L’hôtel de la Dernière Chance

L’hôtel de la Dernière Chance est un endroit très particulier ; le jardin y est probablement enchanté, les murs ne se contentent pas d’avoir des oreilles, ils peuvent aussi parler, et le garçon de cuisine, Seth Seppi, a empoisonné par mégarde le sorcier le plus important du pays ! Mais si le jeune garçon est le suspect numéro 1, le bâtiment grouille de magiciens aux pouvoirs tous plus loufoques les uns que les autres… et chacun avec une excellente raison de faire le coup ! 

Ce roman m’a tout de suite interpellée. La couverture est attirante et l’histoire d’un jeune garçon de cuisine accusé d’un crime qui rappelle les meurtres en chambre close, me plaisait bien. D’autant plus que l’hôtel de la Dernière Chance est le lieu d’un étrange regroupement de… sorciers!

Seth travaille aux cuisines de l’hôtel dirigé par Nora et Horace Miche, depuis que le père de Seth n’est plus. Ancien chef cuisinier du temps où l’établissement affichait toujours complet, c’est Henri Moisi qui l’a remplacé. Seth lui vient en aide. Il est très compétent et pendant ses temps libres, il cuisine aussi, même si c’est de façon non-officielle. Seth n’a pas la vie facile. Tiffany, la fille des propriétaires, le harcèle et profite de ses talents de cuisinier tout en usant de chantage pour obtenir ce qu’elle veut de lui. Henri Moisi quant à lui, passe son temps à médire sur le père de Seth.

« Le vœu le plus cher de Seth, c’était qu’un jour son talent de cuisinier lui permette de quitter cet endroit. Il aspirait à préparer le genre de plats qui attireraient des gens venus de loin. Comme son père autrefois. »

La vie de Seth se déroule la plupart du temps au fin fond des cuisines, à tenter de passer inaperçu. Quand il peut, il cuisine et s’échappe dans le magnifique jardin autour de l’hôtel, un jardin où l’on peut trouver tout ce dont on a besoin, même si ce n’est pas la saison. Quand de mystérieux invités se présentent à l’hôtel pour assister à un étrange événement nommé l’Épreuve, Tiffany force Seth à s’occuper des desserts à sa place. C’est alors que sa crème à l’abricot empoisonne le Dr Thallomius… un des plus grands sorciers de tous les temps!

« Les sorciers sont-ils vraiment devenus aussi rares? […] Les guérisseurs. Les gens qu’on consultait en cas de problème. À une époque, tout le monde connaissait la magie comme une force bénéfique. »

Seth découvre alors par le même fait que la magie existe et qu’il est accusé du crime d’un personnage très important dans sa communauté. Enfermé dans un placard à balai, étant sollicité par une invitée à qui Seth ne fait aucunement confiance, c’est avec l’aide de son chat Belladone que le jeune garçon va tout faire pour enquêter et trouver le véritable coupable. Quand il découvre un étrange carnet noir, les choses se compliquent un peu…

« La magie fait perdre la tête à beaucoup de gens. »

J’ai bien aimé cette lecture, assez intéressante, qui confronte deux univers: le nôtre et l’univers magique. Seth est un jeune garçon gentil et attachant, souvent coincé dans des situations qui le placent dans une position inconfortable voire dangereuse. Orphelin, il doit se débrouiller seul et n’a pas vraiment d’alliés.

Au fil de son enquête, Seth découvre que le Dr Thallomius avait de grands projets pour la communauté magique et qu’il est possible que ses idées ne fassent pas l’unanimité. Dans ce monde, la magie est en train de se perdre et la transmission familiale ne suffit plus. Il y a de belles trouvailles dans ce roman pour mettre en avant le monde de la magie. J’ai particulièrement aimé la carte de bibliothèque magique, très intéressante pour un amoureux des livres! Que ce soit au niveau des objets magiques que découvrira Seth, de certaines caractéristiques des gens ou de l’évolution des événements, l’histoire est portée par une enquête policière qui laisse présager le pire pour l’avenir de Seth.

Une bonne lecture, dont l’univers est plutôt intéressant! À noter qu’il existe un second livre de cette série mettant en vedette Seth: Le Phare du bout du monde. Il me tente bien, je le lirai sans doute l’été prochain puisque le livre a un petit côté très estival.

