Route End t.2

route end 2M. Tachibana, le directeur de la société de nettoyage spécialisé où travaille Taji, est retrouvé assassiné par End… L’employé a du mal à s’en remettre : l’homme était comme un père pour lui. Son seul souhait à présent est de voir le meurtrier puni pour ses crimes… Seulement, la police semble incapable de déceler la moindre piste !
Le nettoyeur de cadavres décide alors de prendre les choses en main. Manque de chance, ses investigations ne passent pas inaperçues… Il se retrouve, dans son propre appartement, face à un homme masqué qui menace son petit neveu d’un couteau ! Le nom de l’intrus ? “End”, bien sûr…

Route End est une série policière, d’enquête, qui raconte l’histoire d’un tueur en série. Il s’agit d’un thriller psychologique bien mené et ma foi, pas mal captivant. Si le premier tome était macabre, le second l’est beaucoup moins. Il s’attarde plutôt sur l’aspect psychologique de l’histoire et des personnages.

D’ailleurs, le tome 2 s’ouvre sur une scène difficile, celle qui terminait le premier tome. L’auteur instille un suspense efficace qui fonctionne assez bien d’un tome à l’autre. Dans ce second volet, nous revenons sur les crimes précédents pour tenter d’en comprendre le déroulement. Le tueur en série nommé « End » est toujours recherché et c’est l’occasion d’approfondir l’enquête d’un point de vue psychologique.

Ce tome s’attarde aussi beaucoup sur des personnages secondaires rencontrés dans le tome 1. Par exemple, un des fils d’une des victimes, toujours très étrange, ou encore l’histoire de Omi, le collègue de Taji qui a de drôles de pratiques sur les scènes de nettoyage. On en comprend un peu plus le comportement et l’aspect psychologique est plus développé.

L’enquête piétine et c’est ce qui donne l’occasion à l’auteur de nous faire connaître un peu plus ses personnages. On voit beaucoup plus les différents enquêteurs qui sont sur l’affaire, on apprend à connaître d’avantage la famille de Taji et le monde qui gravite autour de lui. Le tueur cependant, brille par son absence dès la fin de la première scène. Il est recherché et se fait donc discret.

« L’apparition de cet individu qui prétend être End est essentielle. On doit enquêter en priorité de ce côté-là. Mais si cet homme masqué était un imposteur, ce serait la catastrophe. »

Tout se joue sur son identité et le questionnement autour d’un possible imposteur. Taji pour sa part, trouve que l’enquête n’avance pas suffisamment vite à son goût et il est toujours dans les pattes de l’inspectrice à mener sa propre enquête. Sa présence dérange et n’est pas toujours au goût de tous.

J’ai hâte de voir comment évoluera l’histoire dans le prochain tome, parce que Route End est un excellent manga. Le macabre est plus exploité dans le premier tome alors que le côté psychologique est plus développé dans le second. Il y a toujours un très bon suspense et l’auteur termine chaque tome avec une fin qui nous garde en haleine pour la suite. Chaque personnage rencontré a un côté un peu étrange qui intrigue et on ne sait encore que peu de choses du tueur en série.

Route End est tout à fait le genre de manga divertissant et intrigant si le côté enquête policière / macabre / psychologie vous intéresse. C’est très très bon! Vivement le tome 3!

Mon avis sur le tome 1.

Route End t.2, Kaiji Nakagawa, Édition Ki-oon, 192 pages, 2018

Publicités

Route End t.1

route end 1Taji travaille pour une entreprise de nettoyage spécialisée dans les cadavres en décomposition. Les macchabées découverts sur le tard laissent des traces insupportables pour le commun des mortels, mais lui a le cœur bien accroché. La mort, il la connaît depuis l’enfance. Il a vu le corps de sa mère se balancer au bout d’une corde. Le traumatisme lié à ce suicide est ancré en lui, et chaque nettoyage est une catharsis. Son quotidien est bouleversé quand son quartier devient le théâtre de meurtres en série. Les victimes sont découpées en morceaux, puis alignées pour former un mot, le même à chaque fois : “END”. 

Route End est un manga bien intéressant, présenté sous forme d’enquête. C’est un thriller assez macabre, puisque les éléments qu’il met en scène sont plutôt choquants. Un tueur s’amuse à découper ses victimes en morceaux. La police piétine, ne sachant pas trop où donner de la tête dans cette enquête. Comme le patron de Taji se retrouve au cœur de l’affaire et que le jeune homme doit s’occuper de nettoyer les scènes de crime, sa route croise fréquemment celle de la femme chargée de l’enquête, une jeune policière aussi blessée que lui par le décès d’un être cher.

