La dernière fois qu’on l’a vu, c’est au Perrette

Juin 1978, une bande d’amis rêvent a l’été. Mais un des leurs manque a l’appel: la dernière fois qu’ils l’ont vu, c’était au Perrette. Quarante ans plus tard, Patrice Montambeault retrouve ses anciens copains en se remémorant ces dernières semaines de l’école primaire. 
Tendre exploration de l’influence des souvenirs fondateurs sur la vie d’adulte, des baisers qui goûtent le Quik aux fraises et du royaume de l’enfance qu’étaient les années 1970 dans l’est de Montréal.

J’ai été tout de suite attirée par le titre de ce roman. La dernière fois qu’on l’a vu, c’est au Perrette m’évoque l’époque des dépanneurs (nous avions un Perrette pas trop loin de chez nous), des « rides » à vélo entre enfants du quartier, des partys d’école et des jus en sac dans lesquels on piquait une paille.

L’histoire est racontée par Patrice qui alterne entre ses souvenirs d’enfant de 1978 et aujourd’hui. Il s’apprête à aller à des funérailles, organisées pour un de ses amis d’école qui avait disparu à l’époque et dont on vient de retrouver le corps. Un ami qui ne vieillira jamais, dont la vie s’est arrêtée beaucoup trop tôt. C’est en se remémorant le passé que Patrice pose un regard sur ce tragique événement et sur le tournant qu’a prit leur vie à tous.

Outre la mention des dates de ce qui nous est raconté, soit 1978 et 2018, le roman est aussi présenté avec deux polices d’écriture différente afin de suivre le passage d’une époque à une autre.

À l’époque, la dernière fois que Patrice et ses amis ont vus Mario, c’était au Perrette. À douze ans, la disparition d’un des leurs a quelque chose de surréaliste. La venue des policiers et l’interrogatoire qui suit impressionne beaucoup les enfants. Ils décident donc de trouver ce qui est arrivé à leur ami.

« La classe était plongée dans un climat mêlant peur et excitation. Des élèves murmuraient entre eux. Des rumeurs naissaient sur des bouts de papier qu’on s’échangeait sous les tables. Serait-il possible qu’il y ait un assassin parmi nous? Qui? »

Les jeunes créent une liste de suspects et commencent à enquêter. Leur imagination débordante les amène à croire toutes sortes de rumeurs sur certaines personnes de leur liste. Les recherches se mêlent aux jeux et aux activités des enfants qui sillonnent le quartier à vélo, attendent les vacances d’été avec impatience, cherchent à se rapprocher des filles, organisent des partys et font quelques rencontres inquiétantes…

C’est un roman sur le passage à l’âge adulte et les événements qui nous font grandir, qui nous changent et qui nous marquent. Même si les enfants enquêtent, ce n’est pas un roman policier. Il s’agit plutôt d’un roman d’apprentissage et du regard que pose Patrice, devenu adulte, sur l’enfant qu’il a été.

« Chacun fait ce qu’il peut pour se soustraire au monde. »

J’ai grandi dans les années 80 et 90, donc un peu après l’histoire de ce roman. Toutefois, j’y ai retrouvé beaucoup de références qui m’ont parlées. L’auteur raconte l’est de Montréal, il parle de lieux que je connais. J’ai habité tout près des commerces auxquels il fait allusion. Les noms de rues et les lieux m’ont rappelés des souvenirs.

C’était une lecture agréable, différente de ce que je lis depuis quelques mois et ça m’a beaucoup plu. J’aime replonger dans cette époque et l’histoire de Patrice et ses amis a un petit parfum de nostalgie que j’ai su apprécier. L’histoire, entre souvenirs et le temps qui passe, permet au narrateur de revisiter son enfance et de jeter un œil sur l’enfant qu’il a été, ainsi que sur l’adulte qu’il est devenu. Lui et les autres autour de lui.

Une belle lecture à découvrir, un brin nostalgique, un peu tragique et drôle, toujours racontée avec tendresse.

La dernière fois qu’on l’a vu, c’est au Perrette, Claude Champagne, Éditions Stanké, 216 pages, 2020

5 réflexions sur “La dernière fois qu’on l’a vu, c’est au Perrette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s