L’Hiver de la Sorcière

Moscou se relève difficilement d’un terrible incendie. Le grand-prince est fou de rage et les habitants exigent des explications. Ils cherchent, surtout, quelqu’un sur qui rejeter la faute. Vassia, avec ses étranges pouvoirs, fait une coupable idéale. Parviendra-t-elle à échapper à la fureur populaire, aiguillonnée par père Konstantin? Saura-t-elle prévenir les conflits qui s’annoncent? Arrivera-t-elle à réconcilier le monde des humains et celui des créatures magiques? Les défis qui attendent la jeune fille sont nombreux, d’autant qu’une autre menace, bien plus inquiétante, se profile aux frontières de la Rus’.

L’hiver de la sorcière est le dernier tome de la « Trilogie d’une nuit d’hiver » de Katherine Arden. Et quelle lecture! J’ai adoré cette finale. Le roman est bon, prenant et difficile à lâcher. On veut savoir ce qu’il adviendra de Vassia, dans cette Russie à feu et à sang où les sorcières sont envoyées au bûcher et où les créatures magiques côtoient la religion des hommes. Vassia, que l’on a vu évoluer dans les deux autres tomes, doit échapper à la fureur de Moscou, incendiée. Sa position n’est pas très enviable, mais le rôle qu’elle jouera sera exceptionnel. Dans tous les tomes, on tente de lui mettre la bride au cou, de la calmer, de la marier afin qu’elle prenne sa place et cesse de se comporter en garçon, ou alors de la confiner dans un couvent. C’est bien mal connaître Vassia, têtue et rebelle, ce qui en fait un personnage auquel on s’attache encore plus. 

« Rien qu’hier, elle vous a sauvé la vie, a tué un magicien dévoyé, et a embrasé la ville avant de la sauver; tout cela en une seule nuit. Croyez-vous qu’elle consentira à disparaître contre une dot, ou à n’importe quel prix? Connaissez-vous ma sœur? »

La « Trilogie d’une nuit d’hiver » se déroule dans la Russie médiévale, à une époque où la double foi – celle en la religion et celle dans des êtres fantastiques – crée des guerres et des affrontements sans fin. L’auteure poursuit ici l’histoire de Vassia, une héroïne forte et courageuse, accusée d’être une sorcière, qui tente de faire le pont entre son monde et celui des créatures magiques. Ce troisième volet est aussi l’occasion pour elle d’en apprendre plus sur sa famille, de découvrir la Minuit, une sorte de monde parallèle où elle côtoie des créatures magiques. La mission qu’elle se donne est alors de rapprocher les deux mondes afin qu’une certaine paix soit instaurée entre les humains et les êtres fantastiques. Pendant ce temps, la guerre avec les Tatars se prépare…

« Mon domaine n’est pas fait de jours ou de saisons, mais de minuits. On peut y traverser le monde en un instant, tant qu’il est minuit là où l’on va. Ou, plus probablement, mourir ou perdre la raison en essayant. »

Ce roman fantastique puise ses racines dans l’histoire, la vraie. Certains personnages du roman ont réellement existés (ici, ils sont romancés pour les besoins de l’histoire) et certains faits historiques racontés ont aussi eu lieu, comme la Bataille de Koulikovo. C’est une bataille à la base de l’unification de la nation russe. C’est un peu la même chose que l’on retrouve dans ce roman, mais avec notre monde et celui des créatures magiques. J’aime également tout le travail de recherche qu’a fait l’auteure avec ce livre, qui est une véritable plongée dans le monde médiéval russe. Des noms, aux lieux, en passant par les mythes, les légendes et des personnages historiques, Katherine Arden a fait beaucoup de travail afin d’offrir un roman qui soit crédible, complet et détaillé.  L’auteure a mit plusieurs années à écrire sa trilogie. J’ai particulièrement aimé l’écriture et le monde dans lequel elle nous amène.

C’est d’ailleurs dans les légendes russes qu’elle puise pour nous offrir cette plongée médiévale fascinante. Ce troisième tome termine à la perfection cette trilogie, en nous offrant vraiment des moments touchants, effrayants et fantastiques. On retrouve Vassia, cette héroïne qui n’a pas froid aux yeux; Morozko le roi de l’hiver; son frère jumeau l’Ours; et le maléfique père Konstantin. On y retrouve des chevaux de légende qu’on imagine sans mal comme des créatures puissantes nimbées de mystère; des oupyrs (sortes de vampires slaves); ainsi qu’une foule de tchiorti (les « diables » du folklore russe) qui sont toujours présents un peu partout dans le roman et prêts à aider (ou mettre des bâtons dans les roues). Cette mythologie est sans doute la plus grande force de ce roman justement parce que Vassia peut les voir, entretenir des relations avec eux et faire le pont entre notre monde et le leur.

