Nottingham t.1: La rançon du roi

Les légendes se doivent d’être simples.
Tout héros a une identité secrète.
Tout héros a un ennemi juré à affronter.
Pour Robin des Bois, rien ne sera simple : il est aussi le shérif de Nottingham.

J’aimais beaucoup l’histoire de Robin des bois étant petite et j’avais bien envie de découvrir cette bande dessinée. J’ai donc lu Nottingham: La rançon du roi, qui est le premier tome. Je dois dire que j’ai adoré le dessin de cette bande dessinée, qui est vraiment magnifique. Les scènes sont détaillées, les personnages très vivants et l’action est bien présente. C’est d’ailleurs ce qui m’avait attirée en premier, ainsi que la mention d’une réécriture du personnage de Robin des bois. Par contre j’ai été un peu déçue par l’histoire. Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus prenant. J’ai l’impression qu’on reste beaucoup trop en surface.

Nous sommes en Normandie, en 1192. On retrouve dans cette bande dessinée l’histoire de Robin des bois mais réécrite différemment. Car ce dernier s’avère être aussi le shérif. On y croise Marianne, le Prince Jean, le Roi Richard et plusieurs autres. Il y a des magouilles et des complots, ainsi que des scènes de combats assez récurrentes. Mais j’ai trouvé la trame de ce premier tome un peu mince. Je m’attendais à être happée par les personnages et par l’intrigue, à vivre une grande aventure, mais la mise en place de l’univers m’a semblé prendre beaucoup de temps. De plus, on passe très souvent d’une scène à l’autre. Ça aurait pu donner une impression de mouvement, sauf que j’ai trouvé, pour ma part, que ça donnait un rythme un peu confus.

Le second tome est paru récemment. Son résumé me semble encore plus intéressant que le premier tome. Je suis curieuse de poursuivre l’histoire, en espérant que le rythme s’améliore et que l’histoire devienne plus prenante. Malgré tout, le gros point fort du premier tome de cette bande dessinée demeure pour moi son aspect visuel. Le dessin est magnifique et vraiment très réussi.

Nottingham t.1: La rançon du roi, Vincent Brugeas, Herzet, Benoît Dellac, éditions Le Lombard, 56 pages, 2021

La collision des étoiles

Coralie doit rejoindre son père à Vancouver pour les vacances de Noël. Cinq jours en train depuis Montréal… une éternité! Elle a bien l’intention de s’enfermer dans sa cabine avec ses livres pour combattre l’anxiété qui la ronge en secret. Mais à l’embarquement, changement de plan : une erreur de sac à dos soude son destin à celui de Mégane et de Xavier, deux adolescents qui transportent de la drogue. Coralie devra alors les suivre dans un tourbillon de paysages enneigés, d’escapades nocturnes, de doux sentiments inattendus et de chocolats chauds à la menthe sucrée.

Dès que j’ai vu la parution de ce roman pour adolescents, j’ai eu envie de le lire. L’idée d’un roman qui se déroule pendant les vacances de Noël, à l’atmosphère enneigée et rempli d’aventures, me semblait vraiment intéressant. On en fait si peu au Québec. Il s’agit en plus d’un premier roman. Et c’était une très bonne lecture! 

Coralie doit faire un long voyage en train, de Montréal à Vancouver, pour se rendre chez son père qu’elle n’a pas vu depuis un moment, pour les vacances de Noël. Elle n’a pas envie d’y aller et le voyage s’annonce très pénible car elle souffre d’anxiété sociale et possiblement, d’agoraphobie. Alors qu’elle se retrouve dans sa cabine, elle constate avec horreur qu’elle a échangé par mégarde son sac à dos avec celui de deux autres jeunes, Mégane et Xavier, qui transportent de la drogue. C’est alors que son voyage, qu’elle espérait passer la tête plongée dans sa liseuse, à l’écart des autres passagers, prend une toute autre tournure…

