Bandit: Mémoires d’une fille de braqueur

En 1994, l’été de de ses treize ans, le père de Molly Brodak braque onze banques. Surnommé « Super Mario le Bandit », La police finit par l’arrêter dans un bar, en train de siroter une bière. il passe sept années en prison. Quelques temps d’une vie normale pour sa fille… Après sa libération, il recommence. Molly raconte une enfance en eaux troubles. D’une part, la vie aux côtés de ce père normal, employé de l’usine General Motors, parfait père poule. De l’autre, la face sombre, la double vie, les crises de rage, la disparition soudaine de voitures pour payer des dettes, ou l’apparition de cadeaux extravagants sortis de nulle part. Sobre et envoûtant, Bandit est un récit sur la famille et la mémoire, sur la vulnérabilité tragique des histoires qu’on se raconte et la responsabilité des parents vis-à-vis de leurs enfants.

Bandit est le récit de Molly dont le père, travailleur chez General Motors, a braqué onze banques, avant d’être emprisonné, de faire sept ans derrière les barreaux, de sortir… puis de recommencer. C’est une histoire étonnante, à l’écriture totalement maîtrisée. La lecture s’avère en fait très prenante. On plonge littéralement dans le livre, en revenant sur le passé, afin de mieux saisir le présent. Molly nous raconte l’enfant qu’elle était, sa façon de gérer ce qui se passait dans sa famille et de vivre au quotidien. C’est un récit sur la confiance et les relations que l’on développe au sein d’une famille. 

« En l’écoutant, j’ai senti ma confiance, quelque chose que j’ignorais éprouver avant de la sentir vaciller, se détourner de lui jusqu’à disparaître, et il n’y avait plus que moi, qui opinais en souriant. »

Bandit c’est avant tout l’histoire d’une famille. L’enfance d’un père qui est né dans un camp de réfugiés de survivants de l’holocauste. La rencontre d’un homme et d’une femme, l’histoire d’un mariage, qui a souvent été rythmé par le mensonge, l’angoisse et la solitude. C’est aussi et surtout l’histoire de deux fillettes et de la difficulté de grandir dans l’ombre d’un père braqueur de banques, qui mène une double vie et qui engloutit tout au jeu. C’est l’histoire de toutes les conséquences qui en découlent, pour tous les membres de la famille. Ces choix qu’elles n’ont pas faits, mais avec lesquels elles doivent apprendre à vivre. 

« Je n’ai plus lu de fiction cette année-là. La poésie m’a accompagnée, d’abord Whitman, puis Dickinson, puis le reste du modeste rayon. Elle me révélait un accès meilleur au monde – une approche plus honnête, plus directe, plus précise. »

En filigrane, l’auteure aborde la maladie mentale. Celle de sa mère, souffrant de trouble bipolaire, ce qui angoisse l’adolescente qu’est Molly, incertaine et précaire, en craignant toujours que sa vie déraille. Et il y a aussi les difficultés à faire face aux débordements d’un père compliqué à cerner. 

« On dit que les traits caractéristiques de la sociopathie sont une malhonnêteté constante, parfois gratuite, une impulsivité incontrôlable et l’absence de remords, à quoi s’ajoutent le charme, le narcissisme et une attitude délibérément manipulatrice. »

Ce livre se lit comme un roman et est particulièrement bien écrit. Ce n’est pas larmoyant ou mélodramatique. Molly cherche simplement à comprendre, à cerner ce qui a pu se passer dans sa famille. Elle fait un travail de mémoire et de recherche, afin de mieux appréhender ce père difficile. Elle recherche les lieux qui l’ont vu vivre, avant que tout dérape. Son récit est porté par une plume sobre et authentique pour une histoire aussi flamboyante que touchante.

