Le Club de l’Ours Polaire t.2: Le Mont des sorcières

Une île maudite peuplée de sorcières, de trolls et de loups damnés: la suite tant attendue du Club de l’Ours Polaire. Personne n’est jamais revenu vivant du Mont des Sorcières, or c’est justement là que se dirige le père de Stella… Accompagnée d’Ethan, Shay, Dragigus et de Gideon, un explorateur du Club du Chat de Jungle pas très coopératif, la jeune fille doit à tout prix lui venir en aide.

Le mont des sorcières est le titre du second tome de la série Le club de l’ours polaire. J’avais passé un excellent moment de lecture avec le premier tome intitulé Stella et les mondes gelés. Les trouvailles d’Alex Bell pour créer l’univers du Club de l’ours polaire sont très intéressantes. Il s’agit d’un club d’explorateurs dont il existe d’autres regroupements, qui ont chacun leurs règles et leur code de conduite. Il existe aussi le Club du Calmar Géant, celui du Chacal Doré et celui du Chat de Jungle. À la fin du livre, on retrouve d’ailleurs des informations sur les différents clubs et on croise de plus en plus des membres d’autres clubs, ce qui nous permet d’en découvrir toutes les particularités.

Dans cette nouvelle aventure, nous retrouvons les personnages du premier tome: Stella la princesse des glaces, Shay le chuchoteur de loup, Dragigus le guérisseur et Ethan le magicien. Un vautour tente de s’en prendre à Stella et son père, Felix, part pour le Mont des sorcières afin de découvrir qui envoie le volatile. Mais ce Mont effrayant et rempli de dangers est un endroit dont on ne revient pas… Stella ne veut pas perdre son père et, avec l’aide de ses amis, elle part à la recherche de Felix avant qu’il ne soit trop tard…

Le groupe n’a pas du tout l’accord du club pour partir en expédition puisque le Mont des sorcières n’est pas un lieu recommandé. Qu’à cela ne tienne, rien n’empêchera Stella de voler au secours de son père adoré! Avec ses amis, elle s’envole pour les lieux sombres et infestés de pièges du Mont des sorcières. Les lieux sont à la fois effrayants et magiques. Le groupe devra mettre ses forces en commun pour réussir à affronter tous les obstacles qui se présentent à lui. Il y a de belles trouvailles dans ce roman, comme la couverture-forteresse qui fait littéralement rêver ou les différents animaux et dangers que croisent le groupe. J’aime que les animaux de compagnie de Stella soient un ours polaire nommé Mal-Léché et un petit dinosaure nain.

« Mme Sap n’avait pas apprécié l’arrivée de Mal-Léché – vraiment pas – et ne cessait de soutenir à son maître que les ours polaires n’étaient pas des animaux domestiques et qu’ils ne devraient pas être autorisés à entrer dans une maison, ni à se laver dans la grande baignoire sur pieds de la plus belle salle de bains, ni à se coucher sur le grand lit à baldaquin de la chambre d’amis quand il n’y avait pas d’invités (et même occasionnellement quand il y en avait…) »

Le personnage de Stella est intéressant car elle hérite d’un titre – princesse des glaces – qu’elle n’a pas envie d’avoir. Les princesses des glaces ont le cœur glacé et deviennent de mauvaises personnes. Stella doit donc aller au bout d’elle-même et apprendre à aimer qui elle est pour réussir à affronter les épreuves qui l’attendent. Elle découvre ses dons particuliers et doit apprendre à les utiliser, en dosant savamment ce qu’elle peut accomplir et les dangers qui la guettent. Être princesse des glaces n’est pas tout ce qui la définie.

