L’Odyssée des neiges

odyssée des neigesJeune joueur de hockey talentueux, Théo Marchand n’aspire à rien de moins qu’à une carrière dans la Ligue nationale. La tête un peu enflée, rien ne peut arrêter cet adolescent d’Ottawa jusqu’à ce qu’un grave accident mette un frein à son rêve. Les mauvaises nouvelles se succèdent dans sa vie. Ses parents se séparent et il déménage avec sa mère à Sudbury. C’est là qu’il dénichera une vieille motoneige ayant appartenu à sa grand-mère. Avec l’aide de ses nouveaux amis, Alexis et Sophie, Théo finira par la remettre en marche. Une fois l’hiver arrivé, les adolescents s’inscriront à une grande course, l’Odyssée des neiges, qui les mènera à parcourir un long circuit dans le nord de l’Ontario. La compétition sera parsemée d’embûches. Les émotions seront vives.

L’Odyssée des neiges est un roman pour ados, qui m’a attirée à cause de cette grande course de motoneige dont il est question dans le résumé. L’histoire peut se diviser virtuellement en deux parties. Dans la première, nous suivons Théo, un jeune hockeyeur très talentueux, mais doté d’une forte tête. Il est bien souvent convaincu que sans lui, l’équipe ne fonctionnerait pas. L’esprit d’équipe ce n’est pas son point fort.

Sa vie se résume au hockey. C’est ce qui est le plus important pour lui. Il a aussi la chance de jouer avec son meilleur ami, Tyler. Les deux jeunes progressent ensemble depuis des années. Les choses changent le jour de l’accident. Il tombe durement sur la glace, il est victime d’une commotion et sa moelle épinière est légèrement touchée. Il se retrouve d’abord alité, obligé de faire de la réadaptation, puis de marcher avec des béquilles. C’est un coup dur pour Théo qui passait le plus clair de son temps sur des patins!

Cette première partie du roman raconte tous les changements survenus dans la vie du jeune joueur, de sa blessure à son découragement, en passant par l’éclatement de sa famille et son déménagement. Il choisira de s’exiler pour repartir à neuf.

La seconde partie du livre s’intéresse particulièrement à la grande course de motoneige. Le périple est captivant et met en valeur le nord de l’Ontario. C’est l’occasion pour Théo de se faire des amis et de s’intéresser à autre chose qu’à lui-même et ses problèmes. Cette course en motoneige, il faut la préparer. Il y a près de 1000 kilomètres à parcourir et plusieurs photos à rapporter pour prouver le passage de chaque équipe aux différentes étapes. C’est l’occasion de travailler en équipe pour y arriver, de faire des compromis et de réaliser à quel point l’amitié est précieuse.

Il y a de très beaux personnages dans ce roman. Tout d’abord, l’auteur brosse le portrait de deux femmes fortes, la grand-mère de Théo âgée de 81 ans, maniaque de motoneige et avide de vitesse, alors que son mari lui, préférais le calme du ski de fond! C’est grâce à elle que les jeunes pourrons participer à L’Odyssée des neiges. Cette grand-mère est tout simplement géniale et attachante. Le personnage de Sophie est aussi atypique. Cette jeune fille veut travailler en médecine sportive et est une pro… de la mécanique! Ce sont de beaux modèles féminins. J’ai aussi apprécié Alexis, qui est à l’origine d’une foule d’émotions pour le lecteur et Tyler, qui vit avec ses deux pères. Même s’il ne s’agit pas du sujet du roman, je trouve ça fantastique d’avoir des personnages comme ceux-là.

Plusieurs thématiques sont aussi abordées en filigrane: l’éclatement d’une famille, les relations entre différentes générations, le sport, la maladie, la mort, l’amitié, l’amour, la dépression et les crises d’anxiété. L’écriture est simple, cependant j’ai trouvé que la première partie manquait un peu d’émotion. L’auteur en revanche se reprend grandement dans la seconde partie!

