Les Perronismes

PerronismesJean Perron, ex-entraîneur du Canadien, est un poète du lapsus. Béats d’admiration devant ce maître des impairs linguistiques, Michel Morin et Yvon Landry, alors co-animateurs de la Jungle à CHIK-FM, ont décidé de créer des «perronismes» de leur cru. Ces gags ont connu un succès fou auprès des auditeurs. Les meilleurs perronismes véridiques ou inventés sont maintenant réunis dans un livre drôle à vous «dilater la mâchoire».

Ce petit livre de moins de 100 pages s’inspire des jeux de mots de l’ex-entraîneur du Canadien, Jean Perron. Les premières pages reprennent certaines de ses citations les plus connues. Les auteurs se sont ensuite inspirés  de la façon de parler de Jean Perron afin de créer de nouveaux jeux de mots à partir de proverbes déformés et teintés d’humour.

La grande majorité des citations du recueil sont inventées et ce sont les auteurs qui se sont amusés à mettre dans la bouche de l’homme des proverbes modifiés et inventés. Il s’agit donc d’un recueil humoristique, qui se moque un peu de la façon de s’exprimer de Jean Perron.

Le recueil est par moments un peu drôle, par moments beaucoup moins. La démarche derrière ce livre peut être contestable, même si l’idée de départ vise à amuser le lecteur, surtout si on connaît le personnage qui a inspiré les auteurs.

Je n’ai pas particulièrement aimé le recueil, même si certains proverbes détournés font parfois sourire. C’est une lecture moyenne, qui ne m’a pas marqué plus que cela. En général je préfère d’autres formes d’humour que ces gags plutôt faciles.

Un livre qui ne marquera pas vraiment la littérature humoristique, les proverbes remaniés étant souvent semblables les uns aux autres. Une lecture facile, qui n’est pas très marquante.

Les Perronismes, Michel Morin, Yvon Landry, éditions Les Intouchables, 90 pages, 2001

 

Publicités

Signal d’alerte

signal d'alerte » Il est des choses qui nous perturbent, des mots ou des idées qui surgissent sous nos pas comme des trappes, nous précipitant de notre monde de sécurité et de bon sens en un lieu beaucoup plus sombre et moins accueillant.  »  Magie, monstres, mythes et miracles… Neil Gaiman décline librement poésie, fantastique, science-fiction, conte de fée.

J’avais très hâte de lire ce recueil, car j’aime beaucoup ce qu’écrit Neil Gaiman. Ma dernière lecture de cet auteur, La mythologie viking, m’avait passionné. J’avais donc hâte de le retrouver avec ces histoires, à la fois contes, poésie et fictions. Le recueil fait près de 500 pages et je l’ai trouvé vraiment très long. Ce livre m’a accompagné pendant des semaines et j’avais par moments l’impression que je n’en verrais pas la fin.

Le livre débute par une longue préface. C’est particulier, mais je crois qu’il s’agit peut-être de la partie que j’ai le plus aimé du livre. C’est la partie la plus divertissante, la plus intéressante car dans ce texte on apprend à mieux connaître l’auteur. On apprend des choses sur ses lectures, sur les gens qui l’on inspiré à devenir ce qu’il est devenu. Cette préface donne une image très sympathique de l’auteur. C’est plaisant de voir à travers ce texte sa vision de l’écriture, de le lire concernant sa démarche pour chacune des nouvelles, d’apprendre ce qui l’a inspiré pour chacune des histoires. Dans cette préface, ce que j’ai trouvé paradoxal, c’est qu’il donne des règles pour écrire de bonnes nouvelles. Et il fait tout le contraire. Ce qu’il reproche aux « mauvais » recueils de nouvelles, c’est justement ce que j’ai eu l’impression de retrouver ici…

Autant la préface est passionnante, autant je trouve que les nouvelles sont plutôt fades. Je m’ennuyais un peu. On ne retrouve pas cet enthousiasme de l’auteur qui transparaît dans la préface. Il y a quelque chose qui manque. Un punch ou une sorte de dénouement qui nous laisserait un peu surpris, ou captivé. Beaucoup de nouvelles tombent à plat. J’ai eu du mal, bien souvent, à comprendre où l’auteur souhaitait nous amener.

