Lettres à Fanny

Longtemps hésitant entre la médecine et la poésie, John Keats n’avait guère eu qu’ironie et méfiance pour les choses du sentiment lorsqu’il s’éprit de Fanny Brawne, la fille de ses nouveaux voisins de Hampstead. De cette liaison difficile, il nous reste trente-sept lettres rédigées au cours des deux dernières années de la vie de l’écrivain, juste avant et pendant la maladie qui devait l’emporter en 1821 à l’âge de vingt-cinq ans. Dans ce qui fut pour Keats un temps d’assombrissement et d’amertume, l’amour devient à la fois révélation et désastre ; le poète trouve dans sa passion la réalisation possible d’un idéal de beauté qui le hantait. C’est-à-dire que l’amour, chez Keats, est autant le double que la limite de la poésie, et c’est pourquoi l’on retrouve dans la trajectoire brisée de cette correspondance, l’une des plus célèbres de la langue anglaise, le goût et l’exigence de l’impossible qui habitèrent toute son œuvre.

Lettres à Fanny est un livre que nous avions à la maison et qui m’attirait beaucoup, peut-être parce que j’adore la poésie et que je ne connaissais pas vraiment Keats. Des lettres, c’est une bonne façon de découvrir l’homme avant de découvrir son œuvre. C’est un recueil qui m’a beaucoup surpris. Je n’étais pas certain d’apprécier ce genre de lecture mais j’ai vraiment aimé. Le poète John Keats, considéré par plusieurs comme le plus grand poète romantique anglais, était tout un personnage, quelqu’un d’assez particulier qu’on découvre à travers les lettres qu’il écrit à celle qu’il aimait.

Le recueil contient 37 lettres. Les lettres, pour l’époque, sont très agréables à lire et très accessibles. J’ai beaucoup apprécié cet aspect. Il contient essentiellement les lettres qu’envoyait John Keats à Fanny Brawne. Les deux étaient fous amoureux, mais se sont finalement peu vus durant la courte vie du poète. Il aurait été intéressant de voir la correspondance entière, avec les réponses de Fanny. Toutefois, John Keats a détruit les lettres qu’il avait reçues avant sa mort. Ce n’est qu’au décès de Fanny que les lettres sont rendues publiques et que l’on découvre leurs fiançailles. Les lettres, à l’époque avaient beaucoup choqué, les gens ne comprenaient pas qu’elles soient publiées. Avec nos yeux d’aujourd’hui, rien ne nous apparaît scandaleux. 

« Il ne m’a pas fallu une éternité, croyez-moi, pour vous laisser prendre possession de moi; dès la toute première semaine où je vous connus, je me déclarai votre vassal dans une lettre que je brûlai, car, lorsque je vous revis, il me sembla que vous manifestiez une certaine antipathie pour moi. Si homme devait jamais susciter en vous un coup de foudre tel que celui que j’ai ressenti pour vous, c’en est fini de moi. »

Fanny et John ont souvent été loin l’un de l’autre même s’ils étaient fiancés. La préface nous parle un peu de Keats, afin qu’on puisse apprendre à connaître le personnage, de quelle façon sa relation avec Fanny a commencé et qui était celle qui a fait battre son cœur. Suivent ensuite les Lettres à Fanny, écrites entre 1819 et 1820. On retrouve également quelques lettres écrites par Keats à la mère de Fanny qu’il appréciait. Toutes ces lettres nous permettent de connaître l’histoire entre John et Fanny, leur amour souvent vécu à distance et la maladie qui a contrecarré leurs projets.

Les deux étaient très amoureux, mais Keats étant paradoxalement assez possessif et jaloux, tout en ayant un grand besoin de solitude. Il a peu de confiance en lui, c’est quelqu’un de très négatif. On le voit régulièrement à travers les lettres. Keats était pauvre et n’avait que peu d’argent. Il n’a pas eu une enfance facile. Né pauvre, sans argent, il est placé en apprentissage auprès d’un apothicaire à 15 ans. À 20 ans il décide de se tourner vers la poésie. Il travaille comme poète et produit des textes pour son éditeur. On découvre un peu la façon dont ce travail fonctionnait. Il vivait alors à l’écart, avec d’autres écrivains.