« Mais la famille ne vous quitte jamais vraiment, même pas, ou surtout, non, surtout pas, si vous, vous la quittez. »

Molly est malheureusement décédée en mars dernier, à l’âge de 39 ans. Ça m’a beaucoup touchée d’apprendre sa disparition, lorsque j’ai terminé ce livre. C’est une lecture que j’ai vraiment beaucoup aimé, que j’ai trouvé bien écrite. Le regard que Molly pose sur sa famille et son travail pour essayer de retracer le passé de son père afin de mieux le comprendre, est émouvant. Elle met en lumière les liens entre les membres d’une famille et les conséquences désastreuses que la maladie mentale et les mauvais choix de vie peuvent avoir sur eux.

C’est une excellente lecture, qui me fait apprécier de plus en plus la collection Non-fiction des éditions du Sous-sol. 

Bandit: Mémoires d’une fille de braqueur, Molly Brodak, Éditions du Sous-sol, 272 pages, 2020

Luxure et ivrognerie: La vie nocturne à Québec au XIXe siècle

Le temps d’une promenade, retournez en 1870 pour découvrir la faune agitée qui animait les nuits de Québec. Arpentez les sites oubliés des maisons closes et des tavernes et les hauts lieux des mondanités bourgeoises. Voyagez de la haute société au petit peuple des faubourgs et abreuvez-vous de détails croustillants sur les mœurs de l’époque. Une façon ludique de découvrir Québec entre adultes consentants!

Ce livre fait partie d’une belle collection de circuits historiques, où il est possible de découvrir Québec à travers son histoire. Conçu en dix stations, le circuit offre un parcours qui nous amène dans la vie nocturne de la ville au XIXe siècle. Dans cet ouvrage, nous explorons tout ce qui animait les soirées et les nuits à Québec à cette période.

Le circuit débute près de la Porte Saint-Louis, à l’intérieur des remparts. La première station prépare la ville pour la nuit. On en apprend plus sur les lois qui dictent les déplacements nocturnes, l’éclairage des rues, la gestion des voies publiques.

Viennent ensuite les « divertissements ». Le circuit commence par les maisons closes et la prostitution au XIXe siècle. Plusieurs articles font état de désordre et de tapage nocturne, si bien que des lois sont régulièrement votées pour encadrer la pratique de ces activités. Il vaut toujours mieux protéger la moralité publique.

Le vagabondage est aussi traité dans ce livre, à travers les actions entreprises pour le contrer, ce qui dénote grandement la différence de classe sociale entre les très riches et les très pauvres. Québec avait son lot de quartiers chauds, où l’alcool coulait à flots ainsi que les bagarres et les fêtes organisées jusque tard dans la nuit. Les vols, les arrestations et le travail de la police sont des aspects importants de la vie nocturne.

Les stations suivantes abordent les loisirs des classes plus aisées de la société, ceux qui peuvent se permettre de fréquenter les beaux hôtels et les restaurants, d’aller au théâtre ou à des concerts, d’assister à des bals et de remplir leur soirée de mondanités en tous genres. On aborde également les clubs privés, les jeux de société, la présence de l’église qui contrecarrait l’organisation de jeux de hasard.

L’ouvrage regorge d’anecdotes et d’articles de journaux de toutes sortes, qui font état de petites curiosités historiques. Comme par exemple, Adeline Lachance, cette tenancière de maison malfamée, souvent incarcérée pour bagarre et obstruction… qui était mineure! Ou le London Coffee House qui a été le premier restaurant à faire l’acquisition d’une glacière pour conserver les aliments. Ludiques et fascinants, les faits historiques qui sont relatés dans cet ouvrage sont particulièrement intéressants pour mieux comprendre le quotidien des gens du XIXe siècle.

Dans cette collection, j’ai lu également La Noël au temps des carrioles que j’ai adoré et qui demeure sans doute mon préféré jusqu’à maintenant. J’ai aussi lu Crimes et châtiments qui aborde le thème de la justice, de la police et des enquêtes. Une belle série, bien conçue et vraiment agréable à lire, que je ne peux que vous conseiller de découvrir!

