Jours de sable

Washington, 1937. John Clark, journaliste photoreporter de 22 ans, est engagé par la Farm Security Administration, l’organisme gouvernemental chargé d’aider les fermiers victimes de la Grande Dépression. Sa mission : témoigner de la situation dramatique des agriculteurs du Dust Bowl. Située à cheval sur l’Oklahoma, le Kansas et le Texas, cette région est frappée par la sécheresse et les tempêtes de sable plongent les habitants dans la misère. En Oklahoma, John tente de se faire accepter par la population. Au cours de son séjour, qui prend la forme d’un voyage initiatique, il devient ami avec une jeune femme, Betty. Grâce à elle, il prend conscience du drame humain provoqué par la crise économique. Mais il remet en question son rôle social et son travail de photographe

Ce livre est un petit bijou, tout à fait le genre de roman graphique que j’adore découvrir. Les dessins sont magnifiques, l’histoire se lit avec un immense plaisir (et elle est touchante) en plus d’aborder un thème historique d’un point de vue vraiment intéressant. 

Nous sommes en 1937, aux États-Unis. Plus précisément à New York. John Clark vient enfin de trouver un emploi comme photographe. C’est une période difficile, minée par la Grande Dépression. John a envie d’apporter sa contribution, de travailler et de faire de la photo. C’est son métier. Cependant, il ne s’attend certainement pas à ce qu’il trouvera au bout de la route. Il est engagé par la Farm Security Administration, un organisme qui a réellement existé et qui venait en aide aux fermiers victimes de la Grande Dépression. John est donc envoyé dans une région du pays touchée par la sécheresse. C’est ce qu’on appelle le Dust Bowl. Le bol de poussière. Un monde désertique, où la poussière s’infiltre partout et va même jusqu’à tuer. Le Dust Bowl chevauche l’Oklahoma, le Texas et le Kansas. C’est un désastre écologique dû à la surexploitation des terres agricoles qui a frappé les communautés dans les années 30. Couplé à la Grande dépression qui a suivi le krach boursier de 1929, le monde peine à se relever. Surtout quand il est envahi par la poussière.

« Ce n’était pas facile de savoir à quelle heure le soleil se levait. Les nuages de poussière en occultaient les rayons la plupart du temps. »

Dans Jours de sable, on suit John qui va à la rencontre des gens qui tentent de survivre dans le Dust Bowl, ceux qui migrent vers des terres plus fertiles, ceux qui ont tout perdu. Il tente de rendre compte en photos ce dont il est témoin. C’est la raison pour laquelle il a été engagé. Mais l’approche avec les gens est difficile. Surtout que John arrive avec une liste bien précise de choses qu’il doit photographier: maisons abandonnées, orphelins, manque de nourriture, maladie, terres incultivables. Il devra changer d’approche, surtout que tout donne l’impression de sortir d’un autre monde. Dans ce climat hostile et pénible, c’est tout son travail de photographe que John remet alors en question…

« Vous avez déjà vu des tourbillons de poussière, non? Parfois… les gens y aperçoivent le visage de ceux qu’ils ont perdus. »

Une bande dessinée passionnante, émouvante, accompagnée de photographies d’époque et d’informations historiques. C’est un ouvrage complet et vraiment informatif, même s’il s’agit d’une fiction. Les lieux où sont campés les personnages et les événements historiques qui sont racontés ont vraiment existés. Les dessins sont fabuleusement beaux, le livre est un superbe objet qu’on a envie de conserver précieusement. Vous aimez l’histoire et les beaux ouvrages? Ce livre est parfait. Un beau coup de cœur pour cette histoire que je vous conseille fortement! 

Jours de sable, Aimée De Jongh, éditions Dargaud, 288 pages, 2021

7 réflexions sur “Jours de sable

  1. Pingback: Walker Evans, Dorothea Lange & les photographes de la Grande Dépression | Mon coussin de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s