« Stella est une princesse des glaces parmi bien d’autres choses, répondit tranquillement Felix. Avant tout, c’est une remarquable navigatrice, une exploratrice intrépide, une fille adorée par son père, une excellente patineuse, une lectrice infatigable, une amie fidèle et une fabricante virtuose de licornes en ballons. »

C’est donc un roman qui parle en filigrane de l’identité et de l’héritage que l’on reçoit. Felix est un père adorable, qu’on aime tout de suite. On apprend d’ailleurs plusieurs petites choses sur lui dans ce tome. J’adore également le personnage de Shay, vraiment doux et courageux, qui entend les loups et a un animal totem. L’univers du Club de l’ours polaire est à la fois magique et intéressant. C’est l’occasion de vivre beaucoup d’action et c’est ce qui me plaît de cette série. C’est un roman d’aventure magique, quelque part entre Harry Potter et À la croisée des mondes. J’adore l’imaginaire de l’auteure et les aventures improbables et étranges qu’elle fait vivre à ses personnages. Le texte est parfois teinté d’humour, souvent par l’entremise d’Ethan, un magicien bourru et grognon. 

« Ce n’est pas possible! Cette expédition est en train de devenir la plus malchanceuse de l’histoire des explorations. Un tapis volant apparaît miraculeusement devant nous, mais il ne fait que sauver une vache, un dinosaure et une bande de fées! »

Plus je découvre cette série pleine de magie et de personnages fantastiques, plus je l’aime! Le troisième tome est dans ma pile à lire et je compte bien le dévorer très bientôt. Je reviendrai vous en parler prochainement. En attendant je vous invite à découvrir cette série enneigée et pleine d’aventures et de magie!

Le Club de l’Ours Polaire t.2: Le Mont des sorcières, Alex Bell, illustrations de Tomislav Tomić, éditions Gallimard Jeunesse, 400 pages, 2019

Bilan du Défi Un hiver au chalet 2020-2021

Le défi Un hiver au chalet a été lancé sur un coup de tête, en pleine période de pandémie plutôt anxiogène, dans l’idée d’alléger un peu la période hivernale et de la rendre festive. Avec deux parties, soit une partie lecture et une partie ambiance, le défi se voulait le plus convivial possible et une occasion de prendre soin de soi.

Il existe déjà plusieurs défis littéraires, mais peu au Québec, avec des catégories et des expressions de chez nous. Je voulais quelque chose qui soit un peu plus à mon image et surtout, tout en français. C’était très important pour moi. Il faut mettre en avant notre langue et ses particularités si l’on veut qu’elle continue de survivre, surtout sur les réseaux sociaux.

Je voulais aussi mettre en avant des types de livres que l’on retrouve beaucoup moins dans les défis: livres québécois, poésie, Premières nations. Ça aussi, c’était primordial pour moi et ces catégories reviendront l’an prochain, assurément. On en parle encore trop peu à mon goût sur Instagram.

Vous avez été nombreux à m’écrire avec vos mots bienveillants et tellement gentils. Vous avez été aussi très nombreux à participer et ça m’a fait vraiment plaisir de voir votre enthousiasme. Je l’avoue, je ne m’attendais pas à autant de participations! C’était une belle surprise. Il y a eu 413 publications Instagram pour le défi en cette première édition. C’est énorme et ça m’a énormément touchée.

Cette année j’ai tenté, dans la mesure du possible, de partager via mon compte, le plus de vos publications en lien avec le défi. J’en ai échappé sans doute. Je dois avouer qu’au nombre de publications que vous avez posté, ce n’était pas toujours facile à suivre. Naturellement, si le défi prend de l’ampleur, il ne me sera sans doute plus possible de repartager tous les contenus. Je réfléchis d’ailleurs à quelque chose en rapport à ça.

Voilà donc le bilan de cette première édition du Défi Un hiver au chalet. On me l’a demandé plusieurs fois et j’y ai beaucoup réfléchi, il y aura assurément une seconde édition l’an prochain. La forme restera sans doute la même, avec quelques ajouts et retraits, quelques nouvelles catégories ou noms de catégories.

Je tenais à tous vous remercier pour votre participation et l’accueil chaleureux que vous avez fait à ce Défi! On se retrouve l’an prochain pour une seconde édition!

Ma vie dans les bois t.9: quand revient l’hiver

Depuis qu’il vit dans la nature, Shin s’est bien habitué au cycle des saisons. Aussi, même quand le froid revient, il se sent prêt à affronter la nature. Grâce à ses techniques de chauffage, parfois issues de savoirs anciens, le dessinateur des bois n’a plus rien à craindre. Mais à force de se sédentariser, ne risque-t-il pas de se rouiller ? Le voilà parti pour Hokkaido, l’île du Nord du Japon, pour un voyage d’apprentissage canin !

