Trouver les mots

trouver les motsElle n’a plus envie de parler. Il n’a jamais su communiquer. Ensemble, ils vont s’aider.
Le jour où Kit Lowell, l’amour secret de sa vie, s’assoit à sa table de cantine, David est bouleversé. Il comprend que c’est le moment ou jamais de démarrer une conversation. Mais quoi de plus difficile pour un garçon solitaire, qui ne comprend rien aux conventions sociales ? Kit, elle, cherchait un endroit où on la laisserait enfin tranquille, après la mort de son père. Elle est loin de se douter de ce qu’elle va trouver en posant son plateau à côté de celui de David…

David souffre du syndrome d’Asperger, un trouble du spectre de l’autisme. Kit a perdu son père dans un accident de voiture et vit un deuil très douloureux pour de nombreuses raisons que l’on découvrira au fil des pages. David a du mal à vivre en société. Il est maladroit, ne comprend pas toujours ce qui se passe autour de lui et parle rarement. Il est toujours seul à sa table à la cafétéria (depuis 622 jours précisément), avec son casque d’écoute sur les oreilles. Dans la vie, il ne dit que la vérité. Il ne comprend pas bien le concept de mensonge. Il dit les choses comme elles sont, même si parfois c’est rude. Kit en a assez des mensonges, des secrets et que tout le monde marche sur des œufs en parlant de la mort de son père. Elle souffre tellement qu’elle n’a plus envie de parler. Ses amies l’étourdissent et elle les fuit. Elle fuit tout le monde. David est donc le compagnon de tablée tout trouvé pour elle. C’est la raison pour laquelle, un beau midi, elle vient s’asseoir à sa table. Ce petit geste aura une très grande incidence sur les deux adolescents.

Le titre Trouver les mots fait à la fois référence à la façon pour Kit d’exprimer sa douleur et à David qui doit souvent chercher ses mots pour communiquer avec les autres. C’est aussi une façon de démontrer qu’ensemble, ils n’ont pas besoin de chercher les mots pour se parler. Le silence n’est pas gênant entre eux. Le roman met en relation un duo improbable. Kit est pourtant moins superficielle qu’elle n’en a l’air et David s’avère de meilleure compagnie qu’il n’y paraît. Leur relation, qui commence par quelques dîners partagés dans une cafétéria bondée va se transformer en amitié et en quelque chose de plus fort.

« Pourquoi faut-il que j’avance dans la vie en ne voyant qu’une partie du tableau, alors que tous les autres ont une vue d’ensemble? »

Le roman est écrit en donnant en alternance la parole à chacun des deux personnages. Avec eux, nous vivons les problèmes inhérents à la vie adolescente au secondaire. L’intimidation, la difficulté d’être différent des autres, la marginalité, les problèmes des réseaux sociaux. Chacun des adolescents doit gérer ses propres problèmes. Kit par rapport à la mort de son père et à la lourde charge des sentiments qu’elle peut ressentir. Heureusement, Kit a sa mère pour comprendre son deuil, avec qui elle partage une relation intéressante. Pas toujours facile, mais les mots échangés avec elle par exemple sont souvent plein d’esprit.

« À l’enterrement, quatre personnes ont eu le culot de me dire que mon père nous avait quittés pour un monde meilleur. Comme si se faire enterrer six pieds sous terre revenait à partir en vacances aux Caraïbes. Encore plus gonflé: les collègues de mon père ont osé dire qu’il était trop bon pour la vie ici-bas. Si on prend ne serait-ce qu’une seconde pour réfléchir, cette phrase ne veut RIEN dire. Seuls les méchants ont le droit de vivre, alors? C’est pour ça que je suis encore là? »

David lui, essaie de ne pas trop se faire remarquer et de gérer au mieux sa différence dans une école où il s’ennuie à mourir et où les gens le traitent de taré et de toutes sortes d’autres insultes. David a sa sœur, Lauren, qui l’aide à mieux comprendre la vie en société. Ils ont établi une liste de « personnes de confiance » et d’autres « de qui il faut se méfier ». Ça permet à David de savoir vers qui se tourner pour ne pas trop souffrir. La relation de David avec sa sœur m’a fait penser à la série Atypical (Atypique) que j’aime bien. Il ne saisit pas toujours  bien les émotions et les choses à dire. Lauren l’aide à ne pas perdre pied, même s’il est souvent décalé par rapport aux autres.

« Soudain, je comprends qu’il est tout à fait possible, voire vraisemblable, que j’aie vécu les deux plus belles minutes vingt-neuf secondes de toute ma vie pendant que Kit, elle, pleurait. »

Le roman nous permet de suivre le parcours des deux adolescents et de mieux les comprendre. Aux côtés de Kit, c’est le difficile thème du deuil et de la culpabilité qui est abordé, alors qu’avec David, c’est la différence et l’intimidation. David est d’autant plus attachant qu’il est maladroit. À son contact, Kit sort peu à peu de sa bulle et commence à se confier à lui. Ensemble, ils essaieront de régler le « dossier accident ». Non sans heurts…

J’ai lu ce livre en très peu de temps. C’est un roman très adolescent, mais dont les personnages nous accompagnent complètement tout au long de l’histoire. J’ai aimé cette alternance des deux voix, celle de Kit et celle de David, à tour de rôle. David est sans doute le personnage auquel on s’attache le plus. Sa différence le rend particulièrement intéressant et c’est aussi ce qui plaira à Kit. C’est également cet aspect qui apporte beaucoup d’humour à l’histoire, tant les réflexions de David sonnent parfois si justes, même si elles sont socialement moins appréciées ou acceptables. Son souci du détail et la clarté dont il a besoin au quotidien pour toutes les petites choses qui semblent anodines aux autres, apportent un plus à l’histoire. Kit, elle, changera considérablement à son contact et fera face à certaines choses qu’il était plus « facile » d’enfouir pour ne pas y réfléchir.

