Les Montagnes hallucinées tome 1

En 1931, une expédition de sauvetage découvre le campement en ruines du Pr Lake, parti explorer l’Antarctique quelques mois plus tôt. Son équipe de scientifiques avait envoyé un message annonçant une découverte extraordinaire avant de sombrer dans le silence… Sur place, des squelettes humains dépouillés de leur chair laissent imaginer les scènes d’horreur qui ont pu se dérouler. Plus perturbantes encore : les immenses montagnes noires aux pics acérés au pied desquelles le Pr Lake et ses compagnons ont rendu l’âme… Ces terres désolées semblent cacher de terribles secrets. Gare aux imprudents qui oseraient s’y aventurer !

Avant de découvrir cette adaptation de Gou Tanabe en manga, je n’avais encore jamais lu Lovecraft, ce qui est tout de même étonnant puisque je m’intéresse aux classiques, à la littérature fantastique et à l’horreur. Cette lecture, qui est une adaptation du roman Les montagnes hallucinées, a été une belle découverte. Je ne peux comparer avec l’œuvre originale, toutefois, le manga m’a semblé être de grande qualité à tous les niveaux, tant pour la trame narrative que pour les dessins qui sont époustouflants. Et l’objet-livre en lui-même est fabuleux, avec sa couverture souple et gravée qui rappelle le cuir, et son format un peu plus grand que les mangas habituels.

« Quel fascinant continent que l’Antarctique. Il recèle tant de mystères et de trésors! »

Dans ce premier tome, une expédition montée par des universitaires, chercheurs et spécialistes, arrive en Antarctique avec l’intention de faire des recherches scientifiques. Ils se retrouvent sur des lieux historiques, le Mont Terror et le Mont Erebus. Puis, leurs recherches débutent. Les lieux sont arides, difficiles, intrigants et le groupe est victime à quelques reprises de mirages. Leurs recherches ne se déroulent pas vraiment comme ils l’espéraient et sont assez décevantes. Toutefois, le professeur Lake fait une curieuse découverte: des stries particulières dans des morceaux d’ardoise. Il en est obsédé et demande de pouvoir poursuivre ses recherches un peu plus loin. Le groupe se sépare alors. C’est à ce moment qu’il annonce par radio à ses compagnons, avoir fait la découverte du siècle. Puis c’est le silence total. Une équipe de secours est lancée à sa poursuite. Ce qu’il découvriront dépasse l’entendement.

Contrée glacée et inhospitalière, découvertes incroyables, expédition de survie, rencontre macabre, ce manga se dévore comme un véritable roman d’aventure. On suit avidement les recherches de l’expédition envoyée en Antarctique avec beaucoup d’intérêt. Surtout que ces lieux semblent cacher quelque chose d’incroyable et d’abominable. Avec ce premier tome, l’auteur met en place les personnages et le début de l’expédition et nous abandonne alors que l’équipe de secours vient de faire une découverte troublante et effrayante. La suite est à découvrir dans le tome 2.

« L’exploration du vaste continent blanc et glacial s’étendant au sud du globe constituait pour l’homme, toujours désireux de repousser les limites de l’inconnu, le dernier grand défi géographique mondial. »

Ce premier tome des Montagnes hallucinées est tout simplement génial! L’histoire, vraiment très prenante, est portée par des illustrations magnifiques et réalistes. C’est du grand art! J’ai bien envie maintenant de lire les autres titres de Gou Tanabe, qui a entreprit de transposer en mangas, les chefs-d’œuvre de Lovecraft. J’ai tout aimé de cette première adaptation que je découvre: le format du manga, les illustrations, le récit, les références à Edgar Allan Poe que j’aime beaucoup, le côté sombre de l’histoire et l’horreur qui est doucement instillée au fil des pages.

Une lecture vraiment remarquable, à tous points de vue! J’enchaîne avec le second tome, qui promet d’être aussi bon et prenant que le premier.