Luxure et ivrognerie: La vie nocturne à Québec au XIXe siècle, Les Services historiques Six-Associés, éditions du Septentrion, 102 pages, 2013

Anna Caritas tome 1: Le sacrilège

Anna CaritasLe retour de Marianne Roberts au prestigieux collège Anna Caritas semble avoir enclenché une série d’événements bizarres dans la petite ville de St-Hector. William Walker n’a jamais cru à ce genre de phénomène. Pourtant, lorsque ses amis et lui décident d’interroger l’au-delà, ils réveillent quelque chose d’étrange dans la maison de Sabrina et, bientôt, cette force surnaturelle semble s’attaquer à eux sans répit. Forcé d’admettre son impuissance face à l’ennemi invisible, William, accompagné de ses fidèles complices, Anthony et Gabrielle, n’aura pas d’autre choix que de se tourner vers celle qu’il essayait d’éviter à tout prix: Marianne.

À l’approche de l’Halloween, je voyais ce livre un peu partout sur les réseaux sociaux. L’horreur pour la jeunesse est assez rare, j’étais curieuse de voir ce qu’un auteur comme Patrick Isabelle en avait fait et j’ai donc eu envie de lire ce roman pour m’en faire une petite idée.

Anna Caritas c’est le pensionnat privé de la ville. Un pensionnat très cher, reconnu à travers le pays pour la qualité de son instruction. Un pensionnat d’élite qui accueille quand même les locaux à moindre coût pour les accommoder. Ce qui crée certaines tensions parmi les jeunes.

L’auteur a créé une petite ville, St-Hector, avec une carte en début de volume, des personnages variés, son pensionnat privé et plusieurs détails assez intéressants. Will est le narrateur et il nous parle de la ville, très conservatrice, de son histoire et surtout de Marianne Roberts.

« L’été, autour des feux de camp, c’est l’histoire du meurtre des Roberts qu’on se raconte pour se foutre la trouille. Le soir de l’Halloween, la police locale doit même patrouiller devant l’ancien manoir abandonné pour repousser les jeunes un peu trop aventureux. En deux ans, Marianne est devenue un mystère, certains allant jusqu’à dire que c’est elle qui a assassiné son père et sa belle-mère de sang-froid. »

L’atmosphère est mise en place rapidement. Will et ses amis, un soir, décident de jouer avec une vieille planche de Ouija. C’est à partir de ce moment-là que les choses dégénèrent pour eux. Sans trop raconter l’histoire, on peut dire que leur séance a libéré quelque chose de beaucoup plus puissant qu’eux et de très effrayant. Le groupe commence alors peu à peu à se diviser, à se disloquer, à se quereller et à subir des choses épouvantables.

J’ai aimé beaucoup de choses de ce roman, qui se lit d’ailleurs tout seul, mais il y a certains aspects qui m’ont un peu moins plu. Tout d’abord, on embarque rapidement dans l’histoire que Will nous raconte. La petite ville intrigue, le mystère Marianne Roberts aussi et on veut rapidement en savoir plus. La séance de Ouija est efficace pour instiller l’horreur avec des peurs et une curiosité un peu malsaine pour les esprits qu’on a souvent à l’adolescence. J’ai eu quelques souvenirs de frissons vécus également avec une planche de Ouija à l’adolescence.

« L’imagination prend souvent des airs de réalité et s’immisce dans les souvenirs. »

Entre le moment où les jeunes font une séance avec la planche de jeu et l’arrivée de Marianne Roberts, il y a un moment de flottement que j’ai trouvé un peu long. Ce qui m’a dérangée aussi c’est la faiblesse des personnages. Même si on sait plein de choses sur leur statut familial et social, je les ai trouvé un peu fades. Ils ne sont pas vraiment attachants et commencent à avoir de la substance alors que le livre est plus avancé. Il manque définitivement un petit quelque chose de plus que l’histoire d’horreur pour me plaire totalement. J’aurais aimé des personnages plus consistants.

Même si l’auteur joue avec un domaine immatériel – les esprits, la possession – il y a certaines choses qui m’ont donné l’impression de rester dans le flou. Peut-être que le tome deux donnera la réponse à certains événements? Car oui, un tome deux vient de paraître. Je pense que je le lirai mais pas tout de suite.

