Nottingham t.1: La rançon du roi

Les légendes se doivent d’être simples.
Tout héros a une identité secrète.
Tout héros a un ennemi juré à affronter.
Pour Robin des Bois, rien ne sera simple : il est aussi le shérif de Nottingham.

J’aimais beaucoup l’histoire de Robin des bois étant petite et j’avais bien envie de découvrir cette bande dessinée. J’ai donc lu Nottingham: La rançon du roi, qui est le premier tome. Je dois dire que j’ai adoré le dessin de cette bande dessinée, qui est vraiment magnifique. Les scènes sont détaillées, les personnages très vivants et l’action est bien présente. C’est d’ailleurs ce qui m’avait attirée en premier, ainsi que la mention d’une réécriture du personnage de Robin des bois. Par contre j’ai été un peu déçue par l’histoire. Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus prenant. J’ai l’impression qu’on reste beaucoup trop en surface.

Nous sommes en Normandie, en 1192. On retrouve dans cette bande dessinée l’histoire de Robin des bois mais réécrite différemment. Car ce dernier s’avère être aussi le shérif. On y croise Marianne, le Prince Jean, le Roi Richard et plusieurs autres. Il y a des magouilles et des complots, ainsi que des scènes de combats assez récurrentes. Mais j’ai trouvé la trame de ce premier tome un peu mince. Je m’attendais à être happée par les personnages et par l’intrigue, à vivre une grande aventure, mais la mise en place de l’univers m’a semblé prendre beaucoup de temps. De plus, on passe très souvent d’une scène à l’autre. Ça aurait pu donner une impression de mouvement, sauf que j’ai trouvé, pour ma part, que ça donnait un rythme un peu confus.

Le second tome est paru récemment. Son résumé me semble encore plus intéressant que le premier tome. Je suis curieuse de poursuivre l’histoire, en espérant que le rythme s’améliore et que l’histoire devienne plus prenante. Malgré tout, le gros point fort du premier tome de cette bande dessinée demeure pour moi son aspect visuel. Le dessin est magnifique et vraiment très réussi.

Nottingham t.1: La rançon du roi, Vincent Brugeas, Herzet, Benoît Dellac, éditions Le Lombard, 56 pages, 2021

La Baleine bibliothèque

Quelque part entre les eaux du roman graphique et celles du livre jeunesse, Zidrou et Judith Vanistendael nous entraînent dans le ventre d’une baleine qui abrite une bibliothèque. Et nous narrent sa rencontre avec un postier maritime qui aime les histoires qui finissent bien. Une ode à la lecture sensible et poétique qui nous raconte la vie, la mort et l’éternité. Et touchera tous les amoureux des belles lettres. Lesquelles finissent toujours par arriver à bon port.

J’ai découvert ce livre par hasard. Naturellement, c’est le titre qui m’a attirée. Difficile de passer à côté d’un livre qui parle de bibliothèque et de baleine. Le titre et les illustrations avaient tout pour me séduire et j’ai tellement adoré cette lecture que je ne peux que vous la conseiller!

Le narrateur est facteur auprès de la poste maritime. Il doit laisser son amoureuse, enceinte, quand il part au large pour travailler. Leurs retrouvailles sont toujours de tendres moments, plein de douceur et d’amour. Alors qu’il est en mer, le narrateur rencontre par accident une baleine avec qui il se lie d’amitié. Elle cache un trésor en elle: une immense bibliothèque. Elle lui offre alors de lui prêter un livre, puis un autre…

J’ai adoré cet ouvrage, entre le roman graphique, l’album et la bd. C’est un livre que je vais conserver précieusement et relire à l’occasion. Les illustrations à l’aquarelle et aux crayons de couleur sont magnifiques, vivantes et elles transmettent une foule d’émotions.

« On apprend à raconter des histoires comme on apprend à nager. Pour ne pas se noyer. »

C’est un livre pour les adultes, avec un format qu’on aimait enfant. J’adore quand on nous offre un livre qui n’entre pas dans les cases. Malgré le format, je suggère cette lecture plus pour les adultes et les ados. Ce n’est pas un album pour les petits.

