Bushido la voie du guerrier

Découvrez les principes fondamentaux du bushido, le code de conduite et d’éthique des samouraïs. Ce livre présente une approche visuelle de la terminologie et des concepts importants, aidant à s’orienter facilement dans le monde complexe des samouraïs. Ce texte très accessible relate des préceptes et des faits essentiels, et expose des figures importantes de guerriers qui ont joué un rôle central dans l’évolution du bushido. Les différents aspects de cette discipline — qui varient selon les régions, les époques et les rangs des samouraïs — sont racontés à l’aide de plus de 300 diagrammes et illustrations instructives. 

J’ai toujours été fasciné par les samouraïs, leur côté culturel, guerrier et artistique. Ce livre m’a donc tout de suite interpellé. J’ai cependant assez peu lu sur les samouraïs et ce livre est parfait pour les découvrir, démystifier l’image réelle des samouraïs de celle véhiculée dans la culture populaire par exemple. Ce livre, sous-titré Le code des samouraïs expliqué aux débutants, est parfait pour ceux qui souhaitent les découvrir ou approfondir leurs connaissances sur l’histoire des samouraïs.

« Bushido » désigne en fait l’éthique du guerrier. Même si le bushido désigne de façon générale les samouraïs, c’est aussi un sens large pour parler des guerriers. On apprend énormément de choses sur leur code d’honneur, qui ils étaient vraiment, l’éthique, la hiérarchie et leur statut en temps de guerre ou de paix. Du début à la fin, le lecteur découvre la façon dont la tradition des guerriers a commencé, comment fonctionnait leur hiérarchie et la façon dont ils évoluaient au gré de l’histoire et des époques. Ils ont pu avoir certaines positions au sein de la société vu le statut qui leur était conféré.

Le livre démontre toute la philosophie derrière le rôle des samouraïs et permet de mieux comprendre l’idéologie et la position de ces hommes dans la société japonaise.

« Un gouvernement qui sait diriger avec équité et intégrité démontre l’incorruptibilité morale de ses dirigeants. Un gouvernement qui dirige en suivant la loi à la lette est symptomatique d’un manque de force morale. Il a besoin de la loi pour blanchir ses propres positions hypocrites. Un gouvernement dont la fibre morale est intègre est le gardien de la culture. Le dirigeant se doit d’être avisé dans l’exercice de ses convictions, et ce pour le bénéfice de tous. »

C’est un livre qui déconstruit l’image cinématographique que l’on se fait des samouraïs en nous permettant de mieux comprendre cette tradition. On découvre les différentes armes utilisées et le perfectionnement de leur art. Les samouraïs devaient généralement exceller dans plus d’une discipline. Chacun devait maîtriser, en plus de la philosophie propre à son statut et les techniques de combat, une forme d’art en parallèle. Ce pouvait être la musique par exemple, ou la peinture. Le samouraï devait également être irréprochable aux yeux de la société, constamment en contrôle de lui-même. La fonction se léguait de père en fils. 

« La vie du samouraï était une vie d’études et d’entraînements continuels. En temps de guerre, il devait être prêt à se battre. En temps de paix, il devait s’assurer d’être prêt à exécuter ses tâches au mieux de ses capacités. Il s’entraînait sans relâche aux arts de la paix et de la guerre, affinant ses compétences, sa sensibilité et ses connaissances, ainsi que sa considération pour ceux qui se trouvaient au-dessus et en-dessous de lui. »

J’ai apprécié la forme de l’ouvrage, les informations sont souvent suivies d’un schéma explicatif qui nous permet de mieux comprendre le propos. On découvre des portraits de professeurs mémorables, anciens samouraïs également. La présence des samouraïs était très importante au sein des communautés. Ils faisaient régner la paix. Afin de perpétuer leur histoire et de justifier leur existence en dehors des périodes de conflits, le samouraï était au service de son seigneur et avait le devoir moral d’être un modèle pour les gens. Cette lecture est une belle occasion de survoler l’histoire du Japon et sa politique, ainsi que le travail de ces hommes au quotidien, mais également leur structure de guerre lors des combats.

« Quand un samouraï s’engageait dans le combat, sa technique devait consister à « envelopper l’ennemi comme l’eau autour d’un rocher, non pas à le heurter comme un rocher contre un autre rocher ». Il s’agissait d’utiliser son énergie pour étouffer l’ennemi, et c’est précisément le principe sur lequel repose le judo: la souplesse l’emporte sur la dureté. »

Le livre est magnifiquement illustré par Baptiste Tavernier, avec beaucoup d’images et d’explications. L’ouvrage est très coloré, visuellement c’est un vrai plaisir de le feuilleter. Les illustrations rejoignent l’imaginaire et l’art japonais, ce qui me plait beaucoup. L’ouvrage est de belle qualité ce qui est vraiment agréable lorsqu’on lit. Même si l’auteur Alexander Bennett n’est pas japonais, il est professeur d’histoire japonaise et expert en arts martiaux. Son livre est donc un ouvrage parfait pour découvrir le Bushido, l’art des samouraïs et se plonger dans cet univers fascinant.

Un livre que je conseille fortement, l’ouvrage est superbe et très intéressant. Une excellente lecture!

Bushido la voie du guerrier: Le code des Samouraïs expliqué aux débutants, Alexander Bennett, illustrations Baptiste Tavernier, Guy Trédaniel éditeur, 250 pages, 2022

Publicité

2 réflexions sur “Bushido la voie du guerrier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s