Catamount t.1: la jeunesse de Catamount

Catamount 1En pleine conquête de l’Ouest, la famille Osborne recueille un nouveau né, seul survivant d’une caravane de colons massacrés par les Cheyennes. L’enfant s’appellera Catamount. Des années plus tard, Catamount est devenu un cavalier et un tireur hors pair grâce à la formation d’un vieux trappeur « Pad l’efflanqué »… Mais son destin va basculer lorsque son chemin croisera celui de Black possum, le chef cheyenne coupable du massacre de ses parents.

Catamount est une bande dessinée librement adaptée de l’oeuvre d’Albert Bonneau. Catamount signifie « chat sauvage ». Il s’agit en fait d’un cougar communément appelé « lion des montagnes ». J’ai lu que l’auteur avait emprunté le terme à Fenimore Cooper dans Le dernier des Mohicans. On a donc tout de suite une petite idée du genre de bande dessinée que l’on s’apprête à lire en ouvrant La jeunesse de Catamount.

Je dois l’avouer, ce premier tome d’une série a été une belle surprise! Je m’attendais à aimer Catamount, mais pas à ce point. Déjà, le dessin est sublime. Soigné, détaillé, des couleurs dominent certaines parties de l’histoire pour marquer un peu plus intensément l’action qui s’y déroule. On entre tout de suite dans l’époque, soit en 1870, quelque part entre le Colorado et le Nebraska, alors que fait rage la guerre entre les Blancs et les Amérindiens.

On suit la vie d’une famille qui tente sa chance dans de nouvelles terres riches de promesses, qui doit affronter les attaques d’Indiens et se battre pour survivre. C’est aussi l’histoire d’une vengeance, celle de Black Possum, un « peau-rouge » qui s’en prend à la famille de Catamount. Le jeune homme, qui a grandit depuis le début de l’histoire, en fera une affaire personnelle…

La jeunesse de Catamount nous entraîne dans un véritable western, rempli d’action. On découvre dans ce premier tome la jeunesse et l’enfance de Catamount, la façon dont il a été découvert par ses parents adoptifs et la tragique histoire de sa famille. Nous avons aussi un bel aperçu de l’homme qu’il deviendra.

Cette BD est vraiment passionnante! C’est un travail minutieux qu’a fait Benjamin Blasco-Martinez avec l’oeuvre d’Albert Bonneau. Il n’y a pas de temps mort, il y a beaucoup d’action et le dessin est magnifique.

Une bande dessinée à découvrir si vous aimez les histoires de l’Ouest et les westerns. L’histoire de Catamount est aussi intéressante que le dessin est beau. Un premier tome qui promet pour la suite. À lire!

Catamount t.1: la jeunesse de Catamount, Benjamin Blasco-Martinez & Albert Bonneau, éditions Petit à petit, 64 pages, 2017

Publicités

Moby Dick, livre premier et livre second (BD)

Moby dick BD livre premier et livre secondL’adaptation magistrale d’un classique de la littérature américaine. Des campagnes de pêche de plus de trois ans, les dangers de l’océan, la chasse elle-même où, armés de simples lances et harpons à bord de légères chaloupes, les marins s’exposent aux réactions redoutables et aux assauts furieux de cachalots de plus de soixante tonnes. En plus de la chasse, le travail harassant de remorquage, de dépeçage et de fonte du lard afin d’en extraire la précieuse huile ; souvent trois jours d’efforts continus sans le moindre repos… Les conditions de vie extrêmes de ces hommes, les dangers quotidiens où les matelots exorcisent leur peur en la muant en rage à l’encontre des cétacés qu’ils massacrent. Rage sournoisement attisée par cette folie de vengeance aveugle et obsessionnelle du capitaine Achab envers Moby Dick, le cachalot blanc qui lui a arraché la jambe par le passé.

Après avoir lu le roman de Melville, j’ai eu envie de voir comment serait son adaptation en bandes dessinées. Je me suis d’abord penchée sur celle de Jouvray et Alary, que j’ai bien aimé. Puis sur celle-ci.

J’apprécie beaucoup le travail de Chabouté qui va toujours chercher une part de noirceur dans l’histoire pour la transmettre avec brio à travers ses illustrations. Cette BD n’y fait pas exception. Je n’ai pas tout lu de cet auteur, mais ce que j’en ai lu m’a plu. Il a un talent certain pour mettre le doigt sur les détails qui sont importants et qui font la différence, qu’il s’agisse d’une adaptation ou d’une oeuvre originale.

Le dessin de Chabouté est en noir et blanc, très approprié pour le texte de Melville. Il lui donne tout de suite un aspect un peu plus sombre, plus inquiétant, comme le sont certains passages du roman. Il nous avise tout de suite de rester sur nos gardes, car quelque chose va se produire. C’est ce que j’aime chez cet auteur. Ici, il transmet à merveille le côté sombre qu’on peut, par moments, retrouver dans Moby Dick.