« C’est là le tragique des introvertis anxieux: les autres nous épuisent mais nous attirent en même temps, éternel jeu du chat et de la souris. »

Voilà un roman à l’atmosphère enneigée, qui sent bon le chocolat chaud, l’amitié et qui se déroule dans un train qui passe à travers des paysages hivernaux grandioses. L’écriture est efficace et les lieux sont très visuels, ce qui nous permet de plonger dans le roman et de se laisser porter par l’histoire. Ce qui est très intéressant avec ce livre c’est sa façon de combiner des thématiques assez graves avec l’ambiance d’un roman réconfortant parfait pour les vacances. Même s’il aborde des thèmes importants comme l’anxiété, la pauvreté, les difficultés familiales et amoureuses, la drogue et la santé mentale, c’est un roman qui se lit avec plaisir et qui amène son lot d’aventures et de péripéties.

« Des millions d’étoiles à perte de vue baignent dans des filaments de nuages, inondant l’entièreté de mon champ de vision. Un délicieux vertige me saisit, comme si j’étais aspirée par l’infinité du ciel. Je réalise à cet instant précis à quel point je suis vivante. Minuscule, insignifiante et pourtant chanceuse d’être là, sur une toute petite planète d’un immense univers, à sentir l’hiver contre ma peau gelée. »

J’ai apprécié qu’on parle de santé mentale et d’anxiété, en donnant un petit côté magique aux événements que vit Coralie. Grâce aux rencontres qu’elle fait dans le train, l’adolescente doit repousser encore plus ses capacités d’adaptation. Les événements auxquels elle doit faire face lui font réaliser qu’elle passe à côté de beaucoup de choses dans sa vie. Les confronter n’est pas facile, sauf qu’ils lui font réaliser que la vie évolue sans elle, la plupart du temps. J’ai apprécié que ces événements ne soient pas une solution aux problèmes de santé mentale, mais plutôt un petit choc pour Coralie qui comprend bien qu’elle ne vit pas pleinement sa vie et qu’elle doit demander de l’aide.

Un roman qui est vraiment agréable à lire, presque réconfortant dans le message qu’il fait passer. J’ai adoré le ton de cette histoire justement pour cela. Ici, pas de morale ou de propos déprimants. Le dosage entre l’aventure et l’anxiété de Coralie est vraiment bien choisi. En prime, nous avons droit à un superbe voyage en train (le salon panoramique me fait rêver ainsi que le dernier wagon du train) et à des paysages enneigé. Un vrai plaisir!

Un bel exemple qui montre qu’on peut aborder des thèmes difficiles en littérature jeunesse tout en offrant une histoire où l’atmosphère est agréable. Une auteure à surveiller, qui publiera à nouveau je l’espère. Je relirai sans doute cette histoire à l’occasion, lors de prochaines vacances de Noël, elle s’y prête bien.

Un roman qui ne manque pas d’action et qui donne envie de profiter de la vie au maximum! 

La collision des étoiles, Joanie Boutin, éditions Bayard Canada, 360 pages, 2021

Green Class t.3: Chaos rampant

Noah est mort. Et les autres peinent à s’en remettre. Où trouver encore de l’espoir dans ce monde bouleversé ? Déboussolés, ils laissent Jane et Faraday les conduire à l’abri d’une base militaire. Mais le danger les a suivis, l’épidémie est partout. Nos héros devront puiser dans leur amitié la force de mener un nouveau combat, en mémoire de Noah.

Green Class, c’est un groupe d’étudiants en voyage scolaire dans les marais de la Louisiane. Alors qu’ils rentrent chez eux, ils découvrent que le monde a changé. Un étrange virus s’est propagé, transformant les gens en monstres. Cette série de bandes dessinées, qui compte trois tomes à ce jour, nous plonge dans un monde post-apocalyptique fait de secrets de plus en plus étranges. Dans les deux premiers tomes, les auteurs mettaient en place l’univers de la série et nous faisaient découvrir les conséquences d’un étrange virus. 

