Deep sea aquarium Magmell t.6

Bienvenue au cours de cuisine abyssale, venez savourer les poissons du fond des mers ! Au sein du Deep See Aquarium Magmell, de nombreuses personnes travaillent pour protéger la vie des créatures abyssales. Kôtarô Tenjô y est assistant-soigneur. Il côtoie Lan Dôgashima, cuisinier apprenti au restaurant Latimeria. Ce dernier a un rêve : « préparer le meilleur plat abyssal au monde ». Mais découper et cuisiner les poissons abyssaux dans le restaurant de l’aquarium le fait réfléchir à son métier et au respect qu’il porte aux poissons…

Plus j’avance dans cette série, plus je l’apprécie. Deep sea aquarium Magmell se déroule dans un aquarium au fond des abysses. Le décor est original et plutôt fascinant, surtout si on s’intéresse au monde marin. Chacun des tomes nous fait découvrir des aspects différents de l’aquarium, mais surtout des gens qui y travaillent. Avec ce tome on parle de différentes passions en lien avec l’aquarium, son monde marin. 

À travers plusieurs personnages – le directeur, les soigneurs, les pêcheurs, le cuisinier – l’histoire nous fait découvrir quelques espèces des profondeurs dans chaque tome. Chaque chapitre parle d’une espèce et de ses caractéristiques fascinantes, toujours à travers les histoires personnelles des personnages. Avec ce tome-ci, on part à la découverte du poisson trépied, de l’araignée de mer, du macropinna microstoma et du lambris royal. 

On apprend une foule de choses (qui sont vraies et vérifiables) sur les poissons des abysses. Je m’amuse chaque fois à aller fouiller sur internet pour trouver des images et des vidéos des espèces qui nous sont présentées. À moins d’être déjà familier avec les abysses, on y découvre sans cesse des faits étonnants. C’est ce que j’aime de ce manga. Le petit côté documentaire qui est intégré à l’histoire.

Les personnages sont attachants et leur histoire se développe en parallèle d’un tome à l’autre, même si on suit toujours le personnage principal, un jeune assistant-soigneur fasciné depuis toujours par le monde marin et les créatures qui y vivent. C’est vraiment une série que je vous conseille si vous aimez les manga « nature » qui ont un côté documentaire. Ici, ça se fond parfaitement bien dans la fiction et donc, la lecture est vraiment fluide et agréable.

Si vous ne connaissez pas encore, c’est le moment de découvrir cette série originale!

(Si vous êtes curieux, il y a une petite histoire cachée sous la jaquette du manga.)

Mon avis sur les autres tomes:

Deep sea aquarium Magmell t.6, Kiyomi Sugishita, éditions Vega Dupuis, 192 pages, 2021

Deep sea aquarium MagMell t.5

Au sein du Deep Sea Aquarium Magmell, de nombreuses personnes travaillent pour protéger la mer et faire partager au public le riche univers de la faune abyssale. Kôtarô Tenjô y est assistant-soigneur depuis un an. À mesure que l’on lui confie de plus en plus de missions variées, le jeune amoureux des créatures marines se pose des questions… De son côté, son collègue Asahi Yui, bourru et toujours inflexible, se révèle. En proie autrefois à des angoisses, lui aussi pour des raisons familiales, il songe à la démission. Sa grande soeur médecin lui sauvera-t-elle la mise… ?

J’étais bien contente de me plonger dans le tome 5 de la série Deep sea aquarium Magmell. J’aime énormément cette série puisqu’elle nous amène sur les traces d’un jeune apprenti soigneur qui travaille dans un aquarium plongé au cœur des abysses. Dans chaque tome nous découvrons de nouvelles facettes des personnages et un guide des abysses qui nous permet de faire la rencontre des habitants des abysses: poissons, méduses et autres. Chaque fois c’est un plaisir. J’aime vraiment l’aspect documentaire dans les mangas. Je trouve que ça apporte quelque chose de plus en parallèle à la fiction.