En parallèle de l’enquête, on apprend à connaître ces deux personnages hantés par leur passé, par la perte qu’ils ont subie. Ils cherchent tous deux un exutoire à cette souffrance profonde, chacun dans leur travail. Le tueur en série qu’ils se retrouvent à traquer, réveille de vieilles blessures. Les indices semblent être liées d’une façon ou d’une autre à ces personnages et c’est très intrigant. Le manga se lit d’ailleurs d’une traite, tellement il est prenant.

L’enquête est assez captivante pour nous tenir en haleine. Le macabre, bien présent dans l’histoire, en ajoute une couche pour garder une sorte de fascination face à l’esprit tordu du criminel. La mort et le côté un peu morbide se retrouve dans tout le manga. Taji par exemple, vit dans un appartement où un mort a été retrouvé. Un des suspects dans l’affaire vit dans une maison non nettoyée où des traces de sang maculent le plancher. Les suicidés sont nombreux, les victimes du tueur en série aussi. Et il y a les collègues particuliers de Taji qui font face à l’horreur absolue à leur façon…

Le dessin m’a beaucoup plu. Très simple, avec une certaine douceur dans les traits, ce qui contraste bien avec le noir de l’histoire. Les chapitres s’enchaînent rapidement. En plus d’être un thriller efficace, Route End est aussi une réflexion sur le suicide, principalement pour la famille qui reste et qui doit vivre avec la tristesse, la culpabilité et les remords.

Une histoire pas mal intéressante qui nous laisse vraiment sur une scène terrible. On ne peut qu’attendre la suite avec beaucoup d’impatience!

J’ai lu ce livre pour le Pumpkin Autumn Challenge.

Route End tome 1, Kaiji Nakagawa, Édition Ki-oon, 192 pages, 2018

Dans les eaux du Grand Nord

Dans les eaux du grand nordPuant, ivre, brutal et sanguinaire, Henry Drax est harponneur sur le « Volunteer », un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du cercle polaire arctique. Patrick Sumner, un ancien chirurgien de l’armée traînant une mauvaise réputation, n’a pas de meilleure option que d’embarquer sur le baleinier comme médecin. En Inde, pendant le siège de Delhi, Sumner a cru avoir touché le fond de l’âme humaine, et espère trouver du répit sur le « Volunteer »… Mais pris au piège dans le ventre du navire avec Drax , il rencontre le mal à l’état pur et est forcé d’agir. Alors que les véritables objectifs de l’expédition se dévoilent, la confrontation entre les deux hommes se jouera dans l’obscurité et le gel de l’hiver arctique.

Dès le début du roman, on est transporté dans un univers dur, sordide et assez cruel. On sent que quelque chose plane, qu’il va se produire des choses terribles. L’atmosphère est très prenante, enveloppante, inquiétante.

« La pêche du Groenland est dangereuse. Je préfère rester chez moi, au chaud et au sec, ça réduit beaucoup le risque de mort violente. »

Je suis passée par toutes sortes de sentiments pendant ma lecture. La première partie, alors que l’équipage est encore à terre, m’a plutôt intéressée puisqu’il s’agit de la première rencontre avec les personnages et surtout, avec Patrick Sumner le chirurgien et Henry Drax, le harponneur. On voit tout de suite que le voyage ne s’annonce pas de tout repos. Drax est cruel, sanguinaire, assoiffé de sang et de violence. Sumner pour sa part cache certaines choses de son passé que l’on apprendra plus tard, mais il n’est pas le seul. Plusieurs membres de l’équipage ont aussi quelques squelettes dans le placard.

« Le métier de chirurgien sur un baleinier est inconfortable, ennuyeux et mal payé. Il attire en général des étudiants en médecine qui ont besoin d’argent, pas des hommes de votre âge et de votre expérience. »

La partie la plus difficile est sans doute celle sur le bateau. Je dois avouer que je l’ai trouvé très dure. Il y a des scènes cruelles, décrites avec beaucoup de détails médicaux qui donnent un peu la nausée. Un crime violent et sordide arrive et la justice des hommes sur le bateau est beaucoup plus axée sur les apparences que sur l’envie véritable de faire la lumière sur ce qui s’est produit. J’avoue m’être un peu lassée des descriptions médicales des blessures et de la rudesse de la vie à bord alors que plusieurs sont malades et qu’on nous décrit plus de choses qu’on aurait envie de lire. Je crois que cette portion de l’histoire est principalement là pour nous montrer à quel point Henry Drax est un personnage abominable, pervers, mesquin, sans morale, perçu comme le diable en personne. Il fait cavalier seul et n’hésite pas à escroquer même les gens avec qui il passe des ententes. Il donne le frisson et représente constamment une menace.

