journaux faisant état de disparitions, de bêtes inquiétantes, de fantômes. Des « extraits » du New Jersey Journal datant de 1989 rapportent de curieux incidents et témoignages sur la « route la plus hantée des États-Unis ».

La bande dessinée s’ouvre sur une citation de Stephen King particulièrement appropriée et qui prend tout son sens à la lecture de cette histoire:

« Les monstres sont réels, les fantômes aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent. »

Vient ensuite l’histoire de John, que l’on suit sur les routes, au bar et pendant son enquête sur d’étranges événements qui surviennent dans le coin. Il sillonne la Clinton Road pour tenter de comprendre d’où viennent ces étranges disparitions d’animaux qui sont signalées.

Comme John est souvent sur la route, l’auteur en profite pour partager quelques extraits de chansons que le personnage écoute à la radio. On peut accompagner sa lecture de ces chansons si on le souhaite pour plus d’ambiance. Elles donnent un petit air vieillot à la trame de l’histoire. Avec elles, on imagine aisément John dans son vieux camion, se promener sur la Clinton Road. John cherche des indices et il a toujours un carnet pour noter ses idées et griffonner quelques dessins. Il parle aussi à un vieil ermite pour tenter d’étayer ses impressions. 

Il est aussi beaucoup question, en images surtout, de Moby Dick, livre lu par le fils de John. On retrouve de petits fragments d’illustrations en lien avec ce roman, à travers l’histoire et les événements qui nous font découvrir John sous un nouveau jour. 

« La flamme est comme une âme qui se débat… Elle fait tout pour s’élever vers le ciel… mais elle est enchaînée au sol ».

Avec Clinton Road nous ne sommes toutefois pas dans une histoire classique d’hantise. C’est une histoire qui s’avère plus profonde et plus poignante qu’elle n’en a l’air, tout en nous offrant une ambiance très fantomatique. Je l’ai lu juste un peu avant l’Halloween et c’était particulièrement propice à cette époque de l’année. Novembre et ses journées froides et grises est aussi tout indiqué pour se plonger dans cette bande dessinée. 

J’ai beaucoup aimé Clinton Road et si vous appréciez ce genre d’histoire où l’atmosphère est partie prenante de l’intrigue, je ne peux que vous conseiller cette lecture. D’autant plus que visuellement, cette bd est tout simplement magnifique et parfaitement inquiétante. J’adore particulièrement le coup de crayon de l’auteur. Pour créer de l’ambiance, il y réussit haut la main!

Clinton Road, Vincenzo Balzano, éditions Ankama, 144 pages, 2020