Winterkill

winterkillFin décembre, tombée de la nuit, énorme tempête de neige annoncée sur le massif des Bighorn. Le garde-chasse Joe Pickett a garé son 4×4 en lisière de la forêt et surveille un troupeau de wapitis lorsque les premiers coups de feu retentissent. Très vite c’est le massacre, les animaux tombant sous les balles les uns après les autres. Beretta en main, Joe s’approche du tueur et, stupéfait, s’aperçoit qu’il s’agit de Lamar Gardiner, le superviseur du district pour la Twelve Sleep National Forest. Il l’arrête, mais celui-ci réussit à s’enfuir. Pas pour longtemps : quelques instants plus tard, Joe le retrouve sauvagement assassiné. Mais par qui ? Déjà difficile, l’enquête devient carrément impossible lorsqu’un groupe de marginaux, les Citoyens souverains, vient s’installer dans les montagnes, ajoutant à la confusion… et à la violence.

Winterkill est le troisième tome des aventures du garde-chasse Joe Pickett. Cette nouvelle histoire est très intense au niveau de l’action, des émotions et des événements qui s’y déroulent. L’histoire débute alors que c’est l’hiver dans le Wyoming.

« Une tempête de neige était annoncée sur le massif des Bighorn. C’était la fin décembre, quatre jours avant Noël, dernière semaine de la saison de chasse aux wapitis. »

Joe Pickett est témoin d’une scène particulièrement difficile et gratuite, le superviseur du district pour la Twelve Sleep National Forest abat des wapitis les uns après les autres. Quand il l’intercepte, l’homme s’évade puis se fait tuer.

« Tandis que la tempête s’abattait sur la région, Joe se retrouva sans renfort, sans contact radio et avec le cadavre du superviseur de la Twelve Sleep National Forest sur les bras. »

Ce qui devient complexe c’est que plusieurs différentes juridictions s’intéressent à ce crime. Le shérif, l’Office des forêts, dont la fameuse Mélinda Strickand, une femme terrifiante par ses capacités à prendre des décisions dangereuses pour tout le monde, toujours en ne pensant qu’à elle et sa carrière.

« -Melinda Strickland, cette cinglée, n’a même pas voulu discuter et attendre samedi, vous savez pourquoi? Parce qu’elle ne voulait pas bosser pendant le week-end! Elle ne tue les gens que pendant les heures ouvrables! »

Une femme qui fait des ravages partout où elle passe. La journaliste qui l’accompagne est tout aussi inquiétante, tant son admiration sans borne pour Strickland lui fait perdre la raison. Entre la présence de ces deux femmes, la congrégation de survivalistes qui cachent des secrets, l’arrivée de plusieurs caravanes et un second crime, Joe est débordé de travail et le voilà une fois encore, impliqué dans une enquête pour meurtre.

Il est difficile pour Joe de voir à quel point tout ce qui se déroule devant ses yeux est très loin de l’idée qu’il se fait de la justice. Il n’a jamais eu une très bonne opinion du système judiciaire, mais cette affaire – ou plutôt ces affaires – ne font qu’empirer son opinion sur la façon dont la justice est rendue.

L’autre événement perturbant pour Joe et sa famille, c’est le retour dans la région de Jeannie Keeley. Si vous avez lu les tomes précédents, ce personnage vous rappellera quelque chose. Le mari de Jeannie avait été tué et la famille de Joe a accueillit April, la fillette de cette femme. Ils tentent de l’adopter depuis le départ de Jeannie de la région, mais son retour complique énormément les choses. D’autant plus que cette femme vit maintenant avec un groupe, les « Citoyens souverains », qui vient de s’installer sur un ancien terrain de camping de la région, ce qui ne fait pas l’affaire des autorités. Une « guerre » différents départements commence à se faire ressentir…

« Comment était-il possible que les survivants, les criminels, les complices, les sympathisants et les victimes d’événements parmi les plus tragiques des États-Unis aient pu se regrouper et décider de s’installer dans sa montagne à lui? Et que parmi eux se trouve Jeannie Keeley, venue récupérer April? »

Ce qui ne facilite pas la tâche des enquêteurs, de Joe ou de quiconque tente de mettre de l’ordre dans ce qui se déroule, c’est la quantité de neige que la région ne cesse de recevoir. Les difficultés pour se déplacer son accrues et la neige rend compliqué la recherche d’indices. Malgré tout, on imagine facilement les magnifiques paysages dans lesquels évolue Joe et les autres personnages.