L’hôtel de la Dernière Chance, Nicki Thornton, éditions Michel Lafon, 350 pages, 2019

Incroyable Histoire

Voyagez dans le temps et prenez part à une chasse aux mammouths, marchez avec un soldat romain et volez avec les frères Wright. Revivez les moments les plus excitants de l’Histoire, des temps préhistoriques jusqu’à aujourd’hui ! Voyez une centaine d’événements historiques de vos propres yeux à travers des images de synthèse spectaculaires, et découvrez les gens, les endroits et les faits les plus marquants depuis le début de l’humanité. Apprenez à quoi ressemblait la vie quotidienne dans les sociétés médiévales et comment les grandes inventions telles que la presse ont changé le monde.

Du monde antique au monde moderne d’aujourd’hui, cet ouvrage d’une grande qualité est réellement passionnant. Il est abondamment illustré et nous permet un tour d’horizon de l’évolution du monde. Construit en cinq grands chapitres, l’ouvrage couvre le monde antique, le monde médiéval, le temps des révolutions, le temps des explorations et le monde moderne.

Ce livre nous amène tout d’abord aux débuts des origines de l’homme à travers la chasse, la cueillette et les migrations de ce dernier, jusqu’à ce que l’humain se sédentarise. On y parle de l’habitation, de l’organisation familiale, du transport, de la nourriture et des cultures, de l’art et des poteries, pour ne nommer que ceux-là. À partir de ce moment, l’homme cherche alors à conquérir les territoires voisins et à se développer. C’est alors que les guerres commencent, que l’homme évolue et que son mode de vie change. Il y est question de conquêtes, des différents empires, de religion, d’esclavage, de l’économie, des inventions, de l’occupation des territoires et des différents échanges entre les peuples. On retrouve différents chapitres sur les Premiers hommes, l’Égypte ancienne, l’Inde, les Romains, les Vikings, les peuples Germaniques, les dynasties chinoises, l’Europe médiévale, les Grecs, l’empire Mongol, les Phéniciens, les Perses, les Tsars, les premiers colons en Amérique du Nord et les peuples autochtones.

Le livre aborde tous les aspects des différents peuples, dans leur vie quotidienne et leur façon de fonctionner, de faire la guerre, de se développer et d’interagir entre eux et avec les autres. Il est intéressant de découvrir leur mode de vie, la construction de leurs habitations, leurs politiques et leur religion, leurs différentes croyances, leur système de justice, ainsi que leur entraînement comme guerriers. La place des femmes et les rôles de chacun selon les périodes, revient également à travers les différentes époques. Tous ces peuples ont contribué à l’évolution du monde jusqu’à celui que l’on connait aujourd’hui. L’ouvrage aborde aussi les grandes structures construites par l’homme, des statues de l’île de Pâques aux grandes pyramides, en passant par l’armée de terre cuite, le Colisée et bien d’autres constructions impressionnantes. 

Parallèlement, les guerres et les explorations permirent aux différents peuples de faire des découvertes et d’étendre leur pouvoir sur de nouveaux territoires. Les guerres sont d’ailleurs au centre de l’histoire. Malgré tout, plus l’homme évolue, plus la culture se développe: l’art, le théâtre, les livres, l’imprimerie. La révolution scientifique a également changé la perception de l’homme de son univers et a permis de mieux comprendre ce qui nous entoure; alors que la révolution industrielle fut une grande période de bouleversements économiques. Même chose pour l’évolution de la médecine ou le mouvement des droits civiques, qui ont contribué à l’amélioration de la qualité de vie. 

Les sujets sont très variés et de nombreuses informations sur le monde nous sont présentées en images et en couleurs. Les anecdotes sont très intéressantes car on apprend une foule de choses qui n’étaient pas forcément beaucoup enseignées. Saviez-vous par exemple, que l’espérance de vie des hommes de l’Égypte ancienne était de trente-quatre ans? Que 10 millions est le nombre estimé de Congolais qui furent tués sous le règne de Léopold II de Belgique? Qu’à la fin du XVe siècle, c’est 50 millions de personnes qui vivaient en Amérique du Nord? Qu’en période de récolte, les esclaves travaillaient 18 heures par jour? Que c’est en en 1891 que survint le premier accident de la circulation en voiture? Que 90% des films réalisés à Hollywood avant 1929 ont été perdus? C’est un tour d’horizon historique et anecdotique sur l’histoire mondiale.