La baleine bibliothèque est un très beau livre qui se lit comme un conte, qui parle de l’amour, de la vie, de la mort aussi puisque ça fait partie de notre existence. C’est un livre qui parle des histoires que l’on raconte et qu’on lit, mais surtout de la beauté de les transmettre. Une histoire sur les bibliothèques, leurs richesses et surtout des livres qu’on se doit, comme lecteurs, de partager et de faire découvrir autour de nous.

« Pour une lettre, partir n’est rien. Pour un homme, partir est tout. »

Une lecture vraiment belle et touchante. Un petit bijou!

La Baleine bibliothèque, Judith Vanistendael & Zidrou, éditions Le Lombard, 80 pages, 2021

Green Class t.2: l’Alpha

Le géant végétal a brisé le mur qui isolait la région. La quarantaine est rompue et nos héros peuvent découvrir le monde extérieur. Leur déception est terrible, la contamination s’est étendue à tout le pays. Mais Lucas, Beth, Linda et Sato n’ont pas le temps d’y penser. Le géant a emmené Naïa et Noah, et il est urgent de les retrouver. 

J’avais beaucoup aimé le premier tome, qui s’intitule Pandémie. Alors qu’un groupe était en voyage scolaire, il se retrouve coincé en Louisiane, en pleine pandémie alors que le virus transforme les humains en inquiétants monstres végétaux. L’atmosphère m’avait plu et l’intrigue est assez prenante pour avoir envie d’en savoir plus. J’étais donc très contente de pouvoir lire le second tome, L’alpha.

Avec cette suite attendue, nous découvrons un peu plus l’univers des êtres effrayants qui ont muté suite à la dispersion du virus. La ville où évoluent les jeunes n’est pas protégée comme ils le pensaient. Ils croyaient qu’une autorité quelconque aurait tenté de mettre en place des mesures pour aider à protéger tout le monde, ce qui n’est pas le cas. Les jeunes sont laissés à eux-mêmes. Ils doivent donc se battre pour survivre et user d’ingéniosité pour réussir à se faire une place dans un monde devenu dangereux, où des clans se forment et où l’on ne peut faire confiance à personne. Le groupe initial s’est divisé, en espérant réussir à survivre, même si l’un des leurs a été infecté.

D’étranges symboles apparaissent ici et là sur les murs de la ville, partout où il y a eu des infectés. Une partie du groupe rencontre des membres de l’armée et les découvertes qu’ils font les inquiètent beaucoup. Dans un monde où il n’y a plus vraiment de contrôle, où certains groupes prennent les commandes et où les infectés sont à la fois craints et convoités pour leurs capacités, le monde de Green Class s’assombrit de plus en plus. L’atmosphère devient à la fois inquiétante et intéressante pour le lecteur.

La bande dessinée est complétée par quelques croquis. Comme le premier volet, j’aime beaucoup le travail graphique de cette bande dessinée. Les illustrations, la couverture texturée et les couleurs. Tout contribue à offrir une belle expérience de lecture pour une histoire sombre et intrigante.

La fin de ce second tome est marquante et c’est avec beaucoup d’impatience qu’on attend le tome 3. Vivement la suite!

Mon avis sur le premier tome, Pandémie.