« À quel moment a-t-on décidé que ces gens-là seraient nos amis? Et si on prenait le temps de sympathiser avec des élèves d’autres groupes genre artistes ou théâtreux, si on sortait des schémas établis et qu’on ravalait nos stupides étiquettes, quelles découvertes ferait-on? »

Trouver les mots est une histoire sensible, triste et drôle. Même si ce roman n’est pas parfait, avec certains clichés sur l’adolescence, il aborde des thèmes importants et se lit avec grand plaisir. Une bien jolie lecture!

Trouver les mots, Julie Buxbaum, éditions Pocket jeunesse, 368 pages, 2018

Publicités

La vengeance du pardon

vengeance du pardon photoQuatre destins, quatre histoires où Eric-Emmanuel Schmitt, avec un redoutable sens du suspens psychologique, explore les sentiments les plus violents et les plus secrets qui gouvernent nos existences. Comment retrouver notre part d’humanité quand la vie nous a entraîné dans l’envie, la perversion, l’indifférence et le crime ?

La vengeance du pardon regroupe quatre nouvelles totalement différentes. Chaque histoire, à sa façon, traite de l’amour d’une part et de l’indifférence de l’autre. Toutes les nouvelles montrent deux côtés, le bien et le mal qui se côtoient. L’auteur démontre ce qui, entre les deux, va remporter le jeu. Chaque histoire met en scène un personnage qui aime et un autre qui profite des faiblesses ou de la gentillesse de l’autre. Le titre, La vengance du pardon, est extrêmement bien choisi.

Voici un petit résumé de chacune des histoires du recueil:

Les soeurs Barbarin
Une nouvelle mettant en scène deux jumelles, dont l’une jalouse l’autre, parce qu’elle se sent inférieure à elle. Elle va donc tenter de la rabaisser pour se rehausser. Malgré cela, la nouvelle parle de l’amour inconditionnel d’une soeur pour l’autre.

Mademoiselle Butterfly
William, un adolescent qui vit entouré d’amis fortunés, va passer du temps dans le chalet de la famille de l’un d’entre eux, dans les Alpes. Sur le haut de la colline, il aperçoit une fille qui se promène, qui est de son goût. Un pari cruel fera vivre à la jeune femme amoureuse des moments d’espoir vain et de grande détresse. Cette nouvelle fait écho à l’opéra de Puccini, Madame Butterfly. C’est une sorte de réécriture plus contemporaire de cet opéra. On retrouve d’ailleurs dans la nouvelle une scène où William se retrouve dans une salle… pour assister à Madame Butterfly.

La vengeance du pardon
Cette nouvelle parle d’une traductrice, qui a vécu une grande tragédie. Elle décide alors d’affronter la personne qui est à l’origine de ce qu’elle a vécu afin d’avoir des réponses à ses questions et de le confronter afin de lui faire réaliser ce qu’il lui a fait vivre. Le monde décrit dans la nouvelle m’a moins captivé au début. Par la suite, la nouvelle devient plus intrigante et plus intéressante.

Dessine-moi un avion
Cette dernière nouvelle raconte l’histoire d’une très jeune fille et d’un vieil homme qui a fait la guerre. C’est la curiosité de la fillette qui l’amène à créer un lien avec son voisin. Il lui fera la lecture du Petit prince. La petite fille est très allumée et les deux ont des discussions intéressantes autour du livre. Encore une fois, cette nouvelle se base sur une oeuvre, Le petit Prince de St-Exupéry.

Mes nouvelles favorites sont vraiment les deux premières. C’est la forme très imagée de l’histoire, la façon dont je me suis laissé porté par les personnages, qui font que j’ai préféré ces deux histoires. En lisant le recueil, le lecteur a tendance à se ranger à l’un ou l’autre des personnages de chacune des nouvelles. Je trouve que la beauté des personnages, la façon dont l’auteur amène la réflexion et les émotions m’a plus touché dans les premières histoires que dans les deux dernières, même si elles nous font toutes passer un excellent moment.

Ce que j’aime, c’est que Schmitt écrit des nouvelles qui se lisent comme de petits romans. Il utilise habilement le passé pour nous faire mieux comprendre le présent de ses personnages. C’est un habile jeu littéraire que l’auteur réussit dans chacun de ses livres.

Eric-Emmanuel Schmitt est un auteur que j’adore. Je suis son travail de près, ce qu’il fait me plaît souvent beaucoup. Je retrouve dans ces nouvelles le même genre d’écriture que dans ses derniers romans. Son travail est minutieux, ses histoires sont passionnantes. Je ne suis pas un grand lecteur de nouvelles, mais cet auteur y excelle et ce fut une très bonne lecture.

Quelques mots extraits de Dessine-moi un avion:

« Dans un jardin, il y a des mois ingrats et des mois généreux. Avril inaugure cette période munificente où le travail exécuté toute l’année porte ses fruits, ses fleurs, ses feuilles. La terre récompense celui qui lui témoigna fidélité durant l’automne et l’hiver. »

La vengeance du pardon, Eric-Emmanuel Schmitt, éditions Albin Michel, 325 pages, 2017