Le pendu

Par une froide matinée de novembre, un joggeur découvre un corps pendu à un arbre dans les bois du paisible village de Three Pines. Le pauvre homme séjournait à l’Auberge, où il était sans doute venu chercher la tranquillité. Mais s’est-il vraiment donné la mort ou a-t-il été assassiné ? Le chef des homicides de la Sûreté du Québec et son fidèle second Beauvoir sont appelés à élucider l’affaire. En examinant les indices, ils mettent au jour un secret terrible et déchirant. Or Armand Gamache sait que la conscience cède parfois tragiquement sous le poids du passé…

J’adore les romans de Louise Penny et son personnage d’Armand Gamache. Le pendu est une courte nouvelle qui le met en scène et qui a été écrite dans le cadre d’un programme d’alphabétisation, entre les romans Enterrrez vos morts et Illusion de lumière. Cette nouvelle a inspiré les deux derniers épisodes de la série sortie ce mois-ci sur Prime vidéo. Je voulais donc absolument lire cette novella avant de voir la série.

Le pendu est une courte histoire mettant en scène Gamache, Beauvoir et quelques autres personnages de Three Pines. Elle se déroule au mois de novembre alors qu’un joggeur découvre un corps pendu à un arbre dans les bois de Three Pines. À première vue il s’agit d’un suicide. Mais en est-ce vraiment un? Gamache et Beauvoir vont enquêter et fouiller dans des secrets enfouis depuis des années.

Nul besoin de connaître déjà l’univers de Three Pines pour lire cette novella. On y retrouve un condensé de tout ce qui fait le bonheur des romans: le village, les personnages, Gamache, le bistro et sa bouffe réconfortante. Mais en version accéléré. Ça passe beaucoup trop vite! On a assurément envie de rester un peu plus longtemps avec Gamache. Heureusement pour ça, il y a les romans.

« Three Pines reposait au fond de la valle, comme si le village cherchait à se cacher du monde. Et le monde tombait dans le panneau. » 

J’ai bien aimé cette histoire que je prends comme un petit cadeau, le temps d’une soirée, pour la fan que je suis des romans de Louise Penny. Naturellement, la lecture se fait rapidement, mais c’était un plaisir. Je crois que c’est une porte d’entrée intéressante pour donner envie de lire la série de romans, tout en gardant en tête que ce texte est très court. Les romans sont beaucoup plus élaborés, avec toujours beaucoup de détails sur les enquêtes, les repas (qui donnent forcément faim), les personnages attachants, les lieux chaleureux et les dialogues plein d’humour. 

Le pendu, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 128 pages, 2022

Publicité

La nature de la bête

Chaque jour, Laurent Lepage invente une catastrophe : des arbres qui marchent, un débarquement d’extraterrestres… Plus personne ne croit le garçon de neuf ans. Pas même Armand Gamache, qui a pris sa retraite à Three Pines. Cependant, quand l’enfant disparaît, il faut bien envisager que l’une de ses histoires soit vraie. Une traque effrénée et digne des plus grands romans d’espionnage se met en branle lorsque Gamache et ses anciens lieutenants de la SQ, Jean-Guy Beauvoir et Isabelle Lacoste, déterrent l’authentique canon géant de Gerald Bull, ingénieur en armement assassiné à Bruxelles il y a vingt-cinq ans. Un monstre est autrefois venu à Three Pines, il y a semé le malheur et ce dernier est de retour. En refusant de prêter foi à un enfant, l’ex-inspecteur-chef n’a-t-il pas joué un rôle funeste dans ce qui est arrivé ?

La nature de la bête était le livre du mois de juillet pour le Défi Un Penny par mois. J’ai accumulé un peu de retard cet été entre le jardin et les rénovations qui ont pris tout notre temps. Je tente donc de reprendre peu à peu mes lectures pour être à jour. Je vous présente donc cette fois un livre assez intéressant et un peu différent, il me semble, des autres enquêtes. 

L’histoire de ce livre est surprenante. Elle s’inspire du travail d’ingénieur de Gerald Bull. J’aime quand Louise Penny nous amène avec elle dans des histoires qui s’inspirent de faits réels mais peu connus. L’histoire de Bull et de son canon est justement l’une d’entre elles. 

