L’arbragan

arbraganQuand on est un petit garçon pas comme les autres et que cette différence ne nous embête pas, on peut très bien se lier d’amitié avec un arbre et l’appeler Bertolt. Il est un chêne très vieux et son immense feuillage est non seulement une cachette mais aussi une maison, un labyrinthe ou une forteresse. Un jour, un nouveau printemps arrive et Bertolt meurt. Quand un chat ou un oiseau décèdent, on sait quoi faire, mais pour un arbre, on fait quoi?

C’est la question posée dans le résumé qui m’a attirée vers ce livre. Effectivement, que fait-on quand un arbre meurt? J’aime les arbres et c’est toujours avec tristesse que je constate la mort de l’un d’entre eux. Le petit garçon du livre en fait la triste expérience, avec Bertolt, un arbre dans lequel il se réfugie et où il passe beaucoup de temps.

« Je me réfugie alors à l’intérieur de Bertolt, où je me sens bien à l’abri dans sa ramure qui grince et qui craque comme les mâts d’un galion dans la tempête. »

Le petit garçon qui nous raconte l’histoire est un enfant imaginatif, curieux, amoureux des arbres et qui est différent des autres. Il n’entre pas dans le moule. C’est d’autant plus réjouissant que de retrouver un petit personnage comme lui, qui use de beaucoup d’imagination, alors que beaucoup trop d’enfants passent leur vie derrière les écrans. Lui, il joue dehors tout le temps et il aime passionnément les arbres.

« Quand on n’est pas pareil ou qu’on est original, ça fait rire les gens ou pire: ça les dérange. »

C’est sa petite idée originale pour offrir un dernier hommage à son ami l’arbre qui est au cœur de ce très bel album. Une histoire sur la nature, ses bonheurs, mais aussi une fable sur le pouvoir de l’imagination.

L’arbragan est un petit album s’adressant aux 6 ans et plus. L’histoire est universelle et devrait plaire à tous ceux qui aiment les arbres.

Un livre intelligent à découvrir d’urgence. Qu’on soit petit ou grand!

L’arbragan, Jacques Goldstyn, éditions La Pastèque, 96 pages, 2015

Publicités

Le bestiaire des fruits

bestiaire des fruitsLa meilleure chose qui soit arrivée à Zviane, sur le plan gustatif, aura été de vivre à ville St-Laurent en 2001. Dans le supermarché où elle faisait son épicerie, elle est tombée sur des fruits… obscurs. Au péril de sa vie, elle a concocté ce savant traité qui vous fera tout connaître des fruits exotiques. Voici le guide le plus loufoque sur le ramboutan, le mangoustan ou le kaki jamais publié.

J’ai tellement ri en lisant cette BD! C’est drôle, plein d’humour tout en étant instructif. J’adore Zviane et je suis très sensible à son sens de l’humour. Elle n’a pas publié que des BD humoristiques. Les deuxièmes par exemple, est une BD érotique à la fois touchante et sacrément intelligente. Une oeuvre pleine de musique. Par contre, avec Le bestiaire des fruits, on est dans une autre facette du talent de Zviane.

Ici, elle raconte comment elle a décidé d’être une « samouraï des fruits » et de goûter à toutes sortes de fruits inconnus et étranges. Des fruits exotiques qu’on regarde à l’épicerie mais qu’on n’achète pas forcément parce qu’on ne les connaît pas. Pour la bonne cause, Zviane a acheté des fruits exotiques chaque semaine, les a goûté et leur a donné une note selon quatre critères: le goût, l’aspect, la propreté et la commodité. Chaque fruit est noté à la fin de la petite histoire qui raconte la rencontre de l’auteur avec le fruit. Naturellement, tout est fait avec humour.

Du durian en passant par le ramboutan, le kumquat, la nèfle, le kiwano, le magnifique pitaya et plusieurs autres, Zviane nous offre un récit loufoque sur sa découverte des fruits exotiques. La BD est vraiment drôle et j’ai adoré cette histoire, qui semble assez étrange à première vue. Un bestiaire des fruits? Et pourtant, c’est réellement excellent! Pour rigoler et découvrir au passage plein de fruits inconnus, c’est la BD qu’il vous faut! Les personnages sont expressifs, le dessin passe beaucoup de messages. Le texte est aussi parlant que le dessin.

J’ai passé un très bon moment, je vous conseille fortement cette histoire!

Le bestiaire des fruits, Zviane, éditions La Pastèque, 124 pages, 2014