« Keats avait jusque-là peu approché les femmes, d’abord parce que les circonstances familiales ne le lui permettaient guère. Orphelin, une succession opaque et un tuteur peu scrupuleux l’avaient laissé sans le sou, si bien qu’il ne pouvait, faute d’une situation fixe, songer au mariage; cette absence d’horizons pesa lourdement sur sa liaison avec Fanny. »

Keats et Fanny se fiancent. Ils aimeraient se marier, mais sans argent c’est difficile. Puis Keats tombe gravement malade. Il se fait la promesse de la retrouver quand il sortirait de l’hôpital, ce qui ne s’est jamais fait. Keats lui rend sa parole quand il tombe malade, dégageant Fanny de tout engagement, ce qu’elle refuse de faire. À travers les lettres, souvent belles, parfois touchantes, on imagine ce qu’a pu être leur relation, l’amour qu’ils partageaient.

Dans la seconde partie des lettres, Keats est très malade et il essaie de ménager ce qu’il écrit à Fanny. Il sent la mort qui arrive. Il déplore déjà sa trop courte vie et de ne pas avoir eu le temps d’écrire plus de poésie et de meilleurs textes. Il a l’impression que son nom ne marquera personne, que sa poésie mourra avec lui. C’est loin des siens que le poète a finalement rendu l’âme. Keats est décédé à l’âge de 25 ans.

« Qu’on me laisse seulement l’occasion de vivre quelques années de plus et on se souviendra de moi quand je mourrai. »

Pourtant, une partie de lui vit toujours aujourd’hui à travers ses lettres et à travers sa poésie. Il est toujours beau de penser qu’un poète qui croyait ses mots si peu immortels, soit toujours lu aujourd’hui et que ses lettres ont voyagé jusqu’ici, en 2021.

Cette lecture m’a naturellement donné envie de lire la poésie de Keats. J’ai d’ailleurs un recueil dans ma pile à lire, qui m’attend. Je compte bien aussi regarder le film de Jane Campion qui aborde la relation entre John et Fanny. Ces lettres ont été une très belle lecture et elles m’ont permis de faire un premier pas dans l’univers du poète.

Lettres à Fanny, John Keats, éditions Rivages, 160 pages, 2010

Heartstopper t.3: Un voyage à Paris

Ceci est l’histoire de deux lycéens. Amis, puis petits amis, ils apprennent ensemble à affronter le regard des autres. Depuis que Nick a fait son coming out auprès de sa mère, Charlie et lui tentent de plus en plus de s’affirmer en tant que couple. Mais entre les cours et les examens, ils peinent à trouver le temps de se voir. Heureusement, le voyage scolaire arrive à grands pas ! Et quoi de mieux qu’une excursion à Paris pour se retrouver entre amoureux ?

Après avoir fait la rencontre de Charlie et Nick dans les deux premiers tomes de la série, nous les retrouvons ici à l’aube d’un voyage scolaire. Nick a annoncé son amour pour Charlie à sa mère et il essaie de trouver sa place auprès de celui qu’il aime, au quotidien. Si certaines personnes le soutiennent, comme par exemple son entraîneuse, qui lui raconte son histoire personnelle et lui dit de ne pas hésiter à venir la voir s’il y a quoique ce soit, Nick a beaucoup de difficulté à être en couple en société. 

L’arrivée du frère de Nick, de retour à la maison, complique un peu les choses. Nick et Charlie choisissent doucement les gens dans leur entourage à qui ils sentent qu’ils peuvent faire confiance, afin de pouvoir être eux-mêmes avec eux. Ils sont tout de même bien entourés et la transition se fait tranquillement. 

Ce troisième tome, même s’il baigne aussi dans la douceur, aborde tout de même des thèmes difficiles. C’est l’occasion pour l’auteure de parler des difficultés d’être soi-même, des séquelles relatives à l’intimidation ou à l’homophobie. Il y est également question de troubles alimentaires et de scarification. Pourtant, tout semble aller bien. Mais les blessures, parfois, ne sont pas toujours visibles au premier coup d’œil…

C’est donc à une histoire douce-amère que nous convie ce troisième tome de Hearstopper. Je l’ai bien aimé, mais ce n’est pas mon préféré. Je l’ai trouvé un peu plus triste que les autres. L’auteure parle beaucoup de santé mentale dans ses écrits. L’histoire de Charlie et ce qu’il vit est assez touchante et me fait un peu peur pour la suite de cette histoire. Il y a quelque chose d’un peu mélancolique dans l’ambiance de ce troisième tome. On sent que Charlie a beaucoup de tourments même s’il n’en laisse pas paraître grand chose. L’ensemble reste léger, malgré tout et le voyage à Paris est l’occasion pour les deux amoureux de placer un peu plus leurs marques au sein de leur groupe d’amis. C’est aussi un moment de plaisir, en voyage. À petits pas, ils avancent, même si on sent que derrière, il y a certaines souffrances. 