« La blancheur éclatante de la lumière l’éblouit un instant. Il eut une impression de vertige. Il n’y avait plus ni ciel, ni prairie, ni arbres, ni montagnes. Seulement du blanc opaque. »

Dans ce roman, j’ai adoré la présence du personnage de Nate Romanowski. Un homme particulier, qui n’hésite pas à se faire justice si besoin est, mais qui est tout de même très attachant. Victime du système, vivant en marge de la société, son travail comme fauconnier est fascinant. J’aime quand C. J. Box met en scène de tels personnages. Ils ne sont ni blancs ni noirs, toujours un peu en bordure de la loi, mais tellement intéressants!

« …ce Romanowski était un drôle de type – une espèce de reclus qui utilisait un arc et des flèches pour tuer le gibier dont il se nourrissait et qui élevait des oiseaux de proie pour la chasse. Joe venait de se rappeler où il avait entendu ce nom. Romanowski lui avait envoyé une demande de permis de chasse au faucon. C’était la première fois qu’il recevait une telle requête depuis qu’il exerçait son métier. »

Romanowski a bien saisi le genre de personnage qu’est Joe Pickett et c’est la raison pour laquelle d’ailleurs il lui demande son aide.

Comme toujours, les romans de C. J. Box sont intéressants pour le cadre naturel qu’ils mettent en scène. On en apprend toujours un peu plus sur le travail de Joe et sur la façon dont les liens se tissent et se rompent entre les différentes autorités de la région: les citoyens, le garde-chasse, le bureau du shérif, l’Office des Forêts, les forces de l’ordre.

Winterkill est un roman enneigé et assez triste. Il se passe énormément d’action, peut-être un peu trop pour les capacités de gestion de Joe Pickett et certains événements sont déplorables. Je me demande comment sa petite famille et son couple survivront à tout cela. À voir, avec le prochain tome!

Voici mon avis sur les autres tomes de la série du garde-chasse Joe Pickett:

  1. Détonations rapprochées
  2. La Mort au fond du canyon

Winterkill, C. J. Box, éditions du Seuil, 386 pages, 2005

Shelton & Felter tome 3: Billy Bowman a disparu

Shelton et felter 3Tout le monde compte sur Billy Bowman, recrue vedette du club de baseball des Red Sox de Boston, pour remettre l’équipe sur le chemin de la victoire. Mais le jeune prodige disparaît mystérieusement. Shelton et Felter mènent l’enquête pour le retrouver.

Ce troisième tome s’ouvre sur une photo de l’équipe des Red Sox de Boston lors du championnat de 1918. Billy Bowman est la nouvelle vedette du club qui espère gagner grâce à lui. Mais voilà qu’un soir en allant boire un verre avec ses compatriotes, Billy disparaît mystérieusement. La police enquête, mais elle ne prend pas garde aux indices. Pas comme Felter, le petit libraire à qui rient n’échappe! Avec Shelton, ils sont appelés en renfort par l’équipe des Red Sox qui leur demande d’enquêter. Une recherche en parallèle des forces de police officielles ne peut pas nuire.

Comme dans les autres tomes, le duo improbable formé de Shelton – ancien boxeur – et Felter – libraire hypocondriaque au cerveau constamment en ébullition – est assez comique. Shelton, enthousiasmé par leurs récents exploits en résolution d’enquêtes, prend l’initiative de publier une annonce pour offrir leurs services, sans demander l’avis de Felter! Parallèlement, le neveu de Felter s’installe chez Shelton, qui doit subir constamment les assauts de sa musique étourdissante.

Pendant ce temps, les deux comparses doivent continuer d’enquêter et plusieurs pistes intéressantes s’offrent à eux… quand ils ne sont pas dans la mire de poursuivants! Ils doivent rester aux aguets et ils espèrent bien retrouver ce fameux Billy Bowman dont l’équipe a besoin pour poursuivre sa lancée.

Le coup de crayon de Jacques Lamontagne me plaît toujours beaucoup. Les dessins sont agréables, colorés, la bande dessinée est amusante à lire, le ton demeure humoristique sans trop l’être. Je trouve le mélange d’enquête et d’humour bien dosé dans cette série, ce qui en fait une très bonne lecture.