Les Montagnes hallucinées tome 1, Gou Tanabe, d’après l’œuvre de H.P. Lovecraft, éditions Ki-oon, 310 pages, 2018

Ma vie dans les bois t.9: quand revient l’hiver

Depuis qu’il vit dans la nature, Shin s’est bien habitué au cycle des saisons. Aussi, même quand le froid revient, il se sent prêt à affronter la nature. Grâce à ses techniques de chauffage, parfois issues de savoirs anciens, le dessinateur des bois n’a plus rien à craindre. Mais à force de se sédentariser, ne risque-t-il pas de se rouiller ? Le voilà parti pour Hokkaido, l’île du Nord du Japon, pour un voyage d’apprentissage canin !

Ma vie dans les bois de Shin Morimura est sans doute mon manga préféré. J’attends chaque nouveau tome avec impatience. Celui-ci est déjà le neuvième et a pour titre: Quand revient l’hiver. Dans cette série, Shin Morimura nous raconte son départ de la ville, son installation dans les bois et ses démarches pour devenir autosuffisant le plus possible. Chaque tome aborde plusieurs aspects de la vie dans les bois: nourriture, pêche, construction, écologie, animaux, réflexions, etc.

Ce qui est intéressant avec cette série c’est que l’auteur, qui continue à être mangaka, essaie des choses qu’on ne voit pas très souvent, comme faire son propre charbon par exemple, confectionner ses cannes à pêche ou construire un four extérieur. Le thème est vraiment l’autosuffisance et la nature. En avoir un aperçu, mais cette fois directement du Japon, est encore plus intéressant. Surtout que Shin Morimura en parle toujours avec humour, passion, autodérision et lucidité. Cette série nous le rend tout de suite très attachant.

Dans ce neuvième tome, c’est le retour de l’hiver. Pendant que la montagne se repose, Shin reprend son activité de charbonnier. Un travail peu valorisé, peu de relève et des connaissances qui sont en train de se perdre. Shin va donc entreprendre de transmettre les rouages du métier de charbonnier aux jeunes employés d’un parc de loisir. C’est l’occasion aussi pour lui de nous parler de la vie d’aujourd’hui, de la façon dont l’humain est déconnecté de la nature.

« De nos jours les hommes négligent les saisons et quelques centimètres de neige chamboulent leur quotidien. Je pense qu’autrefois, les êtres humains étaient plus en adéquation avec les phénomènes de la nature. »

L’arrivée de l’hiver est aussi le moment pour Shin de pister les animaux et de pouvoir observer leur mode de vie en suivant leurs empreintes. J’ai aimé ce passage parce que je fais la même chose que lui. L’hiver est tellement propice à apprendre une foule de choses sur la façon dont vivent les animaux en forêt! Dans ce tome, Shin Morimura expérimente pour la première fois la vie d’un musher. Il part en expédition trois jours en traîneau à chiens et dort dans une yourte. C’est l’occasion pour lui de vivre une nouvelle aventure! À son retour, il va pêcher avec le « boss » (un personnage récurrent d’un tome à l’autre), et accueille le printemps sous les cerisiers en fleurs.

Cette série est vraiment géniale. Autobiographique, accompagnée parfois de véritables photos des projets de l’auteur, c’est un manga que j’adore et que je trouve tout simplement parfait! Surtout que Shin Morimura a de l’humour et nous raconte ses essais/erreurs avec beaucoup d’humilité!

Un tome qui fut un véritable plaisir de lecture. J’étais contente de retrouver l’univers de ce mangaka et j’ai très hâte au prochain tome!

Ma vie dans les bois t.9: quand revient l’hiver, Shin Morimura, éditions Akata, 176 pages, 2020

Route End t.8

Alors que la famille Haruno est au plus bas, une révélation vient bouleverser l’intégralité de l’enquête… En effet, les meurtres que Masato aurait commis seraient en réalité des suicides. Pour le jeune homme, traumatisé par le violent décès de sa mère, un doux mensonge aurait été plus facile à accepter qu’une horrible vérité…
Malgré tout, d’autres interrogations subsistent, à commencer par la raison qui a poussé toutes ces personnes à en finir avec la vie. Quelque chose semble bien lier les victimes entre elles… mais quoi ?

