Harry Potter, un monde de magie

Pour célébrer le vingtième anniversaire de la publication de Harry Potter à l’école des sorciers, les conservateurs de la British Library et autres experts, historiens, critiques littéraires et J. K. Rowling elle-même, vous emmènent au cœur des mythes, traditions et trésors qui ont inspiré l’auteur. Découvrez livres de sorts, manuscrits enluminés, globes célestes, créatures fabuleuses, objets venus des musées du monde entier, et illustrations d’artistes… ainsi que des brouillons, manuscrits et croquis issus pour la première fois de la collection personnelle de J. K. Rowling. Un parcours complet, visuellement fascinant, riche en commentaires éclairants.

J’ai éprouvé un plaisir immense à lire ce livre. Cette lecture a d’ailleurs été un gros coup de cœur. Je voulais lire depuis longtemps un ouvrage sur l’histoire du monde d’Harry Potter. Je recherchais toutefois quelque chose d’instructif et de passionnant, pas simplement un ouvrage de fiction autour de l’univers magique de Poudlard. Je souhaitais un ouvrage plus adulte et moins enfantin. Il existe une quantité infinie de livres sur le sujet, mais peu abordent les sciences et l’histoire. Celui-ci aborde ces deux thèmes. Ce livre m’a été offert à Noël et il s’est avéré être un excellent choix!

Écrit par les conservateurs de la British Library et plusieurs scientifiques, historiens et experts, cet ouvrage est un véritable petit bijou. Il explore le monde d’Harry Potter à travers les mythes qui ont inspiré J.K.Rowling. Le parallèle est constamment fait entre ce qu’on retrouve dans les livres mettant en scène le petit sorcier à lunettes et les artefacts du passé. Les potions et l’alchimie sont expliquées à travers des documents historiques; l’astronomie à travers les découvertes; la botanique à travers l’histoire des jardins et des plantes; les sortilèges à travers les croyances au fil des époques; pour ne nommer que ces disciplines. Chaque matière abordée à Poudlard est documentée. On en comprend les origines historiques et scientifiques, ce qui est d’autant plus passionnant. 

On y retrouve de nombreuses curiosités historiques fascinantes. Par exemple, saviez-vous que l’on retrouve dans un vieux manuscrit du XVIIe siècle un sortilège pour se rendre invisible? Que les prénoms des deux figures parentales d’Harry Potter représentent symboliquement deux étapes du processus de fabrication de la pierre philosophale? Que dans son ouvrage sur les drogues, l’apothicaire du roi Louis XIV aborde le thème… des licornes? Que Sirius Black doit son nom à la constellation du Grand Chien et à son étoile, Sirius, la plus brillante que l’on peut apercevoir de la Terre?

L’ouvrage est abondamment et magnifiquement illustré. Il nous amène à la découverte de parchemins, d’enluminures, de l’histoire de la sorcellerie, de la passion pour la divination qui a enflammé certaines époques de notre histoire. Le livre est aussi rempli de petites merveilles en lien avec les manuscrits d’Harry Potter, le travail sur les scénarios, de nombreux dessins de l’auteure elle-même et la reproduction de magnifiques œuvres d’art. Jim Kay, l’illustrateur des trois premiers romans, signe d’ailleurs de superbes œuvres dans cet ouvrage.

Ce livre est en fait le meilleur des deux mondes: historique et fictif. Il puise dans la fiction pour nous raconter l’histoire de certaines disciplines et il est suffisamment bien documenté pour être à la fois captivant et instructif. On apprend beaucoup de choses. L’ouvrage s’avère également être un hommage à l’univers d’Harry Potter, au personnage de fiction et à tout le travail d’écriture de l’auteur, tout comme il est également un bel hommage à l’art et à tous ceux qui travaillent dans l’ombre pour faire vivre sur papier comme à l’écran, des personnages que l’on aime. 

Un beau coup de cœur pour ce livre superbe que j’ai eu un plaisir fou à lire. Il est bien construit, séparé par domaines d’études à Poudlard et offre une vision historique, scientifique et mythologique du monde merveilleux d’Harry Potter. Vraiment, une excellent découverte!

Harry Potter, un monde de magie, Collectif, éditions Gallimard, 256 pages, 2018

Enterrez vos morts

Tandis que le Vieux-Québec scintille sous la neige et s’égaye des flonflons du carnaval, Armand Gamache tente de se remettre du traumatisme d’une opération policière qui a mal tourné. Mais, pour l’inspecteur-chef de la SQ, impossible d’échapper longtemps à un nouveau crime, surtout lorsqu’il survient dans la vénérable Literary and Historical Society, une institution de la minorité anglophone de Québec. La victime est un archéologue amateur connu pour sa quête obsessive de la sépulture de Champlain. Existerait-il donc, enfoui depuis quatre cents ans, un secret assez terrible pour engendrer un meurtre ? Confronté aux blessures de l’histoire, hanté par ses dernières enquêtes, Gamache doit replonger dans le passé pour pouvoir enfin enterrer ses morts.