« Mon frère pense que les hommes et les tchiorti peuvent partager le même monde. Ces mêmes hommes qui se propagent comme une maladie, qui font sonner les cloches de leurs églises et nous oublient. Mon frère est idiot. Si les hommes sont laissés sans contrôle, alors un jour il n’y aura plus de tchiorti, plus de route de la Minuit, plus une seule merveille dans le monde. »

L’atmosphère de cette série est vraiment unique. On baigne dans l’hiver et le froid. Dans ce tome-ci, on aborde également les autres saisons, en se promenant de la Minuit à la Midi et en évoluant en dehors du temps. Les histoires et les personnages fantastiques sont fascinants. La relation entre Vassia et Morozko est beaucoup plus étoffée dans ce troisième tome où la jeune fille doit définitivement faire des choix déchirants. 

Cette trilogie, très visuelle, ferait d’ailleurs une série de films absolument incroyables! On peut se permettre de rêver, qui sait. Cette trilogie est définitivement l’une de mes très belles découvertes des dernières années. Plus les tomes avancent, plus ils me semblent encore mieux que les précédents. Une série que je ne peux que vous conseiller, si vous aimez les contes et les grandes histoires russes pleines de mystère et de légendes.

À lire!

Mon avis sur les deux autres tomes:

L’Hiver de la Sorcière, Katherine Arden, éditions Denoël, 464 pages, 2020

Le vilain petit canard

Depuis son jeune âge, Hans Christian Andersen se savait différent des autres. Il a écrit Le Vilain Petit Canard comme une métaphore de sa propre vie. Dans cette nouvelle version sanglante, le personnage principal nous relate une existence beaucoup plus funeste… Un informaticien orphelin aspirant à une vie plus palpitante, qui ne trouve le réconfort que dans les jeux vidéo. Une intrigante voisine aux mystérieuses sorties nocturnes. Une bande de marginaux dirigée par un personnage controversé se faisant appeler Démon. Un nightclub clandestin recelant un passage vers l’antichambre de l’enfer.

Je trouve les couvertures des livres de la collection Les contes interdits superbes. La collection a quelque chose d’attirant et l’ensemble me semble visuellement très réussi. C’est pour une raison aussi simple que celle-là que j’ai eu envie de tester un des titres de la série. Mon choix s’est porté sur Le vilain petit canard, un conte que j’ai beaucoup entendu raconter étant enfant. J’avais envie de sortir de ma zone de confort (et avec ce livre, c’est vraiment le cas) afin de découvrir cette réécriture plus sombre et très sanglante de l’œuvre originale. Ici, nous sommes donc dans un conte horrifique, très loin du conte original. 

Informaticien, orphelin, geek, joueur et solitaire, Clay se sent à part des autres. C’est un jeune homme très timide et mal à l’aise. Amoureux de sa voisine, il n’a aucune idée de ce qui l’attend quand il se rapproche d’elle et fait la rencontre de Démon, qui l’invite à une soirée. La prestance de Démon l’attire et lui fait peur, mais il pense surtout à Isabella, qui lui plaît. Cette soirée changera complètement sa vie. 

« Je ressentis un long frisson glacé me parcourir l’échine, et mon pouls s’accélérer. Qui était cette personne? Comment pouvait-elle être encore en vie? Allait-on me réserver le même sort pour m’être aventuré là où je ne le devais pas? Devais-je faire demi-tour? Appeler la police? »

Clay a toujours été à part des autres. C’est un solitaire, rejeté des autres. Il n’a pas vraiment de liens avec sa famille. Il s’enferme donc sur lui-même et passe son temps à jouer à des jeux vidéos violents. On découvre, au fil des pages, ce qui se cache derrière l’évolution de Clay. C’est un peu le lien avec le conte original, l’évolution du personnage principal qui est mal-aimé et seul, et qui fini par inspirer le respect et s’intégrer à un groupe. 