Ce troisième tome est complété par des petits bonus, soit des plans de la chambre de Nick et de celle de Charlie, des fiches de personnages, des extraits de comptes Instagram et de journaux intimes, ainsi qu’une mini BD qui raconte l’histoire de Tao et Ella, deux personnages secondaires de la série. 

À noter que le quatrième tome vient tout juste de paraître. J’ai bien hâte de le découvrir! 

Mon avis sur les deux autres tomes de la série:

Heartstopper t.3: Un voyage à Paris, Alice Oseman, éditions Hachette, 320 pages, 2020

L’oiseau moqueur

« Pas de questions, détends-toi ». C’est le nouveau mot d’ordre des humains, obsédés par leur confort individuel et leur tranquillité d’esprit, déchargés de tout travail par les robots. Livres, films et sentiments sont interdits depuis des générations. Hommes et femmes se laissent ainsi vivre en ingurgitant les tranquillisants fournis par le gouvernement. Jusqu’au jour où Paul, jeune homme solitaire, apprend à lire grâce à un vieil enregistrement. Désorienté, il contacte le plus sophistiqué des robots jamais conçus : Spofforth, qui dirige le monde depuis l’université de New York. Le robot se servira-t-il de cette découverte pour aider l’humanité ou la perdre définitivement ?

J’ai dévoré très rapidement le roman dystopique de Walter Tevis, que j’ai trouvé vraiment intéressant sur plusieurs aspects. Dans cet univers, le monde est régi par des robots. Créés il y a des années, il existe différentes classes de robots. Spofforth fait partie de la classe 9. Il ressemble à un humain et a le contrôle de toute la ville. Les humains eux, sont gavés de pilules afin de ne pas se poser de questions et rester toujours « heureux ». Les enfants et les jeunes n’existent plus. La nourriture est conditionnée, protéinée. Les vrais repas tels qu’on les connaît ont disparu. La famille est chose du passé, de même que la vie de couple. C’est d’ailleurs un crime que de cohabiter avec une autre personne. Les contacts humains n’existent plus, l’indépendance et l’intimité étant la priorité absolue. Personne ne sait lire et les livres servent à isoler les murs. Jusqu’à ce que Paul contacte le doyen de l’université avec une demande inédite: celle d’apprendre à lire aux autres. Car Paul est l’un des seuls qui sait lire, dans une société où la lecture est devenue criminelle.

« La lecture est trop intime. Elle conduit les humains à s’intéresser de trop près aux sentiments et aux idées des autres. Elle ne peut que vous troubler et vous embrouiller l’esprit. »

Paul est le personnage central du livre, avec Mary Lou, le femme qu’il rencontrera dans un zoo, et le robot Spofforth. Leurs destins sont intimement liés. Sans dévoiler l’intrigue, car il se passe énormément de choses à partir du moment où Paul se présente à l’université avec l’idée d’apprendre aux gens à lire, le roman passe par plusieurs étapes qui permettent à Paul de se remettre en question. L’idée d’engloutir des pilules pour « s’engourdir » ne lui plaît plus, surtout après avoir vécu pour la première fois des émotions reliées à l’amour d’une autre personne, à l’idée de former un couple avec celle qu’il aime, à la lecture d’œuvres qui lui donnent un aperçu de ce qu’a pu être la vie des gens qui l’ont précédé. Quand le monde était « normal » et humain. Les aventures que vit Paul et sa découverte de choses qu’il n’avait jamais expérimenté avant, le changeront forcément pour toujours.

« Rien dans mon éducation, cette éducation imbécile et prônant la haine de toute vie véritable, ne m’avait préparé à ce que j’allais entreprendre. »

Ce roman est vraiment captivant. On le compare à Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, l’un de mes romans préférés. Même si les deux font de la lecture un acte criminel, L’oiseau moqueur aborde la société du futur dans son ensemble. L’acte criminel ne se limite plus aux livres, mais à l’identité et aux particularités qui font de nous des êtres humains. Ce que notre monde est devenu donne le frisson. L’amour, les émotions, le fait de réfléchir et de penser par soi-même n’existent plus.

« Une société hantée par la mort mais qui n’était pas assez vivante pour le savoir. »

Quand Paul y goûte à travers les livres qu’il découvre et son amour pour Mary Lou, il ne veut plus de cette vie complètement conditionnée. On peut s’amuser à faire la comparaison avec le roman de Bradbury, puisque même l’éditeur en fait mention sur sa quatrième de couverture. Cependant, chez Tevis, tout ne tourne pas qu’autour des livres, même si le salut de l’homme passe forcément par la lecture et, dans un aspect plus vaste, par la culture, dont en découle l’ouverture de l’esprit (et de l’âme).