Dans cette onzième enquête, Armand Gamache est à la retraite, du moins officiellement. Il vit maintenant à Three Pines avec Reine-Marie et ils tentent de construire un monde plus calme autour d’eux. Toutefois, l’arrêt complet d’un travail qui représentait une grosse partie de sa vie est difficile. Il ne sait pas tout à fait s’arrêter. Entre leurs amis, leur famille et certaines occupations, Armand et Reine-Marie tentent de s’impliquer dans les activités du village. Ces temps-ci, il est question d’une pièce de théâtre qui fait scandale et déchire la petite communauté. Il y est question de censure et du fait de différencier l’œuvre de son auteur.

« Armand Gamache comprenait désormais comment Laurent devait se sentir lorsqu’il tentait de convaincre quelqu’un qu’il avait vu un monstre. Gamache n’avait pas encore vu le monstre, mais il le savait là, quelque part. Il ne lui restait qu’à convaincre les autres de son existence. »

Presque en même temps, un jeune garçon du village, à l’imagination galopante, disparaît. C’était un vrai tourbillon qui prenait beaucoup de place. Les parents sont anéantis. Tout le monde participe donc aux recherches pour tenter de retrouver l’enfant. Mais pendant les battues, ce qu’on découvre dans les bois dépasse l’entendement: un canon géant caché là depuis très longtemps.

« Pour un tueur, le chaos est un refuge. Ne lui conférez pas cet avantage. »

La nature de la bête est un roman intéressant et passionnant. Il se rapproche beaucoup du roman d’espionnage, par sa construction et par son histoire, mais campé dans un village réconfortant. Il mêle une disparition d’enfant à une trouvaille plus grande que nature. Avec cette enquête, on fouille dans l’histoire et dans le passé. On déterre également une vieille affaire à laquelle a participé Gamache il y a bien longtemps. À la retraite le sympathique inspecteur? Plus ou moins dirons-nous!

Une très bonne lecture qui m’a tenue en haleine. J’ai découvert cette étonnante histoire nichée au creux d’une forêt des Cantons-de-l’Est et le personnage particulier qu’était Bull. Comme d’habitude, l’auteure fait preuve de beaucoup d’humour dans l’élaboration de ses dialogues et c’est fort agréable. J’ai aussi beaucoup aimé que Louise Penny nous offre un roman d’espionnage. Je trouve que ça lui réussit bien!

La nature de la bête, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 480 pages, 2016

Un long retour

Dans sa retraite de Three Pines, l’ex-inspecteur-chef Armand Gamache croit avoir découvert la paix à laquelle il aspirait en quittant la tête de la section des homicides de la Sûreté du Québec. Toutefois, comment refuser son aide à son amie Clara lorsqu’elle lui demande de retrouver son mari, Peter Morrow ? Le couple avait décidé de se séparer pour un an, mais le temps a passé et Peter n’a pas donné de nouvelles. Accompagné de Clara, de Myrna Landers et de Jean-Guy Beauvoir, son ancien adjoint, Gamache part à sa recherche. Il parcourt les paysages démesurés de Charlevoix, jusqu’au fin fond du Québec, et s’aventure plus profondément encore dans l’âme tourmentée de Peter. À la poursuite d’un artiste si désespéré qu’il vendrait son âme… Le retour s’avère d’autant plus incertain qu’il ne sert à rien de rentrer si l’on ne s’est pas trouvé soi-même.

Un long retour était le livre de juin pour Un Penny par mois. C’est un livre que j’ai beaucoup aimé puisqu’il y a une grande évolution des personnages par rapport aux autres livres. Ils sont tous en plein milieu de changements importants, ce qui affecte en bien la dynamique du groupe que l’on retrouve avec plaisir. Cette fois, même si certaines portions se déroulent à Three Pines, l’enquête nous amène dans différentes régions du Québec.

Armand et Reine-Marie Gamache vivent maintenant à Three Pines. Après ce qui s’est passé dans le tome précédent, on imagine bien leur envie de retrouver un peu de paix. Maintenant, les Gamache font partie de la petite communauté et Jean-Guy et Annie viennent régulièrement leur rendre visite. Les liens entre les villageois et les Gamache et leur entourage deviennent beaucoup plus serrés.