Voici donc le huitième et dernier tome de la série Route End, série dont j’attendais le dénouement final avec beaucoup d’impatience! Ce tome est le plus gros de toute la série. Il permet de mieux comprendre les personnages et leurs motivations, de mieux saisir toute l’ampleur psychologique de l’accusé et de ce qu’il croit accomplir.

« Les angoisses que j’avais enfouies tout au fond de moi vont croître à mesure que mon bonheur grandit. Bientôt, je vais me rendre compte que je n’ai pas ma place ici. »

Ce qui est plutôt fascinant avec le déroulement de ce tome c’est la façon dont les morceaux du casse-tête se mettent en place. L’enquête s’est beaucoup éparpillée dans les tomes précédents à cause des différentes découvertes qui ont poussé les enquêteurs à suivre différentes pistes. Notre rencontre avec le suspect des meurtres, puis avec un étrange psychiatre, nous offre un autre regard sur toute l’intrigue… pour mieux nous permettre d’en comprendre toute la complexité et la portée auprès des victimes. L’intrigue a donc un côté un peu morbide, psychologiquement fascinant, qui fait de cette série – et de ce tome encore plus particulièrement – un véritable page-turner. 

« Ne perds pas de vue que si ta colère a longtemps été un soutien… elle ne te définie pas. »

Notre rencontre avec les autres personnages de l’histoire, dont Taji, est troublante aussi. Taji qui se sent coupable et impuissant, en colère également. Alors que le dénouement de l’histoire de End tire à sa fin, les personnages qui sont toujours en vie doivent se débattre avec leurs émotions difficiles à gérer. Surtout avec ce que l’on apprend dans ce tome, qui ne se contente pas de finaliser l’intrigue commencée dans les sept tomes précédents, mais qui offre aussi de nouvelles information pour faire avancer l’histoire, jusqu’au dénouement final!

J’ai adoré cette série, qui m’a tenue en haleine pendant de belles heures de lecture. J’ai trouvé que l’intrigue était suffisamment élaborée pour nous permettre de nous creuser la tête en avançant à travers l’histoire, tout en conservant un suspense intéressant. C’est une lecture vraiment prenante, souvent très intrigante d’un tome à l’autre et dont on suit les rebondissements avec beaucoup d’intérêt et de curiosité. 

Si vous aimez les histoires de tueur en série, les thrillers un peu macabre et les intrigues complexes, cette série manga est pour vous! 

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Route End t.8, Kaiji Nakagawa, éditions Ki-Oon, 232 pages, 2020

Créatures fantastiques t.4

La science a remplacé la magie dans le cœur des hommes. Elle est sur le point de faire basculer le monde dans une nouvelle ère, entraînant les créatures fantastiques dans l’oubli. Un jour, un homme du nom de Jean demande à Ziska de le suivre, afin d’examiner un animal blessé. Ce dernier est en réalité un griffon qui s’en est pris à des humains. Il semblerait qu’une “chose gigantesque” ait causé sa blessure. Pour le meilleur ou pour le pire, la jeune fille est incapable d’abandonner une créature qui souffre devant elle.

J’avais bien hâte de lire le quatrième tome de Créatures fantastiques, surtout après la fin du troisième tome. L’histoire reprend ici exactement là où on l’avait laissée, avec la disparition de Ziska. Son maître part à sa recherche à l’aide d’Annie, la seule à avoir vu l’enlèvement. Ils sont rapidement accompagnés par une femme bien étrange…

Avec ce tome, l’intrigue prend une tournure bien intéressante: les créatures fantastiques ne sont plus uniquement des bêtes à soigner… On tombe dans le mythe et les légendes. Ici, il est question de Rübezahl, un être fantastique issu du folklore allemand et d’un personnage de contes de fées. Cette nouvelle thématique, qui va plus loin que le soin aux créatures, apporte un plus à la série. En combinant les deux, l’auteure en fait un univers unique et vraiment intéressant. 