« Je ne voulais plus imposer le silence à mon esprit, ni l’utiliser comme un simple catalyseur de plaisir. Je voulais lire, je voulais penser et je voulais parler. »

L’oiseau moqueur est un roman sur le droit de réfléchir par soi-même, d’apprendre, d’être imparfait, émotif, mais aussi sur le droit d’aimer. C’est une histoire sur le besoin inné de l’homme d’être entouré de ses semblables, chose qui n’existe plus dans le monde créé par William Tevis. C’est une histoire de liberté.

Un roman superbe, fascinant, terrifiant et beau à la fois. J’ai adoré!

L’oiseau moqueur, Walter Tevis, éditions Gallmeister, 336 pages, 2021

Heartstopper t.2: Un secret

Voici l’histoire de deux lycéens. Deux amis qui ont appris à se connaître, à s’apprécier. Puis un baiser a tout fait basculer. Un baiser et Nick a paniqué.
Il aime Charlie. Il veut être avec lui. Mais est-il prêt à affronter le regard des autres ? Cette question, il ne peut la résoudre seul. Heureusement, Charlie est à ses côtés. Et, ensemble, main dans la main, ils vont avancer.

Voici le second tome de la série Heartstopper. J’avais adoré le premier tome, dont j’avais trouvé l’atmosphère douce et bienveillante particulièrement belle. L’histoire de Charlie et Nick est empreinte de douceur même si les sujets qui sont abordés ne sont pas toujours faciles. Je crois que c’est la façon dont l’auteur amène ses personnages, le développement de leur relation et les beaux moments qu’ils passent ensemble qui font de ce roman graphique un petit plaisir de lecture. 

Ce second tome s’ouvre sur le malentendu qui terminait le premier tome. Charlie est dans son lit, torturé par ce qui s’est passé entre lui et Nick, alors qu’il s’est senti idiot et délaissé. Nick ne dort pas non plus. Il n’arrive pas à écrire à Charlie et à lui expliquer comment il s’est senti. La meilleure façon de régler tout cela: en personne. Et ensemble.

Nick est en pleine crise identitaire. Ce qu’il ressent le tourmente même si ça le rend heureux. Il doit faire taire la petite voix dans sa tête au profit de ce que ressent son cœur. Ce qui est beaucoup plus facile à dire qu’à mettre en pratique, surtout qu’il appréhende les réactions de son entourage. 

Malgré tout, la relation entre Charlie et Nick avance et évolue, dans le secret. Ils restent discrets, du moins ils le pensent. Nick ne sait pas encore clairement ce qu’il veut même si au contact de Charlie on dirait qu’il pétille. Il a beaucoup de chemin à faire, mais a envie de se rapprocher de Charlie et de son univers. Rencontrer ses amis est peut-être le premier pas à franchir.

Entre les premières fois qui sont par moments empreintes de timidité et les beaux moments qui bouleversent un peu le cœur, Nick et Charlie tentent de construire quelque chose qui leur est propre et qui leur ressemble, un petit pas à la fois. 

Toujours beau et agréable à lire, ce second tome de l’histoire de Nick et Charlie est réconfortant, tout comme le premier. On voit leur relation changer et évoluer. Charlie est heureux d’aimer quelqu’un qui l’aime réellement en retour et Nick apprend à faire des choix pour lui-même, même s’il ne s’y prend pas toujours de la meilleure façon. Leur histoire est belle et touchante. Les dessins, toujours si simples, véhiculent pourtant beaucoup d’émotions. 

Heartstopper est mon petit plaisir graphique que j’ai toujours beaucoup de plaisir à retrouver. Cette histoire en est une d’amour, de courage et d’identité. Une belle lecture!

Le roman graphique est complété par quelques petits plus en fin de volume. On y retrouve des portraits des personnages, des extraits du journal intime de Charlie ainsi qu’une mini BD sur l’histoire de Tara et Darcy, des personnages secondaires de Heartstopper. 

Mon avis sur le tome 1.

Heartstopper t.2: Un secret, Alice Oseman, éditions Hachette, 320 pages, 2020

Sauvagines

Sur les terres de la Couronne du Haut-Kamouraska, là où plane le silence des coupes à blanc, des disparus, les braconniers dominent la chaîne alimentaire. Mais dans leurs pattes, il y Raphaëlle, Lionel et Anouk, qui partagent le territoire des coyotes, ours, lynx et orignaux, qui veillent sur les eaux claires de la rivière aux Perles. Et qui ne se laisseront pas prendre en chasse sans montrer les dents.

