Le Clan de la rivière sauvage t.1: L’Œil du serpent

Dans le petit village de Saint-Isidore, la vie est tranquille. Un peu trop d’ailleurs pour le jeune Zaki, qui rêve de vivre en vrai les aventures qu’il trouve dans les livres. Jusqu’au jour où Anacharsis, Grand Conteur itinérant, arrive et raconte aux habitants une histoire de pirates. Lorsque Zaki et son copain Choco apprennent que le vieil homme va repartir sans achever son récit, ils décident d’en découvrir la fin par eux-mêmes. Ils s’introduisent alors dans la chambre du conteur pour lire son gigantesque recueil, et sont surpris par cette peste de Mélie et sa petite sœur Loulou. Les quatre enfants sont loin d’imaginer le pouvoir du livre qu’ils vont feuilleter, ou les convoitises qu’il peut attirer…

J’ai eu envie de découvrir Le clan de la rivière sauvage depuis que ce livre a été finaliste au Prix des libraires jeunesse, dans la catégorie bande dessinée hors Québec. Le résumé me parlait bien aussi: une histoire d’aventure et de livre très spécial. J’avais donc beaucoup d’attentes en le commençant.

Cette bande dessinée est le premier tome d’une série qui, je suppose, aura une suite éventuellement. Je l’espère bien puisque l’histoire s’y prête parfaitement. Je pense que la mise en place de cet univers particulier et magique pourrait donner de bien belles autres histoires à venir. Alors, qu’est-ce que Le clan de la rivière sauvage? C’est un improbable trio constitué de Zaki, Choco et Amélia, qui rêve d’aventures et d’histoires de pirates. Leur envie de vivre des choses extraordinaires est exacerbée lorsque le trio reçoit dans son patelin, d’étrange et fascinants personnages.

« Je me demande d’ailleurs ce qu’on attend… Qu’est-ce qui nous empêche d’aller de l’autre côté de la rivière et de partir à l’aventure là maintenant? »

Le Grand Conteur est de passage dans la ville et c’est tout un événement! Les trois enfants assistent à l’histoire qu’il leur raconte. Mais un étrange personnage, qu’ils ont croisé en forêt, fait son apparition à l’hôtel où séjourne le Grand Conteur. C’est alors que les enfants découvrent l’existence du Répertoire, un livre unique (et magique) qui va mener le trio dans une des plus grandes aventures qui soit!

J’ai beaucoup aimé l’histoire de cette bande dessinée. L’intrigue est fascinante et donne naturellement envie d’en savoir plus. On aurait presque le goût nous aussi de mettre la main sur le Répertoire! Au début, cependant, entre les différentes histoires racontées par les personnages, je n’étais pas trop certaine de la construction de l’intrigue. Elle me semble peut-être un peu mélangeante pour des enfants. Mais de mon côté, j’ai vraiment apprécié ce qui se cache derrière le Répertoire et toute l’histoire autour du Grand Conteur. C’est inventif et assez intéressant pour quiconque croit au pouvoir des livres!

En ce qui concerne le dessin, j’ai mis un temps à m’y habituer. Je suis moins sensible à ce style, je crois. Certains personnages sont plus attractifs que d’autres également. Par contre, les couleurs sont franches et bien présentes et j’ai aimé cet aspect. Cette bande dessinée, c’est un peu le début d’une aventure, qui met en avant la force de l’imaginaire, le pouvoir des mots et des histoires chez les humains. 

La fin de cet album laisse forcément présager une suite. Je suis très curieuse de voir comment cette histoire de livre magique sera menée. Je lirai le deuxième tome quand il sera disponible. J’ai hâte! 

Le Clan de la rivière sauvage t.1: L’Œil du serpent, Régis Hautière, Renaud Dillies, éditions de la Gouttière, 88 pages, 2021 

Stranger Things- Annuaire Hawkins 1985

Stranger Things Hawkins annuaire du collègeL’année 1984-85 ne s’annonçait pas différente des autres à Hawkins, et pourtant, des choses incroyables se sont produites : dans ce livre sont retranscrits tous les grands moments de l’année grâce aux témoignages de tous ceux qui en ont été les héros.

Stranger Things- Annuaire Hawkins 1985 est l’un des trois albums jeunesse autour de l’univers de la série Stranger Things que j’ai emprunté à la bibliothèque. Je n’osais pas les acheter, de peur d’être déçue. Ça été le cas pour le premier. Celui-ci est pas mal, alors que mon préféré reste les Dossiers secrets de Will Byers, plus original que les autres. C’est surtout parce qu’il apporte du nouveau contenu qu’il est intéressant. On a l’impression d’entrer dans l’intimité de Will, ses carnets, ses idées, ses craintes, alors que les deux autres livres sont agréables à feuilleter, sans plus.

L’annuaire du collège d’Hawkins est en fait un livre tête-bêche. D’un côté c’est l’annuaire des plus jeunes. Il appartient à Mike Wheeler. De l’autre, c’est l’annuaire du lycée d’Hawkins et il appartient à sa sœur, Nancy. On retrouve dans les deux cas tout ce qui fait le charme (ou pas) des annuaires étudiants: notes de la direction et du corps enseignant, petits mots des amis, dessins, collages de photos thématiques, mise en avant des personnalités étudiantes de l’année, activités parascolaires, encouragements, hommages et même, les pages de publicités.