« C’est un connard et une brute, mais on peut en dire autant de la moitié des hommes réunis sur ce rafiot. Si vous cherchez des personnes douces et raffinées, Sumner, ce n’est pas sur un baleinier du Groenland que vous les trouverez. »

Ou encore:

« Parler à Drax revient à crier dans les ténèbres avec l’espoir que les ténèbres vous répondront. »

Là où j’ai eu l’impression de retrouver vraiment mon intérêt du début à cette histoire, c’est lorsque les hommes se retrouvent sur la banquise et doivent survivre. Il y a la rencontre avec des animaux sauvages, le manque de vivres, le contact avec des autochtones. Et toujours Henry Drax le fou, mais cette fois, ses motivations sont en quelque sorte « explicables », il a certaines « raisons » pour faire ce qu’il fait, alors que ce n’est pas le cas sur le bateau. Ça ne l’empêche pas d’être toujours aussi cinglé, sauf que l’histoire prend une tournure différente, moins statique et moins axée sur le crime crapuleux du bateau.

« J’imagine que le Seigneur ne passe pas beaucoup de temps ici, dans les eaux du Nord. Sans doute qu’il n’aime pas trop le froid. »

La portion qui se déroule dans le Grand Nord m’a vaguement rappelé le livre Terreur de Dan Simmons (livre que je vous suggère d’ailleurs car il est vraiment excellent). Les marins ne sont pas préparés à affronter la rudesse du climat, la neige, le manque de vivres, la glace. On retrouve les éléments clés d’une expédition classique, sauf que Drax amène toute la notion de justice et de criminalité à l’histoire. J’ai particulièrement aimé la rencontre de Sumner avec le prêtre puis avec le peuple du Grand Nord.

La dernière partie du livre nous ramène à l’enquête et la recherche de justice et j’attendais avec impatience de voir comment ça se terminerait. J’ai été satisfaite du dénouement et de la façon dont l’auteur nous présente ce qui est arrivé à Drax et à Sumner. Cette portion de l’histoire me rappelle plus typiquement le roman d’enquête, toujours avec son côté historique.

Dans l’ensemble, Dans les eaux du Grand Nord est un roman que j’ai plutôt aimé, même si j’ai été décontenancée par la portion se déroulant sur le bateau. Il y a des longueurs et ce qui s’y produit est vraiment rude. En commençant le roman, je m’attendais un peu plus à un livre faisant une grande part à la nature. Tout, de la couverture au résumé, me semblait aller en ce sens. La nature arrive véritablement quand l’équipage débarque sur les terres hostiles du Grand Nord.

J’ai quand même passé un bon moment de lecture. Meilleur dans la seconde partie du livre, qui colle beaucoup plus aux attentes que j’en avais. La nature y est plus présente, l’aventure aussi, ainsi que l’aspect « policier » ou d’enquête. Je me serais toutefois passée de toutes les descriptions médicales nauséeuses et de l’état des intestins des uns et des autres. J’ai eu l’impression d’une sorte d’essoufflement dans cette première partie, ce qui n’a pas été le cas dans la seconde.

Malgré tout, le voyage à bord du Volunteer est de ceux que l’on n’oublie pas de sitôt…

Dans les eaux du Grand Nord, Ian McGuire, éditions 10-18, 312 pages, 2018

 

 

Shelton & Felter tome 2: le spectre de l’Adriatic

Shelton et felter 2Pauvre Felter ! Il doit se rendre aux obsèques de sa sœur en Angleterre, de l’autre côté de l’Atlantique. Pour cela, pas le choix, il doit prendre le bateau. Lui qui souffre tellement du mal de mer… Heureusement, Shelton se propose de l’accompagner ! Mais le voyage sera loin d’être calme, avec une nouvelle enquête qui se profile à l’horizon pour notre duo de choc… En effet, dans la cabine B215, un passager vient de mettre fin à ses jours. Enfin, c’est ce que tout le monde croit avant que Felter, entre deux nausées, n’arrive et ne remarque certains détails troublants…

J’attendais avec une grande impatience la sortie du tome 2, tellement j’avais apprécié ma lecture du premier tome. Alors, qu’en est-il de ce deuxième opus?

Nous retrouvons Shelton et Felter, cette fois à bord de l’Adriatic, un navire de la White Star Line qui assurait le trajet entre New York et Liverpool à l’époque. Les deux personnages se retrouvent donc sur le bateau, en première classe, puisque Felter souhaite voyager dans les meilleures conditions possibles vu son mal de mer.

Shelton fait la rencontre sur le bateau d’une femme qui lui plaît bien. Il se promène aussi pas mal, allant souvent en troisième classe pour participer à des danses et autres réjouissances, vu que son compagnon de cabine est plutôt mal en point. De toute façon, Shelton est bien plus à l’aise avec les gens de sa propre classe. On voit bien le clivage entre les différentes classes de gens selon le statut et la richesse.