Certaines personnes atteintes par le virus se transforment. D’autres ont des visions terrifiantes et on constate une vague de suicides qui fait des milliers de morts depuis le début de cette pandémie. Un nouveau discours apparaît chez certains personnages de l’album, soit le fait que l’homme est une menace pour lui-même et pour le monde dans lequel il évolue. Destructeur, l’humain risque bien d’anéantir ce qui se trouve près de lui si rien n’est fait.

« Si l’on compare l’homme aux autres formes de vie, vous savez à qui il ressemble le plus? Au cancer… L’homme est le cancer de ce monde. Et si nous ne faisons rien, il finira par tout détruire. »

Le troisième tome prend une tournure un peu différente, à laquelle je ne m’attendais pas. Les auteurs donnent plus d’informations sur ce qui se passe dans ce monde apocalyptique. On retrouve un peu l’esprit de certains classiques de science-fiction, comme Lovecraft par exemple, ou la découverte de ponts entre les mondes. Malgré cela, l’humain espère que l’armée interviendra et que quelqu’un, quelque part, agira pour que la vie reprenne son cours. On se doute bien que ce n’est pas ce qui se produira. Avec ce tome, l’histoire s’éloigne un peu du style post-apocalyptique que l’on retrouvait au début de la série, pour se tourner de plus en plus vers la science-fiction. Une tendance différente où nous mènera sans aucun doute le prochain tome, vu la façon dont celui-ci prend fin. 

J’ai bien aimé ce troisième tome, qui prend une tournure différente, tout en restant dans le thème de ce qui fait le succès de cette série. Par contre, je trouve qu’il y a quelques longueurs dans ce tome. On apprend certaines choses sur ce qui se trame derrière les événements, mais j’ai eu un peu l’impression de faire du surplace. Un tome qui me donne le sentiment d’être transitoire à ce qui viendra plus tard. Et la fin… elle se termine beaucoup trop vite, un peu comme s’il manquait des pages. J’ai donc bien hâte de voir ce que nous réservera le quatrième tome. Vu la fin, c’est à peu près impossible que l’histoire se termine ainsi. Je suis curieuse de connaître la suite. J’espère quelques dénouements un peu plus marquants et de l’action pour le prochain!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Green Class t.3: Chaos rampant, David Tako, Jérôme Hamon, éditions Le Lombard, 64 pages, 2021

Léonard de Vinci, l’ombre de la conjuration

Un crime mystérieux et un détective exceptionnel…

Dans les villes de Florence et de Milan, Léonard de Vinci enquête sur la mort d’un de ses amis. Derrière la main du criminel se dresse l’ombre d’un puissant et impitoyable seigneur : Laurent le Magnifique !

Léonard de Vinci est un personnage historique pour qui j’ai toujours eu un grand intérêt. Quand j’ai vu cette bande dessinée, elle m’intéressait naturellement beaucoup et j’ai tout de suite eu envie de la lire. Le dessin m’attirait aussi, avec son trait de crayon très artistique et très beau.

Même si Léonard de Vinci, l’ombre de la conjuration est une fiction, le fait que De Vinci en soit le personnage principal m’a beaucoup plu. Ça permet aussi de revisiter un peu tout ce que cet homme a accompli au cours de sa vie, tant au niveau artistique, qu’au niveau scientifique. On sent que les auteurs ont bien documenté leur sujet, même si, le temps de cette histoire, Léonard de Vinci se place dans la peau d’un détective. De Vinci enquêtera sur la mort d’un de ses amis à qui il tentera de rendre justice en cherchant le coupable. 