Dans ce tome nous suivons Kôtarô Tenjô alors qu’il complète sa première année comme assistant-soigneur. On apprend à connaître un peu mieux certains de ses collègues et il y est beaucoup question de passion et de différence, surtout dans la dernière histoire alors que le jeune homme rencontre par hasard une ancienne camarade de classe, ce qui lui fait revivre bien des souvenirs.

« Il existe des créatures qui arrivent à vivre dans les endroits les plus obscurs de ce monde. Cela me donnait du courage. »

D’un point de vue plus scientifique, ce cinquième tome nous permet de découvrir plusieurs espèces: l’escolier, la méduse à crinière de lion, le blacktip snailfish et la calyptogena soyoae. C’est toujours hyper intéressant de suivre les petites histoires entourant ces créatures souvent étonnantes! Les personnages ont cette volonté de faire connaître leur travail au plus grand nombre et transmettent bien leur passion pour le monde des abysses.

Cette série est très égale d’un tome à l’autre je trouve, l’intérêt est toujours là, les découvertes qu’on y fait sont passionnantes et les histoires intéressantes. Un tome que j’ai beaucoup aimé!

Deep sea aquarium MagMell t.5, Kiyomi Sugishita, éditions Vega Dupuis, 192 pages, 2021

Deep sea aquarium Magmell t.4

Au Deep Sea Aquarium Magmell, de nombreux amateurs de créatures abyssales s’affairent. L’assistant soigneur Kôtarô Tenjô trouve un soutien fraternel auprès de sa collègue aînée Shizuka Nagaizumi, soigneuse passionnée et prévenante. Depuis le collège, elle s’intéresse aux abysses. Son rêve le plus intime : devenir soigneuse de la faune abyssale. Pour la première fois, elle fait part de son ambition à son camarade de classe, un aspirant pilote spatial… Par ailleurs, un beau jour, Kôtarô rencontre un jeune garçon ayant découvert un « envoyé du temple du roi-dragon », un regalec, échoué sur une plage…

Deep sea aquarium Magmell fait partie de ces mangas que j’apprécie particulièrement. Il s’agit d’ailleurs de l’un de mes préférés avec le manga Ma vie dans les bois. Plus je découvre le manga « documentaire », plus j’apprécie beaucoup ce genre, surtout lorsqu’il y est question de nature, comme ici. Ce quatrième tome m’a vraiment beaucoup plu.

Cette histoire, comme tous les tomes de la série, se déroule dans un immense aquarium au fond des abysses. On y suit Kôtarô, un jeune assistant soigneur, et ses collègues, dans leur travail avec les habitants des profondeurs marines. Ce qui fait la force de cette série est vraiment son aspect documentaire.

« Les créatures abyssales présentent toujours des cas singuliers. Pour pouvoir les élever, il faut se débarrasser des idées reçues. »

C’est intéressant car on apprend beaucoup de choses, tout en suivant des personnages récurrents qu’on apprend à connaître au fil des tomes. J’adore découvrir des informations sur les abysses et sur les fonds marins. Ça m’a toujours beaucoup intéressée, surtout que c’était ce que je désirais faire étant petite: découvrir les fonds marins. J’ai bifurqué vers les livres plutôt, mais cet intérêt pour les profondeurs de la mer a toujours été présent.

« Les abysses sont appelées le « dernier territoire inexploré de la Terre. Dans cette mer, il y a encore des choses que tout le monde ignore. »

Comme dans les autres tomes, on découvre de nouvelles espèces marines dans le « guide des abysses » entre chaque chapitre. Ce guide s’insère à travers le reste de l’histoire et nous permet d’apprendre toutes sortes d’informations sur les créatures marines. Cette fois on découvre le vampire des abysses, la chimère argentée, l’euryalina, le régalec et le Dragon noir du Pacifique. 