Les livres de cette série abordent toujours des moments de l’histoire qui sont intrigants et intéressants. Le premier tome parlait de la grande inondation de mélasse de Boston alors que le second tome abordait l’intrigue à partir d’un navire de la White Star Line, l’Adriatic. Celui-ci s’intéresse au baseball. Le premier tome reste mon préféré avec ce troisième tome que j’ai bien aimé aussi.

Des enquêteurs amusants et improbables, des histoires avec une pointe d’humour qui se déroulent au début des années 1900, tout pour nous offrir des albums divertissants et agréables à lire. Si vous ne connaissez pas cette série, je vous la conseille, c’est très plaisant à lire.

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Shelton & Felter tome 3: Billy Bowman a disparu, Jacques Lamontagne, éditions Kennes, 48 pages, 2019

La Mort au fond du canyon

mort au fond du canyon«Au troisième jour de leur lune de miel, Stewie Woods, écolo activiste à la notoriété douteuse, et son épouse, Annabel Bellotti, cloutaient des arbres dans la forêt nationale des Bighorn lorsqu’une vache explosa et les mit en pièces. Jusque-là, leur union avait été sans nuages.» Ainsi commence ce deuxième roman de C. J. Box. 
Humour, certes, mais la situation est grave. Un sénateur est étranglé à Washington après avoir, semble-t-il, reçu une visite galante, un avocat de l’Oregon périssant, lui, dans l’incendie de sa maison. Etc., etc., pourrait-on dire, jusqu’au jour où Joe Pickett, le garde-chasse qui a accompagné le shérif sur le lieu du premier drame y revient, intrigué par certains détails troublants. Tout devient alors très compliqué… et terriblement dangereux. 

Je poursuis ma relecture des aventures du garde-chasse Joe Pickett avec ce second volet: La mort au fond du canyon. Cette histoire est assez explosive et être garde-chasse au Wyoming n’est visiblement pas de tout repos si on en croit les aventures que Joe vit depuis deux romans. Ce tranquille père de famille est toujours en quête de justice et sa détermination met parfois sa vie en danger.

Avec cette deuxième histoire (qui peut aussi se lire indépendamment de la première si le thème vous interpelle plus), on plonge dans une guerre qui date de Mathusalem entre de riches propriétaires terriens et des éleveurs de bétail. Il faut remonter dans l’histoire pour en comprendre toute la portée, ce que fait Marybeth, la femme de Joe, qui est bibliothécaire. Son mari de son côté, met son nez partout et se retrouve rapidement en mauvaise posture quand Marybeth commence à recevoir des coups de téléphone… d’outre-tombe.

Ce roman débute avec l’explosion d’une vache, dans la Targhee National Forest. L’image est marquante et annonce le début d’une enquête complexe, puisqu’elle met en scène plusieurs personnages et joue dans des domaines délicats: soit l’écoterrorisme. One Globe, un groupe écolo d’activiste a pour insigne deux clés à molette, hommage à Edward Abbey. C’est un groupe écologiste qui n’hésite pas à faire des gestes marqués et à aller très loin dans leurs demandes.

« Joe n’avait évidemment aucune expérience pour ce qui était de notifier à un éleveur que ses vaches avaient explosé – sans compter que, présenté comme ça, c’était passablement ridicule. »

On apprend plusieurs choses sur le travail de Joe Pickett et sur la façon dont les groupes, qu’ils soient écologistes ou représentent des propriétaires terriens, sont gérés dans l’ombre. Les magouilles ne sont jamais vraiment loin. On fait aussi la rencontre de deux personnages terrifiants: le Vieux et Charlie, un duo qui sème sur son passage quantité de cadavres. On dirait des missionnaires sanguinaires en guerre contre les écologistes. Chaque groupe n’hésite pas à se battre pour ses convictions et à aller très très loin. Joe Pickett étant en quelque sorte coincé au milieu, tente de dénouer les fils de son enquête.