J’avais bien aimé Encabanée, le premier livre de l’auteure. Il était cependant très court et la lecture était passée un peu trop vite à mon goût. Il avait aussi quelques petits défauts d’un premier roman, mais j’étais ravie de cette lecture puisque ce genre de livre est assez rare dans le paysage littéraire québécois. J’avais donc très hâte de retrouver Gabrielle Filteau-Chiba et cette seconde lecture a été vraiment excellente. J’ai adoré ce roman.

Dans Encabanée, on suivait Anouk qui s’était exilée dans une cabane dans le bois. Ici, on suit Raphaëlle, une agente de protection de la faune désabusée par son travail. Elle a l’impression que son rôle consiste beaucoup plus à protéger l’économie et les récalcitrants, que la faune de nos forêts. Il faut dire que ses ressources sont assez minces, que le territoire est grand et que les lois ne sont pas forcément conçues pour protéger réellement la faune.

« Mon rôle est entre autres de protéger la forêt boréale des friands de fourrure qui trappent sans foi ni loi, non pas comme un ermite piégeant par légitime subsistance dans sa lointaine forêt, non pas comme les Premiers Peuples par transmission rituelle de savoirs millénaires, mais par appât du gain, au détriment de tout l’équilibre des écosystèmes. »

Raphaëlle vit sur le site d’une vieille érablière abandonnée, proche de la nature. Elle se promène avec la photo de son arrière-grand-mère autochtone dans son camion, une femme qui la fascine et l’intrigue. Elle côtoie les animaux de près, dont une ourse qui se promène sur son terrain. Le livre débute alors qu’elle adopte un animal, mi-chien, mi-coyote, qui sera sa compagne de tous les instants. Sa route croise alors celle d’un braconnier assoiffé de sang, protégé par le silence de ceux qui vivent près de lui. C’est un petit monde, personne ne veut faire de vagues. Quand Raphaëlle découvre qu’il ne traque pas seulement les coyotes et qu’il l’observe, en plus de s’immiscer chez elle, elle ne peut pas se laisser faire.

En parallèle, Raphaëlle découvre le journal qu’une femme, Anouk, a oublié à la laverie. Le carnet s’intitule « Encabanée ». J’ai adoré le recoupement entre les deux romans de l’auteur par l’entremise de ce journal fictif qui fait le pont entre les deux histoires. On découvre alors une nouvelle facette d’Anouk, le personnage du premier livre, et une belle histoire entre elle et Raphaëlle. C’est aussi pour le lecteur l’occasion de faire la rencontre d’un personnage doux et gentil, Lionel, qui fait office de figure paternelle pour Raphaëlle. J’ai vraiment aimé ce beau personnage, droit et ayant soif de justice pour ceux qu’il aime.

« Lionel le solide, le bon vivant, le généreux. Tout ce qu’on espère d’un papa. L’incarnation de l’homme des bois de tous les combats. Celui qui connaît l’âge des arbres, associe le nom des oiseaux à leur chant. Celui qui réconforte ma petite fille intérieure par sa seule présence ici. Quiconque voudrait m’atteindre devra d’abord lui passer sur le corps. »

L’écriture de Gabrielle Filtrau-Chiba est vraiment très belle. Ça se lit comme du bonbon, c’est poétique, militant sans être moralisateur, c’est un livre qui sent le bois d’épinette et l’eau de la rivière, dans lequel on plonge avec un immense plaisir! Si Encabanée était un tout petit livre, Sauvagines est beaucoup plus consistant et le troisième qui m’attends dans ma pile, Bivouac, est encore plus gros. J’ai vraiment hâte de le lire. En retrouvant Gabrielle Filteau-Chiba, ça m’a rappelé à quel point elle a une belle plume. Et surtout, que le roman « long » lui va bien. Elle a le style et le sens de l’histoire pour cela je trouve. 

« Je suis convaincu, moi, que pour défendre le territoire, il faut l’habiter, l’occuper. »

Dans Sauvagines, on retrouve cette fois encore de jolies illustrations, comme dans le premier livre. C’est vraiment agréable tout au long de la lecture. J’ai adoré aussi la signification magnifique du titre qu’on découvre au fil des pages. L’image de ce qu’il représente est très forte. 

Sauvagines est un hommage à la forêt et aux animaux, un plaidoyer pour l’utilisation responsable des ressources et d’une meilleure justice. Une excellente lecture! Une auteure à découvrir et à surveiller, que de mon côté j’apprécie de plus en plus au fil de mes lectures. 

Sauvagines, Gabrielle Filteau-Chiba, éditions XYZ, 320 pages, 2019