« Le bar était en réalité une bibliothèque. Un lieu où Dickens se serait senti chez lui. Où Conan Doyle aurait peut-être déniché un ouvrage utile. Où Jane Austen aurait pu s’installer pour faire un brin de lecture. Et se soûler, si l’envie lui en avait pris. »

Clara, qui s’était séparée de Peter dans un tome précédent, attend son retour avec impatience. Elle lui avait demandé de partir et de changer, de devenir un meilleur homme, après tout ce qui s’était produit. Peter n’a jamais été un personnage facile. C’est un homme tourmenté et jaloux, qui n’arrive pas à se réjouir pour les autres et à vivre en paix avec lui-même. Mais voilà qu’un an après son départ, la date à laquelle Clara et lui s’étaient donnés rendez-vous est passée. Clara attend. Elle laisse passer un bon moment avant de réellement s’inquiéter, mais toujours pas de signe de Peter. Clara sollicite alors Gamache et Beauvoir, et la petite équipe, complétée par Myrna, fait enquête sur cette disparition. Sur les traces de Peter qui les mènent en Europe, puis dans un étrange village d’Ecosse, l’équipe se divise et peut compter sur Ruth et Reine-Marie pour enquêter en Ontario pendant que les autres vont à Charlevoix et sur la Basse Côte-Nord.

« -C’est Clara qui décide. Elle sait ce qu’elle fait.
-Elle a mangé du pot-pourri un jour, en pensant que c’étaient des chips, riposta Jean-Guy. Elle a pris son bain dans de la soupe en pensant avoir affaire à des sels de mer. Elle a transformé un aspirateur en sculpture. Elle n’a aucune idée de ce qu’elle fait. »

J’ai aimé cette enquête puisqu’elle se passe essentiellement « hors du cadre ». J’adore Three Pines, mais ce village produit quand même un très grand nombre de crimes pour son si faible pourcentage d’habitants. Il est donc intéressant parfois d’en sortir, le temps d’une enquête, pour mieux y revenir. Ce tome nous fait visiter la très belle région de Charlevoix et ses artistes, en mettant l’accent sur l’art, l’inspiration, les muses qui poussent un artiste à la création. L’art fait partie intégrante du cœur du roman et ça m’a beaucoup plu. Gamache est un grand amateur d’art et d’histoire. Il y est d’ailleurs beaucoup question du peintre Clarence Gagnon, que Gamache aime énormément et que j’adore moi aussi. Ça m’a d’ailleurs donné envie de me replonger dans les œuvres de ce grand artiste.

L’arrêt à Charlevoix est de courte durée. Rapidement, l’enquête les mène ailleurs, toujours sur les traces de Peter. L’équipe se retrouve donc sur un bateau, dans une région de pêcheurs. Ils font un long voyage et découvrent la Basse Côte-Nord et le mode de vie de ses habitants. Toujours en quête d’indices sur la disparition de Peter qui semble s’éloigner de plus en plus d’eux…

En plaçant au centre de l’histoire la disparition de Peter Morrow, je trouve que ce roman s’inscrit un peu dans la continuité de Défense de tuer, un roman précédent qui parlait de la famille Morrow et de ses excentricités. C’est un roman intéressant pour la quête incessante de réponses qui pousse l’équipe d’un endroit à l’autre, mais aussi parce qu’il nous permet de connaître un peu mieux Peter. Je crois que ce roman nous aide en quelque sorte à appréhender le personnage difficile qu’il est.

« Peter Morrow, lui, ne courait pas de risques. Il n’échouait jamais, ne réussissait jamais. Ni vallées, ni montagnes. Le paysage de Peter était plat. Un désert infini, prévisible. »

Évidemment, la fin de ce tome est vraiment touchante et on se demande ce qu’il adviendra dans le prochain. En attendant, voilà un autre excellent roman que celui-ci, qui ne manque certainement pas d’action!