La nouvelle La vérité est une caverne dans les montagnes noires est sans doute la plus belle nouvelle de son recueil. La mythologie n’est pas très loin. Cette histoire m’a donné espoir pour la suite puisqu’on y retrouve parfaitement ce que j’aime de cet auteur. Cette histoire nous donne envie d’en savoir plus et de connaître le dénouement. Les autres fictions me donnent le sentiment de ne pas être abouties.

En tournant la dernière page de ce long recueil, j’ai été déçu parce que j’en attendais beaucoup et mon plaisir de lecture n’était pas au rendez-vous. J’ai eu l’impression de ne pas retrouver le Neil Gaiman que j’aime normalement. Je n’y retrouve pas sa griffe habituelle. Ce recueil m’a semblé étrange. On y retrouve ce petit côté fantastique ou particulier cher à Gaiman mais sans le côté plus percutant, plus captivant de ce que j’ai lu de lui. J’ai eu l’impression que les thèmes de ses nouvelles avaient beaucoup de potentiel, mais qu’il manque un petit côté punché, dans l’écriture et la présentation des nouvelles, qui n’est pas venu me chercher. Les nouvelles sous forme de poésie auraient pu me plaire, puisque je lis énormément de poésie. Elles m’ont toutefois donné l’impression que ce n’est pas sa grande force. J’ai trouvé que ces textes poétiques manquaient de finition.

C’est le premier recueil de nouvelles que je lis de lui et ce sera probablement le dernier. Je vais me concentrer plutôt sur ses romans, qui me passionnent. Peut-être qu’ici, avec Signal d’alerte, Gaiman a été plus inspiré à nous parler de lui (je pense à la préface) qu’à nous partager ses histoires?

Signal d’alerte : Fictions courtes et dérangements, Neil Gaiman, éditions Au diable Vauvert, 496 pages, 2018

 

 

Le chemin du beau

chemin du beauDes milliers de personnes à travers le monde ont trouvé l’inspiration dans les paroles de Cheryl Strayed, l’auteur du magnifique Wild, qui partage dans ses écrits les coups de théâtre, les bonheurs et les difficultés rencontrés au cours de sa vie. Son honnêteté, son esprit et sa persévérance ont permis à beaucoup, même dans les heures les plus sombres, de mettre un pied devant l’autre – et de trouver le courage d’avancer. Ce livre rassemble plus d’une centaine de citations et pensées inoubliables – un « mini-guide à l’usage de nos âmes » qui nous pousse à croire au pouvoir incroyable des mots, de l’amour et du pardon.

J’étais tombée sous le charme de Wild de Cheryl Strayed à sa parution. Ce livre, je l’ai même racheté pour l’avoir chez moi, tellement il m’avait plu. J’étais donc curieuse de voir de quoi parlerait cette nouvelle publication, Le chemin du beau. Mini-guide à l’usage de nos âmes. Je l’ai pris en librairie quelques fois avant de le reposer. Je le trouvais cher pour le contenu, soit 120 pages et une pensée par page. Certaines ne font qu’une ligne, voire deux, d’autres un petit paragraphe. La police d’écriture est assez grosse alors la lecture se fait rapidement. J’ai finalement décidé de l’emprunter. Le livre est resté deux jours sur ma table de chevet. Je l’ai lu en deux fois. La moitié une journée, l’autre moitié le lendemain.

« Enfoncez-vous sans bâton de marche dans les forêts les plus sombres. »

Le livre débute par quelques mots de l’auteure. J’étais contente de la retrouver. Je m’étais attachée à elle dans Wild. Elle nous explique comment elle en est venue à collectionner les citations. Et pourquoi le livre s’appelle Le chemin du beau.

« Voyagez à pied. On rate tellement de choses quand on va trop vite. »

J’ai bien aimé cette lecture. C’est agréable et reposant. Certaines citations de l’auteure sont très belles, très justes. D’autres m’ont moins parlées même si elles s’appliquent sûrement à certaines personnes. Ce sont des citations dont on connaît tous un peu la teneur, le genre de mots qu’on entend régulièrement, sur le bonheur, la vie, les choix, mais qui sont toujours un bon rappel à lire.

« Ne sacrifiez pas votre bonheur à une image de vous-même qui ne vous correspond plus. »

J’ai trouvé de beaux mots sur le pardon, la souffrance, la mort, le bonheur. Il y a aussi de belles métaphores et quelques pensées un peu plus rigolotes. Une sur la confiance en soi, que j’ai bien aimé:

« Avoir confiance en soi signifie vivre au grand jour ce qu’on sait déjà être vrai. »

Un recueil de pensées et citations qui n’est pas transcendant, mais qui a été une jolie lecture, agréable.