Incroyable Histoire est vraiment magnifique. Les illustrations sont vraiment très belles et détaillées. L’expérience de lecture est très riche, puisque tout est mis en images. Les détails sont fabuleux et nous permettent d’apprendre un grand nombre d’informations sur l’histoire générale. Les graphiques et les cartes nous aident à mieux comprendre les enjeux de l’évolution. Cet ouvrage est un livre familial, à la portée de tous, qui permet de découvrir une histoire globale du monde et de l’évolution de l’homme. 

Un livre passionnant à avoir dans sa bibliothèque!

Incroyable Histoire. Le passé comme vous ne l’avez jamais vu, Collectif, éditions Hurtubise, 208 pages, 2020

Traces de mocassins

Traces de Mocassins est le second livre de Louis Rémillard (après Le retour de l’Iroquois) qui fait revivre des acteurs méconnus de l’histoire collective des Premières Nations et des Canadiens français. L’auteur propose 6 nouvelles en bande dessinée qui revisitent ce passé pas si lointain où l’occupation humaine du territoire était davantage en phase avec la nature et le rythme des saisons.

Je ne connaissais pas du tout Louis Rémillard avant de découvrir ce roman graphique et je suis tout de suite tombée sous le charme! Cette bande dessinée est vraiment intéressante. L’auteur puise dans l’histoire des Premières nations pour nous raconter certaines facettes du passé qui sont moins connues. 

Le roman graphique comprend six histoires différentes, qui mettent en scène les relations entre les autochtones et les canadiens français, ou entre les différentes tribus autochtones. Chaque histoire a des liens avec les autres et elles forment un tout. Plusieurs personnages reviennent d’une nouvelle à l’autre et à chaque fois, l’accent est mis sur une figure historique différente. On apprend donc beaucoup de choses. La façon de raconter de l’auteur nous donne l’impression de lire six récits d’aventure. J’ai adoré cette lecture et j’aime énormément le découpage sous forme de « nouvelles ».

Voici un petit récapitulatif des différentes histoires contenues dans Traces de mocassins:

La découverte du lac Champlain
Champlain accompagne des autochtones qui partent à la guerre contre les Iroquois. Il nous raconte leurs coutumes et la relation qu’il a avec eux pendant le voyage. Cette nouvelle nous fait découvrir la petite histoire du lac Champlain.

Outetoucos
Louys part à la chasse aux oiseaux accompagné de Savignon et de Outetoucos. Au retour en canot, Outetoucos décide de passer par un endroit dangereux, ce qui ne fait pas l’unanimité. Cette nouvelle nous raconte la petite histoire des rapides de Lachine. 

Savignon
Cette nouvelle nous fait découvrir Savignon, un jeune autochtone amené en France par Samuel de Champlain. En échange, un français, Étienne Brûlé, sera accueilli chez les autochtones. Il apprendra leur langue et leurs coutumes, pendant que Savignon ira rencontrer le roi de France. 

Pieskaret
Les Iroquois ont attaqué la bande de Pieskaret. Ce dernier, un valeureux guerrier, cherche vengeance pour son peuple et ses morts. Il traque donc les Iroquois et tente de les piéger par la ruse. 

L’évadée d’Onondagué
Kamakateouingouetch, une Algonquine, est faite prisonnière par les Iroquois, qui ont massacré la plupart des membres de son groupe. Cette histoire nous raconte son évasion et sa survie dans des conditions difficiles, afin d’échapper aux Iroquois.

La tente tremblante
Un groupe d’Innus, accompagné d’un missionnaire, se déplace dans un vaste territoire. Ils ont faim car le gibier brille par son absence. Ils font appel aux prières du missionnaire, avant de se tourner vers leur propre coutume: un rituel chamanique.

