Route End t.8

Alors que la famille Haruno est au plus bas, une révélation vient bouleverser l’intégralité de l’enquête… En effet, les meurtres que Masato aurait commis seraient en réalité des suicides. Pour le jeune homme, traumatisé par le violent décès de sa mère, un doux mensonge aurait été plus facile à accepter qu’une horrible vérité…
Malgré tout, d’autres interrogations subsistent, à commencer par la raison qui a poussé toutes ces personnes à en finir avec la vie. Quelque chose semble bien lier les victimes entre elles… mais quoi ?

Voici donc le huitième et dernier tome de la série Route End, série dont j’attendais le dénouement final avec beaucoup d’impatience! Ce tome est le plus gros de toute la série. Il permet de mieux comprendre les personnages et leurs motivations, de mieux saisir toute l’ampleur psychologique de l’accusé et de ce qu’il croit accomplir.

« Les angoisses que j’avais enfouies tout au fond de moi vont croître à mesure que mon bonheur grandit. Bientôt, je vais me rendre compte que je n’ai pas ma place ici. »

Ce qui est plutôt fascinant avec le déroulement de ce tome c’est la façon dont les morceaux du casse-tête se mettent en place. L’enquête s’est beaucoup éparpillée dans les tomes précédents à cause des différentes découvertes qui ont poussé les enquêteurs à suivre différentes pistes. Notre rencontre avec le suspect des meurtres, puis avec un étrange psychiatre, nous offre un autre regard sur toute l’intrigue… pour mieux nous permettre d’en comprendre toute la complexité et la portée auprès des victimes. L’intrigue a donc un côté un peu morbide, psychologiquement fascinant, qui fait de cette série – et de ce tome encore plus particulièrement – un véritable page-turner. 

« Ne perds pas de vue que si ta colère a longtemps été un soutien… elle ne te définie pas. »

Notre rencontre avec les autres personnages de l’histoire, dont Taji, est troublante aussi. Taji qui se sent coupable et impuissant, en colère également. Alors que le dénouement de l’histoire de End tire à sa fin, les personnages qui sont toujours en vie doivent se débattre avec leurs émotions difficiles à gérer. Surtout avec ce que l’on apprend dans ce tome, qui ne se contente pas de finaliser l’intrigue commencée dans les sept tomes précédents, mais qui offre aussi de nouvelles information pour faire avancer l’histoire, jusqu’au dénouement final!

J’ai adoré cette série, qui m’a tenue en haleine pendant de belles heures de lecture. J’ai trouvé que l’intrigue était suffisamment élaborée pour nous permettre de nous creuser la tête en avançant à travers l’histoire, tout en conservant un suspense intéressant. C’est une lecture vraiment prenante, souvent très intrigante d’un tome à l’autre et dont on suit les rebondissements avec beaucoup d’intérêt et de curiosité. 

Si vous aimez les histoires de tueur en série, les thrillers un peu macabre et les intrigues complexes, cette série manga est pour vous! 

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Route End t.8, Kaiji Nakagawa, éditions Ki-Oon, 232 pages, 2020

Route End t.7

Route end 7Après avoir passé des mois à investiguer, la police réussit enfin à mettre la main sur l’insaisissable End… Mais lorsque son identité est révélée, le choc est immense pour Taji ! Commence alors une véritable descente aux enfers pour la famille Haruno, harcelée par les proches des victimes et par les journalistes…Tandis que le nettoyeur de cadavres perd pied face à l’horrible vérité, les enquêteurs étudient le profil du meurtrier : qu’est-ce qui a bien pu pousser un homme au comportement en apparence exemplaire à devenir un serial killer ?

Après les révélations du tome précédent, ce septième tome est une sorte de livre charnière entre les dernières découvertes et le huitième et dernier tome.

On plonge ici directement dans le passé pour suivre différents personnages: Taiji en adolescent rebelle, son frère Masato tranquille et timide, tout son contraire, ainsi que la façon dont les frères ont connu Aoi. On voit l’évolution des personnages qu’on a apprit à connaître adultes au fil des tomes. Ici, Taiji se rebellait contre l’autorité, vivait plus difficilement le suicide de sa mère, se teignait les cheveux (alors que c’était interdit à son école). Cette plongée dans le passé est très intéressante puisqu’elle nous permet de remettre en question certains comportements des personnages et de mieux comprendre l’évolution de l’histoire.

Les conséquences des gestes de End et des crimes qu’il a commit se répercutent sur de nombreux personnages du manga. Taiji écope beaucoup et il vit cette situation vraiment difficilement. Les messages haineux, les violences envers l’entourage de End sont très pénibles à vivre. La situation est épouvantable et occasionne tellement de souffrance qu’il est difficile de vivre au quotidien de façon « normale ». Faire ses courses par exemple devient un moment intensément compliqué où les personnages se font dévisager, insulter et malmener.

