Clinton Road

New Jersey, 1978. Tous les matins, John, ranger du comté de Passaic, fait la route entre sa maison et le bar de son ami Sam afin de prendre un café et de bavarder avant sa journée de travail. Rien qui ne puisse sembler étrange jusque-là. Sauf que la Clinton Road – 15km d’asphalte où il patrouille quotidiennement – s’avère être la route la plus hantée des États-Unis : disparitions inquiétantes, phénomènes paranormaux… C’est aussi sur cette route maudite que son fils unique, Benjamin, a été vu pour la dernière fois avant de disparaître. Mais John, incapable de faire son deuil, se réfugie dans une réalité déformée dans laquelle ses fantasmes semblent prendre le pas sur la réalité…

Ce qui frappe le plus en ouvrant cette bande dessinée, ce sont les dessins. Ils sont absolument magnifiques, détaillés, de type aquarelle, ce qui crée instantanément une atmosphère aussi intrigante qu’inquiétante. 

Clinton Road est une bd très spéciale. Nous suivons John, un ranger, qui patrouille quotidiennement la Clinton Road, une route qui s’avère être la plus hantée des Etats-Unis. C’est aussi sur cette route que son propre fils a disparu… Le dessin crée vraiment une atmosphère particulière, comme si on flottait constamment dans une sorte de brouillard. C’est ce qui rend l’expérience de lecture particulièrement intéressante.

L’histoire débute et se termine par des articles de journaux faisant état de disparitions, de bêtes inquiétantes, de fantômes. Des « extraits » du New Jersey Journal datant de 1989 rapportent de curieux incidents et témoignages sur la « route la plus hantée des États-Unis ».

La bande dessinée s’ouvre sur une citation de Stephen King particulièrement appropriée et qui prend tout son sens à la lecture de cette histoire:

« Les monstres sont réels, les fantômes aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent. »

Vient ensuite l’histoire de John, que l’on suit sur les routes, au bar et pendant son enquête sur d’étranges événements qui surviennent dans le coin. Il sillonne la Clinton Road pour tenter de comprendre d’où viennent ces étranges disparitions d’animaux qui sont signalées.

Comme John est souvent sur la route, l’auteur en profite pour partager quelques extraits de chansons que le personnage écoute à la radio. On peut accompagner sa lecture de ces chansons si on le souhaite pour plus d’ambiance. Elles donnent un petit air vieillot à la trame de l’histoire. Avec elles, on imagine aisément John dans son vieux camion, se promener sur la Clinton Road. John cherche des indices et il a toujours un carnet pour noter ses idées et griffonner quelques dessins. Il parle aussi à un vieil ermite pour tenter d’étayer ses impressions. 

Il est aussi beaucoup question, en images surtout, de Moby Dick, livre lu par le fils de John. On retrouve de petits fragments d’illustrations en lien avec ce roman, à travers l’histoire et les événements qui nous font découvrir John sous un nouveau jour. 

« La flamme est comme une âme qui se débat… Elle fait tout pour s’élever vers le ciel… mais elle est enchaînée au sol ».

Avec Clinton Road nous ne sommes toutefois pas dans une histoire classique d’hantise. C’est une histoire qui s’avère plus profonde et plus poignante qu’elle n’en a l’air, tout en nous offrant une ambiance très fantomatique. Je l’ai lu juste un peu avant l’Halloween et c’était particulièrement propice à cette époque de l’année. Novembre et ses journées froides et grises est aussi tout indiqué pour se plonger dans cette bande dessinée. 

J’ai beaucoup aimé Clinton Road et si vous appréciez ce genre d’histoire où l’atmosphère est partie prenante de l’intrigue, je ne peux que vous conseiller cette lecture. D’autant plus que visuellement, cette bd est tout simplement magnifique et parfaitement inquiétante. J’adore particulièrement le coup de crayon de l’auteur. Pour créer de l’ambiance, il y réussit haut la main!

Clinton Road, Vincenzo Balzano, éditions Ankama, 144 pages, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s