Album Falardeau

Manon Leriche et Jules Falardeau ont écumé leurs riches archives, offrant aux lecteurs un accès unique à l’œuvre du Pierre Falardeau photographe, documentariste, auteur, cinéaste, mais aussi à l’intimité du voyageur, du militant, de l’ami, du conjoint et du père qu’il a été. De son enfance jusqu’à ses derniers moments, l’Album Falardeau raconte le destin d’un homme libre.

J’ai été tellement heureux de recevoir ce livre! Pierre Falardeau a toujours été quelqu’un pour qui j’avais beaucoup d’admiration. Son travail, ses écrits et sa pensée en font un grand homme qui a beaucoup fait pour le Québec. Les combats qu’il menait, pour lesquels il se battait, les choses auxquelles il croyait, comme québécois, je me suis toujours reconnu dans ce qu’il faisait. J’ai toujours appuyé les causes pour lesquelles il se battait. Un homme qui s’est dédié à la nation québécoise, qui n’a pas oublié notre histoire, qui a toujours perçu les injustices auxquelles on était confrontés. Il aspirait à ce que nous soyons un peuple fort et libre. 

« En 2011, près de deux ans après sa mort, lors de la visite du prince William, les militants du RRQ qui avaient lutté aux côtés de Pierre, ont réussi un coup magnifique. Les services de sécurité canadiens avaient pensé à tout pour sécuriser le périmètre et empêcher que son Altesse Royale ne soit importunée par les culs-terreux de la Province of Quebec. Mais ils n’avaient pas pensé au ciel. Un avion avait défilé au-dessus du couple princier en tirant le slogan « Vive le Québec libre ». Une action d’éclat qui a eu un écho dans plusieurs journaux un peu partout dans le monde. »

Cet album est un vrai bijou. Le travail fait par Manon Leriche et Jules Falardeau est fantastique. Le livre nous fait découvrir l’homme, le cinéaste, le conjoint, le père de famille, l’ami, le collègue, le sportif et le militant qu’était Pierre Falardeau. On découvre sa façon de travailler, ses combats, ses sources d’inspiration, son côté humain et passionné. L’ouvrage regroupe autant des souvenirs que des textes écrits par Pierre Falardeau lui-même. Les auteurs mettent en lumière des mots que Pierre Falardeau a déjà dit. Pour mieux comprendre le colonialisme, il a visité certains pays qui ont vécu des épisodes de colonisation et d’assimilation, il a passé du temps avec des peuples autochtones, toujours avec le sentiment d’un lien profond entre eux et nous, via les cicatrices laissées par le colonialisme. 

À travers les mots de sa femme et son fils, on apprend beaucoup de choses sur la personnalité de Pierre Falardeau, sur l’homme qu’il était en privé, avec sa famille, ses amis, les acteurs qu’il côtoyait, son travail. On voit un côté très humain et sympathique. C’était un grand homme qu’on découvre encore plus dans ce livre.  On apprend des côtés de lui qu’on ne connaissait pas du tout. On découvre la façon dont il travaillait, sa façon de choisir ses comédiens, de travailler ses textes, les revers qu’il a dû essuyer au fil du temps par la censure et les fonds refusés pour ses films.

« Moi, j’ai pas besoin des médailles du gouverneur général ou du Conseil des arts pour me donner des frissons. Des médailles, j’en ai tous les jours sur la rue quand le monde m’envoie la main en criant: « Lâche pas, Falardeau! » Mon p’tit art à moi, y est au service de ce monde-là. »

Sa plume et sa caméra étaient les armes qu’il utilisait pour bousculer les idées et faire valoir ce en quoi il croyait. Tous les films qu’il a pu produire sont décryptés dans cet album. On apprend alors tout le travail qu’il y a derrière la production, mais aussi son désir de transmettre son art: je pense par exemple aux moments passés avec les inuits pour leur apprendre la vidéo ou à son goût des voyages et de la découverte. 