Un long retour, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 448 pages, 2015

La faille en toute chose

Noël approche : la campagne revêt son blanc manteau et s’égaye de joyeuses lumières. Toutefois, pour l’inspecteur-chef Armand Gamache, le temps des retrouvailles au coin du feu est troublé par des ombres menaçantes. Ses meilleurs agents ont quitté la section des homicides, son fidèle lieutenant Jean-Guy Beauvoir ne lui parle plus depuis des mois et des forces hostiles semblent liguées contre lui. Quand Myrna Landers, la libraire de Three Pines, lui demande de l’aider à retrouver l’amie qui devait la rejoindre pour les Fêtes, il saisit l’occasion d’aller se réfugier dans les Cantons-de-l’Est avec ceux qui lui sont restés loyaux. Intrigué par le refus de Myrna de révéler l’identité de la disparue, Gamache découvre qu’il s’agit de la dernière des quintuplées Ouellet. Au terme de son enquête, il trouvera certainement un assassin, mais pourra-t-il enfin trouver la paix ?

La faille en toute chose était le roman de mai pour Un Penny par mois. C’était une excellente lecture, tant cette histoire est vraiment haletante et pleine de rebondissements. J’ai dévoré cette enquête.

À l’approche de Noël, Armand Gamache reçoit l’appel de Myrna de la librairie de Three Pines: une amie à elle qui devait la rejoindre au village n’est jamais venue. Myrna cache d’abord son identité à Armand avant de dévoiler qu’il s’agit d’une des célèbres quintuplées. Naturellement, l’identité de la personne joue beaucoup dans l’enquête puisque les quintuplées ont été très médiatisées en leur temps, avant de se retirer de la vie publique à l’âge où elles pouvaient enfin prendre leurs propres décisions. Évidemment, on ne peut que penser aux célèbres jumelles Dionne qui avaient aussi fait la manchette à l’époque. Louise Penny s’inspire d’ailleurs un peu d’elles pour écrire son histoire. 

Parallèlement à cette enquête inattendue, Armand est de plus en plus mis à l’écart à la Sûreté. Il travaille en marge des autres, avec Lacoste, sa fidèle alliée. Beauvoir lui, a choisi son camp lors de l’enquête précédente. Il a abandonné celui qui avait été son mentor, au profit du détestable Francoeur. Il faut dire que Beauvoir est fragilisé par ce qu’il vit et qu’il devient une proie facile pour un manipulateur comme Francoeur. Les agents de Gamache désertent le navire et son service est en train de se démanteler. Quand un de ses amis déterre quelque chose alors qu’il fouine dans les ordinateurs de la Sûreté, les choses déboulent à une vitesse vertigineuse. L’affaire Arnot plane toujours sur le travail d’Armand, cette maudite affaire qui le poursuit sans cesse d’un tome à l’autre. Cette fois, les choses deviennent de plus en plus dangereuses, l’étau se resserre sur Gamache et sur Three Pines…

« En tant que personne qui connaissait la peur, il savait que le grand danger consistait à la laisser prendre le contrôle. La peur déformait la réalité, la consumait. Créait sa propre réalité. »

J’ai adoré ce roman qui mêle une histoire étrange de quintuplées, une intrigue informatique et des hackers, qui parle aussi de la corruption, d’abus de pouvoir, de mensonges, de la vie privée et publique, de complots pouvant mettre la vie en danger d’un grand nombre de personne, de la vengeance, mais aussi – et heureusement – d’un peu d’espoir.

« Il y a une faille en toute chose
C’est ainsi qu’entre la lumière. »

L’intrigue est soutenue et on suit avec vraiment beaucoup d’intérêt l’évolution des personnages et de ce qu’ils vivent. Il y a également toujours cette pointe d’humour qui se cache dans les dialogue ou au détour d’une scène. Ces moments adoucissent un peu l’histoire. Une enquête enlevante dans laquelle on plonge en croisant les doigts pour que le pire n’arrive pas! Vraiment, un très très bon roman! 