Les deux versants du livre sont construits de façon similaires, excepté que d’un côté, c’est le monde de Mike que l’on découvre et de l’autre, celui de Nancy. Dans l’ensemble, même si le livre est agréable à feuilleter, il n’apporte pas non plus de contenu vraiment original. C’est un annuaire scolaire, créé pour parler un peu des personnages de la série et de leur univers étudiant. Le côté de Mike est plus enfantin et moins rempli, alors que celui de Nancy est légèrement plus consistant.

C’est un ouvrage agréable à feuilleter, sans plus. Une petite curiosité amusante pour les fans de la série, absolument pas incontournable.

Stranger things- Annuaire Hawkins 1985, Matthew J. Gilbert, éditions Hachette, 88 pages, 2019

Une souris nommée Miika

Miika est une souris tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Elle aime manger du fromage et passer du temps à Lutinbourg avec son ami Nikolas (le garçon nommé Noël) qu’elle a accompagné dans le Grand Nord pour retrouver son père. Tout allait bien jusqu’à ce que Miika fasse une chute lors d’un vol sur le dos du renne Éclair. Heureusement elle est sauvée par Tite Nouch la lutine. Mais être l’objet d’un sortilège magique n’est pas sans conséquence ; Miika se retrouve en possession de pouvoirs qu’il faut apprendre à maîtriser ! Cette nouvelle donne à sa camarade souris Bridget l’idée de l’un de ces plans dangereux dont elle a le secret : aller dérober le délicieux fromage Ourga-Bourga. Le seul hic : il est fabriqué par les trolls…

Une souris nommée Miika est un roman jeunesse, abondamment illustré, dans le même univers qu’Un garçon nommé Noël du même auteur. Il peut être intéressant de lire l’histoire de Miika après avoir lu la première histoire de Noël de l’auteur, mais elle peut aussi se lire après le second ou le troisième tome, ou même, seule. L’histoire se suffit à elle-même. Toutefois, j’ai trouvé intéressant de retrouver les mêmes personnages que dans les autres tomes. Avec ce livre, Matt Haig entreprend de donner une histoire à Miika, la souris qui accompagne Nicolas dans Un garçon nommé Noël. On retrouve aussi quelques références à ce personnage dans La fille qui a sauvé Noël.

« Une impossibilité, c’est juste une possibilité que tu n’as pas encore comprise. »

Miika est une souris ordinaire, qui mène une existence tranquille. Elle est l’amie de Nicolas, qu’elle a rencontré bien avant qu’il devienne le père Noël. Elle vit à Lutinbourg maintenant, et s’est fait des amis parmi les fées et les rennes. Mais Nicolas la délaisse un peu et elle rencontre par hasard une autre souris, avec qui elle est heureuse de se lier d’amitié. Seulement, Bridget la Brave ne la considère pas comme une vraie souris. Quand Miika est victime d’un sort et a de nouveaux pouvoirs, Bridget tente de les mettre à profit pour voler le plus fabuleux des fromages… aux trolls.

« Ce qu’il y a avec le courage, c’est qu’on ne sait pas qu’il est en nous tant qu’on n’en a pas vraiment besoin. »

Ce livre jeunesse est un peu plus court que les autres livres du même univers mais je trouve très sympathique d’avoir plus de détails sur Miika et d’apprendre de quelle façon elle a rencontré Nicolas. Le livre est à l’image des autres romans: plein de créatures fantastiques, de magie et d’aventures. C’est amusant et on passe un bon moment. J’ai bien apprécié cette lecture divertissante! L’histoire offre aussi un beau message sur le fait d’être soi-même et que peu importe ce que l’on décide de faire, on ne plaira pas à tout le monde. Le tout avec des personnages amusants et un peu d’humour.

Si vous connaissez les autres livres de Matt Haig en lien avec Noël, celui-ci pourrait bien vous plaire vu qu’il est dans le même univers, avec les mêmes personnages. De mon côté, j’ai passé un beau moment!

Une souris nommée Miika, Matt Haig, éditions Hélium, 240 pages, 2021

 

Les aurores boréales: le grand spectacle de Corbeau

Avez-vous déjà visité le Grand Nord? Si oui, peut-être avez-vous eu le bonheur d’admirer le magnifique spectacle de lumières que nous appelons les aurores boréales. Mais vous êtes-vous demandé comment ont vu le jour les aurores boréales et les constellations? Les aurores boréales: le grand spectacle de Corbeau relate leur magnifique histoire peinte par Corbeau, le Joueur de tours, personnage familier de la tradition orale des peuples autochtones au Canada. Une fois, par ses talents légendaires, il transforma le ciel de la nuit en tableau, grâce à ces millions et millions d’étoiles qui, fidèlement, veillent sur nous.