« Savignon remarque que chez les français, ceux qui possèdent le moins doivent ramper devant ceux qui possèdent le plus et que tous dépendent du grand Sagamo (le roi), tandis que chez les Hurons, tous sont égaux, les chefs n’ont pas plus de pouvoirs que les autres et chacun ne dépend que du Grand esprit. »

Plusieurs extraits de texte que l’on retrouve dans la bande dessinée proviennent des Voyages de Samuel de Champlain. L’auteur nous présente aussi des indications géographiques sur les lieux dont il est question dans les histoires, par rapport à ceux que nous connaissons aujourd’hui. Graphiquement, le dessin en noir et blanc m’a beaucoup plu, je trouve le trait de crayon vivant. Le style offre un pont entre le passé et la modernité. L’objet-livre est très beau, j’ai aimé le format, le dessin, l’histoire. Le travail de Louis Rémillard est intéressant car il revisite notre histoire, à partir de documents d’époque. Il nous raconte la petite histoire, celle que certains personnages méconnus de l’histoire ont marqué, alors qu’ils ont sombré dans l’oubli. C’est le moment de les redécouvrir!

Traces de mocassins fait partie d’une « trilogie », d’une œuvre qui se recoupe et puise son inspiration à la même source. On peut lire les tomes séparément sans problème, ils ne se suivent pas. J’ai commencé par Traces de mocassins qui a été publié en second. Le retour de l’Iroquois est paru en premier et Les routes de troc est à paraître. C’est vraiment une œuvre que je vous invite à découvrir, une nouvelle façon d’aborder l’histoire et de comprendre les relations entre les Premières nations et les canadiens français. 

Je relirai assurément Louis Rémillard, qui est ma belle surprise de ce début d’année!

Traces de mocassins, Louis Rémillard, éditions Moelle Graphik, 116 pages, 2020

Hôtel Heartwood t.1: Une maison pour Mona

Lorsqu’un très violent orage éclate dans la forêt, Mona la souris croit sa dernière heure venue. Elle trouve par hasard refuge au luxueux Hôtel Heartwood, caché au creux d’un arbre. Une foule d’animaux séjourne dans cet abri douillet pour l’automne. Pourtant, au cœur de ce tourbillon de lits moelleux, de biscuits tout justes sortis du four et de joyeux bals, une ennemie féroce attend Mona…

Je suis tombée sur le premier tome de la série Hôtel Heartwood un peu par hasard. En le commandant, je croyais lire une bande dessinée. J’ai donc été très surprise par le format du livre qui s’avère être en fin de compte… un roman jeunesse! La couverture est cartonnée, le format plutôt petit et il y a de bien jolies illustrations à l’intérieur. En fait, ce roman s’est avéré une bien belle surprise.

Une maison pour Mona est le premier tome de la série Hôtel Heartwood, qui reprend chacune des saisons. Il y a donc quatre tomes. Le premier se déroule à l’automne. Mona vient de perdre sa maison, inondée, et elle se retrouve seule dans la forêt à chercher un endroit où habiter. Elle traîne partout une valise en coquille de noix, gravée d’un cœur, souvenir de sa famille qu’elle a perdue. Un soir elle tombe sur l’Hôtel Heartwood, un endroit bien caché dans un arbre. Même si l’hôtel est complet, on lui offre l’hospitalité en échange de son travail, ce qu’elle accepte.

On ne lui fait pas forcément la vie facile tous les jours, mais Mona aime bien les lieux et elle s’attache à certains clients. Maladroite, du moins c’est ce qu’elle croit, une série d’événements vont la forcer à faire face à ses peurs et à affronter le danger avec beaucoup de courage pour une petite souris.

Ce premier tome est vraiment tout doux. Il met en scène toutes sortes de petits animaux en quête de sécurité. Il faut dire que la forêt est un lieu dangereux pour eux. Ils ne sont ni à l’abri des intempéries, ni protégés des prédateurs qui n’hésitent pas à les attaquer. L’hôtel Heartwood est un bel endroit, un refuge qui aime célébrer la gentillesse, offrir protection et tranquillité.

« Hôtel Heartwood, Hôtel Heartwood,
Où plumes et poils se soutiennent,

Où l’on oublie peurs et problèmes,
Où les ailes guérissent et la joie s’éveille. »

C’est aussi un lieu festif qui prend le temps de célébrer le passage des saisons et la venue d’événements ponctuels, comme l’arrivée de l’hiver ou la fête des lanternes. On y rencontre aussi plusieurs animaux différents qui amènent avec eux plusieurs événements et péripéties auxquels Mona doit faire face.

Ce premier tome s’achève sur l’arrivée de la neige, qui annonce le passage vers le tome 2 de la série, Un hiver si doux. Je l’ai lu récemment, afin d’être en accord avec les saisons. Je lirai le troisième tome au printemps et le quatrième à l’été.