J’ai lu Enterrez vos morts de Louise Penny pour le livre de février de Un Penny par mois. Ce roman est la suite directe du précédent, Révélation brutale. Si ce dernier était un véritable un coup de poing, Enterrez vos morts est beaucoup plus triste et poignant. Déjà le titre pour moi évoque énormément. Enterrer ses morts, c’est aussi faire la paix avec soi-même et avec les événements. C’est ce que devra apprendre à faire Gamache. Après l’enquête qui a mené à l’arrestation d’un de ses amis et une opération policière qui a mal tournée et l’a traumatisé, Gamache se repose chez son mentor à Québec. Malgré lui, il se retrouve mêlé à une nouvelle enquête. On a découvert le corps d’un archéologue amateur connu – et détesté – dans la cave d’une majestueuse bibliothèque anglophone. Gamache tente de donner un coup de main tout en essayant d’apaiser les voix qui le hantent, alors que Beauvoir, blessé aussi dans l’opération policière, prend des « vacances » à Three Pines, où il pose beaucoup de questions… le chef lui ayant demandé d’enquêter discrètement afin de rouvrir l’enquête du livre précédent, l’accusation et l’incarcération d’un des habitants de Three Pines.

« Gamache le savait, les symboles étaient aussi puissants que n’importe quelle bombe. En effet, ils survivaient, prenaient de l’importance, alors que les hommes et les femmes périssaient, que les villes tombaient. Les symboles étaient immortels. »

Ce roman est sans doute le plus poignant jusqu’à maintenant de la série Armand Gamache enquête. L’histoire est passionnante et touchante. Elle mêle habilement deux enquêtes: une à Three Pines, l’autre à Québec, avec pour toile de fond le mystère qui entoure la vie de Samuel de Champlain, mais surtout, la recherche de sa sépulture. Il y est aussi question des combats entre anglophones et francophones qui remontent aussi loin que la bataille des Plaines d’Abraham. On passe aussi beaucoup de temps dans la ville de Québec et on en ressent tout le charme de ces lieux remplis d’histoire. L’enquête débute à la Literary and Historical Society of Quebec, qui est en fait le Morrin Centre. C’est tellement le genre d’endroit où on imagine sans mal Gamache! 

« Gamache se dirigea vers le Château en passant à côté de l’énorme sculpture de style gothique au centre du petit parc, le monument de la Foi. Le Québec avait été bâti grâce à la foi et aux fourrures, mais les conseillers municipaux avaient préféré ériger une statue aux martyrs plutôt qu’à un castor. »

Un roman vraiment touchant et humain, qui ravive aussi des blessures profondes chez les personnages: Olivier en colère qui n’arrive pas à pardonner, Gamache qui doit vivre avec les fantômes d’une opération policière qui a mal tournée, Beauvoir qui n’arrive pas à avancer. Enterrez vos morts est un livre triste, surtout avec l’histoire terrible de l’agent Morin et des traumatismes de chacun, mais c’est aussi un livre fascinant et puissant, avec comme toujours, une pointe d’humour dans les dialogues. Gamache est en quête de guérison et la ville de Québec sous la neige, ses cafés, sa bibliothèque, son carnaval, son histoire passionnante, est un lieu parfait pour retrouver une ambiance feutrée et calme, à la recherche de secrets enfouis depuis quatre cent ans. Peut-être aussi réussir à trouver un peu de paix.

C’est un roman assurément puissant, qui sonde à la perfection les blessures de l’âme humaine. Il nous plonge également dans le passé et nous offre de beaux moments à Québec. 

J’ai lu cet excellent livre pratiquement d’une traite! 

Enterrez vos morts, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 464 pages, 2013

Jack Kerouac: centenaire de naissance

2022 marque le centenaire de naissance de l’écrivain Jack Kerouac. Né le 12 mars 1922, de parents québécois, Jean-Louis Kérouac est devenu l’une des figures phare de la Beat Generation et a contribué à la révolution culturelle et sociale.

En 2022, pour souligner le centenaire de sa naissance, je vous propose donc de partir à la découverte des œuvres autour de l’univers de Jack Kerouac et ce, de mars à décembre. Il peut s’agir de livres, musique, films, balados, ou autres.

