Basketful of Heads

June Branch mène une vie des plus tranquilles… jusqu’au jour où quatre criminels parviennent à s’évader de prison et enlever son petit ami, Liam. Pour leur échapper, June n’a d’autre choix que de se munir d’une arme étrange… une hache viking du VIIIe siècle ! Mais celle-ci est dotée de propriétés bien singulières : à même de décapiter un homme, elle laisse cependant les têtes fendues… conscientes ! Pour sauver Liam, June n’a plus qu’une seule solution : garder la tête (ou plutôt tout un panier de têtes) froide

Basketful of Heads de Joe Hill et Leomacs est une bande dessinée d’horreur et d’humour, d’abord parue sous forme de comics. Sans surprise, j’ai adoré cette bande dessinée. J’aime énormément le travail de Joe Hill et les illustrations de Leomacs donnent un petit air vintage à l’histoire, qui se déroule en 1983. C’est donc un très bon duo que le travail de ces deux créateurs.

L’histoire de Basketful of Heads est plutôt surprenante. Elle met en scène des personnages qui vont beaucoup plus loin que ce que l’on peut imaginer d’eux. Il y a quelque chose d’à la fois horrifique et drôle dans le dénouement de certaines scènes et dans la façon dont June évolue. Ce qui en fait un vrai plaisir de lecture.  

L’été tire à sa fin. June retrouve donc son petit ami Liam, adjoint saisonnier pour le chef de police. En cours de route, les amoureux sont témoins d’une tentative d’évasion de prisonniers et le chef demande à Liam de s’assurer que tout va bien chez lui, que sa femme et son fils sont en sécurité. Liam amène donc June avec lui et ils s’apprêtent à passer une soirée de surveillance tranquille quand un intrus pénètre dans la maison. Le jeune couple est séparé et c’est là que Liam est enlevé. Pour se défendre, June décrochera une étrange hache viking de la collection du chef, une hache très spéciale…

La façon dont l’intrigue est construite, le côté « années 80 » qui me plaît beaucoup. Les illustrations sont pleines d’action et elles apportent toutes un aspect cinématographique à cette bande dessinée. Je me suis d’ailleurs fait la réflexion plusieurs fois pendant ma lecture, à quel point cette histoire ferait un film d’horreur complètement déjanté. 

Cette bd a un humour sanglant très particulier, auquel, de mon côté, j’adhère totalement. Plusieurs scènes sont à la fois grotesques, drôles et perturbantes. J’aurais envie de vous raconter plein de choses sur cette bd, mais ce serait gâcher le plaisir d’en dire trop. Disons que Joe Hill est fidèle à lui-même et utilise des éléments du quotidien, un panier, une hache, pour amener le lecteur dans une histoire rocambolesque. Si vous aimez l’humour un peu gore, les livres avec un personnage féminin qui n’a pas froid aux yeux et les histoires d’horreur, cette bande dessinée devrait vous plaire! Pour ma part, je ne pouvais assurément pas passer à côté. 

Si vous lisez la bd, portez attention, il y a un clin d’œil à la prison de Shawshank au début de l’histoire, lieu fictif créé par Stephen King, le père de Joe Hill, et que l’on retrouve dans plusieurs de ses œuvres. J’aime beaucoup lire King ou ses fils, puisqu’on y repère souvent des allusions aux œuvres de l’un ou l’autre.

Deux entrevues avec les auteurs complètent la bd et quelques planches supplémentaires, qui ont été créées comme couvertures alternatives aux comics, sont ajoutées à la fin.

Basketful of Heads, Joe Hill, Leomacs, éditions Urban Comics, 192 pages, 2021

3 réflexions sur “Basketful of Heads

  1. Pingback: Locke & Key: Ciel et Terre | Mon coussin de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s