Le manga s’attarde ensuite à faire une présentation de toutes les victimes, de leur vie avant de croiser la route de End. L’auteur nous amène aussi dans la salle d’interrogatoire où les paroles du tueur sont décortiquées pour tenter d’expliquer la violence de ses gestes. On lui fait finalement cracher le morceau pour donner une sorte d’explication à ce qu’il a fait. Le casse-tête se met en place au fil des pages.

Le déroulement des tomes 6 et 7 donne vraiment envie de lire le dernier tome pour savoir vraiment comment toute cette enquête se terminera. On se questionne à savoir si l’auteur nous mène en bateau, s’il y aura d’autres rebondissements (ou pas) et quel sera le dénouement final pour les personnages.

Vivement le tome 8!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Route End t.7, Kaiji Nakagawa, éditions Ki-Oon, 192 pages, 2020

Route End t.6

Route end 6Kito, qui poursuit les recherches concernant l’affaire End en loup solitaire, finit par tomber sur un mystérieux personnage… qui n’est autre que Koji Tachibana! L’ancien patron d’AUM Nettoyage promet de lui révéler des informations au sujet du tueur en série, mais à une condition : que la police mette fin à l’enquête sur les triplés.
De son côté, Igarashi découvre, contre toute attente, l’identité du précédent locataire de l’appartement où a eu lieu l’un des homicides tandis que, au même moment, Kito reçoit un coup de fil de son fameux indic : End serait en train de passer à l’action ! Les deux agents se rendent alors à l’endroit indiqué sans hésiter, dans l’espoir de coincer enfin le meurtrier…

Route End est une excellente série d’enquête, un vrai bon thriller. Ce manga évolue beaucoup au fil des tomes, mais c’est ce sixième volume qui est sans doute le plus marquant, surtout parce que l’histoire tire à sa fin. La série compte en effet huit tomes et l’histoire se resserre de plus en plus.

Ce sixième tome est un choc car on sait enfin qui est End. On découvre beaucoup de choses autour des crimes qui ont été commis, mais surtout, on sait qui est la personne qui les a perpétré. Un coup de fil aux enquêteurs leur annonce que End est en train de passer à l’action et qu’il vaut mieux l’arrêter sur le fait. Les policiers se rendent donc sur place mettre la main au collet du coupable. La scène de crime est plus qu’atroce et permet enfin d’arrêter End.

Les pages défilent et se dévorent en très peu de temps, tant on veut comprendre ce qui se passe, ce qui va arriver et les motivations du criminel. Pour Taji, impliqué en quelque sorte dans tout le processus, la vie après la découverte de End est compliquée. Il se fait harceler par les journalistes et les policiers. C’est la même chose pour ceux qui sont dans l’entourage de Taji et du meurtrier. La presse souhaite avoir des commentaires et des photos.

Le passé de la famille de Taji est présenté par moments en flash-back, ce qui nous permet de mieux comprendre ce qui s’est passé avec le suicide de sa mère quand il était petit et de quelle façon tous ces événements ont affectés la famille.

Il est très difficile d’élaborer sur ce manga, en racontant des éléments de l’histoire, si on ne veut pas dévoiler l’intrigue. Je vous dirais donc que si les thrillers vous intéressent, celui-ci en est un bon! L’intrigue et le suspense vont crescendo au fil des tomes. Et ce tome ne fait pas exception. Il est vraiment riche en rebondissement et en découvertes!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Route End t.6, Kaiji Nakagawa, éditions Ki-Oon, 192 pages, 2019

Route End t.5

Route End 5Après l’agression d’Inukai durant l’investigation sur la mort du triplé C, retrouvé en morceaux en pleine forêt, la brigade criminelle est plus que jamais déterminée à mettre la main sur End. Pendant ce temps, Yuka, au comble du désespoir, tente de mettre fin à ses jours… avant d’être sauvée in extremis par le fantôme de son ancien patron ! De son côté, Noguchi découvre avec stupeur que les relevés d’empreintes de la scène du crime, qui établissaient un lien entre le triplé B et le cadavre des bois, ont disparu de la base de données de la police ! Kito identifie très vite le traître au sein de la cellule d’enquête et décide de remonter seul la piste du maître chanteur…

Route End tome 5 poursuit l’enquête entamée dans le premier tome. L’histoire a prit une tournure à laquelle on ne s’attendait pas forcément en commençant la série. J’ai trouvé ce cinquième tome un peu plus élaboré que le précédent. C’est toujours aussi bon, mais celui-ci a un petit quelque chose de plus.

Dans les derniers tomes, le lecteur fait plusieurs découvertes concernant End. On réalise bien vite que les enquêteurs sont corrompus, que plusieurs personnages jouent dans l’ombre pour réussir à ralentir l’enquête ou au contraire, à lui donner un coup de pouce.  Certains éléments de l’enquête sont montés de toutes pièces.