Green Class t.2: l’Alpha, David Tako & Jérôme Hamon, éditions Le Lombard, 59 pages, 2020

Little Tulip

Emprisonné en même temps que ses parents, c’est à l’âge de sept ans que Pavel découvre l’enfer du goulag. Séparé des siens, il doit apprendre à survivre seul.
Quelques années plus tard, il connaît bien les règles qui régissent son univers : la violence permanente, l’incurie des gardiens, la toute-puissance des chefs de gangs. Il sait que s’endurcir ne suffit pas. Grâce à ses talents de tatoueur, il obtient la protection de Kiril-la-Baleine et s’intègre dans l’univers cruel des caïds. Mais dessiner pour le diable a toujours un prix…

L’histoire de Little Tulip débute à New York en 1970. Paul, tatoueur, fait aussi des croquis des criminels pour la police d’après les descriptions des témoins. La ville est alors en proie à un assassin sadique qui signe ses crimes en laissant un bonnet de père Noël sur les lieux de son meurtre. On suit l’enquête qui est en cours et le travail de Paul, qui contribue à aider la police avec ses dessins, tout en poursuivant son travail comme tatoueur. La bande dessinée nous plonge ensuite dans le passé de Paul et oscille entre le passé et le présent pour nous raconter son histoire.

Vers l’âge de six ans, Paul émigre avec ses parents à Moscou. Son père est un artiste, un dessinateur, dont le rêve le plus cher était d’étudier le décor de cinéma avec Sergei Eisenstein. Il lui apprenait le dessin à lui aussi. En 1947, la vie de Paul et celle de ses parents prend une tournure sinistre. Une nuit alors qu’ils dorment, la police Russe cogne à leur porte. Ils sont arrêtés pour espionnage et embarqués dans un train en direction de Kolyma où ils seront enfermés dans des camps de travail, séparément.

Cette bande dessinée nous plonge à l’époque de Staline et à tout ce que les gens pouvaient vivre à ce moment-là. C’est une bande dessinée historique, qui nous amène littéralement dans les camps. J’ai trouvé ce livre vraiment très intéressant, même si plusieurs scènes sont très dures. Passage à tabac, pédophilie, viols, le monde de Little Tulip est très noir et très dur. Cependant, le dessin adoucit un peu les choses et le personnage principal, Paul, rend le texte très agréable à lire et à découvrir. La présence de l’art, du dessin, dans la vie de Paul lui permet de toucher à une forme de liberté, de faire la coupure entre la violence du monde réel et la douceur qu’apporte l’évasion du dessin. C’est la raison pour laquelle le dessin devient important pour Paul, la raison centrale de sa survie, jusqu’à la fermeture des camps et son voyage vers New York.

Le trait de crayon est superbe, il relate très bien l’instant présent, sans forcément devoir ajouter plus de texte que nécessaire pour recréer l’atmosphère des camps et la vie difficile de Paul. C’est une histoire qui vient forcément nous chercher par ses thèmes: la dureté de la vie, la recherche de la liberté, l’art. 

« Je perfectionnais mes talents de dessinateur. Le papier étant chose rare, certaines gouvernantes me prêtaient leur dos. Mes dessins épousaient les formes de leur corps et avaient, me disaient-elles, la vertu de calmer leurs douleurs. »

La liberté est aussi le désir profond de survivre et donc, pour les jeunes du goulag d’entrer dans un gang afin d’avoir une vie meilleure. Cette bande dessinée est un bel exemple du fait que l’on peut parler de tout, quand c’est bien fait. Les auteurs réussissent à nous plonger dans un monde très noir, tout en portant un beau message d’espoir: l’art qui permet d’accéder à une forme de liberté.

J’ai eu un beau coup de cœur pour Little Tulip. C’est une histoire dure, qui vaut toutefois la peine d’être découverte. J’ai énormément apprécié ma lecture et j’ai grandement aimé la beauté du trait de crayon. Je découvre avec cette histoire, autant la plume du scénariste que le travail du dessinateur.

C’est donc une belle découverte et je suis assez choyé en ce début d’année dans mes choix de bandes dessinées et de romans graphiques. Mes lectures sont excellentes.

Little Tulip est venu me chercher parce que cette histoire démontre la part sombre des hommes en période de guerre ou lors de conflits et fait briller un peu d’espoir. 

