Chauffer le dehors

chauffer le dehorsElle souhaiterait faire encore partie du décor, s’inscrire dans l’ordinaire de chaque jour avec lui, trouver un remède aux morsures de sa douceur. Elle a peur de le croiser au dépanneur du village et que leurs corps provoquent une perpétuelle dernière fois. Dans sa tête, une question joue en boucle : comment se retrouver dans l’étendue de la fin ? Le dehors est posé comme seule réponse au dedans à broil. Pendant que la tempête gronde et que le temps panse lentement la déchirure, la voix de la forêt et des saisons donne à entendre quelque chose comme un début d’apaisement et de gratitude.

Chauffer le dehors est la poésie d’un amour perdu. C’est une écriture bien de chez nous, agrémentée d’émotion et de termes purement québécois. J’aime que l’on retrouve un peu de nous dans ce texte.

Pour cette chronique, j’ai choisi de parler de chacun des chapitres, qui sont autant d’étapes allant de la perte d’un amour à celui d’un avenir possible, d’une lumière après la souffrance et la tristesse.

Comme si de rien n’était:
Une peine d’amour, la peur de l’amour, le goût de l’amour cette tempête qui ne cesse de vaciller. Je trouve que ça résumé tout à fait l’esprit du livre, toute la gamme d’émotions ressentie par l’auteure.

Le solfège des tempêtes:
Le deuxième chapitre du livre est plus imagé, plus axé sur l’émotion. L’auteure raconte la tristesse d’un amour perdu, l’espoir de le revoir dans le cadre d’une porte, à travers le craquements des arbres d’une forêt ou de l’écoulement d’un ruisseau. Une source de pleurs qui laisse transparaître un passé amoureux inconsolable. Des images tristes et touchantes mais tellement belles à la fois.

« Je m’invente des histoires à tous les détours de
la route. Des histoires que je raconterai pas parce
que je suis tannée de me barrer les pieds dans
ma propre tête.

Comment arrêter de te courir après, ciboire? »

L’émeute est par en dedans:
Dans ce troisième chapitre, un volcan d’émotions chavire son cœur. La voix de la nature s’entremêle en elle, l’amenant à passer à travers les saisons. L’émeute, c’est la forêt égratignée de son cœur, ses blessures teintées d’incompréhension qui cherchent à retrouver ce soleil passé.

Le futur hausse les épaules:
Une lueur d’espoir apparaît, elle commence à se débarrasser de ce qui la rend triste. On peut voir ce dernier chapitre comme une façon de regarder devant soi, d’entrevoir une lumière possible à la tristesse. L’apaisement.

« Ce qui nous force à exister dans les noyades,
c’est que la clarté nous prend dans ses couvertes.
Les miracles reviennent toujours quand on en
réapprend les paroles. »

Un recueil de poésie qui raconte l’histoire triste d’un amour qui s’est terminé et qui nous poursuit sans cesse. J’ai beaucoup aimé cette poésie, qui démarre doucement, mais qui joue avec l’émotion et les images reliées à la nature qui est très présente. L’auteure utilise d’ailleurs beaucoup nature pour nous faire visualiser l’état de son cœur, de sa pensée, de cet amour terminé qui la torture, ainsi que de la façon dont elle vit sa peine d’amour.

La construction du livre, d’un chapitre à l’autre, laisse l’impression de recréer les étapes du deuil que l’on doit faire, face à un amour perdu.

Une poésie très belle, idéale pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’en lire. Elle ira chercher plusieurs lecteurs par sa simplicité et sa beauté, par l’omniprésence de la forêt et de la nature.

Chauffer le dehors, Marie-Andrée Gill, éditions La Peuplade, 104 pages, 2019

Nous sommes ce continent

« [20 h 20] Je dis peut-être « mon amour » pour la dernière fois en parlant de toi. Je le dis et j’ai toutes ces images en tête. Notre bonheur à deux. Les moments beaux. Ceux que personne ne peut renier. Il n’y a pas que nos yeux qui en furent témoins. Il serait facile de penser que le vent tout autour est venu à bout de notre amour, mais c’est nous deux qui en sommes venus à bout cette fois. Ce que tu es. Ce que je suis. Nous deux séparément. Nous avons mis un terme à l’artifice parce qu’en dernier ce n’était presque seulement que ça, un combat maquillé en beauté. »

Nous sommes ce continent raconte l’histoire d’un adolescent qui, dans ses derniers jours avec son amoureuse, alors qu’elle lui suggère d’apprendre à mieux se connaître et d’arrêter d’éparpiller ses idées partout, entreprend l’écriture d’un journal qu’il tiendra pour tout le mois de septembre. Il poursuivra cet exercice d’écriture même après sa rupture avec sa copine. Son journal est adressé à son amoureuse – puis ancienne amoureuse – même après qu’ils aient rompu.

À travers ses écrits entremêlés de poésie, l’adolescent vit le grand amour puis voit sa vie amoureuse s’enliser dans un brouillard. Il parle de sa vie quotidienne, de ses émotions, des pensées qui lui passent par la tête. Lorsqu’il a de l’inspiration, il crée des poèmes entre les pages de son journal.

Au jour 3 de son journal, l’adolescent a une discussion au souper avec son père sur ce qu’est la romance. Son père va le surprendre en lui offrant un recueil de Paul Éluard et en lui disant de le lire.

« Tu sais, le romantique est plutôt une personne en marge du monde qui l’entoure, parce qu’il observe, et passe souvent pour un rebelle… T’es un beau rebelle, mon fils… »

Au tout début du recueil, on sent que l’adolescent est très amoureux. Au fil des jours, sa relation avec sa copine s’étiole vers une fin de non retour. Ils s’aiment, mais il n’y a plus d’artifices. Dans son journal il va illustrer par la poésie ce qu’il ressent et ce qu’il vit. C’est souvent beau et touchant.

Le livre parle d’amour, mais aussi d’intimidation, de suicide, de la relation d’un adolescent avec sa famille. Les réflexions qui sont apportées dans le recueil sont intéressantes. L’auteur a une très belle plume et ce recueil est tout simplement magnifique. Il nous fait vivre de grandes émotions.

Je connaissais déjà un peu Pierre Labrie puisque j’ai lu il y a un moment Le vent tout autour. J’avais bien aimé, mais Nous sommes ce continent est vraiment une très belle lecture. Un auteur que je compte bien continuer à découvrir.

Nous sommes ce continent, Pierre Labrie, Soulières éditeur, 65 pages, 2012