L’histoire est intéressante et très agréable à lire. On se retrouve à la fin des années 1400 -1500. C’est une époque divisée où certains citoyens sont derrière le roi et d’autres, contre. C’est une ère perturbée et conflictuelle, où parfois sa propre sécurité n’est pas assurée. Le monde décrit par De Nardo et Lucchi est un univers de complots, de magouilles et de secrets. Cette ambiance particulière et fascinante est présente tout au long de la bande dessinée. Certains passages sont sanglants, l’époque n’étant pas de tout repos.

On voit aussi le côté scientifique, l’étude de l’anatomie avec des cadavres, les dissections. Mais aussi tout le côté artistique. Il y a énormément de suspense et de rebondissements. Les auteurs mêlent personnages historiques, enquête, art et crimes. Le dessin est très beau et colle parfaitement à l’époque de l’histoire. Je crois que le coup de crayon du dessinateur se marie a merveille avec ce type de bande dessinée et se rapproche de la peinture d’époque. C’est très agréable pour l’œil.

« Notre corps est une machine merveilleuse dont le fonctionnement est obscur… Pourquoi respirons-nous? … Qui génère les sons produits par notre bouche? Qu’est-ce qui transforme les aliments que nous ingérons? … Qu’est-ce qui commande le cœur qui pompe notre sang? … Dans quelle partie de notre corps réside notre âme? Finalement, qu’est-ce qui nous fait vivre et pourquoi mourons-nous?

-Et tu crois trouver la réponse en disséquant des cadavres?

-Je ne le sais pas. Sans doute ne le trouverons-nous jamais. Au pire, j’aurais rassemblé du matériel pour un traité d’anatomie jamais réalisé jusqu’à présent…

On peut aussi percevoir cette bande dessinée comme une forme d’hommage à Léonard de Vinci. Elle montre et met en évidence l’art que de Vinci produisait, les intentions derrière son art, avec le souci de rendre vivant ce qu’il peignait. C’est aussi un portrait de tout ce qu’il pouvait incarner, dans tous les domaines. De Vinci, un homme qui n’arrêtait jamais de réfléchir, de travailler, d’apprendre, de chercher afin de mieux comprendre l’incompréhensible. 

Une bande dessinée intéressante, un scénario captivant, des dessins magnifique et une enquête bien ficelée. Une excellente bd!

Léonard de Vinci, l’ombre de la conjuration, Giuseppe De Nardo, Antonio Lucchi, éditions Mosquito, 132 pages, 2020

Le Club de l’Ours Polaire t.2: Le Mont des sorcières

Une île maudite peuplée de sorcières, de trolls et de loups damnés: la suite tant attendue du Club de l’Ours Polaire. Personne n’est jamais revenu vivant du Mont des Sorcières, or c’est justement là que se dirige le père de Stella… Accompagnée d’Ethan, Shay, Dragigus et de Gideon, un explorateur du Club du Chat de Jungle pas très coopératif, la jeune fille doit à tout prix lui venir en aide.

Le mont des sorcières est le titre du second tome de la série Le club de l’ours polaire. J’avais passé un excellent moment de lecture avec le premier tome intitulé Stella et les mondes gelés. Les trouvailles d’Alex Bell pour créer l’univers du Club de l’ours polaire sont très intéressantes. Il s’agit d’un club d’explorateurs dont il existe d’autres regroupements, qui ont chacun leurs règles et leur code de conduite. Il existe aussi le Club du Calmar Géant, celui du Chacal Doré et celui du Chat de Jungle. À la fin du livre, on retrouve d’ailleurs des informations sur les différents clubs et on croise de plus en plus des membres d’autres clubs, ce qui nous permet d’en découvrir toutes les particularités.