Little Tulip, Jérôme Charyn, François Boucq, éditions Le Lombard, 88 pages, 2014

Green Class t.1: pandémie

Green Class 1De retour d’un voyage scolaire dans les marais de Louisiane, une classe de jeunes Canadiens se retrouve immédiatement plongée en plein cauchemar. Un mystérieux virus s’est répandu, transformant peu à peu les humains en inquiétants monstres végétaux. L’armée a pris le contrôle du territoire. Mis en quarantaine, forcés d’abandonner un des leurs, cinq d’entre eux décident de se rebeller. Fin du monde ou pas, ils resteront maîtres de leur destin…

J’avais ce livre dans ma pile à lire depuis un moment et avec l’arrivée de la pandémie, je ne me suis d’abord pas sentie capable de lire cette bande dessinée. Au fil des semaine, ça mieux été et j’avais envie de la découvrir.

La première chose qui m’a attirée vers cette bd c’est le dessin. Il me plaît beaucoup. Le résumé était alléchant et l’histoire est à la hauteur. Elle tient bien la route et le scénario est conçu pour donner envie d’en savoir plus. On se retrouve quelque part entre les bandes dessinées Seuls et The Walking Dead. Pas vraiment de zombies ici, mais plutôt un virus qui a fait muté dangereusement les malades. Jusqu’à ce qu’ils deviennent quelque chose qui n’est plus tout à fait humain…

Visuellement, la bd est superbe. La couverture avec ses textures différentes, les planches ainsi que le dossier graphique à la fin. J’apprécie toujours beaucoup quand les artistes partagent leur démarche et l’évolution de leur travail avec les lecteurs. C’est intéressant et ça donne un petit plus au livre.

L’histoire aussi est très prenante. On la commence tout en voulant connaître rapidement la fin. C’est une véritable aventure que vivent ces jeunes. De retour d’un voyage de deux semaines dans les marais de Louisiane, les jeunes et leur professeur se retrouvent désemparés quand ils constatent que l’accès à l’aéroport leur est interdit. La ville semble dévastée, de grandes sections commencent à être condamnées. Un membre de leur groupe tombe malade et les jeunes feront tout pour le sauver.

À une échelle différente, on retrouve dans Green Class un écho de la pandémie actuelle, comme sans doute dans la plupart des histoires post-apocalyptiques. Un virus qui n’a pas de vaccin et qui est très contagieux. Une ville en quarantaine. Un confinement imposé. Des avions qui ne volent plus. Dans la bd cependant, le virus intervient dans les gênes et les gens ne sont plus eux-mêmes. La quarantaine a dégénérée et les gens sont retenus prisonniers derrière un immense mur. Les jeunes qui sont restés tentent de sauver leur ami et de survivre dans un monde devenu hostile. C’est en se rendant dans un camp d’aide qu’ils constatent comment les choses fonctionnent réellement…

Green Class met en scène un groupe d’adolescents avec les préoccupations et chamailleries de leur âge. En se retrouvant dans une situation extraordinaires, on voit ressortir le meilleur comme le pire d’eux-même. L’histoire est prenante et pleine d’action et d’aventure. J’ai beaucoup aimé cette histoire dont la fin nous laisse sur notre appétit. Mon seul petit bémol, c’est avec le langage utilisé. Les auteurs sont français, mais les personnages sont canadiens et on sent beaucoup trop le parler français à mon goût. De ce côté, j’ai trouvé que c’était moins crédible. J’aurais préféré un français plus universel. Ce n’est pas dérangeant, mais comme je me suis fait la réflexion à quelques reprises pendant ma lecture, j’en glisse toute de même un mot.

Si vous n’avez pas peur de lire des histoires de pandémie en pleine pandémie, cette bd est vraiment bien et l’action est au rendez-vous. Les personnages sont intéressants, plusieurs sont bien développés et évolueront sans doute dans la suite que je compte bien lire! Je veux vraiment savoir comment les choses vont se dérouler maintenant que j’ai lu la fin du premier tome!

Green Class t.1: pandémie, Jérôme Hamon, David Tako, éditions du Lombard, 72 pages, 2019