Mort et déterré t.1: Un cadavre en cavale

mort et déterré 1Dernier jour d’école. Un coup de couteau. Un adolescent assassiné. Une famille ravagée par le deuil. Six pieds sous terre, un macchabée se retourne dans sa tombe. Une évasion inattendue. Un cadavre en cavale. Un zombie en liberté. Pas facile d’être un mort-vivant par les temps qui courent !

Les livres qui parlent de la mort – surtout quand ils sont humoristiques – sont toujours intéressants car ils tentent d’aborder un aspect de la vie que personne ne connaît réellement: ce qui se passe après.

Mort et déterré aborde le sujet à travers l’histoire d’un adolescent qui trouve la mort dans des circonstances malheureuses et imprévues. Aîné d’une famille de trois enfants, bientôt quatre car sa mère attend un bébé, Yan est un adolescent comme les autres. C’est un garçon gentil et serviable, un personnage attachant. Victime d’un crime, il se retrouve six pieds sous terre. Pour une raison qu’il ignore, il reprend conscience. Et il s’ennuie. Il décide alors de jouer du clairon, puisqu’il a été enterré avec son instrument, et c’est là que toute son existence (ou plutôt sa mort) est chamboulée. Un an après son décès, Yan revient d’entre les morts à la terreur des passants et à l’enthousiasme de ses amis.

Cette bande dessinée qui peut être lue avec plaisir autant par des jeunes que par des adultes, aborde de façon humoristique la mort, le deuil, les souvenirs reliées à la personne décédée que l’on aimait. Les auteurs ont su apporter une dose de légèreté et d’humour en faisant de Yan une sorte de mort-vivant. Il y a des moments plus émouvants, lorsque la famille et les amis rendent hommage au garçon, puis des moments assez loufoques alors que du fond de sa tombe, Yan allume la lumière de sa montre pour constater les lieux autour de lui…

« Enfermé entre quatre planches, on oublie à quel point le monde est beau. »

Il y a aussi les réactions de ses amis, son passage furtif chez lui qui lui permet de voir le nouveau membre de la famille né le jour de sa mort et l’état désastreux dans lequel se retrouve ses parents, son frère et sa sœur après son départ. Malheureusement, on ne revient pas aussi facilement du monde des morts et Yan choisi de se faire discret. Car avec son apparence actuelle qui a, disons-le, un peu changée et les problèmes reliés à la loi, rien n’est plus difficile que d’être un mort-vivant. Yan commence à l’apprendre à ses dépends!

Un premier tome vraiment amusant, souvent drôle et parfois émouvant qui m’a fait passer un excellent moment. Le dessin est coloré et plaisant, les personnages sont sympathiques et j’ai bien hâte de voir où nous mènera l’histoire improbable de Yan.

À noter que cette bande dessinée est adaptée du roman du même nom de Jocelyn Boisvert. Je n’ai pas lu le roman, mais la bande dessinée est excellente et je vous la conseille. À partir de 9 ans (mais tout aussi plaisant à lire pour les adultes!)

Vivement la suite!

Mort et déterré t.1: Un cadavre en cavale, Jocelyn Boisvert & Pascal Colpron, éditions Dupuis, 48 pages, 2019

Stranger Things: de l’autre côté

Stranger Things de l'autre côtéWill Byers ne comprend pas dans quel monde il se trouve ni comment il est arrivé là, mais une chose est sûre : il n’est pas en sécurité. Sa famille et ses amis ont disparu, tandis qu’un terrible monstre rôde dans les ténèbres de cette réalité parallèle. Seule la voix de sa mère semble parvenir à traverser les dimensions, mais comment lui répondre ? Sait-elle au moins où il est ? Livré à lui-même, le jeune garçon va se raccrocher au souvenir des moments passés avec ses proches pour éviter de sombrer dans la folie… et tout faire pour échapper au Démogorgon.

Stranger Things est l’une de mes séries préférées de tous les temps. J’adore cette série et nous avons la chance depuis un moment, d’avoir de nombreux livres dérivés de l’histoire originale. Lorsque j’ai entendu parler de cette bande dessinée, j’ai tout de suite eu envie de la lire. Le dessin me plaisait et ça me semblait prometteur.

Alors, qu’en est-il de cette bande dessinée, présentée comme un premier tome? Personnellement, j’ai beaucoup aimé! C’est tout à fait le genre d’ouvrage que j’appelle une « curiosité pour les fans ». Je crois d’ailleurs qu’il faut avoir vu la série pour apprécier pleinement cette bande dessinée, puisque l’on découvre une autre facette de la série: ce qui se passait dans le monde à l’envers. L’histoire est sensiblement la même que dans la première saison. Cependant, ici, c’est le point de vue de Will Byers que nous suivons.