Ce choix permet de présenter les personnages d’une manière différente, où ils sont beaucoup plus expressifs. On sent facilement leurs émotions, le dégoût, la haine, le désir de vengeance, la peur.

Divisé en chapitres, qui reprennent des bouts de texte du roman, l’auteur pose le cadre de l’histoire à venir et l’atmosphère. On retrouve les infimes détails des romans quant aux scènes clés du livre, avec plus de longueurs que la BD de Jouvray et Alary. Le roman est long (pour moi, ce n’est pas un défaut) et par ce choix, l’adaptation de Chabouté se rapproche bien plus du roman de Melville. Les personnages y sont plus détaillés et plus fidèlement représentés.

J’ai trouvé cette adaptation très intéressante, fidèle au livre de Melville, mais sans n’en être qu’un pâle résumé. C’est une histoire à part entière, prenante, portée par le souffle qui caractérise habituellement les livres de Chabouté que j’ai pu lire jusqu’à maintenant.
La façon dont l’auteur manie le texte original, terminant le second livre par la célèbre phrase qui débute le roman, est brillant. C’est une adaptation à la fois fidèle et originale. Elle m’a beaucoup plu.

Sans doute une adaptation en BD presque parfaite. On y retrouve toute l’essence du roman de Melville. Comme elle tient sur deux livre, ce choix permet à l’auteur plus de latitude et offre une impression de lecture plus proche de l’œuvre originale.

À conseiller!

Moby Dick, livre premier, Christophe Chabouté, éditions Vents d’Ouest, 120 pages, 2014

Moby Dick, livre second, Christophe Chabouté, éditions Vents d’Ouest, 136 pages, 2014

Moby Dick (BD)

Moby Dick BD« Les grandes écluses du monde des merveilles s’ouvraient devant moi, et, dans les folles imaginations qui me faisaient pencher vers mon désir, deux par deux entraient en flottant dans le secret de mon âme des processions sans fin de baleines avec, au milieu, le grand fantôme blanc de l’une d’elles, pareil à une colline de neige dans le ciel. » – Herman Melville

C’est d’abord la magnifique couverture qui m’a attirée vers cette bande dessinée et le fait qu’il s’agit d’une adaptation du roman de Herman Melville. J’étais plutôt curieuse de voir comment on pouvait adapter en bande dessinée un monument littéraire comme Moby Dick.

Avec cette bd de plus de 120 pages, Jouvray et Alary nous offre une vision de l’oeuvre de Melville plutôt juste par rapport au roman. Les grandes lignes et les points tournant dans le roman y sont. Ce qui m’a plu, c’est que les premières pages abordent l’histoire par la fin. C’est une façon intéressante de la raconter, alors que contrairement au roman, on sait ici tout de suite ce qui est arrivé à Ishmaël. En partie du moins.

Si le dessin de la page couverture est magnifique, l’intérieur n’en est pas moins intéressant. Le trait de crayon donne tout de suite le ton à cette histoire, où l’on s’attend à plusieurs péripéties. Je dirais que l’histoire est plutôt fidèle à l’originale, très fidèle même, en résumant parfaitement le roman. Toutefois, les événements s’enchaînent assez vite. Comme il s’agit d’une adaptation, j’imagine bien que les auteurs ont fait ce choix, d’axer le récit sur les moments où l’action est plus présente. Ceux qui ont apprécié les détails du roman sur les baleines, la chasse et la vie marine seront déçus. On ne les retrouve pas ici. Mais plus de pages pour une bd auraient peut-être été trop. Cependant, c’est ce côté, sans doute, qui plaira un peu moins aux puristes, alors que ceux qui se sont ennuyés pendant ces passages devraient aimer l’adaptation. Moi, j’ai beaucoup aimé cette lecture, même si j’ai adoré le roman. Elle m’a donné l’impression de replonger dans l’histoire de Melville, cette fois en ayant des images de baleinier, de chasse et de bateau.

La bande dessinée est construite en trois chapitres, qui abordent chacun des moments clés de l’histoire. La première page de chaque chapitre se voit attribuée des couleurs allant crescendo, jusqu’au dernier chapitre, orangé et rouge sang, qui rappelle la chasse à la baleine. J’aime également beaucoup la fin de la bd. Pas qu’elle diffère du roman, mais la façon de transposer l’histoire est un peu différente et ça m’a plu.

Je trouve qu’il faut un certain courage pour oser s’attaquer à un classique du genre et j’ai trouvé l’exercice plutôt réussit dans le cas de cette bande dessinée. Les moments clés y sont et les caractéristiques des personnages également.

Une autre adaptation en bande dessinée m’attend dans ma pile. Je trouve intéressant, après avoir lu le chef-d’oeuvre de Melville, de comparer les différentes adaptations qui ont ensuite été faites. C’est une belle façon de poursuivre l’aventure du Pequod, un baleinier que je ne suis pas encore prête à laisser partir.

Moby Dick, librement adapté du roman de Herman Melville, Olivier Jouvray, Pierre Alary, Éditions Soleil, 122 pages, 2014