J’ai aimé l’écriture de Christian Boivin, simple, mais prenante, qui nous amène dans son univers déjanté et sanglant, un monde fait de vampires et de chasseurs, en marge de notre vie quotidienne. Avec cette réécriture de conte très sanglante, je suis sorti de ma zone de confort. Il s’agissait de mon premier Conte interdit. Le vilain petit canard n’a pas été un coup de cœur, mais j’ai tout de même aimé cette lecture. Ça m’a quand même surpris d’avoir su apprécier ce livre malgré tout, et d’avoir passé un bon moment, car l’horreur n’est pas vraiment un genre que j’affectionne normalement. C’était vraiment très différent de mes lectures habituelles!

Le vilain petit canard, Christian Boivin, éditions Ada, 185 pages, 2018

Glauque

« J’ai toujours eu l’impression que si ma sœur et moi on n’écoutait pas les terreurs anxieuses de ma grand-mère pis qu’on traversait entre chez elle et notre maison quand il commence à faire noir et surtout, surtout, l’hiver, les barbus allaient nous attraper, nous enlever, nous faire des choses terribles. En vieillissant, ces hantises suscitées par l’inquiétant terrain bordé d’arbres deviennent des supplices secondaires. On y verrait là de quoi se trouver chanceux, quand on connaît mieux la mesure des sévices cruels que l’on peut infliger à une femme seule dans le noir. » Depuis toujours, les Gaspésiens vivent entourés d’une nature menaçante qui alimente de nombreuses légendes. Fantômes, démons, vampires, sorcières et monstres; en neuf nouvelles, l’autrice invente un folklore moderne et angoissant qui puise sa source dans sa propre enfance et sa région natale, là où la terre se termine.

J’avais très hâte de découvrir Glauque, là où la terre se termine de Joyce Baker. Comme c’est indiqué sur la couverture, il s’agit de « récits et contes occultes ». En fait, l’auteure revisite les légendes et les histoires racontées d’une génération à l’autre, en Gaspésie. C’est très intéressant car on entend peu parler de ce qui forge les histoires des régions. Naturellement, l’auteure y ajoute sa plume et son imagination, ce qui nous amène à découvrir des contes particulièrement inquiétants qui nous tiennent en haleine jusqu’au bout. Le format aussi, apporte beaucoup au livre. Les histoires sont assez courtes et très intrigantes.

« Quand je fais faire le tour aux touristes, je leur raconte beaucoup de faits, mais peu d’histoires. Il y a par contre de ces faits qui se mêlent à des légendes au point où il est difficile de distinguer le vrai du faux. C’est à ce moment que le folklore devient la vérité. »

On y retrouve des histoires issues du folklore, comme La Table à Rolland ou la Blanche du rocher, revisitées. On n’imagine pas à quel point cette superbe région peut cacher autant d’inquiétantes histoires… L’auteure invente aussi tout un folklore avec des histoires plus « modernes » ou des récits qu’on se racontaient entre les générations, dans lesquels se côtoient monstres, sorcières, démons, fantômes, extraterrestres, sirènes, et tant d’autres.

Voici un petit tour d’horizon des dix contes que l’on retrouve dans le recueil. Certains s’inspirent d’histoires un peu plus connues alors que d’autres sont plus ancrées dans le souvenir, en mettant en scène les histoires orales de la région et les peurs liées à ce qui est fantastique et inquiétant. Dans toutes les histoires, on retrouve des personnages qui donnent le frissons.

Les barbus
Une histoire d’énormes barbus qui capturent les enfants.

Au camp
Douze jours passés dans un camp de vacances, avec des soirées typiques d’histoires d’horreur autour du feu.

Élizabeth et Belzébuth
L’histoire est racontée par un chat, qui explique les lieux à éviter pour survivre…

La cache
Marianne, une végane, vient de se construire un abri pour la chasse.

Marie, la Blanche du Rocher
Une histoire de pirate en lien avec la légende du Rocher Percé.

Cap-Rouge
L’histoire du Cap-Rouge et de la maison inquiétante de Magellan.

La table à Rolland
Rolland, contremaître de chantier de la future église Saint-Michel-de-Percé, accepte une étrange partie de dés.

Spécimen
Une scientifique, envoyée par l’Université pour étudier l’activité sismique et biologique, passe du temps dans un bar de danseuses.

L’île
Un conte ayant pour lieu l’île Bonaventure et ses mystères.

I’m Done With Not Writing
Un récit fait d’eau, de Grande-Rivière et d’histoires.

En dix contes, Joyce Baker nous convie à un rendez-vous gaspésien inédit. C’est ce que j’ai aimé de ce livre. L’originalité du texte et une autre vision, plus sombre, de cette belle région. Certains contes m’ont plu plus que d’autres, mais dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment avec ce livre… qui sort définitivement des sentiers battus! 