Ma vie dans les bois de Shin Morimura est sans doute mon manga préféré. J’attends chaque nouveau tome avec impatience. Celui-ci est déjà le neuvième et a pour titre: Quand revient l’hiver. Dans cette série, Shin Morimura nous raconte son départ de la ville, son installation dans les bois et ses démarches pour devenir autosuffisant le plus possible. Chaque tome aborde plusieurs aspects de la vie dans les bois: nourriture, pêche, construction, écologie, animaux, réflexions, etc.

Ce qui est intéressant avec cette série c’est que l’auteur, qui continue à être mangaka, essaie des choses qu’on ne voit pas très souvent, comme faire son propre charbon par exemple, confectionner ses cannes à pêche ou construire un four extérieur. Le thème est vraiment l’autosuffisance et la nature. En avoir un aperçu, mais cette fois directement du Japon, est encore plus intéressant. Surtout que Shin Morimura en parle toujours avec humour, passion, autodérision et lucidité. Cette série nous le rend tout de suite très attachant.

Dans ce neuvième tome, c’est le retour de l’hiver. Pendant que la montagne se repose, Shin reprend son activité de charbonnier. Un travail peu valorisé, peu de relève et des connaissances qui sont en train de se perdre. Shin va donc entreprendre de transmettre les rouages du métier de charbonnier aux jeunes employés d’un parc de loisir. C’est l’occasion aussi pour lui de nous parler de la vie d’aujourd’hui, de la façon dont l’humain est déconnecté de la nature.

« De nos jours les hommes négligent les saisons et quelques centimètres de neige chamboulent leur quotidien. Je pense qu’autrefois, les êtres humains étaient plus en adéquation avec les phénomènes de la nature. »

L’arrivée de l’hiver est aussi le moment pour Shin de pister les animaux et de pouvoir observer leur mode de vie en suivant leurs empreintes. J’ai aimé ce passage parce que je fais la même chose que lui. L’hiver est tellement propice à apprendre une foule de choses sur la façon dont vivent les animaux en forêt! Dans ce tome, Shin Morimura expérimente pour la première fois la vie d’un musher. Il part en expédition trois jours en traîneau à chiens et dort dans une yourte. C’est l’occasion pour lui de vivre une nouvelle aventure! À son retour, il va pêcher avec le « boss » (un personnage récurrent d’un tome à l’autre), et accueille le printemps sous les cerisiers en fleurs.

Cette série est vraiment géniale. Autobiographique, accompagnée parfois de véritables photos des projets de l’auteur, c’est un manga que j’adore et que je trouve tout simplement parfait! Surtout que Shin Morimura a de l’humour et nous raconte ses essais/erreurs avec beaucoup d’humilité!

Un tome qui fut un véritable plaisir de lecture. J’étais contente de retrouver l’univers de ce mangaka et j’ai très hâte au prochain tome!

Ma vie dans les bois t.9: quand revient l’hiver, Shin Morimura, éditions Akata, 176 pages, 2020

Du bon usage des étoiles

Mai 1845, les navires Terror et Erebus, sous le commandement de sir John Franklin, partent à la conquête du mythique passage du Nord-Ouest avec, à leur bord, cent trente-trois hommes et suffisamment de provisions pour survivre trois ans aux rigueurs de l’Arctique. L’expédition doit permettre à l’Angleterre d’asseoir sa suprématie sur le reste du globe, mais les deux navires se trouvent bientôt prisonniers des glaces dans une immensité sauvage. Commence alors un nouveau voyage, immobile celui-là, au cœur de la nuit polaire et vers les profondeurs de l’être, dont Francis Crozier, commandant du Terror, rend compte dans son journal. Il se languit aussi de la belle Sophia, restée avec sa tante Jane Franklin à Londres, où les thés et les bals se succèdent en un tourbillon de mondanités.