La faille en toute chose, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 512 pages, 2014

Le beau mystère

Caché au creux d’une forêt sauvage du Québec, le monastère Saint-Gilbert-entre-les-Loups n’admet aucun étranger. Vingt-quatre moines y vivent cloîtrés. Ils cultivent des légumes, élèvent des poules, fabriquent du chocolat et prient… Ironiquement, la communauté qui a fait vœu de silence est devenue mondialement célèbre pour ses chants grégoriens, dont l’effet est si puissant qu’on le nomme « le beau mystère ». L’harmonie est rompue par l’assassinat du chef de chœur et l’intrusion de l’inspecteur Gamache et de son adjoint Jean-Guy Beauvoir. Les enquêteurs cherchent l’accroc dans ces vies consacrées à l’amour de Dieu, mais cette retraite forcée les place aussi face à leurs propres failles. Pour trouver le coupable, Gamache devra d’abord contempler le divin, l’humain, et la distance qui les sépare.

Le beau mystère de Louise Penny était le livre d’avril pour le défi Un Penny par mois. Ce livre est un peu différent des autres de la série car il ne se déroule pas à Three Pines comme la plupart des enquêtes d’Armand Gamache. L’intrigue se déroule dans un monastère à l’écart de tout, où des moines vivent de leur jardin, fabriquent des bleuets enrobés de chocolat et chantent des chants grégoriens si beaux et puissants, qu’ils envoûtent ceux qui les entendent.

« La paix et la tranquillité étaient-elles devenues si rares que, lorsqu’on les trouvait, on pouvait les prendre pour quelque chose de grotesque et d’anormal? »

Gamache et Beauvoir sont dépêchés sur les lieux car on a retrouvé le corps d’un moine dans un jardin privé du monastère. Le monastère est loin de tout et les enquêteurs doivent y passer du temps s’ils veulent essayer de résoudre cette affaire. Dans ce lieu cloîtré où les moines ont fait vœu de silence, l’enquête avance très lentement. Quand Francœur, le grand patron de Gamache dont on entend parler dans d’autres livres, arrive lui aussi sur les lieux, le fragile équilibre entre les enquêteurs et les suspects est rompu.

Ce livre est, jusqu’à maintenant, celui qui est le plus différent de la série. On ne retrouve pas le charmant village habituel et ses habitants. On est beaucoup plus dans un huis-clos, en pleine nature et accessible uniquement par bateau ou avion. Gamache et Beauvoir dorment dans de minuscules cellules de moines. Si Gamache apprécie le calme de l’endroit et est sensible aux chants grégoriens, Beauvoir n’en peut plus et est persuadé qu’il deviendra cinglé avant la fin de l’enquête. Mais Gamache et Beauvoir doivent aussi affronter la solitude des lieux et les vieux démons des enquêtes précédentes qui ont laissés de profondes cicatrices…

Le beau mystère est un roman qui parle beaucoup du pouvoir de la musique, de son envoûtement et des effets qu’elle peut avoir chez les gens qui y sont sensibles. J’ai adoré cet aspect de l’histoire, la musique étant essentielle à ma vie. Tout l’aspect historique et musical du monastère et du travail des moines m’a énormément plu. L’atmosphère y est très contemplative, ce qui distingue ce roman des autres. Les lieux y sont propices, naturellement, et cet aspect agit de façon bien différente sur Gamache et sur Beauvoir.

« Plus tôt, pour s’amuser un peu, Beauvoir s’était demandé si le prieur ne s’était pas fait ça lui-même, s’il ne s’était pas tué à coups de pierre plutôt que de devoir assister à encore une autre messe ennuyeuse à mourir. »

Le beau mystère parle aussi de choix et de croyances. Des choix de vie. Des chemins que les personnages empruntent. De certains choix déchirants. De ce que l’on croit et de ce que l’on peut faire pour protéger nos croyances. Le personnage de Beauvoir a une grande place dans ce livre, une place centrale même et ce qu’il vit m’a touchée. J’aime beaucoup ce personnage qui évolue énormément d’un tome à l’autre et qui vit des choses qui sont difficiles. J’ai hâte de voir de quelle façon son histoire évoluera. L’enquête, quant à elle, est intéressante même si elle diffère beaucoup des autres livres. On entre dans un thème nouveau et des lieux inhabituels. Je n’ai pu m’empêcher de penser à l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac en lisant ce roman.

J’ai bien aimé cette lecture, principalement pour la place que prend le personnage de Jean-Guy Beauvoir. J’ai hâte de poursuivre avec le prochain tome!

Le beau mystère, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 480 pages, 2014