Pendant ce temps, d’autres personnages retiennent notre attention. Il y a le sosie du frère d’Akina, responsable de l’enquête et le docteur Ekazi, qui échangent sur la psychiatrie et leurs recherches respectives. On sent que ces échanges ne sont pas là pour rien.

 » Vous ne trouvez pas que l’existence du mal à l’état pur puisse être intéressante? Un mal tel que le passé du criminel ne saurait l’expliquer… »

L’enquête prend une nouvelle tangente quand on annonce la découverte d’une septième victime. Des déclarations sur la possible identité du tueur et sur l’endroit où il se trouve pourrait modifier complètement l’enquête qui accapare nombre de policiers et d’inspecteurs depuis un bon moment.

Parallèlement à l’enquête, nous suivons toujours Taji, qui a reprit l’entreprise de nettoyage de son patron. Les relations avec sa famille ne sont pas faciles, surtout depuis le suicide de sa mère. La dynamique familiale bat de l’aile, surtout lorsque le patriarche souhaite réunir toute la famille, créant un malaise de plus en plus inconfortable.

À noter qu’on retrouve toujours en début de volume un récapitulatif des personnages ainsi que les liens entre eux. Étant donné la façon dont l’histoire est construite et le temps qui s’écoule entre deux tomes, ces informations sont essentielles pour se replonger dans l’histoire. Chaque fois que je lis un tome, je me fais la réflexion qu’à la fin, je reprendrai tout depuis le début. Lire la série d’un coup doit être une belle façon d’y plonger totalement.

Route End est une bonne série criminelle. C’est une histoire efficace qui donne envie de poursuivre la lecture pour connaître le dénouement. Vivement la lecture du prochain tome!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Route End tome 5, Kaiji Nakagawa, éditions Ki-oon, 192 pages, 2019

Route End t.4

route end 4Grâce à ses récentes découvertes, la police sait désormais qu’End, le tueur masqué, aurait deux jumeaux. Mais il reste insaisissable… et continue à sévir. Omi, qui tentait de surmonter son traumatisme pour reprendre une vie normale aux côtés de Yuka, est retrouvé assassiné, le corps découpé en morceaux… Dévastée par la mort brutale de son petit ami, la jeune femme s’isole et refuse l’aide de ses proches, jusqu’à disparaître complètement. C’est alors que l’enquête prend une tournure inattendue : le triplé C, soupçonné d’être End, aurait enfin été retrouvé !

À chaque nouvelle parution, c’est un vrai plaisir que de me replonger dans cette histoire de tueur en série, aux rebondissements surprenants. Ce manga est fascinant, en plus de mêler habilement le mystère et les révélations. Tout est bien dosé pour nous garder en haleine et attendre avec impatience la parution d’un prochain tome.

Dans ce tome 4, on poursuit un peu sur les découvertes du tome précédent. En plus de l’enquête principale, plusieurs personnages vivent des choses difficiles et compliquées. Le lecteur les suit en marge de l’histoire d’End et apprend à mieux les connaître. Il y a Akina, l’inspectrice de police qui tombe sur un sosie de son frère décédé; Taji, dont la belle-sœur se bat contre un cancer et Yuka qui souffre énormément de la perte de son amoureux. Les personnage évoluent dans une sphère privée en plus de devoir faire face à la pression reliée à l’enquête sur les crimes d’End.

La découverte d’un autre cadavre en morceaux complique énormément les choses à cause de sa ressemblance avec d’autres personnages. Les enquêteurs ne savent plus où donner de la tête: vu la scène de crime, on croit qu’End perd la tête ou alors, qu’il y a un meurtrier qui agit comme imposteur… Il y a de nombreux rebondissements dans ce quatrième tome: une attaque dans les bois, la découverte d’un mystérieux homme cagoulé ainsi qu’un traître au bureau d’enquêtes.

Les recherches tournent toujours autour de la société de nettoyage dont s’occupe maintenant Taji, puisque plusieurs personnes décédées y étaient liées directement. Cette fois, Taji se tien un peu plus à l’écart de l’enquête, ses problèmes personnels l’occupent amplement.

Toujours aussi bon ce manga, qui se lit d’un trait, comme d’habitude. Un véritable page turner dont on veut absolument connaître le dénouement. Route End est vraiment une excellente série criminelle, que je ne peux que vous conseiller si le genre vous intéresse. C’est un thriller d’enquête efficace.

La série, déjà parue en japonais, comportera 8 tomes. Mon seul regret avec cette série: ne pas pouvoir les lire d’un seul coup! Quand tous les livres seront parus, je crois que je les relirai, l’un après l’autre, pour le plaisir d’une lecture continue.

Mon avis sur le tome 1, le tome 2 et le tome 3.

Route End t.4, Kaiji Nakagawa, Édition Ki-oon, 192 pages, 2019