Je m’intéresse depuis longtemps à l’histoire de Sir John Franklin et à son expédition en Arctique qui a tourné au désastre. J’avais lu Du bon usage des étoiles lors de sa sortie en 2008. J’étais tout de suite tombée sous le charme de la plume si belle et scintillante de Dominique Fortier. Je voulais relire ce livre depuis un bon moment déjà et comme c’était la lecture commune de mon club de lecture, j’ai décidé de me plonger à nouveau dans cette histoire qui m’avait laissé un fabuleux souvenir. Treize ans plus tard, la magie opère toujours. Je trouve tout autant l’écriture délicate et merveilleuse. 

« Il me semble impossible, en contemplant ces forteresses de neige et de glace, de ne pas être pénétré du sentiment de sa propre insignifiance, de ne pas se savoir minuscule et superflu au milieu de tant de beauté majestueuse et sauvage. »

L’histoire débute en mai 1845, alors que l’Erebus et le Terror s’apprêtent à appareiller. C’est le grand départ vers l’aventure! Alors que les bateaux prendront bientôt l’eau, l’auteure nous raconte les préparatifs de départ et l’embarquement. Si Franklin est le personnage phare de cette expédition, c’est sur Francis Crozier que Dominique Fortier a choisi de se pencher. Cet homme réservé et attachant, souvent en retrait et mal à l’aise en société, nous raconte au fil du roman ses sentiments pour Sophia, son travail sur le navire, sa relation avec les autres occupants et sa passion des sciences. Il porte un regard critique sur ce qui l’entoure et raconte les particularités, les contradictions et les folies de la bourgeoisie de son époque. C’est aussi un homme très ouvert d’esprit, qui est différent des gens de son milieu. C’est d’ailleurs intéressant de voir que l’auteure s’est attardée sur deux personnages qui détonnent dans leurs milieux respectifs. L’autre étant Lady Jane Franklin.

Du bon usage des étoiles a une construction vraiment particulière. C’est d’ailleurs un premier roman fort étonnant, qui était très différent de ce que j’avais pu lire à l’époque, et il l’est encore aujourd’hui. Il y a quelque chose de raffiné dans la façon qu’a l’auteure d’amener son sujet, qui s’inspire de l’ultime et dernière expédition de Sir John Franklin. Le livre suit donc principalement deux personnages. Crozier, commandant du Terror, un des deux bateaux de l’expédition. Nous lisons des passages de son journal, où il relate ce qui se passe à bord, les découvertes, l’équipage et les douces pensées qu’il a pour Sophia demeurée à Londres avec sa tante, lady Franklin. Les autres parties du roman alternent avec ce que vit Jane Franklin alors que son mari est en mer. On découvre peu à peu au fil des pages un beau portrait de femme forte, aux connaissances approfondies en matière de navigation, de sciences, d’anthropologie, de botanique, de voyage et qui détonne fortement dans l’Angleterre bourgeoise guindée. Le roman avance doucement en alternant les deux points de vue, celui en mer et celui sur le continent. Peu à peu, l’histoire se met en place, du moment du grand départ jusqu’à ce que lady Franklin commence à s’inquiéter pour son mari. 

« … il est inconcevable que les erreurs commises au cours des siècles derniers ou des décennies passées soient répétées […] Il est donc ridicule de songer à dépêcher une expédition de secours. On ne va pas au secours des héros. »

La construction du livre est ingénieuse car elle ne se contente pas d’alterner les points de vue. Elle nous offre aussi certains chapitres qui prennent la forme de « miscellanées »: un peu de tout. Naturellement, il faut aimer les dialogues contemplatifs, les ajouts informatifs et les petits extraits de conversation. Personnellement, je trouve que tout cela amène une expérience de lecture si particulière, qu’on y plonge en découvrant avec une grande curiosité tout ce que peut contenir le roman. Ces portions de texte sont des ajouts intéressants pour recréer l’atmosphère de l’époque et de l’histoire. On y retrouve des extraits scientifiques et mathématiques, des reproductions des derniers textes écrits par les commandants, une portée musicale, un poème, une recette de plum-pudding, une pièce de théâtre, une chanson, un menu de Noël et quelques instructions sur la navigation. Les différents points de vue et tous ces ajouts au texte en font une lecture très riche qui nous amène au cœur d’une histoire tragique, racontée avec une forme de beauté qui touche droit au cœur. Les propos sur les étoiles par exemple, sur l’amour ou la vie, m’ont souvent énormément émue. 

