Indian Creek

indian creek« Le garde commença à parler de bois à brûler. Je hochais la tête sans arrêt, comme si j’avais abattu des forêts entières avant de le rencontrer.
— Il te faudra sans doute sept cordes de bois, m’expliqua-t-il. Fais attention à ça. Tu dois t’en constituer toute une réserve avant que la neige n’immobilise ton camion.
Je ne voulais pas poser cette question, mais comme cela semblait important, je me lançai:— Heu… C’est quoi, une corde de bois ?
Ainsi débute le long hiver que Pete Fromm s’apprête à vivre seul au cœur des montagnes Rocheuses, et dont il nous livre ici un témoignage drôle et sincère, véritable hymne aux grands espaces sauvages. Indian Creek est un captivant récit d’aventures et d’apprentissage, un Walden des temps modernes.

 

J’ai relu Indian Creek cet hiver, un de mes livres préférés! J’aime tellement cette histoire. C’est le premier livre des éditions Gallmeister que j’ai lu et je me souviens qu’à l’époque, j’avais eu beaucoup de difficulté à mettre la main dessus. Maintenant, j’en ai un exemplaire dans la belle collection Totem et je suis libre de le relire quand j’en ai envie. Je voulais partager ce billet maintenant car je vais bientôt lire Le nom des étoiles, une sorte de « suite » à Indian Creek.

Indian Creek est un récit étonnant et passionnant. Le parcours de Pete Fromm lors de cette expérience hors du commun de s’éloigner du monde, est honnête, lucide et va le changer pour toujours par la suite. Comme être humain, il est confronté à la nature, la vraie, pour la première fois de sa vie et doit le peu qu’il connaît pour se débrouiller, aux livres qu’il a lu. Il parle beaucoup de Bradford Angier, un auteur qu’il faut d’ailleurs lire si on s’intéresse à la survie en forêt et en pleine nature. C’est un des meilleurs livres que j’ai pu lire sur le sujet.

J’aime ce récit parce que ça nous fait voir la survie d’un autre œil. Pete est loin d’être un connaisseur. Mais il est entêté, émerveillé et il nous fait découvrir son nouvel univers le temps d’un hiver à Indian Creek où il doit surveiller un bassin de saumons. Il apprend à vivre seul dans une tente, avec les rigueurs de l’hiver et en passant en mode survie. Il va chasser, essayer de se débrouiller.

Ce qui est le plus intéressant avec ce récit de nature writing, c’est de découvrir l’évolution de l’auteur. S’il part à Indian Creek, c’est d’abord en ayant en tête les histoires de trappeurs et de survie, du genre de celles de A.B. Guthrie. Des histoires mythiques. À quelques jours de prendre son poste à Indian Creek il se demande dans quoi il a bien pu s’embarquer. Puis vient son aménagement dans une tente humide, la solitude et les journées qui passent, avec peu de distractions pour s’occuper. Les chasseurs du coin le divertissent un moment, puis ils s’en vont tous à tour de rôle. Pete Fromm est maintenant seul.

C’est là que les choses changent. Il s’émerveille de petites choses. Embrasse à pleins bras la solitude, les beautés de la nature. Il comprends qu’il aurait raté beaucoup de choses s’il ne serait pas venu à Indian Creek. Puis, même la solitude lui plaît. Parfois, il s’offusque de retrouver les chasseurs qui débarquent « chez lui » avec leurs gros sabots.

Pete est un narrateur attachant, émouvant, parce que très honnête, très transparent. Il nous raconte d’une façon touchante sa découverte d’un monde totalement inconnu pour lui: la survie dans les grands espaces, quand l’hiver vient.

C’est un vrai plaisir que de lire ce livre et un gros coup de cœur qui m’emballe toujours autant, même après quelques relectures. Un incontournable si la nature vous intéresse.

Indian Creek, Pete Fromm, éditions Gallmeister, collection Totem, 256 pages, 2017

Publicités

2 réflexions sur “Indian Creek

  1. J’ai lu ce livre il y a deux ans, en pleine fournaise estivale et ça me rafraîchissait bien de passer un peu de temps à Indian Creek. J’ai vu l’auteur au Festival America à Vincennes et c’était bien sympathique, comme son livre !

    J'aime

    • Je crois que je serais incapable de lire un livre aussi enneigé en plein été! C’est le genre de livre que je me garde pour les journées de grosses tempêtes de neige! 🙂 Mais j’avoue qu’en plein été, ce doit être rafraîchissant!
      Le festival America doit être tellement bien! Quelle chance 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s