Le Molosse surgi du soleil

Castle Rock, le 15 septembre. Kevin Delevan fête son anniversaire. Pour ses quinze ans, il reçoit un appareil photo, un Soleil 660. Ravi, il l’essaie sans attendre… et sans savoir que parfois, quand on tente de capturer l’instant, c’est lui qui vous saute à la gorge.

Depuis quelques temps, les éditions Albin Michel publient certains textes de Stephen King plus accessibles aux adolescents et jeunes adultes. J’ai lu Le corps et Brume dans la même collection. Les livres sont vraiment très beaux, avec leurs couvertures caractéristiques. J’ai beaucoup aimé les deux précédents et j’avais très hâte de lire Le Molosse surgi du soleil, surtout quand j’ai compris que ça parlait de photographie.

Stephen King a eu l’idée de cette histoire quand sa femme Tabitha a commencé à se passionner pour la photographie. Dans une note au début du livre, l’auteur explique un peu d’où lui est venue l’idée. Il parle également un peu de son travail. Puis, l’histoire commence.

Kevin fête son anniversaire et il reçoit un appareil-photo, un Soleil 660, un polaroïd dont on peut voir instantanément les photos. Ce type d’appareil a fait un retour ces dernières années, mais ça m’a rappelé des souvenirs puisque ce cadeau a aussi été l’un de mes cadeaux d’anniversaire à l’époque. D’ailleurs, l’histoire a été originalement publiée en 1990 et c’est un peu cette époque que j’ai eu l’impression de retrouver dans ce livre.

Kevin teste donc son appareil-photo en capturant un portrait de famille. Cependant, la photo qui apparaît n’est pas tout à fait celle d’une famille joyeuse autour d’un gâteau d’anniversaire. Ce qui apparaît sur la pellicule est très étrange. Avec son père, Kevin va prendre plusieurs clichés et ils vont étudier cette bizarrerie sans ne rien comprendre. Il y a quelque chose de vraiment étrange, presque effrayant, dans ces photos.

On propose alors d’échanger le cadeau d’anniversaire. Le choix final revient à l’adolescent. Intrigué, Kevin ne veut pas l’échanger. Du moins, pas tout de suite. Il cherche à comprendre ce que fait son appareil et pourquoi les photos sont si étranges. Il est alors mis en contact avec Pop Merrill, le propriétaire d’une boutique où l’on retrouve tout et n’importe quoi. Un brocanteur qui offre aussi ses services pour réparer certains mécanismes et qui fait office de prêteur contre intérêts dans la ville de Castle Rock. Ce n’est pas le personnage le plus recommandable. C’est à partir de cette rencontre que les choses vont peu à peu déraper…

« Ce qui clochait, avec cette photo, était l’impression qu’elle donnait de clocher quelque part. Kevin n’avait pas oublié cette étrange sensation de malaise, éprouvée lorsqu’il avait fait poser sa famille, non plus que l’onde de chair de poule qui lui avait remonté le dos quand, pris dans l’éclair aveuglant du flash, il avait pensé: Il est à moi. »

L’histoire suit les réflexions et les démarches de Kevin, John et Pop Merrill, afin de comprendre ce qu’est cet étrange appareil-photo. Ils analysent les photos, tentent de saisir ce qu’on y voit et de trouver des indices qui pourraient expliquer ce qui s’y trouve. Si Kevin et John développent une certaine complicité, Pop Merrill est un personnage inquiétant et très bizarre de qui on ne peut que se méfier.

Dans ce roman, on retrouve une belle histoire père-fils qui évolue énormément au fil de l’intrigue. Kevin et son père sont très différents. John est raisonnable, plus cartésien. Kevin lui, est beaucoup plus intuitif et ouvert d’esprit. Ouvert à des choses… incompréhensibles. Ce qu’ils vont vivre va beaucoup les rapprocher et un sentiment de confiance va naître de part et d’autre. C’est un aspect sous-jacent à l’intrigue, mais j’ai trouvé que c’était très intéressant et que ça apportait beaucoup à la relation des personnages entre eux.

Ce roman est très visuel. Je ne cessais de me dire que ce Molosse ferait sans doute un superbe film, très intrigant et frissonnant, tellement le texte nous semble tangible. Peut-être aussi est-ce le sujet qui donne cette impression, vu qu’un appareil-photo est au centre de tout. L’image est donc très importante. Plusieurs passages de l’histoire constituent des moments clés dans la compréhension des événements par les personnages.

« … il y avait ce vent glacial auquel il aurait aimé réfléchir. Ce vent qui ne semblait pas souffler sur les photos mais en provenir directement, en dépit de leur trompeuse platitude, de leur surface trompeusement brillante. »

Le Molosse surgi du soleil est une histoire qui donne vraiment le frisson. King joue avec son lecteur, laissant le suspense et les faits inquiétants prendre de plus en plus de place. Tout se joue dans les petits détails. Comme souvent chez King, ce n’est pas tant le « monstre » qui fait peur que les réactions humaines tout autour. C’était vrai pour Le corps et aussi pour Brume.

J’ai trouvé l’intrigue particulièrement bien ficelée. Et quelle fin! Je crois que, dans les histoires de Stephen King publiées dans la collection Wiz, celle-ci est ma préférée.

Le Molosse surgi du soleil, Stephen King, éditions Albin Michel, 336 pages, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s