Cet album est tout simplement magnifique! Les illustrations sont époustouflantes et l’histoire raconte de quelle façon les aurores boréales et les constellations ont vu le jour dans l’imaginaire et les traditions orales autochtones. Le Corbeau est un personnage qui revient régulièrement dans les légendes des Premières Nations et il est souvent dépeint comme le Joueur de Tours. C’est lui qui transformera le ciel afin de nous offrir tout un spectacle!

Les deux auteurs font partie des Premières Nations. L’auteur David Bouchard est métis alors que Jasyn Lucas est membre de la Nation crie. Un portrait de chacun se retrouve à la fin de l’album. L’introduction met en contexte cette histoire magnifique, ce qui nous permet de mieux saisir les croyances et la mythologie des peuples autochtones.

L’album est un vrai bonheur pour les yeux. Je suis tombée sous le charme des illustrations de Jasyn Lucas qui a un véritable talent pour transmettre la beauté de la nuit et ses lumières. Le ciel étoilé, les aurores boréales, les animaux intrigués par ce qui se passe tout là-haut, les tons de bleu entrecoupés des lumières du ciel nocturne, toutes ces images sont si belles!

« Devant la beauté de ces millions et millions d’étoiles multicolores, Corbeau se mit à danser et à chanter. Son œuvre était un chef-d’œuvre. »

C’est à une vraie plongée dans la magnificence du ciel et ses mystères que nous invite ce livre. C’est vraiment un album pour tous, qu’on peut prendre plaisir à découvrir à tout âge. J’ai adoré!

Une très très belle découverte!

Les aurores boréales: le grand spectacle de Corbeau, David Bouchard, Jasyn Lucas, éditions Vidacom, 32 pages, 2021

Stranger Things Runaway Max

Qui est Max Mayfield? – Quand on s’est installés à Hawkins, j’étais convaincue que c’était le genre d’endroit où rien n’arrivait jamais. Et pour moi, jusqu’ici les monstres étaient des hommes, comme mon demi-frère Billy… Mais ce soir, la créature que j’essaie d’arrêter vient d’ailleurs, d’une autre dimension. Je suis bien décidée à en finir avec elle, et avec tous les autres monstres. Une bonne fois pour toutes…

J’aime toujours beaucoup découvrir les livres inspirés de la série Stranger Things et les romans officiels. J’ai donc décidé de sortir de ma pile à lire Stranger Things Runaway Max, un roman dans l’univers de la série qui met en vedette le personnage de Max Mayfield, arrivée dans la seconde saison. Au fil de la série, elle prend de plus en plus de place et elle a un rôle très important dans la quatrième saison sortie il y a peu. C’est un personnage que j’aime beaucoup, justement parce qu’elle a du caractère. C’était donc le bon moment de lire ce roman.

Alors, qu’est-ce que j’en ai finalement pensé? J’ai plutôt bien aimé cette lecture, ça se lit facilement. L’idée de me replonger dans l’univers de Max, à son arrivée à Hawkins, me plaisait bien. J’ai aimé ce que j’ai découvert sur elle, même si je trouve que ça ne va pas assez loin à mon goût. Cependant, comme c’est un roman officiel, Max est fidèle au personnage de la série et à ce qu’on peut imaginer d’elle avant Hawkins, avant les monstres et avant que Billy fasse partie de sa famille. On y retrouve aussi des clins d’œil à l’époque où se déroule Stranger Things, soit les années 80: Radio Shack, Terminator au cinéma, les bornes de jeux vidéo et les arcades.

« Les films d’horreur racontaient tous que les monstres pouvaient être vaincus… et les suites, qu’ils revenaient toujours. »

Ce livre a été une lecture sympathique mais loin d’être incontournable. Contrairement aux autres romans de la série que j’ai lu, celui-ci n’apporte pas beaucoup de nouvelles choses. Il se déroule avant et pendant la saison 2 de la série. On apprend des choses sur la vie de Max avant Hawkins, des choses sur son père, sur la dynamique familiale difficile après la séparation de ses parents et le mariage de sa mère avec Neil, qui a amené dans son sillage le violent et terrifiant Billy… On apprend des choses sur le meilleur ami de Max, Nate et sur ses autres amis avec qui elle faisait du skate avant de déménager. Dans son « ancienne vie » ses meilleurs amis étaient aussi un groupe de garçons. On découvre à quel point Neil, son beau-père, est aussi effrayant que son fils et pourquoi Max a fait quelques tentatives de fugue…

« J’avais été une vraie idiote de croire que ma famille pouvait me protéger. Je connaissais la vérité maintenant. Le monde était un endroit immense et chaotique, et j’y étais seule, toute seule. »

Autrement, la seconde partie du roman est une réécriture en accéléré des événements de la saison 2 vécus par Max et racontés de son point de vue. C’était agréable à lire, mais j’aurais aimé que ça pousse un peu plus loin dans la découverte du personnage, surtout que j’ai toujours beaucoup aimé Max. L’aspect le plus intéressant du roman est ce que l’on apprend de sa vie avant Hawkins.

Une bonne lecture donc, un plaisir pour les fans de la série, mais ce n’est pas une lecture marquante. 

Stranger Things Runaway Max, Brenna Yovanoff, éditions Hachette, 306 pages, 2019