Glauque: Là où la terre se termine. Récits et contes occultes, Joyce Baker, éditions Québec-Amérique, 136 pages, 2021

Créatures fantastiques t.4

La science a remplacé la magie dans le cœur des hommes. Elle est sur le point de faire basculer le monde dans une nouvelle ère, entraînant les créatures fantastiques dans l’oubli. Un jour, un homme du nom de Jean demande à Ziska de le suivre, afin d’examiner un animal blessé. Ce dernier est en réalité un griffon qui s’en est pris à des humains. Il semblerait qu’une “chose gigantesque” ait causé sa blessure. Pour le meilleur ou pour le pire, la jeune fille est incapable d’abandonner une créature qui souffre devant elle.

J’avais bien hâte de lire le quatrième tome de Créatures fantastiques, surtout après la fin du troisième tome. L’histoire reprend ici exactement là où on l’avait laissée, avec la disparition de Ziska. Son maître part à sa recherche à l’aide d’Annie, la seule à avoir vu l’enlèvement. Ils sont rapidement accompagnés par une femme bien étrange…

Avec ce tome, l’intrigue prend une tournure bien intéressante: les créatures fantastiques ne sont plus uniquement des bêtes à soigner… On tombe dans le mythe et les légendes. Ici, il est question de Rübezahl, un être fantastique issu du folklore allemand et d’un personnage de contes de fées. Cette nouvelle thématique, qui va plus loin que le soin aux créatures, apporte un plus à la série. En combinant les deux, l’auteure en fait un univers unique et vraiment intéressant. 

La première partie du manga est une véritable aventure: enlèvement, tempête de neige dévastatrice, animaux inquiétants.

« Mais quelque chose approche depuis l’Est… Depuis une terre que je ne connais pas. Cette chose se dirige vers mon territoire. »

Comme les autres tomes, il y a un message écologique sous-jacent. Même si l’histoire est ancrée dans un monde fantastique, le thème de la nature est souvent abordé ainsi que le destin réservé aux animaux par les hommes. L’univers de Ziska s’enrichit d’étranges compagnons et elle apprend de nouvelles choses. On découvre également certaines choses sur de nouvelles créatures fantastiques, comme le griffon que Ziska doit soigner, cet étrange coq qu’elle doit voir dans une ferme accompagnée de son maître ou le Tatzelwurm, créature provenant du folklore alpin. 

J’aime vraiment beaucoup cette série, que je trouve originale et où le fantastique et l’imaginaire sont très importants. J’apprécie également le dessin, qui est assez représentatif du genre de manga qu’est Créatures fantastiques. Plus cette série avance, plus elle devient intéressante. Vivement le sortie du tome 5!  

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Créatures fantastiques t.4, Kaziya, Komikku éditions, 208 pages, 2020

Il faut prendre le taureau par les contes !

Il faut prendre le taureau par les contesIl porte son village comme une attache. De naissance. Saint-Élie de Caxton l’habite, autant que l’inverse, et se transvide dans sa tête en fables et légendes. Son village est vaste malgré sa petite taille et chargé d’un monde qui dépasse l’idée que l’on s’en fait. Aussi, son histoire, depuis les débuts jusqu’à demain, s’invente sur des personnages que la rumeur nourrit d’incroyable. Sur la route des oreilles, Fred Pellerin en transmet la surréalité. Saint-Élie de Caxton est son point de départ, son point de fuite mais, surtout, son point de retour.Il faut prendre le taureau par les contes !

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas lu un livre de Fred Pellerin. J’avais très envie de me replonger dans son univers. Il faut prendre le taureau par les contes ! est un livre parfait pour renouer avec le monde merveilleux de Saint-Élie de Caxton.

Il faut prendre le taureau par les contes ! c’est l’histoire de Babine, le fou du village de Saint-Élie de Caxton, condamné à mort plusieurs fois, sauvé à la toute dernière minute. C’est aussi une petite parcelle de l’histoire d’Ésiméac, l’homme fort qui n’avait pas d’ombre. L’histoire de Babine s’entrecroise avec celle d’Ésimésac, qu’on retrouve aussi dans d’autres livres de Fred Pellerin. Il fut un temps ou chaque village avait son fou et Saint-Élie de Caxton n’était pas différent des autres village.

