Le jour où le bus est reparti sans elle

Clémentine est un peu perdue et cherche des réponses à ses doutes existentiels. Heureusement, la vie réserve toujours des surprises à ceux qui sont prêts à les recevoir. De rencontres insolites en histoires de sagesse, qui sait si Clémentine n’a tout simplement pas trouvé son chemin vers le bonheur…

Le jour où le bus est reparti sans elle est une bande dessinée différente de ce que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. Cette histoire réconfortante, parle de la spiritualité et du bonheur, en toute simplicité. Les auteurs s’inspirent de contes zen ou de récits issus de la sagesse populaire.

L’histoire est celle de Clémentine, une jeune femme pas vraiment malheureusement, mais qui se cherche beaucoup. Elle sent beaucoup de pression de la société pour être « quelqu’un » et a l’impression qu’elle n’en fait pas suffisamment pour travailler à son propre bonheur. Elle n’est pas vraiment malheureuse, mais il lui manque quelque chose dans sa vie afin d’être totalement elle-même.

En essayant de se retrouver, elle s’inscrit à un séminaire de méditation. Son groupe est assez rigide, comme si le bonheur s’inscrivait dans une liste de choses à accomplir de la bonne façon. Clémentine est une jeune femme plutôt stressée, qui revoit sans cesse ce qu’elle fait pour y arriver correctement. Quand le bus de son groupe s’arrête à une petite épicerie dans les bois, au milieu de nulle part, pour faire quelques achats, Clémentine en profite pour aller aux toilettes. Le bus repart sans elle.

Désemparée, Clémentine trouve en Antoine, le propriétaire de la petite épicerie, quelqu’un d’ouvert et de profondément gentil. C’est un homme positif, qui a une vision de la vie positive et qui tente de trouver le meilleur en tout. Sa présence apaise Clémentine. Les histoires qu’il lui raconte, inspirées de la sagesse zen, lui offre une leçon de vie et une façon de percevoir les choses avec calme et sérénité.

« Ah, la peur! Elle nous faire croire que le monde est menaçant, rempli de risques… et elle nous empêche de saisir tant de petits moments agréables et précieux. »

Son séjour imprévu chez Antoine lui permet de faire la rencontre de Chantal et de Thomas, qui vont, chacun à leur manière, lui apporter beaucoup afin qu’elle puisse se sentir mieux dans sa vie, dans ses choix et dans sa façon d’aborder les petits imprévus.

Voilà une bande dessinée qui fait du bien et qui réconforte. C’est une façon originale d’aborder la spiritualité et le bonheur, que j’ai beaucoup aimé. En ces temps troublés que l’on vit depuis deux ans, j’ai énormément conseillé cette bd à mon travail. Elle a été appréciée à l’unanimité et j’ai eu d’excellents retours. Elle est très souvent empruntée, ainsi que les autres bd de la série. Le dessins est superbe, doux et à l’image du contenu. Ce genre de bande dessinée me semble assez rare et je trouve que ça peut être une lecture agréable, une autre façon de parler de spiritualité et de bonheur.

Une jolie découverte. On a bien besoin de réconfort et d’un peu de bonheur en ce moment!

Une très belle lecture!

À noter qu’il existe d’autres tomes à la série Le jour où… même si celle-ci peut se suffire à elle-même, si j’en ai l’occasion je lirai éventuellement les autres tomes.

Le jour où le bus est reparti sans elle, Beka, Marko, Cosson, éditions Bamboo, 72 pages, 2016

2 réflexions sur “Le jour où le bus est reparti sans elle

    • Je n’ai pas (encore) lu les autres… Peut-être que c’est le genre de livres à ne pas lire un à la suite? En tout cas j’avais beaucoup aimé celui-là et j’en lirai sûrement un autre à l’occasion.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s