Pierre Falardeau m’a toujours donné une impression sympathique, proche du peuple, proche des gens normaux. Sans faux semblants. C’était un homme vrai. Avec ce livre, j’ai découvert le sportif en lui, son amour de la nature. Ses convictions ont toujours été sa priorité, bien au-delà de l’argent. Il voulait pour le Québec une nation libre. Des valeurs que je partage et qui me touchent beaucoup.

Au-delà du cinéaste, Pierre Falardeau était un grand écrivain et un grand penseur. L’album reproduit plusieurs extraits de ses livres, pour mettre en lumière sa pensée. On y retrouve énormément de photos prises tout au long de sa vie. De sa jeunesse, où il était déjà ami avec Julien Poulin, à ses dernières randonnées quelque temps avant son décès, les photos sont à la fois amusantes, émouvantes et très belles. Ce projet est une façon magnifique de rendre hommage à l’homme qu’était Pierre Falardeau. 

Dans l’ouvrage on retrouve des témoignages de gens qui ont travaillé avec lui. Une belle façon de mettre en lumière des anecdotes qu’on ne connaissaient pas et de donner une dimension différente au personnage public qu’était Falardeau. On découvre également ses sources d’inspiration, les gens qu’il admirait et les pensées auxquelles il adhérait. Un homme intègre, dont le combat fut l’histoire de toute sa vie, une bataille au quotidien, tant par son travail au cinéma, que son écriture ou ses actions comme militant. Cet album me donne envie de découvrir les œuvres que je ne connais pas encore de lui. Certains films, certains livres. Pour avoir toujours poussé pour faire valoir ses idées et ses films, c’était un homme avec un grand courage, une très grande force mentale. Un homme travaillant, amoureux de la nature, avec qui je me découvre de nombreux points commun. 

Ce livre a été plus qu’un coup de cœur pour moi. Un véritable bijou qui permet de découvrir l’homme, son travail et ses convictions. Un livre très riche en informations, en anecdotes, en photos. Visuellement, c’est un ouvrage vraiment intéressant à découvrir, touchant aussi quand on tombe sur une image très personnelle, où l’on sent la passion qui animait Falardeau. La fin est très émouvante et m’a énormément touché. Un homme qui savait nourrir à la fois ses combats et son travail, ainsi que sa vie personnelle et son âme. Vraiment, un fabuleux portrait. Un homme qui a laissé un très bel héritage aux québécois.

Album Falardeau est un livre qui aura une place spéciale dans ma bibliothèque. Une lecture que je recommande à tous les québécois, peu importe leurs origines, parce qu’un peuple doit savoir d’où il vient. Un peuple qui ne connaît pas les combats qui l’ont précédé et ses combattants, est un peuple qui ne sait pas où il va. 

« Un peuple minorisé peut être plus ou moins bien annexé, plus ou moins bien exploité, plus ou moins bien opprimé, plus ou moins bien entretenu. Ce plus ou moins ne change rien à la réalité de l’oppression, de l’exploitation et de la soumission. Je refuse ces échelles de la souffrance qui accorderaient la liberté au peuple palestinien ou au peuple tibétain et la refuseraient au peuple québécois ou au peuple basque sous prétexte que ces derniers souffriraient moins. Une chaîne en fer, en argent ou en or est toujours une chaîne. N’importe quel animal sauvage comprend ça d’instinct. Pourtant, il existe des sous-hommes toujours prêts à crier: « Vive nos chaînes! » « 

Un ouvrage riche en informations, en anecdotes, en photos et en documents. J’ai été ému à de nombreux moments pendant ma lecture. C’est un livre qui a su venir me chercher énormément. Un ouvrage que je ne peux que vous recommander. C’est un vibrant hommage à un homme authentique, qui croyait profondément à la liberté.

Album Falardeau – Nous aurons toute la mort pour dormir, Manon Leriche, Jules Falardeau, éditions VLB, 304 pages, 2021

2 réflexions sur “Album Falardeau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s