La fin nous laisse sur un bon suspense. On a envie d’en lire encore. De ce côté, l’horreur est bien menée parce que c’est essentiellement à cause de cet aspect de l’histoire que je veux lire le tome 2. Dans la dernière partie du livre, les personnages s’améliorent, ils m’ont beaucoup plus intéressée parce que leur dynamique est moins lisse et qu’elle change. L’arrivée de Marianne Roberts y est pour beaucoup!

Le roman s’adresse à des adolescents et il met en scène des jeunes de secondaire 2. Par contre, même si le texte s’adresse clairement aux ados, avec tous les codes du genre, j’ai eu une impression constante de personnages beaucoup plus vieux à la lecture.

Malgré quelques bémols, l’horreur dans Anna Caritas est bien amené et l’histoire est plutôt réussie. J’ai aussi apprécié la mise en page du roman, où chaque titre de chapitre est un mot en latin et un symbole. Les deux contribuent à donner une ambiance inquiétante au livre. Je salue la parution d’un roman du genre pour les jeunes car ils se font rares. Le roman est efficace même si je trouve les personnages moins intéressants que dans d’autres livres pour la jeunesse. Une lecture assez agréable quand même.

Anna Caritas tome 1: Le Sacrilège, Patrick Isabelle, éditions Les Malins, 325 pages, 2018

Les animaux

les animauxNiché au fin fond de l’Idaho, au cœur d’une nature sauvage, le refuge de Bill Reed recueille les animaux blessés. Ce dernier y vit parmi les rapaces, les loups, les pumas et même un ours. Connu en ville comme le « sauveur » des bêtes, Bill est un homme à l’existence paisible, qui va bientôt épouser une vétérinaire de la région. Mais le retour inattendu d’un ami d’enfance fraîchement sorti de prison pourrait ternir sa réputation. Rick est le seul à connaître le sombre passé de Bill, que ce dernier s’est acharné à cacher pendant toutes ces années. Pour préserver son secret et la vie qu’il a bâtie sur un mensonge, Bill est prêt à tout. Au fur et à mesure que la confrontation entre les deux hommes approche, inéluctable, l’épaisse forêt qui entoure le refuge, jadis rassurante, se fait de plus en plus menaçante…

Bill a un lourd passé. Il s’est élevé pratiquement seul, avec une mère devenue inapte à s’occuper de lui. Hanté par le départ de son frère et de son père, c’est avec Rick qu’il fait ses premiers pas dans la vie. Ils sont amis depuis qu’ils sont enfants et se sont toujours suivis. Ils vivent ensemble, se droguent ensemble, font les quatre cents coups ensemble. Jusqu’à ce que le quotidien de Bill tourne au cauchemar. Il s’éloignera et refera sa vie, loin de Rick.

La construction du roman est ingénieuse. L’auteur alterne entre le passé, où l’on croise plusieurs personnages: Nat, Bill, Susan et Rick, et le présent alors que Bill s’occupe d’un refuge pour animaux dans un coin isolé. Sa vie n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était alors. Comment les choses ont-elles pu évoluer dans ce sens? C’est ce que l’auteur tisse peu à peu, en alternant entre des moments clés de la jeunesse passée avec Rick et de la vie d’adulte de Bill. Ce qui est bien ici, c’est la façon dont l’auteur amène ses personnages. On a l’impression de lire deux histoires en une. Quand le déclic se fait, les choses s’éclairent tout à coup. Et c’est là que ça en devient vraiment intéressant.

Qu’est-il arrivé à Bill, Nat, Rick et Susan? Pourquoi Bill se retrouve t-il seul, des années plus tard? Comment une grande amitié peut se disloquer d’aussi cruelle façon? Comment peut-on se perdre dans le jeu, les drogues et les magouilles puis entrer dans le droit chemin? Qu’est-ce qui pousse un homme à chercher la rédemption, une vie droite et meilleure tout en faisant une croix sur le passé?