📖 Livres de Jack Kerouac
(De Sur la route son plus connu à Pic son dernier roman moins connu, sa poésie, ses textes en français, etc.)

📖 Livres autour de l’univers de Kerouac (essais, voyages, Beat Generation, analyses, biographies, etc.)

🎥 Films s’inspirant de Jack Kerouac ou de la Beat Generation (Sur la route, Big Sur, Kill your Darlings, etc.) Notez que le film d’Herménégilde Chiasson, Le grand Jack, peut être visionné gratuitement sur le site de l’ONF.

🎧Musique s’inspirant de Kerouac ou de la Beat Generation (Richard Séguin, Zachary Richard, Pierre Flynn, etc)

📱Tout ce qui parle de Jack Kerouac et qui vous semble être intéressant!

De mon côté je vous propose le superbe balado Sur les traces de Kerouac qui nous amène sur les pas de l’écrivain, du Québec à Lowell en passant par New York. Cette émission en quatre épisode vient aussi avec un livre numérique que l’on peut télécharger gratuitement.

Dans le cadre du Mois de la francophonie, le 15 mars 2022 prochain, le Centre de la francophonie des Amériques propose un panel dont l’inscription est gratuite: Jack Kerouac : 100 ans, toujours vivant! Différents aspects de l’héritage de Kerouac vous seront présentés, en compagnie d’intervenants vraiment intéressants. 

Je vous propose d’utiliser le mot-clic #centenairekerouac2022 pour toutes vos publications au cours de l’année, principalement sur Instagram. Vous pouvez aussi utiliser le logo en tête de cet article pour accompagner vos publications. Il s’agit de faire connaître Kerouac et de découvrir les traces qu’il a laissé dans la culture, tout en soulignant le centième anniversaire de sa naissance.

Au plaisir d’échanger avec vous autour de Jack Kerouac pendant cette année 2022!

Consultez les articles autour de Jack Kerouac:

Huit crimes parfaits

Libraire spécialisé en roman policier, Malcolm Kershaw reçoit la visite surprise du FBI. L’agent Gwen Mulvey enquête sur deux affaires étranges : une série de meurtres qui rappelle un roman d’Agatha Christie, et un « accident » qui fait écho à un livre de James Cain. Elle espère donc que l’avis d’un expert du genre lui permettra d’interpréter correctement les (rares) indices à sa disposition. Et ce n’est pas tout : Malcolm, quinze ans plus tôt, a publié sur son blog une liste intitulée ”Huit crimes parfaits”, où figuraient ces deux intrigues. Serait-il possible qu’un tueur s’en inspire aujourd’hui ? Très vite, l’angoissante certitude s’impose : le tueur rôde déjà à proximité. Malcolm commence à le voir partout, et sent un véritable nœud coulant se resserrer autour de son cou.

Huit crimes parfaits est un livre vraiment réjouissant pour les amateurs de romans policiers. C’est un roman particulier, assez différent de ce que l’on peut lire, dans lequel on plonge sans trop savoir ce qui nous attend. J’ai adoré l’ambiance feutrée de la librairie et les nombreuses références à la littérature policière.

Malcolm a une librairie spécialisée dans les romans policiers: Old Devils. Il s’occupe de temps en temps du blogue de la boutique, même s’il n’est pas très assidu dans ses publications. Il y a plusieurs année, il avait publié un article, une liste plutôt, de « Huit crimes parfaits » littéraires. Les romans qui, pour lui, représentaient véritablement des crimes parfaits. Un soir de tempête, une agente du FBI débarque à la librairie. Elle enquête sur des crimes semblant s’inspirer de la liste de Malcolm et cherche à en apprendre plus grâce à lui sur les romans qui y figurent. Rapidement, Malcolm a l’impression que le tueur le connaît, qu’il le surveille et qu’il cherche à ce que le libraire le remarque. Pourquoi? Qui est cette personne? De quelle façon la liste de Malcolm a t-elle attiré à la fois le tueur et les enquêteurs?

Ce roman est un vrai plaisir de lecture surtout si on s’y connaît un peu en matière de romans policiers. Le livre parle autant des romans plus classiques que des livres à succès récents. On retrouve une belle brochette d’auteurs de polars sur les rayons de la librairie de Malcolm et on y lit aussi de très nombreuses références littéraires, pratiquement à toutes les pages. Le plus intéressant? L’auteur, Peter Swanson, s’inspire de ces mêmes romans policiers pour construire son histoire. Et quelle histoire! 