« Ses espoirs sont vains, et il ne sait pas ce qui est pire. Qu’il n’ait pas pu aider quelqu’un qui en avait besoin… ou qu’une petite partie de lui soit contente qu’il n’ait pas été la proie. »

La bande dessinée débute quand Will tente de fuir ce qui le pourchasse au tout début de la série. Qu’arrive-t-il quand la lumière, tout à coup, s’éteint et que Will disparaît? On connaît les événements vus de l’extérieur par tous les personnages, mais on ne connaît pas la façon dont Will l’a vécu: comment il a tenté de retrouver son chemin dans le monde à l’envers, comment il a tenté désespérément de communiquer avec sa famille et ses amis, ses rencontres avec d’autres personnages dans le monde à l’envers, presque toujours interrompues par l’arrivée du Démogorgon… C’est cette autre facette de l’histoire que la bande dessinée raconte, souvent en lien avec Will le sage et la campagne que menait Will et ses amis en jouant à Donjons et Dragons.

« Le monstre qui menace le garçon est un étrange écho de l’histoire qui se jouait un peu plus tôt. »

J’ai aimé me plonger dans cette histoire qui m’a rappelé tout le bonheur que j’ai eu à regarder pour la première fois la première saison de la série. J’ai apprécié le dessin et la façon dont l’histoire est présentée. J’ai aimé que les chapitres soient entrecoupés par des illustrations grand format de différents artistes. Ça ajoute un petit côté « collectionneur » à cette publication.

Est-ce que c’est une bande dessinée essentielle? Sans doute pas. Est-ce que c’est un petit plaisir pour les fans de la série? Totalement! Juste pour le bonheur de se plonger à nouveau dans cette histoire, cette bande dessinée vaut le coup. Les dessins sont beaux, assez représentatifs de l’image que nous a donné la série à l’écran. J’espère qu’on aura droit à d’autres tomes en lien avec les autres saisons!

Stranger Things: de l’autre côté, Jody Houser & Stefano Martino , éditions Mana Books, 98 pages, 2019

Dans la tête de Sherlock Holmes t.1: L’affaire du ticket scandaleux

Dans la tête de Sherlock Holmes 1Un simple diagnostic médical du Dr Watson se révèle être bien plus que cela…
La découverte d’une poudre mystérieuse sur des vêtements et d’un ticket de spectacle très particulier amène Sherlock Holmes à penser que le patient n’est pas l’unique victime d’un complot de grande ampleur. Il semblerait en effet que l’étrange disparition de londoniens trouve son explication dans les représentations d’un magicien Chinois. D’autres tickets retrouvés confirment les soupçons du détective…

Je suis une très grande fan de Sherlock Holmes que j’ai découvert à la fin de l’enfance. Les livres jeunesse commençaient à me lasser (nous n’avions pas tant de choix à l’époque), mais j’avais un faible pour les enquêtes policières et du côté adulte, j’avais emprunté un livre d’Arthur Conan Doyle regroupant les aventures de Sherlock Holmes. Ce fut le coup de foudre. Le célèbre détective me suit encore et j’y reviens ponctuellement que ce soit dans mes lectures ou au petit et grand écran. J’ai une section de ma bibliothèque consacrée à tout ce qui touche de près ou de loin à Sherlock Holmes et à son créateur. J’étais donc très enthousiasme à l’annonce de la parution de cette bande dessinée de Cyril Liéron et Benoit Dahan et je n’ai pas été déçue, bien au contraire!

Tout d’abord, j’ai envie de parler de l’objet-livre, parce qu’il est magnifique. L’ouvrage est soigné jusque dans ses petits détails. La couverture, qui reprend la silhouette de Sherlock Holmes, laisse aussi entrevoir l’intérieur de la BD. Le dessin est travaillé, très détaillé et on doit prendre notre temps pour tout apercevoir. C’est un vrai plaisir que de laisser notre regard s’évader dans chacun des détails de chaque planche. Je n’ose même pas imaginer le temps que ça a pu prendre aux auteurs pour créer cette bande dessinée ni tout le travail derrière. C’est époustouflant. C’est tout à fait le genre de livre si beau qu’on a envie de le conserver précieusement pour y revenir, le feuilleter et le relire.