« Peut-être qu’il était à l’abri, maintenant. Que son passé était derrière lui pour de bon et qu’il avait eu tort de s’inquiéter autant, peut-être que le monde de la forêt était clos sur lui-même, coupé de tout ce qu’il avait connu, de tout ce qu’il avait fait. »

Le roman aborde la nature – et dans ce cas-ci plus principalement la présence des animaux – comme une façon de s’amender, de trouver la paix. Il y a des passages particulièrement touchants. Bill a un lien très fort avec les animaux, avec qui il vit depuis des années au refuge qui appartenait à son oncle et qu’il dirige maintenant. Il parle aux animaux, leur fait part de ses peurs. À travers ses mots, et les discussions qu’il a avec eux, on retrouve l’angoisse d’une jeunesse mouvementé et violente, même si Bill est maintenant adulte. Son plus grand ami est un grizzli, Majer, avec qui il a tissé des liens très forts. Bill lui raconte sa vie, ses doutes et offre en échange des guimauves au vieil ours aveugle.

Le chapitre le plus poignant sur les animaux est Le livre des morts, qui raconte les sensations vécues par Majer, sa façon d’appréhender le monde et de percevoir « son » humain. Même si c’est un chapitre cruel, l’écriture est remplie de poésie et de sensibilité. C’est par moments très contrastant avec la noirceur du roman qui aborde la violence et la perte de soi-même.

« Nous sommes tous des tueurs, et tout en ce monde apporte la mort. La mort se niche dans la neige et dans la litière d’aiguilles sèches, elle est dans la terre gelée que foulent nos pas. Nous sommes tous des tueurs. Même toi. »

Les chapitres qui parlent du passé et de la jeunesse en compagnie de Rick sont plus durs, plus violents. Ils racontent une suite de mauvais choix et d’addictions qui ne font que rendre la vie plus compliquée et plus lourde à porter au quotidien.

Les passages qui racontent la vie au refuge sont souvent magnifiques. Les lieux sont à l’écart. Bill doit faire face quotidiennement à de belles réussites, lorsqu’il réussit par exemple à sauver un animal incapable de se réadapter en pleine nature. Cependant, il doit aussi prendre des décisions difficiles et même parfois abattre un animal pour qui on ne peut plus rien. Le roman se déroule en hiver, du moins pour les portions abordant le refuge et la neige est très utilisée par l’auteur pour créer une atmosphère de solitude et d’isolement.

 » Encore un mois et le refuge fermerait ses portes pour l’hiver, Bill donnerait leur congé aux bénévoles. L’endroit serait rouvert au public dès que l’état des routes permettrait des allées et venues quotidiennes. Grace passerait le voir de temps à autre, quand les conditions seraient favorables, en pick-up ou en motoneige, mais il lui arriverait de rester seul longtemps, parfois plusieurs jours d’affilée, sans autre compagnie que celle des animaux et de la neige, et des sons qui leur appartenaient. »

Ce roman résonne, vibre et nous touche. C’est un livre à deux voix. Deux histoires qui se recoupent pour n’en former qu’une seule. L’une se déroule en ville, autrefois, l’autre en plein bois, aujourd’hui. Le bitume côtoie la neige feutrée et la nature. Pourtant, les deux racontent le combat d’un homme face à lui-même, face à ses démons et à ses choix peu avisés. Puis, son désir de faire mieux, de se racheter, même si c’est de façon imparfaite. J’ai passé un excellent moment avec ce roman, qui m’a beaucoup touchée. J’ai aimé les personnages, qui sont profondément humains, même avec leur part d’ombre.

Les animaux est un livre qui se lit d’une traite, à la fois magnifique et cruel. C’est un roman noir d’un auteur dont on découvre le talent, puisque ce livre est le seul à être traduit en français. J’espère que ses autres le seront sous peu. J’ai envie de relire Christian Kiefer, parce que son écriture est habitée et prenante.

Une excellente lecture!

Les animaux, Christian Kiefer, éditions Albin Michel, 389 pages, 2017