Le Tigre

TigreAu tout début du XXe siècle, un fait divers singulier défraye la chronique de Saint-Pétersbourg, la capitale de l’Empire russe: un tigre monstrueux fait régner la terreur dans la lointaine Sibérie. Il décime les troupeaux et massacre les villageois. Rares sont les voyageurs qui échappent à ses assauts. Le Tsar promet alors à qui osera l’affronter et parviendra à l’abattre une récompense fabuleuse: le poids du monstre en pièces d’or. Les chasseurs de prime se lèvent en masse mais sans grand succès. Le Tigre semble doué de prescience. Il évente leurs pièges et de gibier mis à prix se fait chasseur impitoyable, puis s’évanouit à nouveau dans la steppe. C’est alors qu’un jeune Pétersbourgois, Ivan, décide de se lancer à son tour dans l’aventure.

Le Tigre est l’un des premiers textes de Joël Dicker, écrit pour un concours littéraire. Je n’ai pas lu les autres romans de l’auteur, mais ce livre-ci m’attirait beaucoup à cause de son format et de l’objet-livre en lui-même. L’ouvrage a une belle couverture rigide colorée avec une jaquette. La qualité de l’ouvrage est agréable avec un signet intégré. L’histoire est magnifiquement illustrée par David de las Heras.

Le conte commence alors que deux moines qui traversaient le pays, font halte à Tibié, espérant être bien accueillis. Le village est plongé dans un calme inquiétant et les deux moines découvrent un véritable carnage. C’est aussi là qu’ils tombent nez à nez avec le tigre. C’est à partir de ce moment que l’histoire commence.

« Mais au détour d’une maison, leurs deux montures se cabrèrent soudain, apeurées. Les moines venaient de tomber nez à nez avec le responsable du massacre, le pelage encore taché de sang frais: un énorme tigre. »

Des chasseurs sont mis à profit pour trouver l’animal, qui se déplace de village en village. Le Tsar finira par mettre la tête du tigre à prix, attirant quiconque souhaite s’enrichir. Les volontaires ne sont pas nombreux, mais la récompense attire un jeune homme, Ivan, qui tentera sa chance. Vif, intelligent, il ne manque pas d’idées pour aller au bout de sa quête.

Le conte amène un très bon suspense, qui monte au fil des pages et de la traque du tigre. Comme bien souvent dans les contes, il y a une belle leçon à retenir. On voit également plusieurs facettes de l’homme. Il y a la bonté des gens qui veulent aider, mais aussi un portrait de l’homme gagné par la fièvre de l’or, aux actions pas toujours honnêtes ni justes. À ne penser qu’à soi, on fini par se faire prendre à son propre jeu. La témérité peut payer, jusqu’à un certain point.

L’histoire m’a beaucoup plu. J’ai adoré ce livre. Les images sont vraiment très belles et accompagnent parfaitement l’histoire. Les paysages enneigés et la traque dans la nature sont aussi bien rendus par le texte que par les illustrations. Ce livre se prête également très bien à une lecture à haute voix, ce que nous avons fait à la maison pour ce conte. Ce fut un très beau moment.

Un conte que j’ai adoré découvrir et que je vous conseille. C’est une belle lecture.

Le Tigre, Joël Dicker, illustrations de David de las Heras, éditions de Fallois, 64 pages, 2019

Chaleur

chaleurLa Finlande : ses forêts, ses lacs, ses blondes sculpturales… et son championnat du monde de sauna. Chaque année, des concurrents viennent de l’Europe entière pour s’enfermer dans des cabines chauffées à 110°. Le dernier qui sort a gagné. Les plus acclamés sont Niko et Igor : le multiple vainqueur et son perpétuel challenger, la star du porno finlandais et l’ancien militaire russe. Opposition de style, de caractère, mais la même volonté de vaincre. D’autant que, pour l’un comme pour l’autre, cette compétition sera la dernière.

Je l’avoue d’emblée: je m’attendais à toute autre chose avec ce roman. Déjà la couverture et le résumé sont un peu trompeurs. La couverture enneigée laisse présager une Finlande pleine de neige. Il n’en est rien: le roman se déroule en plein cœur de l’été. Le résumé me laissait deux impressions: on parlerait un peu de la Finlande (ses forêts, ses lacs et son drôle de championnat) et il y aurait de l’humour ou un côté un peu noir. Il n’en est rien non plus.

Le roman s’inspire d’un véritable championnat de sauna qui n’existe plus aujourd’hui. C’est une idée tellement absurde que je me disais qu’il y avait quelque chose à faire avec ça. Le roman met surtout en scène deux personnages autour desquels quelques autres gravitent. On suit Niko, un acteur de films porno, et Igor qui en est à son dernier championnat parce qu’il est malade. Niko a une « copine » qu’il forme à devenir une star de la porno. Ils se promènent pratiquement toujours nus ou presque. Igor quant à lui a une fille, qu’on voit à peine et dont la relation se termine avant même d’avoir commencé.

Pendant ma lecture, je n’arrêtais pas de me dire qu’il ne se passait rien. Mais vraiment rien. On ne comprend pas où l’auteur veut aller, ni pourquoi il nous raconte tout ça. Je me suis ennuyée alors que le roman est vraiment court. J’attendais un revirement de situation, quelque chose de nouveau, un brin d’humour (même noir). Rien. Même la fin, qui se veut plus « marquante » m’a ennuyée.

Les personnages sont clichés à l’extrême, chacun passe un nombre incroyable de lignes à s’observer dans le miroir et à admirer son corps. On connaît plus d’informations sur les attributs sexuels d’un et l’autre que sur leurs motivations ou bien leurs raisons d’être. Et ça, c’est quand ils ne s’envoient pas en l’air. Parce que dans ce roman, même deux inconnus qui viennent de se rencontrer finissent dans un petit coin à faire des galipettes. Le championnat du monde de sauna, on n’en parle presque pas. La Finlande? Encore moins. Le roman pourrait se passer n’importe où, qu’on ne verrait pas la différence. Le texte est vulgaire, les propos des personnages inintéressants.

Je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai été aussi déçue d’un livre. Je ne comprend pas le message derrière l’histoire et je n’ai pas compris non plus l’intérêt du roman. Une critique de la société? Une image de la vieillesse qui rattrape tout le monde? Un portrait de la folie des hommes et de leur absurdité? Je ne sais pas, parce que j’ai eu le sentiment qu’au fond ce roman ne raconte rien. Pendant près de 160 pages. C’est court et ça m’a paru si long.

Peut-être qu’à vous il plaira plus qu’à moi. Peut-être que vous connaissez cet auteur et l’aimez? En tout cas, moi je n’y suis absolument pas sensible.

Chaleur, Joseph Incardona, éditions Pocket, 160, 2018