Si l’intrigue commence doucement et donne l’impression d’un roman un peu suranné, à l’ambiance feutrée, se déroulant dans une librairie en pleine tempête de neige, l’intrigue prend rapidement une tournure à laquelle on ne s’attendait pas. Le personnage de Malcolm est attachant, solitaire, intéressant à plusieurs points de vue. On l’apprécie rapidement et on découvre au fil des pages son passé et ce qu’il a vécu. Son univers tourne essentiellement autour de son travail et il côtoie bien peu de monde. On découvre également que ce libraire spécialisé ne lit guère plus de romans policiers. Il se contente de parcourir les critiques pour être en mesure de conseiller ses clients. Il préfère, lorsqu’il se met au lit, se remplir la tête de poésie mélancolique.

Le dénouement du roman est assez imprévisible et étonnant, ce qui donne à ce livre un style qu’on retrouve assez peu dans la littérature policière. Brillant, intrigant et finalement assez fou, le roman Huit crimes parfaits m’a fait passer un excellent moment de lecture. Ce livre m’a rappelé avec bonheur toutes ces intrigues policières que j’ai pu dévorer à l’adolescence et au début de l’âge adulte, allant d’Agatha Christie à Ed McBain, en passant par Patricia Highsmith et Donna Tartt. On retrouve énormément de références pour quiconque aurait envie de se construire une liste de romans policiers à lire pour les prochaines années. L’ambiance enneigée et la librairie pleine de bouquins donnent, aux amoureux des livres, l’envie de s’éterniser un peu plus longtemps entre les pages. Ce roman est aussi un hommage à la littérature, à l’emprise qu’elle peut avoir sur les lecteurs et au plaisir de lire. 

« Les livres sont comme un voyage dans le temps. Tous les vrais lecteurs savent cela. Mais ils ne vous ramènent pas seulement à l’époque où ils ont été écrits, ils peuvent aussi vous ramener à d’autres versions de vous-même. »

Vraiment, une excellente lecture! Je vous le conseille, surtout si le monde de la littérature policière vous plaît et si vous souhaitez découvrir quelque chose d’original. 

Huit crimes parfaits, Peter Swanson, éditions Gallmeister, 352 pages, 2021

Les vieux livres sont dangereux

Empiler quelques livres poussiéreux dans des boîtes, ça ne semble pas très sorcier. Quand le vieux bibliothécaire de son collège lui propose cet emploi de fin de semaine, Mathieu n’hésite pas très longtemps avant d’accepter.
Une fois seul dans les sombres sous-sols de l’école, il réalise cependant assez vite qu’il a commis une grave erreur.

J’aime beaucoup la collection Noire aux éditions La courte échelle. Cette collection offre des romans d’horreur, de suspense et d’enquête pour différents groupes d’âge. Ce qui reste encore assez rare chez les jeunes lecteurs. C’est donc une série que je conseille souvent en bibliothèque, parce que j’aurais adoré avoir une série comme celle-là à découvrir, lorsque j’étais enfant.

Avec Les vieux livres sont dangereux, François Gravel nous amène dans le sous-sol bien particulier d’une école… Mathieu s’ennuie pendant son cours et il s’endort. Son professeur, qui considère la bibliothèque comme un lieu de punition, l’envoie passer un peu de temps là-bas. Mathieu rencontre le nouveau bibliothécaire, revenu d’un congé de maladie. L’homme lui propose de lui donner un coup de main pour élaguer de vieux livres se trouvant au sous-sol de la bibliothèque. Mathieu accepte. Oh, qu’il n’aurait pas dû… !

J’ai adoré le format de ce livre, qui s’adresse aux jeunes lecteurs de 9 ans et plus. Le texte est fluide et très intrigant. Les pages sont souvent illustrées et lorsque l’électricité coupe, les pages du texte sont noires. J’aime beaucoup les livres qui nous plongent de cette façon dans l’ambiance de l’histoire. Surtout parce que ça m’aurait plu à moi, étant petite. J’adorais avoir peur! Comme jeune lectrice, j’ai longtemps eu besoin d’images dans mes lectures. À ce niveau, ce roman est parfait!

« À huit heures du soir, je n’avais toujours pas eu de nouvelles du bibliothécaire et il faisait froid comme dans une morgue. »

Cette histoire, entre terreur et musée des horreurs, est vraiment très efficace. Le roman donne le frisson et devrait plaire aux jeunes lecteurs avides d’horreur et de mystère. Même si la fin est un peu abrupte, j’ai trouvé ce roman vraiment intéressant. Je vous le conseille, pour vous ou de jeunes lecteurs. Cette collection Noire est d’ailleurs à découvrir si le genre vous plaît!

Les vieux livres sont dangereux, François Gravel, éditions La courte échelle, 104 pages, 2017