Dans cette nouvelle aventure, nous retrouvons les personnages du premier tome: Stella la princesse des glaces, Shay le chuchoteur de loup, Dragigus le guérisseur et Ethan le magicien. Un vautour tente de s’en prendre à Stella et son père, Felix, part pour le Mont des sorcières afin de découvrir qui envoie le volatile. Mais ce Mont effrayant et rempli de dangers est un endroit dont on ne revient pas… Stella ne veut pas perdre son père et, avec l’aide de ses amis, elle part à la recherche de Felix avant qu’il ne soit trop tard…

Le groupe n’a pas du tout l’accord du club pour partir en expédition puisque le Mont des sorcières n’est pas un lieu recommandé. Qu’à cela ne tienne, rien n’empêchera Stella de voler au secours de son père adoré! Avec ses amis, elle s’envole pour les lieux sombres et infestés de pièges du Mont des sorcières. Les lieux sont à la fois effrayants et magiques. Le groupe devra mettre ses forces en commun pour réussir à affronter tous les obstacles qui se présentent à lui. Il y a de belles trouvailles dans ce roman, comme la couverture-forteresse qui fait littéralement rêver ou les différents animaux et dangers que croisent le groupe. J’aime que les animaux de compagnie de Stella soient un ours polaire nommé Mal-Léché et un petit dinosaure nain.

« Mme Sap n’avait pas apprécié l’arrivée de Mal-Léché – vraiment pas – et ne cessait de soutenir à son maître que les ours polaires n’étaient pas des animaux domestiques et qu’ils ne devraient pas être autorisés à entrer dans une maison, ni à se laver dans la grande baignoire sur pieds de la plus belle salle de bains, ni à se coucher sur le grand lit à baldaquin de la chambre d’amis quand il n’y avait pas d’invités (et même occasionnellement quand il y en avait…) »

Le personnage de Stella est intéressant car elle hérite d’un titre – princesse des glaces – qu’elle n’a pas envie d’avoir. Les princesses des glaces ont le cœur glacé et deviennent de mauvaises personnes. Stella doit donc aller au bout d’elle-même et apprendre à aimer qui elle est pour réussir à affronter les épreuves qui l’attendent. Elle découvre ses dons particuliers et doit apprendre à les utiliser, en dosant savamment ce qu’elle peut accomplir et les dangers qui la guettent. Être princesse des glaces n’est pas tout ce qui la définie.

« Stella est une princesse des glaces parmi bien d’autres choses, répondit tranquillement Felix. Avant tout, c’est une remarquable navigatrice, une exploratrice intrépide, une fille adorée par son père, une excellente patineuse, une lectrice infatigable, une amie fidèle et une fabricante virtuose de licornes en ballons. »

C’est donc un roman qui parle en filigrane de l’identité et de l’héritage que l’on reçoit. Felix est un père adorable, qu’on aime tout de suite. On apprend d’ailleurs plusieurs petites choses sur lui dans ce tome. J’adore également le personnage de Shay, vraiment doux et courageux, qui entend les loups et a un animal totem. L’univers du Club de l’ours polaire est à la fois magique et intéressant. C’est l’occasion de vivre beaucoup d’action et c’est ce qui me plaît de cette série. C’est un roman d’aventure magique, quelque part entre Harry Potter et À la croisée des mondes. J’adore l’imaginaire de l’auteure et les aventures improbables et étranges qu’elle fait vivre à ses personnages. Le texte est parfois teinté d’humour, souvent par l’entremise d’Ethan, un magicien bourru et grognon. 

« Ce n’est pas possible! Cette expédition est en train de devenir la plus malchanceuse de l’histoire des explorations. Un tapis volant apparaît miraculeusement devant nous, mais il ne fait que sauver une vache, un dinosaure et une bande de fées! »

Plus je découvre cette série pleine de magie et de personnages fantastiques, plus je l’aime! Le troisième tome est dans ma pile à lire et je compte bien le dévorer très bientôt. Je reviendrai vous en parler prochainement. En attendant je vous invite à découvrir cette série enneigée et pleine d’aventures et de magie!

Le Club de l’Ours Polaire t.2: Le Mont des sorcières, Alex Bell, illustrations de Tomislav Tomić, éditions Gallimard Jeunesse, 400 pages, 2019