« Quand à moi, je suis allé au bout de la Terre, j’ai basculé dans ce vide où il n’y a ni monstres marins ni poulpes géants ni sirènes ni même Dieu; je n’ai trouvé que la nuit dans cet abîme, et c’est sans doute, de toutes les découvertes, la plus terrible. »

Du bon usage des étoiles est un poétique mélange d’histoire, de sciences, de navigation et de la vie en mer. C’est le roman d’une tragédie, mais raconté d’une façon unique et merveilleuse. Treize ans après ma première lecture, ce livre reste encore et toujours un immense coup de cœur pour moi. On a raconté de mille façons l’histoire de Sir John Franklin et de son expédition en Arctique, mais personne ne l’a jamais fait comme Dominique Fortier, en nous offrant un texte aussi beau et aussi particulier. Un texte qui puise dans les petits détails du quotidien, sur mer et sur terre, pour nous offrir la grande histoire d’une conquête avortée. C’est un tour de force littéraire, porté par une plume magnifique. 

Pour compléter cette lecture, je vous invite à découvrir un autre ouvrage: L’Erebus: vie, mort et résurrection d’un navire qui parle du premier bateau de l’expédition commandé par Franklin. On suit l’histoire de ce navire, de ses débuts sur l’eau jusqu’à l’expédition catastrophe qui l’a mené en Arctique. Une lecture très à propos et un beau complément au magnifique roman de Dominique Fortier. 

À découvrir!

Du bon usage des étoiles, Dominique Fortier, éditions Alto, 348 pages, 2008

La Rivière en hiver

Des rapaces parcourent le ciel, des chiens gambadent et des couguars se tapissent parmi les arbres. Les plaines sont balayées par les vents, les forêts sont lugubres ou enchanteresses et quand il ne neige pas, c’est qu’il va neiger. Dans La Rivière en hiver, Rick Bass se consacre aux fluctuations météorologiques, à la terre et à ceux qui l’habitent, solitaires et touchants.
Que les hommes affrontent la nature ou la négligent, cette dernière les fascine au point de leur couper le souffle. Et si ses personnages s’adonnent à des activités quotidiennes – pister un élan, veiller sur un énorme poisson-chat ou trouver le parfait sapin de Noël – celles-ci se transforment, sous la plume de Rick Bass, en une expédition aux allures mythologiques parfois périlleuse, toujours mémorable.

J’aime énormément Rick Bass. Winter, le récit de son installation dans un coin reculé du Montana en plein hiver est mon livre préféré. J’étais donc impatience de découvrir Bass comme auteur de nouvelles avec La rivière en hiver. J’ai beaucoup aimé ce recueil, même si contrairement à ce que je croyais, les nouvelles ne se déroulent pas toutes en hiver et ne sont pas non plus des histoires en pleine nature, en mode survie, un peu comme pouvait l’être Winter. C’est peut-être la seule petite déception que j’ai eu, qui a vite été effacée par le talent certain de Rick Bass pour les nouvelles. Il crée de petits mondes qui se suffisent à eux-mêmes et nous les raconte avec un sens du récit assez extraordinaire. Il a le don de nous plonger dans des histoires qui prennent une ampleur incroyable. C’est assez fascinant.

« … un rayon de lumière dorée a illuminé la forêt à nos pieds. Ce rayon était la seule chose visible dans l’orage. Le vent soufflait vers le nord, dans la direction où nous allions, et durant un bon moment le rayon de lumière s’est déplacé avec nous. Il révélait à mesure d’autres pans de la même forêt intacte, non coupée. Et il donnait l’impression que cette forêt non coupée ne se terminerait jamais. »