Pendant le voyage, les deux comparses font face à un autre mystère, un suicide étrange et la disparition de plusieurs biens. Malgré son mal de mer, Felter demeure tout de même alerte et mène sa petite enquête…

J’ai bien aimé ce second tome. Il conserve les caractéristiques plaisantes et amusantes des personnages rencontrés dans le premier tome: le passé de boxeur de Shelton, cet homme jovial et sympathique et l’hypocondrie maladive de Felter qui est souvent tournée à la blague. Surtout à la fin du livre quand Felter rencontre son semblable en quelque sorte. La fin d’ailleurs réserve une petite surprise à Felter… 🙂

L’album est plein d’humour, comme le premier. Je pense à la baronne qui mélange constamment les noms des deux comparses. Ça m’a fait rire parce que je dois aussi constamment y réfléchir avant de dire leurs noms, ayant tendance à mélanger les lettres! (Helter, Felton, Shelter…).

L’intrigue est assez intéressante, quoique pas vraiment nouvelle, mais j’ai pris plaisir à la découvrir. Je regrette simplement qu’il n’y ai pas eu, comme dans le premier livre, l’aspect historique un peu plus développé. Le premier tome parlait d’un fait historique particulier. J’aurais aimé qu’on retrouve un peu la même chose dans ce second album, un peu plus d’histoire. C’est ce qui m’avait vraiment plu dans le premier.

Ce tome 2 est tout de même bien intéressant, quoique j’ai préféré le tome 1 pour son aspect historique et anecdotique plus poussé. J’espère cependant que la série ne s’arrêtera pas là!

Shelton & Felter tome 2: le spectre de l’Adriatic, Jacques Lamontagne, éditions Kennes, 48 pages, 2018

Shelton & Felter tome 1: la mort noire

shelton et felterBoston, 1924. S’il ne s’était un jour méchamment déboîté l’épaule pendant un combat de boxe, Isaac Shelton exercerait probablement aujourd’hui encore son métier de débardeur sur les quais. Mais contraint à se reconvertir, c’est en qualité de journaliste à la pige qu’il fait la connaissance de Felter, petit libraire passionné de littérature policière. Le premier est athlétique et plutôt beau garçon (si ce n’est un vilain nez cassé, autre souvenir de combat); le second est doté d’un puissant sens de l’observation et d’un esprit d’analyse hors du commun (qualités contrebalancées par un tempérament hypocondriaque et une multitude de tocs). Animés pour l’un par le besoin de décrocher un scoop rémunérateur et pour l’autre par l’envie de ressembler à ses héros littéraires, les deux compères vont s’associer afin de tenter de faire la lumière sur une série de meurtres insolites.

Je suis le travail de Jacques Lamontagne depuis un bon moment déjà. Du temps où il illustrait les couvertures de la revue Alire, jusqu’à ses plus récentes séries. La dernière en date: Shelton & Felter. Ce projet mijote depuis plus de 10 ans chez l’auteur et c’est vraiment une belle surprise!

Shelton est boxeur mais, forcé de se reconvertir, il devient journaliste. Sauf que ça ne marche pas très bien pour lui. Par hasard il rencontre Felter et réalise que ce petit libraire hypocondriaque est assez futé. Pas mal même. Il lui propose de s’associer pour enquêter et publier leurs enquêtes dans le journal.

Voilà qu’ils sont confrontés à une étrange affaire de meurtre, avec pour toile de fond un événement historique vraiment intéressant: la grande inondation de mélasse de Boston (1919). C’est un fait historique assez spectaculaire qui a causé la mort d’une vingtaine de personnes à l’époque. Ça ajoute donc beaucoup à l’histoire, même si c’est abordé comme un prétexte à l’enquête.

Le plaisir de lire cette BD réside aussi dans le talent de Lamontagne, qui n’en est pas à ses premières armes, ainsi que dans les personnages. Shelton et Felter sont caricaturés, drôles, amusants, ils sont tellement différents qu’on se demande comment leur partenariat va fonctionner, mais c’est assez réjouissant de suivre leurs aventures.

Enquêtes et humour sont au menu! Il s’agit du tome 1 mais le plus plaisant, c’est que la première de leurs enquêtes est complète avec ce tome. Donc le tome 2 ouvrira sur une nouvelle enquête.

Une belle découverte!

À noter que la première édition de cette BD contient un cahier graphique de 8 pages sur le travail entourant la création de l’histoire. Vraiment très intéressant!

Shelton & Felter tome 1: la mort noire, Jacques Lamontagne, éditions Kennes, 48 pages + cahier graphique de 8 pages, 2017