Le manga aborde aussi les petites histoires personnelles de plusieurs personnages, qu’ils soient récurrents (comme les collègues de Kôtarô) ou des gens rencontrés grâce à la passion qu’ils portent aux créatures marines ou à l’aquarium. Ici, on découvre la petite histoire de la fille du directeur du Deep Sea Aquarium, qui a du mal à se faire accepter des autres enfants. 

C’est d’ailleurs un thème que l’on retrouve beaucoup dans ce quatrième tome: la passion qui nous anime pour un sujet en particulier et qui fait de nous quelqu’un de différent. Kôtarô le voit également avec un garçon qu’il rencontre alors qu’il travaille et qui se passionne pour le monde marin. Une passion bien incomprise par son entourage. 

J’ai beaucoup aimé ce tome à cause des sujets qu’il aborde. J’ai donc bien hâte de lire le tome 5!

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Deep sea aquarium Magmell t.4, Kiyomi Sugishita, éditions Vega Dupuis, 192 pages, 2021

Deep sea aquarium MagMell t. 3

Deep sea aquarium Magmell 3Aujourd’hui encore, le Deep sea aquarium Magmell est fréquenté par des visiteurs de tous genres, qui souhaitent rencontrer les créatures abyssales les plus diverses.Une maîtresse du primaire s’évanouit soudain devant l’aquarium du nautile, alors qu’elle accompagnait une classe d’élèves pour leur journée dessin…De son côté, Kôtarô Tenjô commence à trouver ses repères dans son travail de soigneur. Mais un jour, le directeur lui confie une nouvelle tâche importante : la présentation de la faune sous-marine aux visiteurs. Complètement stressé par sa première grande mission, réussira-t-il néanmoins à transmettre sa passion pour les créatures abyssales ?!

Deep sea aquarium MagMell est une série que j’adore et que je trouve à la fois instructive et passionnante. Ce troisième tome ne fait pas exception.

« La vie menée au sein de la mer profonde enveloppe doucement le cœur des hommes. »

Cette fois-ci, Kôtarô devient de plus en plus à l’aise avec son rôle de soigneur. On lui confie alors de nouvelles tâches. Il découvre par le fait même un nouvel aquarium et son enthousiasme débordant exaspère un peu son entourage. Mais Kôtarô est un passionné et ça se sent à travers les pages.

Il est beaucoup question de biologie des créatures marines, de leur évolution et de leur histoire. Toutes ces informations sont bien sûres adaptées à l’histoire, mais je trouve que c’est ce qui fait toute la beauté de ce manga. La fascination pour les fonds marins, les créatures et l’émerveillement de la découverte.

Il y a toute une partie assez amusante dans l’histoire où Kôtarô fait la découverte des films d’horreur. On découvre aussi un peu mieux le Docteur Haru et l’enfance de Shinya, pêcheur. Il est intéressant de voir se développer un peu plus les personnages secondaires au fil des tomes et d’apprendre à mieux connaître ceux qui entourent Kôtarô. La photographie a toujours une place importante, ainsi que l’histoire du père de Kôtarô dont on continue à découvrir des bribes au fil des tomes.

Comme à l’habitude, ce tome cache une petite histoire sous sa jaquette. Il suffit de l’enlever pour la lire. J’ai aussi aimé le rappel des personnages en début de livre. De plus en plus de manga le font. C’est bien, surtout quand les parutions des différents tomes s’étirent pendant des années. Le manga compte également de nouvelles pages du Guide des abysses, nous permettant de découvrir plusieurs nouvelles espèces. Une fiche détaillée nous est présentée pour chacune d’elle. Cette fois, nous partons à la découverte du tunicier prédateur (une bouche étrange qui vit au fond de l’océan), du nautilidae, du tonnelier de mer, du Sagre Lucifer (le requin « qui brille » et qui attire tant Shinya) et de la méduse casquée.

Un troisième tome que j’ai adoré et que je ne peux que vous conseiller de découvrir. On apprend plein de choses! J’ai bien hâte à la sortie du quatrième, prévu pour cet automne.