La première partie du manga est une véritable aventure: enlèvement, tempête de neige dévastatrice, animaux inquiétants.

« Mais quelque chose approche depuis l’Est… Depuis une terre que je ne connais pas. Cette chose se dirige vers mon territoire. »

Comme les autres tomes, il y a un message écologique sous-jacent. Même si l’histoire est ancrée dans un monde fantastique, le thème de la nature est souvent abordé ainsi que le destin réservé aux animaux par les hommes. L’univers de Ziska s’enrichit d’étranges compagnons et elle apprend de nouvelles choses. On découvre également certaines choses sur de nouvelles créatures fantastiques, comme le griffon que Ziska doit soigner, cet étrange coq qu’elle doit voir dans une ferme accompagnée de son maître ou le Tatzelwurm, créature provenant du folklore alpin. 

J’aime vraiment beaucoup cette série, que je trouve originale et où le fantastique et l’imaginaire sont très importants. J’apprécie également le dessin, qui est assez représentatif du genre de manga qu’est Créatures fantastiques. Plus cette série avance, plus elle devient intéressante. Vivement le sortie du tome 5!  

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Créatures fantastiques t.4, Kaziya, Komikku éditions, 208 pages, 2020

Créatures fantastiques t.3

Créatures fantastiques 3La science a remplacé la magie dans le cœur des hommes. Elle est sur le point de faire basculer le monde dans une nouvelle ère, entraînant les créatures fantastiques dans l’oubli. En poursuivant un voleur, Ziska, l’apprentie vétérinaire, tombe nez à nez avec un fantôme. Peu après, elle fait la connaissance d’un homme mystérieux qui après l’avoir aidé à retrouver un chat fugueur lui adresse une requête pour le moins étrange…

Créatures fantastiques est une série fantaisiste, qui raconte le travail de Ziska, apprentie vétérinaire. Sauf que la jeune fille ne fait pas un travail comme les autres: elle soigne des créatures fantastiques dans un monde où la magie a perdu son aura de magnificence et de beauté.

Ziska assiste un maître dans son travail auprès des bêtes fantastiques. C’est un précieux allié qui lui apprend beaucoup de choses. Un jour, alors qu’elle est au marché, elle pourchasse un voleur à l’étalage jusque dans une maison abandonnée. Elle se retrouve alors nez à nez avec un fantôme! Terrifiée, elle en perd son carnet et doit demander à son maître et ses amis de lui venir en aide.

« Les créatures fantastiques font partie de notre monde… Comment pourrait-on affirmer que les fantômes n’existent pas? »

Comme dans chacun des tomes, nous découvrons de nouvelles créatures fantastiques qui demandent l’aide et le travail de Ziska et de son maître. Par contre, ce tome-ci est un peu plus axé sur l’action et je dois dire que ça m’a beaucoup plu! Je trouve même que cette série s’améliore d’un tome à l’autre.

Outre l’histoire avec le fantôme, ce troisième tome raconte aussi la disparition du chat Mia, la rencontre de Ziska avec un inconnu à qui elle fait confiance beaucoup trop rapidement en croyant y trouver de la bienveillance et elle repart sur les traces d’une bête étrange qui sème le chaos sur son passage.

Beaucoup d’action et de rebondissements pour ce troisième manga de la série. On y aborde aussi comme toujours, un peu d’écologie et d’environnement, à travers un monde certes fantastique, mais pas si loin de nous qu’il n’y paraît. La relation de l’homme à son monde est souvent implicitement abordée (ou critiquée), même si l’histoire se concentre sur les animaux et le monde magique de Ziska.

J’aime de plus en plus ce manga, que je trouve intéressant à tous points de vue. Le monde imaginaire, la place de la nature et des animaux, même s’ils sont fantastiques, et l’aspect écologique de l’histoire sont les points forts de cette belle série.

J’ai hâte de découvrir le quatrième tome!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Créatures fantastiques t.4, Kaziya, Komikku éditions, 224 pages, 2019