Le mois le plus cruel

Durant le week-end de Pâques, le village de Three Pines s’anime le temps d’une grande chasse aux œufs. Lorsqu’une étrangère ayant le don de communiquer avec les esprits s’installe au gîte d’Olivier, sa présence éveille la curiosité. Une soirée de spiritisme est organisée dans la vieille maison abandonnée des Hadley. La séance destinée à libérer la demeure du mal qu’elle recèle est tragiquement interrompue par la mort d’une participante. Morte de peur, vraiment ? C’est ce qu’Armand Gamache, l’inspecteur-chef de la Sûreté du Québec, va devoir découvrir en revenant dans les Cantons-de-l’Est avec son équipe. Alors que le printemps explose de vie, le mal, lui, reste tapi dans l’ombre et Gamache le sait mieux que quiconque.

Voici la troisième enquête de l’inspecteur-chef Armand Gamache, lue dans le cadre du défi Un Penny par mois. Cette fois, l’histoire se déroule à Pâques, au printemps, à cette période de l’année entre le renouveau et la possible neige. L’ambiance est très agréable et nous retournons à nouveau à Three Pines. Entre la chasse aux œufs et les repas autour d’une bonne table, Gabri apprend qu’une visiteuse de l’auberge est médium. Même si elle est en vacances, il s’impose et organise une séance de spiritisme. Rien de tel que Pâques et la commémoration d’une résurrection pour tenter de faire venir les morts, non?

Les amis se regroupent, mais le bistro est un endroit trop joyeux pour attirer les esprits et le petit groupe propose – non sans quelques frissons – de se déplacer dans la vieille maison des Hadley. Cette maison qui est au centre du premier tome et qui revient ponctuellement dans les romans. C’est là qu’une participante meurt. Les premières conclusions: elle est morte de peur. Est-ce possible? On fait appel à Armand et à toute son équipe pour tenter de résoudre cette enquête.

Ce livre est intéressant à plusieurs niveaux. Il se déroule à Pâques, qu’on n’associe pas forcément aux histoires de « maisons hantées ». La psychologie des personnages rencontrés dans les autres enquêtes est beaucoup plus élaborée ici. L’humain et sa complexité sont toujours au centre des romans de Louise Penny, qui sonde les sentiments – bons comme mauvais – et tente de dresser un portrait complet et complexe des personnages qu’elle met en scène. Plus les romans avancent, mieux on apprend à connaître Beauvoir, Lacoste, Nichol, Lemieux, Clara et Peter, ce que cachent les uns, ce qui ronge les autres, ainsi que tout ce qui se trame dans les couloirs sombres de la Sûreté du Québec. On découvre à quel point chacun peut être vulnérable. Dans ce troisième livre, on apprend beaucoup de choses sur les personnages. On sait maintenant ce qu’était l’affaire Arnot dont il est fait allusion dans les autres tomes et on comprend mieux ce à quoi Gamache doit faire face. Sa famille prend aussi une place importante et on les découvre un peu plus: Reine-Marie, Daniel et Annie. 

Dans cette enquête, il y a des revirements de situations qui m’ont surprise, mais surtout, des révélations sur certains personnages auxquelles je ne m’attendais pas. L’enquête dans ce roman est assez intrigante. Louise Penny revisite l’histoire d’une « maison hantée » à sa sauce, donc très différemment de ce à quoi on a l’habitude. Le fait aussi d’instiller l’idée que la maison des Hadley est maudite et n’apporte que des malheurs, et ce depuis plusieurs tomes, amène l’histoire d’une façon intéressante.

« Que veut cette maison? se demanda Gamache. Tout ce qui y entre vivant en sort mort ou différent. »

Au fil des pages on découvre que l’enquête a des ramifications beaucoup plus anciennes que ce que l’on croit. C’est une affaire qui déterre des secrets enfouis depuis longtemps, dans le décor tranquille du petit village de Three Pines.

Comme toujours, l’histoire est truffée de scènes cocasses et on retrouve un côté humoristique et parfois un peu cinglant dans les dialogues. Ruth est un bon exemple d’un personnage profondément détestable qu’on adore, justement parce qu’elle n’a pas la langue dans sa poche et qu’elle est surprenante. Cette histoire de canards justement est assez amusante (et même touchante par moments). Les personnages complètent bien l’enquête. C’est l’atmosphère générale de ces romans qui ajoute beaucoup au plaisir de lecture.

Le mois le plus cruel est un roman qui parle des secrets qui nous rendent malades et des amitiés toxiques. J’ai beaucoup aimé cette enquête, c’était bien mené et vraiment intéressant!

Je termine cette chronique en reprenant la citation en exergue au tout début du livre, que je trouve tellement appropriée au roman:

« Avril est le mois le plus cruel, il engendre
Des Lilas qui jaillissent de la terre morte, il mêle
Souvenance et désir… »
[T.S. Eliot, La terre vaine]

Le mois le plus cruel, Louise Penny, éditions Flammarion Québec, 432 pages, 2011

 

4 réflexions sur “Le mois le plus cruel

  1. Je ne l’ai pas encore fini mais ma chronique arrivera sans doute fin de semaine ! J’aime Armand Gamache, il devient mon ami de papier (comme le shérif Walt Longmire ou le commissaire Adamsberg).

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s