Toutes les nouvelles de ce recueil ont pour thème la nature, de façon plus ou moins sauvage, et de la relation ambiguë que l’homme entretient avec elle, qu’il chasse l’élan, parte en voyage ou soit en quête d’un sapin de Noël. Le recueil comprend huit nouvelles, toutes très différentes tant dans la longueur que dans les sujets abordés. Chacune des histoires raconte la relation de l’homme avec un élément de la nature, sa façon de se comporter avec elle. Il peut faire partie intégrante de la vie naturelle qui s’agite autour de lui (comme dans Élan), l’utiliser et en subir les foudres (comme dans L’arbre bleu) ou l’exploiter (Chasseur de baux) et en constater les dégâts (Coach). Voici un petit résumé des nouvelles du recueil:

Élan
La saison de chasse se termine et le narrateur, novice dans la région, n’a pas de viande pour passer l’hiver. Avec l’aide d’un voisin, il essaie d’apprendre à chasser et fait la dure expérience de se battre pour survivre. Cette nouvelle est assez extraordinaire et l’image assez marquante de l’expérience que décrit Rick Bass.

Ce dont elle se souvient
Lily et son père partent sur la route, visitent différents lieux, font du camping et affrontent une violente tempête. À cette période, le père de Lily commençait tout juste à perdre la mémoire. Cette histoire est ce dont Lily se souvient.

L’arbre bleu
Wilson et ses filles s’en vont en forêt pour couper leur sapin de Noël. Il fait noir, il fait froid. Au retour, la camionnette ne veut plus démarrer. La forêt, source du rêve de Wilson, devient alors inquiétante…

Chasseur de baux
Un jeune homme, devenu chasseur de baux, rachète les terres des gens afin d’y forer le pétrole qui s’y trouve. Il nous parle de son travail, de son couple et de l’obsession de son patron pour un terrain qu’il veut absolument acquérir pour la compagnie.

La rivière en hiver
Brandon a quinze ans et il a perdu son père dans un accident, sur la rivière. Avec des gens de sa communauté, il décide de récupérer le camion de son père, englouti par l’eau et la glace.

Coach
À la suite d’une petite controverse, Coach, entraîneur de basket, doit trouver un nouvel emploi pour continuer à bénéficier de l’assurance pour sa mère malade avec qui il vit. 

Guide du Pérou et du Chili à l’usage d’un alcoolique
Un bûcheron fauché qui ne peut plus travailler et qui est très porté sur la bouteille, décide de partir en voyage avec ses filles, pour leur offrir au moins cela avant qu’elle soient trop vieilles et quittent la maison familiale. 

Histoire de poisson
Dans les années soixante, un jeune garçon doit surveiller un énorme poisson offert à son père en guise de paiement.

J’ai apprécié toutes les nouvelles de ce recueil, avec une préférence pour Élan, L’arbre bleu et La rivière en hiver. Ce sont celles où la nature est la plus omniprésente. J’ai beaucoup aimé aussi Chasseur de baux et Coach, qui sont des histoires plus axées sur les conséquences écologiques des bêtises des hommes. Histoire de poisson, dont la chute est excellente, et Ce dont elles se souvient sont un peu différentes des autres. Quant à Guide du Pérou et du Chili à l’usage d’un alcoolique, c’est l’histoire que j’ai le moins aimée. C’est aussi la plus longue du recueil, ce qui me laisse penser que je préfère peut-être quand Rick Bass fait dans l’histoire courte. Il me semble qu’il y réussit mieux. Un thème qui revient souvent dans les huit nouvelles: le temps qui passe, les ravages du temps, les différentes périodes de la vie et la mémoire. On en retrouve des traces dans chacune des histoires.

« J’avais créé tout cela, j’étais responsable du monde que je contemplais à présent. Cette pensée m’a donné le vertige. »

Rick Bass a écrit mon livre préféré, Winter. Il a aussi écrit plusieurs autres ouvrages. Avec La rivière en hiver il nous offre des nouvelles qui prennent vie et il donne une ampleur à ce qui ne serait que de simples histoires sous la plume de quelqu’un d’autre. Je relirai assurément d’autres de ses nouvelles car une chose est certaine, il sait raconter. Et il le fait vraiment très bien.

La Rivière en hiver, Rick Bass, Christian Bourgois éditeur, 224 pages, 2020