Pour écrire ce livre, l’auteur s’inspire de Roger Lafrenière, le fou du village où il vivait et qu’il a connu alors qu’il était enfant. Il lui dédie aussi son livre. Afin de colorer quelques portions de son récit, il lui a donné le surnom de Babine. 

Dans le monde de Fred Pellerin, l’imaginaire est vaste, les jeux de mots sont très riches et très représentatifs d’un monde merveilleux qui n’est pas très loin du monde réel. Quand on entre dans ses contes, on se retrouve dans un tout autre univers. Les jeux de mots et l’humour sont omniprésents. Fred Pellerin manie les mots et la langue française de façon admirable. Il nous raconte toutes sortes d’histoires étonnantes et passionnantes inspirées par le village et ses habitants.

« Quand le visage de ce bébé-là apparut au village, ça consterna d’une commotion tant il était lette. Sa mère le traînait partout, enrobé dans des guenilles. Les gens s’approchaient pour le voir et se décevoir. Puis on avait beau chercher, parce qu’on sait que les enfants sont toujours  beaux un minimum, il restait lette partout. Habituellement, on attend d’un petit qu’il présente un minimum acceptable. Au moins un grain de beauté. Mais lui, rien. Et je ne vous parle pas d’une laideur qui déclenche le « c’est-plate-pour-lui », mais plutôt de celle qui engendre un « c’est-l’fun-pour-nous-autres ». La seule vue de sa grimace semait crises d’asthme et d’hyperventilation, pour cause de rire. Plusieurs habitants de l’actuel village ont encore traces aux poumons des crampes de leurs ancêtres. »

Il y a de la magie presque tangible dans les histoires de Fred Pellerin. L’objet-livre en lui-même est magnifique, représentatif du contenu de l’histoire qui nous est racontée. Fred Pellerin est l’un de mes auteurs préférés. C’est un artiste multidisciplinaire, sensible, merveilleux et profondément inspirant. Il incarne le passé, les histoires de notre patrimoine, une parlure bien de chez nous. C’est une richesse que d’avoir un auteur comme lui au Québec. Il offre un nouveau souffle au conte et nous permet de nous plonger dans nos histoires passées. Il y a un immense travail de recherche et d’écriture dans ses ouvrages. Il nous permet de garder vive une mémoire et une richesse culturelle qui serait autrement sans doute perdue. Les contes, c’est l’histoire d’un peuple.

« L’amour, mon Babine, c’est un frisson dans la colonne vertébrale. Tu vas voir, tu vas le sentir. Si jamais ça te pogne, ça va te branler à partir du bas du dos, ça va te faire vibrer jusque dans la tête. L’amour, Babine, c’est un chatouillage vertical à double sens. »

Il faut prendre le taureau par les contes ! est un livre-cd, un objet qu’on a envie de conserver tant son contenu est riche. Dans l’ouvrage, on retrouve aussi des photos en noir et blanc tirées des archives du village. Au début du livre, l’auteur présente un bel hommage à sa grand-mère, qui racontait toujours beaucoup d’histoires. Une forme de passation du plaisir de raconter, de l’aînée au jeune garçon.

Les contes de village ont tous comme point commun le village de St-Élie de Caxton, sans doute le village québécois porté le plus par les histoires et l’imaginaire. Toujours avec beaucoup d’humour et des jeux de mots qui sont un vrai plaisir à découvrir.

Quelques mots sur le CD qui accompagne l’ouvrage. Il s’agit d’une lecture de l’histoire par Fred Pellerin. Bourré d’humour, le texte est enregistré un peu sous forme de spectacle. Si vous aimez vous faire raconter des histoires, avec l’ambiance qui l’accompagne, ce livre-cd est pour vous. Fred Pellerin offre une brillante performance, très agréable à écouter. Un monde imaginaire qui s’ouvre complètement devant nous, par le pouvoir des mots.

Un immense plaisir de lecture! Fred Pellerin est un incontournable à découvrir absolument!

En complément: 

Tout le long de ma lecture, j’ai eu envie de revoir les films qui ont été tirés des contes de Fred Pellerin. J’ai donc ajouté à ma pile à visionner, Babine et Ésimésac, que nous avons regardé l’un à la suite de l’autre, pendant une fin de semaine. Toujours d’excellents films. Les contes de village de Fred Pellerin sont très imagés et se prêtent merveilleusement bien à une adaptation au grand écran.

Il faut prendre le taureau par les contes!, Fred Pellerin, éditions Planète rebelle, 136 pages, 2003