Circé la magicienne

Dans le chant X de l' »Odyssée » d’Homère et dans toutes les formes ultérieures de ce mythe, la magicienne Circé est présentée comme une femme fatale qui utilise le plaisir pour corrompre les sens des hommes. Dans un style graphique réaliste, le récit proposé ici, bien qu’assez fidèle dans sa chronologie, propose une vision résolument différente de la version d’Homère : raconté du point de vue de Circé, il se place du côté des femmes soumises à la violence de la domination masculine et contraintes de se défendre.

Circé la magicienne est une bande dessinée qui revisite le mythe de Circé qu’on retrouve dans L’Odyssée d’Homère. Dans la mythologie grecque, Circé est reconnue pour être très puissante et pour exceller dans l’art des métamorphoses, des potions et des poisons très puissants. J’avais envie de donner à cette bande dessinée sa chance, vu que je ne m’intéresse pas beaucoup à la mythologie grecque. J’ai lu L’Odyssée il y a des années, pendant mes études, et j’avoue ne pas en avoir gardé un souvenir passionné… J’ai donc lu cette bd essentiellement à cause de la couverture, qui me plaisait bien, et par curiosité.

Circé est souvent perçue comme une sorcière. Ici, la bd est orientée du point de vue de Circé. Ulysse et son équipage arrivent sur l’île en conquérants et ont soif de pouvoir. Ils n’hésitent pas à piller, violer, prendre, tout ce qu’ils veulent, partout où ils passent. Circé, elle, leur réserve tout un accueil…

Cette bande dessinée est quand même intéressante, quoique les dessins sont vraiment très très sombres. J’ai mis un moment à m’y habituer. L’histoire qui reprend le mythe de cette magicienne et de sa rencontre avec Ulysse m’a semblé plus dynamique en bande dessinée que le souvenir que j’avais de ma lecture de L’Odyssée. Malgré cela, Circé demeure pour moi un mystère dont je ne comprends pas les motivations.  Sans doute que la mythologie grecque n’est pas vraiment pour moi finalement… Peut-être que l’histoire vous plaira si la mythologie vous intéresse. 

Circé la magicienne, Richard Marazano, Gabriel Delmas éditions Dargaud, 64 pages, 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s