Le chemin du beau. Mini-guide à l’usage de nos âmes, Cheryl Strayed, éditions 10/18, 120 pages, 2017

Courir au clair de lune avec un chien volé

IMG_0214Sous une lune gibbeuse, un jeune homme nu traverse la nuit en courant aux côtés d’un chien galeux. À leurs trousses : Montana Bob et Charlie Chaplin, deux lascars prêts à tout pour récupérer l’animal et se venger du voleur. Cette nouvelle, qui ouvre le recueil de Callan Wink, donne le ton : une énergie et une originalité qui saisissent le lecteur dès les premières lignes. Dans les grands espaces du Montana, tous ses personnages sont tiraillés entre le poids des responsabilités et les charmes de la liberté. Ainsi, un homme marié entretient une liaison hors du commun avec une Indienne Crow alors que sa femme lutte contre un cancer. Et un adolescent, pris dans la guerre intime que se livrent ses parents, se transforme en exterminateur de chats…

Callan Wink en est à sa première publication avec ce recueil de nouvelles au nom improbable: Courir au clair de lune avec un chien volé. Il est difficile de croire qu’il s’agit d’une première oeuvre tant les nouvelles sont maîtrisées, l’écriture est brute, les personnages d’une originalité vraiment intéressante et la description de l’âme humaine d’une finesse incroyable.

On entre dans ce recueil de plein pied, chaque histoire est si bien écrite qu’elle nous donne le sentiment de plonger dans de véritables petits mondes. On s’attache aux personnages, aux lieux, aux histoires.

Même si je les adore, il y avait un moment déjà que je n’avais pas lu de nouvelles. Ce recueil était une excellente façon d’y revenir. J’ai particulièrement apprécié le thème sous jacent de chacune des histoires: la quête de liberté, le choix d’une vie plutôt qu’une autre, l’envie de prendre un chemin différent. Les histoires se passe dans des lieux où la nature et les bêtes sont très présentes, ou alors sur des fermes et des terres.

Il y a de très beaux passages ou réflexions sur la nature humaine et la vie, qui m’ont particulièrement interpellée:

« Si tu connaissais toutes les langues du monde, tu pourrais t’exprimer à la perfection et toutes les expériences te seraient compréhensibles. »

ou encore:

« – Le jour où tu prends un chien, tu t’engages à l’enterrer. C’est comme un contrat que tu signes. Inutile de trop s’attacher.

-Tu peux dire ça à propos de n’importe quoi. Toutes les choses de la vie, soit tu les enterres, soit c’est elles qui t’enterrent. Ça ne veut pas dire qu’on ne doit pas s’attacher. »

Les personnages des différentes nouvelles sont particulièrement originaux, que ce soit par leur travail (tueur de chats) ou leur passion (amateur de reconstitutions historiques). Ils font de la randonnée (passé 70 ans), oeuvrent dans le trafic d’armes de collection (à l’adolescence) ou appellent leurs chiens Elton John (deux chiens, un seul nom). Il y a des passages qui font sourire ou qui sont émouvants.

« Des années auparavant, il avait campé dans le parc de Yellowstone à côté d’un vieux couple de hippies qui lui avaient raconté qu’un soir, dans l’Iowa, après avoir pris du LSD, ils étaient sortis attraper tout un bocal de lucioles dont ils s’étaient frotté le corps puis, nus et luminescents, ils avaient fait l’amour au clair de lune dans un champ de maïs. Le souvenir du bonheur évident avec lequel ils avaient raconté cette histoire lui donna le frisson. « 

Après avoir lu (et vraiment aimé!) ce recueil, j’espère que l’auteur écrira bientôt autre chose et que j’aurai le plaisir de le lire à nouveau. Des nouvelles que je suggère à ceux qui aiment les histoires un peu brutes et la littérature américaine.

Je participe à l’excellente initiative d’Electra et de Marie-Claude de lire des recueils de nouvelles en ce beau mois de mai. Ce livre a donc été lu dans le cadre de l’événement Mai en nouvelles.

Courir au clair de lune avec un chien volé, Callan Wink, Terres d’Amérique, éditions Albin Michel, 290 pages, 2017