Le roman de Pierre-Luc Bélanger est une belle histoire, portée par des personnages fort intéressants. C’est une lecture qui devrait plaire aux jeunes (et moins jeunes!) intéressés par le sport et par les épreuves d’envergure comme L’Odyssée des neiges.

Une belle lecture!

L’Odyssée des neiges, Pierre-Luc Bélanger, Les Éditions David, 188 pages, 2018

 

Publicités

Chaleur

chaleurLa Finlande : ses forêts, ses lacs, ses blondes sculpturales… et son championnat du monde de sauna. Chaque année, des concurrents viennent de l’Europe entière pour s’enfermer dans des cabines chauffées à 110°. Le dernier qui sort a gagné. Les plus acclamés sont Niko et Igor : le multiple vainqueur et son perpétuel challenger, la star du porno finlandais et l’ancien militaire russe. Opposition de style, de caractère, mais la même volonté de vaincre. D’autant que, pour l’un comme pour l’autre, cette compétition sera la dernière.

Je l’avoue d’emblée: je m’attendais à toute autre chose avec ce roman. Déjà la couverture et le résumé sont un peu trompeurs. La couverture enneigée laisse présager une Finlande pleine de neige. Il n’en est rien: le roman se déroule en plein cœur de l’été. Le résumé me laissait deux impressions: on parlerait un peu de la Finlande (ses forêts, ses lacs et son drôle de championnat) et il y aurait de l’humour ou un côté un peu noir. Il n’en est rien non plus.

Le roman s’inspire d’un véritable championnat de sauna qui n’existe plus aujourd’hui. C’est une idée tellement absurde que je me disais qu’il y avait quelque chose à faire avec ça. Le roman met surtout en scène deux personnages autour desquels quelques autres gravitent. On suit Niko, un acteur de films porno, et Igor qui en est à son dernier championnat parce qu’il est malade. Niko a une « copine » qu’il forme à devenir une star de la porno. Ils se promènent pratiquement toujours nus ou presque. Igor quant à lui a une fille, qu’on voit à peine et dont la relation se termine avant même d’avoir commencé.

Pendant ma lecture, je n’arrêtais pas de me dire qu’il ne se passait rien. Mais vraiment rien. On ne comprend pas où l’auteur veut aller, ni pourquoi il nous raconte tout ça. Je me suis ennuyée alors que le roman est vraiment court. J’attendais un revirement de situation, quelque chose de nouveau, un brin d’humour (même noir). Rien. Même la fin, qui se veut plus « marquante » m’a ennuyée.

Les personnages sont clichés à l’extrême, chacun passe un nombre incroyable de lignes à s’observer dans le miroir et à admirer son corps. On connaît plus d’informations sur les attributs sexuels d’un et l’autre que sur leurs motivations ou bien leurs raisons d’être. Et ça, c’est quand ils ne s’envoient pas en l’air. Parce que dans ce roman, même deux inconnus qui viennent de se rencontrer finissent dans un petit coin à faire des galipettes. Le championnat du monde de sauna, on n’en parle presque pas. La Finlande? Encore moins. Le roman pourrait se passer n’importe où, qu’on ne verrait pas la différence. Le texte est vulgaire, les propos des personnages inintéressants.

Je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai été aussi déçue d’un livre. Je ne comprend pas le message derrière l’histoire et je n’ai pas compris non plus l’intérêt du roman. Une critique de la société? Une image de la vieillesse qui rattrape tout le monde? Un portrait de la folie des hommes et de leur absurdité? Je ne sais pas, parce que j’ai eu le sentiment qu’au fond ce roman ne raconte rien. Pendant près de 160 pages. C’est court et ça m’a paru si long.

Peut-être qu’à vous il plaira plus qu’à moi. Peut-être que vous connaissez cet auteur et l’aimez? En tout cas, moi je n’y suis absolument pas sensible.

Chaleur, Joseph Incardona, éditions Pocket, 160, 2018