Pourquoi pas nous ?

Arthur est à New York pour l’été, en attendant de savoir s’il va être reçu à Yale. Lorsqu’il croise le chemin de Ben dans un bureau de poste, c’est le coup de foudre. Il y voit un signe du destin. De son côté, Ben doute que le destin soit de son côté : il vient de rompre avec son petit ami, Hudson, et n’est pas vraiment prêt pour une nouvelle relation.
Pourtant, ni l’un ni l’autre ne parviennent à oublier cette première rencontre…

J’avais envie de lire quelque chose de léger (mais quand même pas trop) et de sympathique. J’ai donc choisi un peu au hasard Pourquoi pas nous? de Becky Albertalli et Adam Silvera.

Je n’avais jamais lu Adam Silvera, qui a écrit Et ils meurent tous les deux à la fin (juste le titre ne m’attire vraiment pas) et j’avais lu un titre de Becky Albertalli, Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens, que j’avais plutôt bien aimé, mais dont j’ai quand même préféré l’adaptation au cinéma. Alors que je me suis dis que Pourquoi pas nous? pourrait être une lecture agréable.

L’histoire raconte la rencontre ratée entre Arthur et Ben au bureau de poste. Ils se parlent rapidement, se plaisent bien mais sont maladroits, puis une flash mob entre dans le bureau de poste et les sépare. Chacun pense à l’autre et décide de partir à sa recherche. Cette partie du roman est celle que j’ai préférée. C’était drôle et sympathique. C’est lorsqu’ils se retrouvent que ça se gâte un peu à mon avis.

À partir de ce moment, il s’agit d’une « romance » qui tombe dans les clichés. Ils se retrouvent et se repoussent, se remettent en question et se disputent. Ils se séparent puis se retrouvent, avant d’enchaîner les rendez-vous ratés et de tenter de les reprendre en mieux. Des centaines de pages de ce genre, c’est long. Vraiment très long.

J’ai trouvé les personnages assez peu attachants. Les caractéristiques intéressantes, quant à leur situation personnelle, familiale et leurs différentes origines, ne sont absolument pas développées, à peine effleurées. Les réflexions ne vont pas assez loin pour donner un peu de profondeur au roman et le langage utilisé est agaçant. J’étais en train de faire une overdose de « mais grave! » qu’on retrouve à toutes les pages. Ouf!

Je suis en général bon public si le texte offre un mélange d’humour ou de romance qui tient la route. J’aime lire parfois ce genre de livre, mais je n’adhère jamais à ceux qui tombe dans la facilité. Ici c’est le cas. Si les personnages n’offrent rien d’intéressant, alors je m’ennuie. Cette lecture, je l’ai trouvée longue sans bon sens. À plusieurs reprises, j’ai bien faillis abandonner le roman. J’espérais que ça s’améliorerait, mais ça n’a pas été le cas. J’avais l’impression que je n’en verrais jamais la fin.

Bref, ce fut une rencontre ratée avec ce roman. Je crois que ces deux auteurs ne sont juste pas pour moi. Il manque vraiment quelque chose aux personnages et à l’intrigue pour que ce soit romantique ou amusant. Même la fin est décevante, et surtout la façon dont nos deux personnages y arrivent. Je l’avoue, je m’attendais à quelque chose de bien différent. En voyant la couverture et en lisant le résumé, je m’attendais à lire un roman dans la veine de Alice Oseman (personnages mignons et romantiques), Benjamin Alire Saenz (intrigue intelligente et réflexions bien ciblée) ou de Rainbow Rowell (aux intrigues amusantes et aux personnages geeks intéressants). On en est vraiment très loin…

Pourquoi pas nous ?, Becky Albertalli, Adam Silvera, éditions Hachette, 380 pages, 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s