« -Vous autres, reprit-il, ce sont les idées qui vous plaisent; par exemple celle de réintroduire les loups. Vous vous sentez mieux. D’accord pour dire que, dans l’ensemble, c’est bénéfique. Seulement voilà: vous n’aimez pas trop regarder comment ça se passe quand ces nobles idées se concrétisent dans la réalité, pas vrai? »

L’histoire est par moments assez étonnante et prenante. Entre les riches propriétaires terriens qui font la pluie et le beau temps avec leurs contacts au gouvernement, les écologistes qui clament haut et fort qu’il faut sauver la nature à tout prix, les éleveurs de bétail qui ne veulent pas perdre leur travail, il se passe beaucoup de frictions entre les différents groupes. L’auteur en profite pour soulever des questions écologiques intéressantes, par l’entremise de son personnage Joe Pickett, un homme droit qui tente de faire appliquer la loi et d’être le plus juste possible.

J’aime énormément le cadre des romans de C.J. Box. La nature est omniprésente, avec la description de magnifiques paysages et de nature. Des parcs aux canyons, en passant par les animaux qui y vivent, Joe Pickett est amoureux de ces grands espaces autant que semble l’être son créateur. Le personnage, tout autant que ses aventures, sont à la fois passionnantes et inspirantes. La violence des crimes est contrebalancée par la richesse et la beauté des lieux.

Quant à l’histoire, il faut la lire pour savoir ce qu’il advient de la guerre entre les écolos et les propriétaires terriens, ainsi qu’avec les associations comme One Globe et le Stockman’s Trust, dont l’étrange histoire remonte à très loin… Un très bon roman d’enquête dont le cadre est exceptionnel et qui devient rapidement une chasse à l’homme où chacun se bat pour sauver sa peau.

Une petite parenthèse: je trouve les romans de C.J. Box visuellement très intéressants. Il est facile de s’imaginer les lieux et les personnages. Chaque fois, je me fais la réflexion que ce serait tout à fait le genre de livres qui se transposeraient bien à l’écran. Peut-être un jour aurons-nous la chance de voir Joe Pickett en chair et en os!

Je poursuis avec la troisième aventure du garde-chasse, pour qui je me prend de plus en plus d’affection.

La Mort au fond du canyon, C. J. Box, éditions du Seuil, 304 pages, 2004

Sherlock épisode 4 partie 1: Un scandale à Buckingham

Sherlock 4Grâce au blog de John Watson relatant les multiples enquêtes élucidées par Sherlock, notre détective devient de plus en plus célèbre. A tel point qu’un membre de la famille royale lui confie une nouvelle affaire consistant à récupérer des photos compromettantes prises par Irène, une femme dangereuse, aussi intelligente que culottée. 

Voici le tome 4 partie 1 de l’adaptation en manga de la série Sherlock. Ce tome correspond en fait au début de la deuxième saison de la série. Comme les autres tomes, il s’agit d’une adaptation conforme à l’épisode. Dialogues, scènes, tout est comme dans la série. C’est donc un plaisir d’y retrouver l’ambiance propre aux épisodes que j’aime tant.

L’épisode commence là où se terminait le troisième tome, sur une scène explosive. C’est dans cet épisode que nous faisons connaissance d’Irene, une femme très particulière, dominatrice et manipulatrice. Elle est brillante et sa façon de réfléchir suscite tout de même l’admiration de Sherlock. Sa rencontre avec le détective fait des flammèches et semble le déstabiliser, ce qui est une grande première en soi. C’est d’ailleurs un des épisodes où Sherlock se retrouve avec deux « ennemis »: Moriarty et Irene.

L’histoire offre comme toujours plus d’une enquête à la fois. L’étrange mort d’un randonneur et des photos compromettantes pour une illustre cliente de Buckingham Palace croisent la route d’Irene, qui n’en a pas terminé avec Sherlock…

On perçoit également le mode de fonctionnement très différent entre John et Sherlock. John écrit un blogue de plus en plus populaire et c’est ce qui attire des clients… quoique pas toujours au goût de Sherlock!

« Cette affaire vaut six. Je ne sors pas en dessous de sept, on s’était mis d’accord, non?
-On a dit ça quand?
-Hier.
-J’étais à Dublin hier.
-Tu n’avais qu’à écouter.
-Tu me parles quand je suis absent?
-Je ne sais pas. Tu l’es souvent? »

Un scandale à Buckingham est un épisode à la fois très drôle et un peu triste. Il y a des moments vraiment cocasses, qui me faisaient rire aussi à l’écran. L’épisode du drap à Buckingham par exemple est hilarant et malgré le sérieux de Sherlock et John, on voit leur belle complicité et certains moments où ils s’amusent réellement. Il y en a d’autres, comme ce moment à Noël avec Molly ou bien quand Sherlock démontre quelques faiblesses, qui sont plus « tristes ». Lui aussi peut se faire avoir. Il n’est pas infaillible et c’est intéressant de voir ce côté de lui.