La construction de la bande dessinée mérite aussi qu’on s’y attarde car je l’ai trouvé très originale. Il y a une enquête classique du genre de celles qu’on associe à Sherlock Holmes: des londoniens qui disparaissent et réapparaissent confus; de mystérieux tickets de spectacle et une enquête dans toute la ville nous amènent à suivre une étrange piste en compagnie de Holmes et Watson. L’originalité de la BD est dans la façon de nous présenter comment Sherlock Holmes réfléchit pour résoudre une enquête. Car ici, on suit littéralement le fil de ses pensées. Et quand je dis littéralement, c’est réellement un fil rouge qui parcourt les pages et qui nous guide dans ses réflexions. De petites loupes nous indiquent l’évolution de sa réflexion et les conclusions auxquelles parvient Holmes.

J’aime l’idée de « voir » dans la tête de Sherlock Holmes. C’est d’ailleurs un des aspects qui me plait dans la série Sherlock de la BBC: pouvoir avoir un aperçu des pensées du détective. Ici, les auteurs réussissent à montrer une autre facette de l’enquête, par le biais imagé des pensées de Sherlock Holmes. La BD est aussi différente quant à sa construction visuelle. Ici, pas de cases carrées standard. Le visuel est éclaté, la présentation de l’histoire s’adapte au scénario et au parcours que suivent les pensées de Holmes. Les cases sont intégrées au dessin. J’adore!

Les auteurs ont aussi glissé dans l’histoire quelques petites « surprises ». Par exemple, en repliant deux pages on obtient un dessin complet ou alors, on peut observer ce que perçoit Sherlock Holmes en regardant une page par transparence. Des petits ajouts simples qui bonifient le plaisir de lecture. C’est un peu pour tout cela que je considère ce livre comme un hommage tant au détective qu’à son créateur. Et un vrai bonheur pour les lecteurs et les fans. D’ailleurs, un extrait de Une étude en rouge de Conan Doyle ouvre la BD et je trouve qu’elle colle parfaitement au travail des auteurs sur ce projet:

« Voyez-vous, je considère que le cerveau de l’Homme est à l’origine comme une petite mansarde vide. L’ouvrier prend grand soin de ce qu’il met dans la mansarde, dans son cerveau. »

On retrouve dans le livre toutes les caractéristiques de Holmes, de sa manie de s’ennuyer (et de se droguer) à sa façon un peu hautaine de démontrer son talent. On retrouve naturellement Watson, Mrs Hudson, le 221b Baker Street, une liste illustrée d’indices, des plans de la ville, ainsi qu’une enquête suffisamment complexe pour être attrayante pour le lecteur.

J’ai eu un gros coup de cœur pour cette fabuleuse bande dessinée bien originale, aussi belle qu’intéressante, que j’ai déjà lu deux fois. Visuellement, ce livre est un vrai cadeau qu’on prend plaisir à découvrir. Il a un petit côté ludique que j’ai adoré! Il m’a rappelé le bonheur que j’avais éprouvé à l’époque de ma découverte des aventures de Sherlock Holmes.

L’affaire du ticket scandaleux est une intrigue en deux volumes. Ce premier tome se referme donc sur une liste d’indices, en attendant la suite. Je suis donc très impatiente de livre le tome deux prévu pour 2020. Vivement la suite!

Dans la tête de Sherlock Holmes t.1: L’affaire du ticket scandaleux, Cyril Liéron, Benoit Dahan, éditions Ankama, 48 pages, 2019

Catamount t.3: La justice des corbeaux

Catamount 3Catamount a disparu. Pad le trappeur et le capitaine Clark suivent sa piste. Celle-ci les mènent au cœur de l’hiver en plein territoire Crow, devant la carcasse putréfiée du cheval de Catamount. On le croit mort… alors qu’il va devenir une légende. Bien vivante !

Ce troisième tome termine en quelque sorte l’aventure de Catamount commencée dans La jeunesse de Catamount et dans Le train des maudits. Je ne sais pas s’il y aura d’autres tomes, cependant on a une impression de finalité pour ce qui est de l’aventure vécue ici par Catamount et sa famille, de l’enfance du jeune garçon découvert sur les lieux d’une grande tragédie jusqu’à son désir de faire payer les auteurs des crimes contre sa famille.

Ce troisième tome est axé sur la vengeance de Catamount, même si celle-ci est un leitmotiv qui revient d’un tome à l’autre. Ici, c’est le moteur principal de l’histoire. Nous sommes à Niobrara en janvier 1891.

« Mon esprit se souvient de ce terrible hiver… de la lente agonie des hommes et des bêtes… du froid mordant leurs os et du vent taillant leurs chairs comme des couteaux l’auraient fait. Mais en ces temps de souffrance, le Grand Esprit unit pourtant pour une battue peu commune, deux vieux chasseurs ennemis par la guerre. « 

Pad le trappeur et Clark le colonel se retrouvent malgré eux sur le territoire des Crows. Entre légende amérindienne et vengeance, le titre de ce troisième album prend tout son sens: la vengeance des corbeaux. Un contrat sera passé entre Catamount et les Crows pour qui le jeune homme souhaite rendre justice.

