Le livre du wabi-sabi

le livre du Wabi-SabiLe wabi-sabi est un art de vivre japonais qui invite à la pleine conscience : être attentif à ses invités (écouter sans être distrait, débrancher), créer un environnement accueillant (laisser la porte déverrouillée, prendre le temps d’être ensemble), choisir un décor modeste (vaisselle et mobilier en matériaux durables comme le bois ou l’argile), faire une place à la nature dans sa décoration, trouver la beauté dans les imperfections (serviettes en lin froissé, avec une attitude détendue sur les invités en retard), et bien plus encore.

Je ne connaissais pas vraiment le wabi-sabi avant de découvrir ce livre. C’est un concept assez vaste, qui trouve en fait la perfection dans les imperfections et la simplicité. Le wabi-sabi aime l’inattendu et célèbre aussi la notion de simplicité. C’est de tirer le meilleur parti possible de ce que nous avons en consommant peu. C’est de voir la beauté et la sagesse même quand les choses et les gens prennent de l’âge. C’est de choisir le durable à l’éphémère. Choisir le bien-être plutôt que de chercher à impressionner. Tout ça, me parle forcément.

« C’est un mode de vie qui célèbre l’art de la perfection imparfaite: la beauté qui se cache dans l’inhabituel, les lieux ou les objets passés de mode qu’on néglige parfois ou qu’on n’apprécie pas. Il peut aussi se cacher dans des endroits charmants, mais pas forcément là où on l’attend. Et surtout, le wabi-sabi oblige à observer, à remarquer et à apprécier les petites merveilles cachées… »

Le livre est divisé en plusieurs parties. L’auteure nous parle un peu du concept de wabi-sabi et nous explique comment l’intégrer à notre vie. Ensuite, elle nous offre un tour du monde en cinq pays, qui nous raconte différentes façons de vivre en appliquant le wabi-sabi. Chaque chapitre se termine par quelques recettes et des infos utiles. Comme les autres livres de cette collection, l’ouvrage est abondamment illustré de photos.

« Vivre pleinement sa vie signifie se donner du temps et de la place pour respirer, ralentir et savoir précisément ce qu’on désire vraiment. »

Certaines choses du wabi-sabi me parlent énormément, comme l’idée d’une meilleure consommation des objets, l’idée de ralentir aussi et d’être réellement présent. Prendre le temps. C’est aussi un ouvrage « déculpabilisant »: la vaisselle peut attendre à demain, les gens sont plus importants. Il vaut mieux savoir lâcher prise et apprécier une table qui est un peu abîmée qu’une table impeccable, mais sans vie. Accepter l’inévitable.

J’accroche un peu moins à l’aspect qui touche à la façon d’aménager son intérieur et à l’idée de décoration derrière le wabi-sabi. Les portions du livre traitant de l’hospitalité et des repas en groupe (souvent dehors) m’ont moins parlé. À part le Danemark, la plupart des pays mentionnés dans ce livre sont des lieux où il est facile, par exemple, de pique-niquer toute l’année. Il y a plusieurs parties qui me donnent une impression très « urbaine » du concept, chapitres pour lesquels j’ai eu moins d’intérêt.

J’ai aimé l’idée du wabi-sabi dans lequel, je crois, on peut puiser pour rendre son quotidien et la façon de l’aborder, beaucoup plus simple. J’ai apprécié tout ce qui parle de la présence, modeste et sincère, et de la façon d’être avec les autres. Que ce soit dans l’art de recevoir les gens (la simplicité est toujours gagnante) ou dans son environnement de vie, à tous les jours. De façon toute personnelle, j’ai adoré certaines choses du wabi-sabi alors que d’autres ne me conviennent pas. C’est différent du hygge par exemple, une façon de vivre qui a tout de suite collée à ma vision des choses. Je me sentais moins proche ici de l’auteure et du wabi-sabi, surtout quand elle quitte le Japon et le Danemark pour s’intéresser à la Californie, à la France et à l’Italie. Son propos me parlait moins.  Peut-être parce que le hygge est danois et que je me sens beaucoup plus proche dans mon quotidien des pays Scandinaves?

Le livre du wabi-sabi m’a plu, sur plusieurs aspects, alors que d’autres m’ont laissé indifférente. Il y a toutefois du très bon à prendre dans cet art de vivre, même si tout ne trouve pas d’écho aussi fort chez moi que le hygge.

« Réduisez à l’essentiel, mais n’enlevez pas la poésie. »

Il existe quelques livres dans la même collection, écrits par différents auteurs. J’en ai un autre dans ma pile qui parle de l’Écosse. Je crois qu’il sera bien intéressant. On peut retrouver sur ce blogue mes billets pour Le livre du hygge (qui reste à ce jour mon préféré) et Le livre du Lykke.

Le livre du wabi-sabi, Julie Pointer Adams, First éditions, 284 pages, 2018

3 réflexions sur “Le livre du wabi-sabi

  1. Je pense que je vais faire comme toi et en retirer le meilleur de ce qui me parle. J’ai hâte de le lire.
    Hier matin, à la radio de radio-canada, il y avait une entrevue avec une coréenne qui est venue parler de leur philosophie à eux: Le nunchi… Depuis que le hygge est sorti, bien des pays ajoute leur idées du bonheur. Je t’en reparlerai. 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s