Mon avis sur les autres tomes de la série:

Deep sea aquarium MagMell t. 3, Kiyomi Sugishita, éditions Vega, 190 pages, 2019

Deep sea aquarium MagMell t. 2

Deep sea aquarium Magmell 2Prenez la ligne « Abysses » à la gare de Shinagawa, en 20 minutes vous êtes à l’aquarium situé au fond de la mer ! Le Deep Sea Aquarium Magmell est un lieu unique au monde, situé à 200m de profondeur dans la baie de Tokyo, où la faune abyssale peut être observée de près. Sur la recommandation du directeur Minato Osezaki, le jeune balayeur Kôtarô Tenjô commence son travail de soigneur assistant. Il rencontre ainsi les diverses créatures sous-marines, apprend les difficultés pour nourrir l’Atlantic Footballfish, ou prenant soin d’un Japanese Pancáke Devilfish en train de mourir…

J’avais adoré le premier tome de Deep sea aquarium MagMell dont l’histoire se déroule dans un aquarium nouveau genre, au cœur des abysses de l’océan. Le second tome étant dans la même continuité que le premier, j’ai tout autant adoré cette seconde histoire.

Kôtarô est toujours balayeur, mais il travaille maintenant comme soigneur assistant. Ce tome le suit dans son parcours d’apprentissage et à travers les défis qui se présentent à lui. Il doit faire sa place au sein de l’équipe et apprendre la dynamique du groupe de soigneur. Chacun est très différent et son intégration n’est pas forcément facile, même si Kôtarô est brillant et curieux.

« Dans la mer, il y a autant de morts que de nouvelles vies. Alors, si l’on pouvait veiller à toute une vie, de la naissance jusqu’à la mort, à mon sens ce serait l’aquarium idéal. »

Passionné par les abysses, il aura l’occasion de mettre en pratique ses connaissance sur les créatures marines, afin d’éclairer les visiteurs de l’aquarium. Son bagage de connaissances et les expériences qu’il a partagé enfant avec son père, photographe des abysses, lui permettent aussi de tisser une belle relation avec la petite Nagisa, la fille du directeur de l’aquarium.

Kôtarô fait aussi la connaissance du cuisinier de l’établissement qui tente de créer des plats uniques de poissons, afin de satisfaire la clientèle, mais d’offrir aussi à son patron une création qui se démarque. Plusieurs sujets différents sont donc abordés dans ce second tome, avec le retour de plusieurs personnages et l’arrivée de nouveaux.

Les dessins de ce manga sont splendides. L’histoire est passionnante pour ceux qui, comme moi, s’intéressent au monde marin, aux différentes espèces de poissons et à la vie sous-marine. On apprend beaucoup de choses sur les différentes créatures et chaque chapitre nous amène à faire la découverte d’une espèce différente. Des fiches nommées « Le guide des Abysses » complètent les informations sur les poissons qu’on y retrouve. Cette fois, nous faisons la rencontre du Japanese Pancáke Devilfish (Opisthoteuthis depressa), de l’Atlantic Footballfish, du Béryx Long et du Requin dormeur du Pacifique. C’est l’occasion d’apprendre plein de choses sur ces poissons.

Comme avec le tome 1, il y a également une petite histoire sous la jaquette, sur la couverture et la quatrième de couverture. Il s’agit d’un tour de différentes sections de l’aquarium à chaque tome, une sorte de guide des lieux.

De mon côté je compte lire le troisième tome très bientôt puisqu’il m’attend dans ma pile. Deep sea aquarium MagMell est un manga passionnant et fascinant, qui nous offre une plongée dans un monde totalement différent, sous l’eau. Cette série continue à être l’une de mes préférées. À découvrir!

Mon avis sur le tome 1: Deep Sea Aquarium MagMell t.1

Deep sea aquarium Magmell t. 2, Kiyomi Sugishita, éditions Vega, 192 pages, 2019