L’univers créé par l’auteur est tout en douceur et rythmé par les saisons. C’est une belle petite lecture fort agréable. J’ai bien aimé ce moment passé à l’Hôtel Heartwood et je compte y revenir très bientôt!

Hôtel Heartwood t.1: Une maison pour Mona, Kallie George, Stephanie Graegin, éditions Casterman, 192 pages, 2018

Le ciel en blocs

à la chaîne ils nous remplacent
une main / des jambes / une tête
il suffit d’arracher là
où ça commence à vivre

Les yeux toujours ouverts d’une figurine se posent sur le monde de
plastique qui l’entoure. Elle n’y trouve que les constructions figées
d’une existence usinée. Un jour, elle voit surgir une volée d’outardes.

Le ciel en blocs est un recueil de poésie que j’ai vraiment apprécié et une très belle découverte. Je l’ai lu d’une traite puis j’ai senti le besoin de le relire le lendemain matin afin de mieux m’imprégner des mots. L’écriture est très fluide, la plume est particulière. C’est la première fois que je lis cette auteure, qui a une plume poétique très caractéristique. On sent son empreinte. L’auteure a aussi écrit Le lièvre d’Amérique que ma co-blogueuse a lu. En lisant avec elle quelques passages de Le ciel en blocs, elle a tout de suite reconnu le style de l’auteure et la présence de thèmes similaires. 

Le ciel en blocs est un très beau recueil de poésie qui offre un regard profond sur une ville figée par les blocs qui délimitent un espace intérieur, vide. Alors qu’au delà de ce périmètre, une nouvelle vision s’active: l’imagination, la nature et la possibilité de s’émerveiller. Le ciel en blocs est un recueil en quatre parties qui incite le lecteur à aller au-delà des limites qu’il s’impose.

« on s’entête à construire
les mêmes familles
les mêmes bungalows
les mêmes châteaux
il manquerait juste un chien qui aboie
pour se donner un peu de crédibilité »

Chaque partie du recueil aborde des thèmes autour de la vie quotidienne, du quotidien qui étouffe la vision de la nature et l’imagination. 

Le corps est la partie « vide » de l’histoire. On voit les mur, on entend la nature, les outardes au loin, mais on ne les voit pas. C’est un peu une vision limitée de l’espace de vie, de la ville, qui masque tout ce qu’il y a autour. L’image d’un mur de blocs, revient bien souvent.

Le bureau aborde le travail. La vie active, professionnelle. Quelque chose de plus mécanique, de plus froid. C’est une façon d’éteindre l’étincelle de vie qui pourrait contrecarrer la productivité. C’est une coupure avec les plaisirs de la vie et de la nature.

La corde c’est une image très forte d’une corde qui tombe du ciel. La corde est vue seulement par la narratrice. Elle prend le temps de regarder au loin et d’utiliser la corde pour prendre son envol vers la liberté, vers un autre monde.

Les voisins viennent d’arriver dans le quartier. Ils sont différents et tout le monde les espionne. Ils vivent, imaginent, jouent, sont en symbiose avec leur environnement, croient à la nature. 

La poésie de ce recueil raconte le constat d’un nouveau recommencement. La vie quotidienne a besoin d’être embellie. La narratrice éprouve le besoin de se libérer de ce vide quotidien pour enfin se remplir de tout ce qui compte réellement. Elle s’offre une nouvelle vision sur les gens qui l’entourent, sur son environnement. Une vision sans limite ni préjugés, qui agrémente forcément la vie. Le ciel en blocs fait constamment le parallèle entre la vie quotidienne, la façon dont elle est vécue dans nos villes bétonnées, avec nos visions resserrées, et la construction d’un monde nouveau, d’où les blocs. Les gens se fabriquent des clôtures et s’y cloisonnent.

C’est un très beau texte qui m’a d’ailleurs incité à chercher d’autres titres de la même auteure afin de la relire éventuellement. Il s’agit donc pour moi d’une très belle découverte et d’une plume particulièrement intéressante. Je recommande naturellement la lecture de ce livre, bien accessible. 

Le ciel en blocs, Mireille Gagné, éditions de l’Hexagone, 80 pages, 2020