Shelton & Felter tome 2: le spectre de l’Adriatic

Shelton et felter 2Pauvre Felter ! Il doit se rendre aux obsèques de sa sœur en Angleterre, de l’autre côté de l’Atlantique. Pour cela, pas le choix, il doit prendre le bateau. Lui qui souffre tellement du mal de mer… Heureusement, Shelton se propose de l’accompagner ! Mais le voyage sera loin d’être calme, avec une nouvelle enquête qui se profile à l’horizon pour notre duo de choc… En effet, dans la cabine B215, un passager vient de mettre fin à ses jours. Enfin, c’est ce que tout le monde croit avant que Felter, entre deux nausées, n’arrive et ne remarque certains détails troublants…

J’attendais avec une grande impatience la sortie du tome 2, tellement j’avais apprécié ma lecture du premier tome. Alors, qu’en est-il de ce deuxième opus?

Nous retrouvons Shelton et Felter, cette fois à bord de l’Adriatic, un navire de la White Star Line qui assurait le trajet entre New York et Liverpool à l’époque. Les deux personnages se retrouvent donc sur le bateau, en première classe, puisque Felter souhaite voyager dans les meilleures conditions possibles vu son mal de mer.

Shelton fait la rencontre sur le bateau d’une femme qui lui plaît bien. Il se promène aussi pas mal, allant souvent en troisième classe pour participer à des danses et autres réjouissances, vu que son compagnon de cabine est plutôt mal en point. De toute façon, Shelton est bien plus à l’aise avec les gens de sa propre classe. On voit bien le clivage entre les différentes classes de gens selon le statut et la richesse.

Pendant le voyage, les deux comparses font face à un autre mystère, un suicide étrange et la disparition de plusieurs biens. Malgré son mal de mer, Felter demeure tout de même alerte et mène sa petite enquête…

J’ai bien aimé ce second tome. Il conserve les caractéristiques plaisantes et amusantes des personnages rencontrés dans le premier tome: le passé de boxeur de Shelton, cet homme jovial et sympathique et l’hypocondrie maladive de Felter qui est souvent tournée à la blague. Surtout à la fin du livre quand Felter rencontre son semblable en quelque sorte. La fin d’ailleurs réserve une petite surprise à Felter… 🙂

L’album est plein d’humour, comme le premier. Je pense à la baronne qui mélange constamment les noms des deux comparses. Ça m’a fait rire parce que je dois aussi constamment y réfléchir avant de dire leurs noms, ayant tendance à mélanger les lettres! (Helter, Felton, Shelter…).

L’intrigue est assez intéressante, quoique pas vraiment nouvelle, mais j’ai pris plaisir à la découvrir. Je regrette simplement qu’il n’y ai pas eu, comme dans le premier livre, l’aspect historique un peu plus développé. Le premier tome parlait d’un fait historique particulier. J’aurais aimé qu’on retrouve un peu la même chose dans ce second album, un peu plus d’histoire. C’est ce qui m’avait vraiment plu dans le premier.

Ce tome 2 est tout de même bien intéressant, quoique j’ai préféré le tome 1 pour son aspect historique et anecdotique plus poussé. J’espère cependant que la série ne s’arrêtera pas là!

Shelton & Felter tome 2: le spectre de l’Adriatic, Jacques Lamontagne, éditions Kennes, 48 pages, 2018

Publicités

Roller girl

roller girlAstrid, 12 ans, est inséparable de sa meilleure amie, Charlotte. Jusqu’au jour où elle découvre le Roller Derby. Astrid devra alors apprendre à surmonter ses craintes et s’entraîner dur pour devenir une véritable Roller Girl !

Roller girl est un roman graphique pour la jeunesse qui m’a rappelé un peu ceux créés par Raina Telgemeier (Souris!, Drame, Fantômes et Soeurs). Le format est semblable, l’abondance de couleurs est présente chez les deux auteures et le style est dynamique. Les deux auteures parlent du quotidien de jeunes filles au sortir de l’enfance. Si j’ai aimé les deux, ma préférence va à Victoria Jamieson pour son personnage d’Astrid.

Astrid a douze ans et connaît sa meilleure amie depuis qu’elles sont bébés. Elles sont très différentes, Charlotte étant le portrait de la typique jeune fille passionnée par les « trucs de filles » et la danse. Astrid est différente. Elle se cherche un peu. Elle s’habille en noir et n’a pas grand chose en commun avec les autres filles. Sa mère l’amène faire des « sorties culturelles » afin de s’ouvrir au monde et elle trouve que c’est parfois ennuyant. Jusqu’à ce qu’un beau jour, elle amène Astrid et Charlotte assister à un match de roller derby. Les yeux d’Astrid s’illuminent. Elle propose à Charlotte de s’inscrire au camp de roller derby avec elle. C’est là que les choses vont se compliquer entre les deux filles.