Ce troisième tome nous amène dans une tribu amérindienne et auprès d’un groupe de gitans afin de permettre à Catamount de se venger de ceux qui se sont attaqués à sa famille, tout en rendant justice aux Crows. On aborde donc différent mondes auprès de lui tout en restant dans le western, les paysages époustouflants, la nature, les magouilles des uns et des autres et les alliés dont ont remet en question la fidélité.

J’ai adoré cette lecture, tout comme les deux autres bandes dessinées parues précédemment. L’histoire nous fait passer un très bon moment. La série Catamount a été une très belle surprise et une lecture fort plaisante. L’histoire est pleine de rebondissements, de méchants et de personnages attachants. C’est un western vraiment intéressant, dont le dessin est carrément sublime. J’adore le coup de crayon et le style de l’auteur tout autant que j’ai apprécié le scénario, inspiré des romans d’Albert Bonneau.

Une excellente série que je conseille fortement!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Catamount t.3: La justice des corbeaux, Benjamin Blasco-Martinez & Albert Bonneau, éditions Petit à petit, 62 pages, 2019

Catamount t.2: Le train des maudits

Catamount 2Le jeune Catamount est devenu une légende au Colorado et n’aspire qu’à une vie paisible dans son ranch, mais le malheur frappe une nouvelle fois à sa porte : un homme d’affaires véreux est prêt à tout pour bâtir un chemin de fer en lieu et place de la maison de ses parents adoptifs.

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Catamount et sa famille dans ce second tome de la série. La lecture du tome 1, intitulé La jeunesse de Catamount, avait été une très belle surprise. J’avais adoré l’ambiance du livre et le dessin. Ce second tome est dans la même veine et m’a énormément plu.

Le train des maudits nous amène en 1890. Catamount est devenu un jeune homme vaillant, gentil, mais qui n’en fait qu’à sa tête. Avec l’aide de Pad, qui se fait vieux, Catamount est devenu un bon chasseur et les deux hommes s’occupent de ramener du gibier à la maison. C’est pendant la chasse qu’ils aperçoivent une épaisse fumée noire dans le ciel qui les mène à un chantier de construction de chemin de fer. Catamount y fera alors une rencontre inattendue…

Parallèlement, les terres autour du chantier son très convoitées pour permettre au chemin de fer de se déployer. Plusieurs personnages riches ou hauts placés sont impliqués. Magouilles, pots-de-vin, corruption et menaces sont devenues les méthodes par excellence pour obtenir ce qu’ils veulent. Catamount est un homme d’honneur. Lui et sa famille sont droits, cultivent de bonnes valeurs. Pourtant le jeune homme se retrouve mêlé malgré lui à toutes ces magouilles. Une grande menace pèse alors sur sa famille…

La série Catamount est passionnante. Elle reprend plusieurs codes des westerns classiques, tout en offrant une véritable aventure tragique auprès de personnages attachants. La vie est rude à cette époque, sur des terres développées par les colons. L’avidité cause bien des malheurs et mène à de nombreux crimes. Catamount pour sa part, se retrouve en pleine tragédie. Il a soif de vengeance et connaissant le personnage, on peut se douter que la suite sera pleine de rebondissements.

« Il paraît qu’il est dit quelque part, qu’il faut prier pour ses ennemis… et pardonner à ceux qui persécutent. J’emmerde ces conneries! Moi, je ne pardonne pas. Je ne pardonnerai jamais! »

Catamount est une bande dessinée passionnante. C’est un western, une histoire d’aventure et de vengeance. On plonge aux côtés du jeune homme dans une période trouble où chacun travaille pour soi et tente de faire du profit. Ce n’est pas une époque de tout repos. L’histoire est bien menée et on ne s’ennuie pas une seconde. J’ai aussi adoré le dessin, soigné, vivant, très expressif et qui colle parfaitement à l’histoire. Les moments passés dans la nature sont aussi très bien rendus et les paysages de Niobrare sont magnifiques.

Un tome 2 à la hauteur du premier tome. Vivement ma découverte du tome 3! À noter que ces bandes dessinées s’inspirent du travail d’Albert Bonneau qui avait donné vie à Catamount dans une série de romans.

Mon avis sur le tome 1.

Catamount t.2: Le train des maudits, Benjamin Blasco-Martinez & Albert Bonneau, éditions Petit à petit, 64 pages, 2017