« Toutes les vies ont une fin. Tous les cœurs se brisent. La compassion n’est pas un avantage… mais une faiblesse, Sherlock. »

Comme toujours, un manga bien intéressant à lire. Un petit plus si vous êtes fan de la série. Pour ma part, j’ai bien hâte à la sortie du prochain tome!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Sherlock épisode 4 partie 1: Un scandale à Buckingham, Jay, Steven Moffat, Mark Gatiss, éditions Kurokawa, 240 pages, 2019

Sherlock épisode 3: Le grand jeu

Sherlock 3En manque d’enquêtes intéressantes, Sherlock s’ennuie. C’est alors qu’une étrange explosion a lieu à proximité du 221B. Suite à ses investigations, la police trouve une lettre à l’attention de Sherlock avec un téléphone portable rose à l’intérieur. Là encore, et à l’instar de nombreuses affaires récentes, Moriarty se trouve derrière cette tentative d’intimidation. Par la suite, prenant diverses personnes en otage à qui il fait mettre des ceintures d’explosifs, le malfaiteur fait passer des épreuves à Sherlock. 

Je poursuis ma lecture des adaptations en manga de la série Sherlock avec ce troisième épisode, Le grand jeu, sans doute le plus intense en émotions de la saison 1! Explosions, prises d’otages et bombes humaines sont au programme. Le mystérieux adversaire de Sherlock s’amuse avec lui. Il prend plaisir à le faire enquêter en mettant la vie d’innocents en danger. Les heures sont comptées et Sherlock doit trouver la réponse à l’énigme que Moriarty lui soumet.

Dans ce tome, parfaitement conforme au troisième épisode de la première saison de la série Sherlock, on fait la connaisse réelle de Moriarty. C’est un épisode qui est riche en émotions car la trame est très inquiétante. Des passants sont bardés d’explosifs jusqu’à ce que Sherlock dénoue les fils de l’énigme. Après quoi, seulement, ils peuvent être sauvés.

De la découverte d’une paire de chaussures dans une pièce vide, en passant par un tableau mit aux enchères, les enquêtes sont toutes particulières et différentes. Moriarty joue avec Sherlock en le faisant danser comme une marionnette. Il le manipule en quelque sorte et réussit même à le surprendre par moments. Moriarty est en quelque sorte le pendant négatif de Sherlock. Un homme brillant, tout aussi féroce, mais qui a basculé du côté obscur. On constate aussi un nouveau sentiment chez Sherlock, une sorte d’attachement à John, qu’on ne lui voit pas souvent ressentir.

Il y a quelques moments d’humour, lorsque Sherlock qui se meurt d’ennui, tire dans les murs avec son pistolet, abîmant toute la décoration. Ou alors quand John découvre une tête coupée dans le frigo.

« Il y a une tête dans le frigo.
-Et alors?
-Une putain de tête!!
-Et où veux-tu que je la range? Ça ne t’ennuie pas trop, j’espère? »

Les prises de bec entre Sherlock, plus fantaisiste et détaché, et John, beaucoup plus terre à terre, sont courantes ici. Ils ne se comprennent pas toujours, même si on voit clairement que leur amitié se développe. Le frère de Sherlock, Mycroft, apparaît plus régulièrement en tentant parallèlement d’embaucher Sherlock pour une affaire top secrète.

La scène finale du manga était, à l’époque, très marquante lors de la fin de la saison 1 et nous laissait dans l’attente de la suite, avec de nombreuses questions. L’auteur du manga reprend la même scène pour nous replonger dans l’intrigue assez forte de cet épisode.

Comme toujours, le travail de Jay pour reprendre scène par scène la série Sherlock est impeccable. Le dessin est soigné, on reconnait bien les personnages, les scènes de la série et les intrigues. L’émotion est bien là. Un manga à dédier aux passionnés de la série, qui y retrouveront tout le plaisir des intrigues visionnées à l’écran.

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Sherlock épisode 3: Le grand jeu, Jay, Steven Moffat, Mark Gatiss, éditions Kurokawa, 240 pages, 2017