J’ai adoré ce roman graphique que j’ai lu d’une traite. Astrid me fait beaucoup penser à moi, un peu indépendante, un peu rebelle et qui s’intéresse à des activités qui n’intéressent pas les autres filles. Elle est attachante, maladroite et pas si douée pour le roller derby, mais elle est persévérante. Entre les mensonges à sa mère pour ne pas avouer qu’avec Charlotte ça ne va plus, et sa « correspondance mystère » avec une joueuse plus âgée qui l’encourage beaucoup, on découvre une petite fille qui a de belles qualités même si elle est un peu revêche et qu’au début, elle pense tout abandonner. Il y a de très beaux passages dans cette BD sur l’amitié (mais aussi quand les chemins entre deux amies finissent par prendre des directions différentes), sur l’accomplissement de soi et sur le sport.

J’ai aimé la façon dont l’auteure met en avant le roller derby, un sport plutôt brutal et peu abordé dans la littérature. J’ai eu un beau coup de cœur pour Astrid, un personnage qui nous présente un autre portrait de jeune fille, différent de ce que l’on voit souvent. Toutes les filles – et les femmes – ne sont pas identiques, toutes ne s’intéressent pas aux mêmes choses. D’avoir un modèle de petite fille différent dans un roman graphique destiné à la jeunesse me plaît particulièrement. J’aurais tellement aimé le lire à l’âge d’Astrid!

Un roman graphique coloré et vraiment intéressant que je suggère fortement!

Roller girl, Victoria Jamieson, 404 éditions, 240 pages, 2016

Shelton & Felter tome 1: la mort noire

shelton et felterBoston, 1924. S’il ne s’était un jour méchamment déboîté l’épaule pendant un combat de boxe, Isaac Shelton exercerait probablement aujourd’hui encore son métier de débardeur sur les quais. Mais contraint à se reconvertir, c’est en qualité de journaliste à la pige qu’il fait la connaissance de Felter, petit libraire passionné de littérature policière. Le premier est athlétique et plutôt beau garçon (si ce n’est un vilain nez cassé, autre souvenir de combat); le second est doté d’un puissant sens de l’observation et d’un esprit d’analyse hors du commun (qualités contrebalancées par un tempérament hypocondriaque et une multitude de tocs). Animés pour l’un par le besoin de décrocher un scoop rémunérateur et pour l’autre par l’envie de ressembler à ses héros littéraires, les deux compères vont s’associer afin de tenter de faire la lumière sur une série de meurtres insolites.

Je suis le travail de Jacques Lamontagne depuis un bon moment déjà. Du temps où il illustrait les couvertures de la revue Alire, jusqu’à ses plus récentes séries. La dernière en date: Shelton & Felter. Ce projet mijote depuis plus de 10 ans chez l’auteur et c’est vraiment une belle surprise!

Shelton est boxeur mais, forcé de se reconvertir, il devient journaliste. Sauf que ça ne marche pas très bien pour lui. Par hasard il rencontre Felter et réalise que ce petit libraire hypocondriaque est assez futé. Pas mal même. Il lui propose de s’associer pour enquêter et publier leurs enquêtes dans le journal.

Voilà qu’ils sont confrontés à une étrange affaire de meurtre, avec pour toile de fond un événement historique vraiment intéressant: la grande inondation de mélasse de Boston (1919). C’est un fait historique assez spectaculaire qui a causé la mort d’une vingtaine de personnes à l’époque. Ça ajoute donc beaucoup à l’histoire, même si c’est abordé comme un prétexte à l’enquête.

Le plaisir de lire cette BD réside aussi dans le talent de Lamontagne, qui n’en est pas à ses premières armes, ainsi que dans les personnages. Shelton et Felter sont caricaturés, drôles, amusants, ils sont tellement différents qu’on se demande comment leur partenariat va fonctionner, mais c’est assez réjouissant de suivre leurs aventures.

Enquêtes et humour sont au menu! Il s’agit du tome 1 mais le plus plaisant, c’est que la première de leurs enquêtes est complète avec ce tome. Donc le tome 2 ouvrira sur une nouvelle enquête.

Une belle découverte!

À noter que la première édition de cette BD contient un cahier graphique de 8 pages sur le travail entourant la création de l’histoire. Vraiment très intéressant!

Shelton & Felter tome 1: la mort noire, Jacques Lamontagne, éditions Kennes, 48 pages + cahier graphique de 8 pages, 2017